Le monde a-t-il encore besoin du FMI ?

0
111

Walden Bello, CADTM, 12 octobre 2020.

 

Le Fonds monétaire international et la Banque mondiale tiennent leurs réunions annuelles d’automne cette semaine au milieu d’une pandémie qui a ouvert la voie à une catastrophe massive à travers les pays du Sud. COVID-19 a présenté aux jumeaux de Bretton Woods, à l’occasion du soixante-seizième anniversaire de leur fondation, une grande opportunité, non pas de sauver le monde, mais de sauver leur réputation en lambeaux.

Avant l’apparition du COVID-19, l’image du FMI était à son plus bas. Sous Christine Lagarde, ancienne directrice générale, le Fonds avait été membre de la soi-disant Troïka, aux côtés de la Commission européenne et de la Banque centrale européenne, qui avait imposé ce que l’on ne peut qualifier que de programmes d’austérité sauvages à l’Irlande et à la Grèce en les conséquences de la crise financière mondiale de 2008. Le rôle du FMI dans la sauvegarde des banques européennes en privant les peuples irlandais et grec des ressources nécessaires pour rembourser leurs prêts avait montré qu’il n’avait pas changé son approche par rapport à celle qu’il avait appliquée aux économies asiatiques suite à la crise financière asiatique de 1997-98: réduction les budgets gouvernementaux, licencier les gens et canaliser les économies de ce processus draconien pour rembourser les créanciers du secteur privé.

La nouvelle directrice générale Kristalina Georgieva a sauté au COVID-19, présentant au FMI une aubaine de relations publiques. Elle se vantait d’un trésor de guerre de 1 billion de dollars que le Fonds était prêt à débourser pour relever le défi de ce qu’elle appelait une «pandémie unique dans sa vie».

Il n’y avait qu’un seul problème: de nombreux membres du Fonds qui avaient cruellement besoin de liquidités ne mordaient pas. Par exemple, un programme «d’allégement de la dette» pour environ 25 pays africains à hauteur de 20 milliards de dollars n’a trouvé que peu de preneurs, avec seulement quatre pays, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, l’Éthiopie et le Sénégal, ayant présenté des demandes. Les pays africains étaient très prudents, et la raison n’était pas seulement parce qu’ils avaient vu le FMI mettre la Grèce, l’Irlande et d’autres pays européens à bout. Ils étaient également inquiets après avoir lu les petits caractères. Ils ont découvert que 1) que le Fonds offrait des prêts et non des subventions; 2) que l’initiative «d’allégement de la dette» qu’elle proposait n’était pas vraiment un allégement mais une restructuration des prêts dus aux gouvernements des pays riches par les pays débiteurs afin qu’ils puissent rembourser leur dette plus tard;

Obtenir un prêt ou un «allégement de la dette» du Fonds et de ses partenaires, en d’autres termes, risquait de placer le bénéficiaire dans une situation similaire à celle de l’Irlande, de la Grèce, de la Corée du Sud, de la Thaïlande et de tant d’autres pays: ce que Cheryl Payer a si bien appelé le «piège de la dette» dans son livre classique sur le FMI.

Lorsqu’on lui a demandé pourquoi le FMI et la Banque mondiale n’avaient pas simplement annulé la dette massive des pays en développement à la lumière de l’impact économique catastrophique du COVID-19, Georgieva du FMI a présenté l’excuse boiteuse que ses statuts ne permettaient pas cela alors que le Le nouveau président de la Banque mondiale, David Malpass, a admis franchement que les marchés financiers n’aimaient pas les annulations de dette et que Wall Street punirait indirectement les clients de la Banque à l’avenir en facturant des intérêts plus élevés sur les emprunts consentis par la Banque pour ses projets. Malpass savait de quoi il parlait puisqu’il était économiste en chef de la banque d’investissement Bear Stearns, qui a implosé au cours des premières semaines de la crise financière de 2008.

Une institution en crise

La Banque aborde les réunions d’automne avec ses propres problèmes de réputation. La pauvreté mondiale, dont elle a proclamé la fin être sa raison d’être , était en augmentation, même avant le COVID-19. Cela était particulièrement aigu en Afrique, en partie en raison des conditions créées par ses «prêts d’ajustement structurel» néolibéraux et ceux du FMI.

Bien qu’une étude commandée par la Banque ait sonné l’alarme sur une Terre connaissant une augmentation moyenne de la température de 4 degrés centigrades au tournant du siècle, l’agence s’est exposée à des accusations d’hypocrisie puisqu’elle a continué à promouvoir les investissements dans des dizaines d’émissions de carbone intensives. centrales au charbon dans le monde entier.

Elle est profondément impliquée dans l’imbroglio autour de l’initiative de l’ONU «Réduire les émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts» ou REDD +, dont beaucoup de projets qu’elle finance, les peuples autochtones de tous les continents qualifiant le programme de recette pour la dépossession des communautés dépendant des forêts.

Ces problèmes de réputation sont aggravés par un problème majeur de crédibilité, qui est l’effondrement de son plaidoyer en faveur du néolibéralisme, de la libéralisation du commerce et de la mondialisation, du fait que ces politiques et tendances ont centralement contribué à une plus grande pauvreté, à une plus grande inégalité, au changement climatique et à la mondialisation. stagnation économique. La Banque continue de soutenir la libéralisation des échanges et la mondialisation, mais son plaidoyer est désormais plus discret puisque, comme le dit l’adage latin, Contra factum non esse disputandum – c’est-à-dire qu’on ne peut pas contester les faits.

Certains de ceux qui se sont clairement identifiés au plaidoyer néolibéral de la Banque se sont en effet rétractés, parmi lesquels le gourou de l’économie d’Oxford Paul Collier, qui a été directeur du département de développement de la recherche de la Banque de 1998 à 2003. Dans un chapitre de son dernier livre, The Future of Le capitalisme , qui est mêlé de mea culpas , Collier admet que ce n’est pas seulement lui qui a eu tort dans sa défense de la mondialisation et du libre-échange, mais toute la profession économique était coupable:

La profession a été peu professionnelle, craignant que toute critique ne renforce le populisme, de sorte que peu de travail a été fait sur les inconvénients de ces différents processus [de mondialisation]. Pourtant, les inconvénients étaient évidents pour les citoyens ordinaires, et l’effet des économistes semblant les rejeter a abouti à un refus généralisé des gens d’écouter des «experts». Pour que ma profession rétablisse sa crédibilité, nous devons fournir une analyse plus équilibrée, dans laquelle les inconvénients sont reconnus et correctement évalués en vue de concevoir des réponses politiques qui y répondent. La profession peut être mieux servie par le mea culpa que par de nouvelles défenses indignées de la mondialisation.

La féodalité à l’ère du capitalisme tardif

Les institutions de Bretton Woods entrent dans la réunion d’automne 2020 souffrant non seulement de nombreuses crises politiques et d’un paradigme intellectuel brisé. Il y a aussi le différend long et débilitant sur la réforme de la gouvernance. Malgré quelque 50 années d’efforts, les pays du Sud n’ont pas réussi à convaincre les puissances dominantes des deux institutions d’accepter ne serait-ce qu’un minimum de réforme.

Au FMI, les États-Unis détiennent 16,5% des droits de vote, ce qui continue de lui donner un droit de veto effectif sur toute modification des statuts ou des principales politiques du Fonds. Après les États-Unis, l’Europe est le bloc le plus puissant du Fonds, bien que les principaux pays en développement aient désormais collectivement un poids plus important dans l’économie mondiale. Les quatre grands BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine) ont une part combinée du produit intérieur brut mondial de 24,5%, contre 13,4% des quatre grandes économies européennes (Allemagne, France, Grande-Bretagne, Italie). Mais les quatre pays BRIC ont une part combinée de voix de seulement 10,3%, contre 17,6% pour les quatre pays européens. En fait, les transferts de pouvoir de vote promis depuis longtemps des pays développés vers les pays en développement ont été très marginaux, n’atteignant que 2.

Comme dans le cas du Fonds, les failles, à la fois politiques et théoriques, de la Banque mondiale ne peuvent être dissociées des réalités du pouvoir au sein de l’institution. Les États-Unis sont le pouvoir primordial de la Banque, où ils exercent 15,7% des droits de vote, ce qui leur confère un droit de veto effectif sur les grandes décisions politiques en raison de leur capacité à compter sur leur influence sur les pays européens. Dans un «réalignement» des actions avec droit de vote à la Banque il y a quelques années, le progressiste Bretton Woods Project a souligné, le vote de l’Afrique a augmenté de moins de 0,2% et la domination du Nord riche est restée formidable, les pays à revenu élevé s’accrochant à près de 61 pour cent des voix, les pays à revenu intermédiaire moins de 35 pour cent et les pays à faible revenu à seulement 4,46 pour cent.

La Banque et le Fonds ont également été qualifiés d’institutions féodales anachroniques à l’ère du capitalisme tardif, l’Europe ne voulant pas renoncer à son «droit» de nommer le directeur général du FMI et les États-Unis refusant de renoncer à leur privilège de nommer un Américain. à la tête de la banque.

Il est temps de se séparer?

De sérieux appels à la réforme à la Banque mondiale et au FMI ont été lancés il y a 50 ans. Le classique de Cheryl Payer, The Debt Trap, a ouvert les yeux à une génération qui a vu la promesse d’indépendance économique après la décolonisation commencer à s’effriter avec l’émergence d’une nouvelle forme de colonialisme dans laquelle le Fonds était un agent de premier plan. La Banque mondiale est également apparue comme un acteur mondial, mais son potentiel pour créer un monde meilleur a été dissipé par son soutien à des dictatures comme celles de Marcos aux Philippines et de Suharto en Indonésie pendant le mandat de Robert McNamara et son déploiement, aux côtés du FMI. , comme outil de transformation néolibérale des pays en développement pendant et après l’administration Reagan.

Après 50 ans, l’absence de changement de paradigme politique ou intellectuel s’est accompagnée d’un manque flagrant de réforme dans les structures de gouvernance des jumeaux de Bretton Woods. Le minuscule transfert du pouvoir de vote au FMI – 2,6% des pays développés aux pays en développement – est emblématique du peu de changement intervenu dans la gouvernance des deux institutions. Compte tenu de cela, beaucoup se demandent: est-il logique que les pays en développement s’attendent à des changements au FMI et à la Banque mondiale à l’occasion du soixante-seizième anniversaire de la fondation de cette dernière? En effet, est-il rationnel qu’ils restent dans les deux institutions, emprisonnés dans une dette toujours croissante et permanente envers les deux institutions?

Le moment est peut-être venu pour les gouvernements des pays en développement de commencer à explorer une stratégie de sortie, de commencer à discuter sérieusement entre eux de la possibilité de quitter et de créer des institutions alternatives de gouvernance économique mondiale fondées sur un véritable respect mutuel, l’égalité et la coopération.

La «coopération Sud-Sud» est un idéal qui circule depuis des décennies. Il est peut-être temps pour le Sud mondial de prendre la résolution de pousser à la réalisation matérielle de cet idéal. De nouvelles réalités géopolitiques et géoéconomiques font de cette entreprise une chimère. Le poids de l’Occident dans l’économie mondiale a considérablement diminué. Les États-Unis, puissance hégémonique des institutions de Bretton Woods, sont dans leur plus profond dilemme politique depuis des années. La prétendue alliance occidentale s’effiloche en raison de conflits entre ses principaux.

Ensuite, il y a la Chine.

Certes, la Chine est autant motivée par l’intérêt national que les autres puissances mondiales, et beaucoup de pays du Sud sont d’avis qu’il y a des signes inquiétants qu’elle suit la voie tracée par l’Occident impérial. Mais sa concurrence avec les États-Unis est l’un des pays du Sud que peut utiliser à leur avantage. Tout en présentant des dangers, le conflit américano-chinois offre également aux pays du Sud la possibilité de se tailler un espace politique et économique significatif pour la poursuite de politiques progressistes et la création d’institutions progressistes: une zone d’indépendance croissante des deux superpuissances.

La capacité du bloc des pays en développement à l’Organisation mondiale du commerce à résister avec succès aux nouvelles initiatives importantes de libéralisation du commerce et à affaiblir la force collective du bloc des pays riches offre un exemple de ce qu’un Sud mondial relativement uni peut accomplir au milieu du désarroi occidental. L’époque qui se déroule présente des similitudes avec les années 1960 et 1970, lorsque la guerre froide entre l’Union soviétique et les États-Unis était un facteur clé dans l’émergence du mouvement des non-alignés, l’accélération de la décolonisation et l’arrivée au pouvoir de la libération nationale mouvements à travers ce qu’on appelait alors le Tiers Monde.

Le FMI et la Banque aimeraient que les pays du Sud croient qu’ils sont indispensables. Ils ne le sont pas, et la première étape vers la libération de leurs griffes consiste à embrasser cette vérité.