Pourquoi les États-Unis veulent une guerre commerciale

 

David M. Kotz, Jacobin, 20 juillet 2018

Kotz est professeur d’économie à l’Université du Massachusetts.

 

Le président Trump menace, puis impose, des droits de douane élevés sur les produits chinois et d’autres restrictions sur les relations commerciales avec la Chine. La société ZTE, une société de premier plan appartenant à l’État et spécialisée dans les technologies de pointe en Chine, est empêchée, pour des raisons de sécurité nationale, d’importer des composants fabriqués aux États-Unis qui sont essentiels à ses produits. Ensuite, l’action ZTE est inversée, amenant certains sénateurs démocrates à dénoncer Trump pour être plus faible sur la Chine. De quel côté devrions-nous être, le cas échéant, dans cette guerre commerciale naissante?

S’en prendre aux alliés américains

La politique de guerre commerciale de Trump comporte deux aspects. L’une est l’action contre l’UE, le Canada et le Mexique; l’autre est la position envers la Chine. Les problèmes sont différents dans les deux cas.

Les actions de Trump contre l’UE, le Canada et le Mexique sont motivées par sa politique nationaliste de droite. Selon la vision nationaliste de droite, le commerce mondial est une relation à somme nulle. Les tarifs sont le bélier qui peut être utilisé pour obtenir de meilleures offres pour les États-Unis au détriment des autres.

Cette position nationaliste de droite va à l’encontre du consensus établi depuis longtemps, qui favorise le « libre échange » au sein d’un ordre mondial dominé par les États-Unis. Aux États-Unis, les libéraux et les conservateurs ont soutenu le système commercial mondial relativement ouvert qui, sous la rhétorique de tous ceux qui en bénéficient, vise à permettre au capital de circuler librement autour du globe à la recherche de main-d’œuvre peu rémunérée, de faibles taxes et de laxisme environnemental.

Alors que la gauche a longtemps critiqué cet arrangement, Trump n’offre rien de mieux à sa place. Les États-Unis n’ont pas le pouvoir d’imposer un ensemble flagrant de règles commerciales injustes au reste du monde. Le taux de droit moyen des États-Unis, qui est de 2,79%, est légèrement supérieur à celui d’autres grands pays développés, tels que le Canada (2,44%) et les pays de l’UE (1,92%). Quelles que soient les failles du système commercial mondial actuel, il n’est pas truqué contre les États-Unis. La poursuite de l’offensive tarifaire contre l’UE, le Canada et le Mexique pourrait déclencher une guerre commerciale mondiale, sans gagnant et sans dommage économique majeur pour chaque pays.

Face à la Chine

L’administration Trump a invoqué un langage similaire dans ses actions commerciales agressives contre la Chine. Elle prétend que la Chine a profité des États-Unis, suggérant même que les décennies de croissance rapide de l’économie chinoise sont dues à un énorme don des États-Unis.

La plupart des grandes entreprises américaines, ainsi que les analystes politiques qui reflètent leurs opinions, ont critiqué les tarifs de l’administration Trump contre la Chine. Les sociétés américaines ont fait d’énormes profits en Chine. Les grandes ne sont tout simplement pas d’accord avec l’approche de l’administration Trump. Au lieu de cela, ils recommandent un front uni avec les alliés américains pour pousser la Chine à modifier ses pratiques commerciales, une stratégie de négociation qui ne peut être poursuivie si Trump aliène ces partenaires en imposant des tarifs douaniers sur leurs produits.

Aujourd’hui, les grandes entreprises américaines réalisent une part substantielle de leurs activités mondiales en Chine. Au cours de l’exercice 2017, Apple a reçu 20% de son chiffre d’affaires de la Chine.  D’un autre côté, les sociétés américaines ne sont pas satisfaites. L’État chinois suit une politique d’État de développement, obligeant les entreprises étrangères à remplir certaines conditions si elles veulent entrer sur le marché du pays. Contrairement à la plupart des pays en développement, le gouvernement américain ne peut pas imposer sa volonté au gouvernement chinois.

Selon les États-Unis, la Chine vole la technologie américaine. L’État chinois, par sa politique industrielle, fait injustement pencher la balance en accordant des subventions et des financements à des entreprises nationales. Ainsi, la Chine est devenue le principal fournisseur de panneaux solaires sur le marché mondial. On reproche aussi à la Chine de disposer d’un secteur important d’entreprises publiques, certaines d’entre elles dans les industries de haute technologie et actives sur le marché mondial par le biais des exportations et des investissements directs étrangers. Selon la théorie économique néolibérale, la politique industrielle affaiblit l’économie d’un pays car elle mène l’État à décider sur les activités économiques, alors que seul le marché libre peut rendre efficace. De même, la théorie néolibérale insiste sur le fait que les entreprises publiques sont intrinsèquement inférieures à celles des entreprises privées. Pourtant, confrontés à la progression rapide de la Chine, les néolibéraux oublient soudainement leurs croyances fondamentales et crient à une concurrence déloyale !

La Chine vole-t-elle les technologies américaines? Il semble qu’il y ait eu quelques cas de vols réels commis par des entreprises chinoises, par exemple en payant des employés d’entreprises étrangères pour transmettre des secrets technologiques. À titre de perspective, cependant, il est utile de rappeler comment les États-Unis ont commencé à s’industrialiser vers 1800, alors que l’économie était principalement agricole. Samuel Slater, un mécanicien anglais qui travaillait dans une usine de textile, a mémorisé le design de la machine, a émigré dans le Rhode Island et a fait équipe avec un riche marchand pour lancer une nouvelle entreprise. Les États-Unis, en d’autres termes, ont volé la technologie clé de l’époque depuis l’Angleterre. Si les pays moins développés doivent progresser économiquement, ils doivent acquérir les méthodes supérieures des pays déjà développés.

Il y a un principe important ici. Les socialistes croient généralement que les connaissances devraient être disponibles gratuitement. Une technologie, comme toutes les formes de connaissance, est un bien public dans la mesure où, une fois découvert, le coût de son utilisation est effectivement nul (puisqu’il n’a pas besoin d’être redécouvert). Par conséquent, le prix de l’utilisation des connaissances devrait être nul, même selon les principes de l’économie dominante.

Les plaintes au sujet du chapardage chinois exagèrent également son omniprésence. Les principaux moyens de transfert de technologie vers la Chine ne sont pas le vol direct, mais plutôt un accord avec les entreprises occidentales : si vous voulez opérer dans le pays, vous devez accepter une société partenaire locale, qui aura alors accès à votre technologie. Les entreprises occidentales n’aiment pas ce compromis, mais elles l’acceptent généralement à contrecœur. Cette méthode de réglementation a aidé la Chine à gravir les échelons technologiques. À ce stade, cependant, la pratique devient moins importante, puisque l’État chinois a fait d’énormes investissements dans le R & D.

Qu’en est-il des travailleurs américains? Nous ne pouvons pas ignorer le coût pour les travailleurs aux États-Unis lorsque des emplois relativement bien rémunérés sont transférés en Chine ou en Indonésie. Cependant, les tarifs de Trump détournent l’attention des vraies causes du problème. Nous devrions plutôt exiger des politiques qui protègent les travailleurs américains contre les dommages collatéraux du développement économique du Tiers-Monde qui se produisent dans le système capitaliste mondial.

Une combinaison de mesures ferait l’affaire: 1) un programme gouvernemental d’emploi pour embaucher, à un salaire décent, tout travailleur sans emploi; 2) une politique industrielle axée sur l’ écologisation de l’économie américaine grâce à des investissements majeurs dans les énergies renouvelables, des formes efficaces de transport en commun et une transition vers des bâtiments économes en énergie; 3) une éducation généreusement financés pour les travailleurs déplacés par les importations; 4) une augmentation du salaire minimum à un niveau décent. Bien que n’étant pas du domaine de la possibilité politique dans l’immédiat, un tel programme garantirait que la montée des pays moins développés ne nuirait pas au niveau de vie des travailleurs américains.

Pourquoi l’attaque contre la Chine maintenant?

Jusqu’à récemment, la Chine était relativement faible sur le plan technologique, et les entreprises américaines pouvaient établir des relations hautement rentables en occupant et contrôlant les endroits les plus avancés dans la division du travail. La Chine produisait des jouets et des vêtements vendus aux États-Unis par l’entremise de puissants détaillants américains comme Walmart, tandis que les États-Unis produisaient des avions et des composants informatiques de pointe destinés à la Chine. La plupart des profits générés dans les deux sens ont été cumulés avec le capital américain.

Les États-Unis, en tant que puissance impériale dominante depuis 1945, peuvent tolérer des pays avancés qui sont assez petits et assez amicaux pour accepter le leadership américain (c’est-à-dire la domination américaine). Ainsi, l’Allemagne et la Finlande ne sont pas une menace. Mais si un pays commence à défier la domination économique américaine dans des secteurs clés, la sonnerie d’alarme se déclenche. Dans les années 1970 et 1980, lorsque le Japon affirmait sa position dominante sur plusieurs marchés clés aux États-Unis, ceux-ci ont cherché à restreindre les importations japonaises. Le Japon a été contraint d’accéder aux demandes de limitation des exportations de véhicules automobiles vers les États-Unis. La « menace japonaise » a reculé après 1989, lorsque le Japon est entré dans une longue période de stagnation.

Aujourd’hui, la Chine est en passe de devenir l’équivalent économique des États-Unis dans quelques décennies. En tant que très grand pays, avec des institutions qui travaillent efficacement pour promouvoir le développement économique et avec un État qui n’acceptera pas de se subordonner aux États-Unis, la classe dirigeante américaine considère l’ascension économique de la Chine comme une menace pour l’hégémonie américaine.

Un moment dangereux

Le conflit avec la Chine est très dangereux. Ce n’est pas la même chose que la guerre froide, qui opposait deux systèmes différents – le capitalisme et le socialisme d’État – les uns contre les autres. Il s’agit d’une bataille entre le capitalisme dirigé par les États-Unis et une puissance montante dont le système est difficile à classer, avec une économie largement capitaliste, mais un État qui conserve de nombreuses pratiques du socialisme d’État. Le leadership de la Chine a toujours affirmé qu’elle ne cherche pas la domination dans le système mondial. Pourtant, la dynamique du système axé sur le marché a conduit le pays à s’introduire de plus en plus dans l’économie mondiale – non seulement par le commerce des biens, mais aussi par l’investissement direct et l’acquisition d’entreprises dans de nombreuses régions du monde.

Ce à quoi nous assistons est une collision imminente entre un hégémon capitaliste affaibli et une puissance économique montante. La situation ressemble davantage aux tensions d’avant la Première Guerre mondiale entre les principaux États capitalistes – qui ont conduit à deux guerres mondiales dévastatrices – qu’à la guerre froide (en réalité, une paix froide) entre le capitalisme et le socialisme d’État. La guerre froide était une lutte pour l’influence politique et la loyauté de la population mondiale entre deux systèmes différents, et non une compétition entre des rivaux économiques entrelacés.

Dans cet ensemble complexe de conflits mondiaux, les socialistes ont besoin d’une politique à court terme et à long terme. À court terme, nous devrions faire pression pour résoudre les tensions mondiales croissantes par la négociation et le compromis plutôt que par des menaces. Nous devrions soutenir la réforme du système commercial mondial actuel pour laisser les États poursuivre leur politique industrielle et renforcer leurs entreprises publiques, et promouvoir la diffusion rapide des nouvelles technologies grâce à des licences obligatoires à faible coût et un rôle accru des institutions publiques dans le développement des nouvelles technologies.

À long terme, nous devrions travailler pour un avenir socialiste dans lequel l’économie est basée sur la production pour répondre aux besoins humains au lieu du profit d’une petite classe aisée.

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here