Venezuela : Comment Washington prépare le coup

Venezuela : Washington et l’ « option » d’un coup d’état

Ernesto Londoño et Nicholas Casey, New York Times, 8 septembre 2018

 

L’administration Trump a tenu des réunions secrètes avec des officiers militaires rebelles du Venezuela pour discuter de leurs plans pour renverser le président Nicolás Maduro, selon des responsables américains et un ancien commandant militaire vénézuélien qui ont participé aux pourparlers.

Ces rencontres avec les putschistes au Venezuela ont été un pari important pour Washington, étant donné sa longue histoire d’intervention secrète en Amérique latine. Plusieurs dans la région déplorent encore le fait que les États-Unis ont soutenu des rébellions, des coups d’État et des complots antérieurs dans des pays comme Cuba , le Nicaragua, le Brésil et le Chili, tout en fermant les yeux sur les abus commis pendant la guerre froide.

La Maison Blanche, qui a refusé de répondre à des questions détaillées sur les négociations, a déclaré qu’il était important de « dialoguer avec tous les Vénézuéliens qui manifestent un désir de démocratie » pour « apporter des changements positifs dans un pays qui a souffert tellement sous Maduro ».

L’un des commandants militaires vénézuéliens impliqués dans les pourparlers secrets figure sur la liste des sanctions des fonctionnaires corrompus du gouvernement américain au Venezuela.

Lui et d’autres membres de l’appareil de sécurité vénézuélien ont été accusés par Washington d’un large éventail de crimes graves, notamment d’avoir torturé, emprisonné, blessé des opposants, d’avoir transporté des drogues, etc.

Les responsables américains ont finalement décidé de ne pas aider les conspirateurs, et les projets de coup d’état ont été suspendus. Depuis longtemps, le président Maduro justifie son emprise sur le Venezuela en affirmant que les impérialistes de Washington essaient activement de le déposer.

« Cela va atterrir comme une bombe » dans la région, a déclaré Mari Carmen Aponte, qui a servi de haut diplomate pour superviser les affaires latino-américaines dans les derniers mois de l’administration Obama.

En août dernier, le président Trump a déclaré que les États-Unis avaient une « option militaire » pour le Venezuela. « C’est le commandant en chef qui le disait « , a déclaré l’ancien commandant vénézuélien impliqué dans les rencontres secrètes. Celles-ci ont débuté l’automne dernier et se sont poursuivies cette année avec des officiers dissidents qui demandaient aux États-Unis de leur fournir des radios cryptées, invoquant la nécessité de communiquer en toute sécurité.

Les relations entre les États-Unis et le Venezuela sont tendues depuis des années. Les deux n’ont pas échangé d’ambassadeurs depuis 2010. Après l’entrée en fonction de M. Trump, son administration a renforcé les sanctions contre les plus hauts responsables vénézuéliens, y compris contre M. Maduro lui-même, son vice-président et d’autres hauts responsables du gouvernement.

Le compte rendu des réunions clandestines et des débats politiques qui les ont précédés est tiré d’entretiens avec 11 responsables américains actuels et anciens, ainsi qu’avec l’ancien commandant vénézuélien. Il a déclaré qu’au moins trois groupes distincts au sein de l’armée vénézuélienne avaient comploté contre le gouvernement de Maduro.

Un contact a été établi avec le gouvernement américain en s’adressant à l’ambassade des États-Unis dans une capitale européenne. Lorsque cela a été rapporté à Washington, les responsables de la Maison-Blanche  craignaient que la demande de réunion ne soit un stratagème pour enregistrer subrepticement un fonctionnaire américain qui semble conspirer contre le gouvernement vénézuélien. « Après beaucoup de discussions, nous avons convenu d’écouter ce qu’ils avaient à dire », a déclaré un haut responsable de l’administration qui n’était pas autorisé à parler des pourparlers secrets.

L’administration a d’abord envisagé d’envoyer Juan Cruz, un ancien responsable de la CIA, qui a récemment démissionné en tant que principal responsable de la politique de l’Amérique latine. Mais les avocats de la Maison Blanche ont déclaré qu’il serait plus prudent d’envoyer un diplomate de carrière à la place. L’envoyé américain n’a pas été autorisé à négocier quoi que ce soit de substantiel, selon le haut responsable de l’administration. Après la première réunion, qui a eu lieu à l’automne 2017, le diplomate a indiqué que les Vénézuéliens ne semblaient pas avoir de plan détaillé et se sont présentés à la rencontre en espérant que les Américains proposeraient des conseils ou des idées.

Les comploteurs voulaient déclencher le coup  l’été dernier, lorsque le gouvernement a suspendu les pouvoirs de la législature et installé une nouvelle assemblée fidèle à M. Maduro.  Le diplomate américain a transmis la demande à Washington, où de hauts responsables l’ont rejetée. Le diplomate américain a ensuite rencontré les putschistes une troisième fois au début de l’année, mais les discussions n’ont pas abouti. Peter Kornbluh, historien de l’Université George Washington, a toutefois estimé que les conspirateurs vénézuéliens pouvaient considérer les réunions comme une approbation tacite de leurs projets. « Les États-Unis ont toujours intérêt à recueillir des informations sur les changements potentiels de leadership au sein des gouvernements », a déclaré M. Kornbluh. « Mais la simple présence d’un responsable américain à une telle réunion serait probablement perçue comme un encouragement. »

Dans sa déclaration, la Maison-Blanche a qualifié la situation au Venezuela de « menace pour la sécurité et la démocratie régionales » et a déclaré que l’administration Trump continuerait de renforcer une coalition de partenaires européens les Amériques à faire pression sur le régime de Maduro pour restaurer la démocratie au Venezuela.  »

Le 1er février, Rex W. Tillerson, secrétaire d’État à l’époque, a soulevé le potentiel d’un coup militaire. « Quand les choses sont si mauvaises que les dirigeants militaires se rendent compte qu’ils ne peuvent plus servir les citoyens, ils vont gérer une transition pacifique », a-t-il déclaré. Quelques jours plus tard, le sénateur Marco Rubio de Floride, qui a cherché à façonner l’approche de l’administration Trump envers l’Amérique latine, a écrit une série de messages Twitter qui encourageaient les membres dissidents des forces armées vénézuéliennes à renverser leur commandant en chef. « Les soldats mangent dans les poubelles et leurs familles ont faim au Venezuela tandis que Maduro et ses amis vivent comme des rois et bloquent l’aide humanitaire », a écrit M. Rubio . Il a ensuite ajouté : « Le monde soutiendrait les forces armées si elles décidaient de protéger le peuple et de restaurer la démocratie en retirant un dictateur. »

Dans un discours prononcé en avril, alors qu’il était encore chef de la politique de la Maison Blanche pour l’Amérique latine, M. Cruz a envoyé un message à l’armée vénézuélienne.  M. Cruz a déclaré que tous les Vénézuéliens devraient « exhorter les militaires à respecter le serment qu’ils ont prêté pour s’acquitter de leurs fonctions ».

Alors que la crise au Venezuela s’aggravait ces dernières années, les responsables américains ont débattu des avantages et des inconvénients de dialoguer avec les factions rebelles de l’armée. « Il y avait des divergences d’opinion », a déclaré Mme Aponte, ancienne diplomate latino-américaine de M. Obama. « Il y avait des gens qui croyaient beaucoup à l’idée qu’ils pourraient apporter la stabilité, aider à distribuer de la nourriture, travailler sur des choses pratiques. » Mais d’autres – y compris Mme Aponte – ont vu un risque considérable dans l’établissement de liens avec les dirigeants d’une armée qui, selon l’évaluation de Washington, est devenu un pilier du commerce de cocaïne et des violations des droits de l’homme.

Roberta Jacobson, ancienne ambassadrice au Mexique qui a précédé Mme Aponte comme haut responsable du département d’État pour l’Amérique latine, a déclaré que Washington considérait depuis longtemps l’armée vénézuélienne comme « largement corrompue, profondément impliquée dans le trafic de stupéfiants et très peu recommandable ».

Dans la préparation du dernier complot, le nombre de militaires  est passé de 300 à 400 l’an dernier à environ la moitié après une répression menée cette année par le gouvernement de M. Maduro. L’ancien officier vénézuélien craint que les quelque 150 camarades détenus ne soient torturés. Il a déploré que les États-Unis n’aient pas fourni de radio aux mutins, ce qui, selon lui, aurait pu changer l’histoire du pays.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici