Brésil et Philippines : confronter le fascisme

Walden Bello, The Nation, 26 octobre 2018

 

Je pense qu’il n’est pas exagéré de dire que le sort du Brésil est en jeu. C’est aussi à peine une hyperbole d’affirmer que l’élection aura une signification géopolitique énorme, car si le Brésil votait pour Jair Bolsonaro, l’extrême droite serait arrivée au pouvoir dans les deux plus grands pays de l’hémisphère occidental. Comme beaucoup d’entre vous, j’espère un miracle qui empêchera Bolsonaro de prendre le pouvoir.

Lors de ma visite à Rio et à Sao Paulo en 2015, j’ai constaté que les rassemblements politiques organisés par l’opposition contre la présidente d’alors, Dilma Rousseff, contenaient un élément appelant à un retour au pouvoir militaire. Je ne soupçonnais guère alors que cette frange se développerait en un mouvement électoral massif en faveur d’un défenseur autoproclamé du régime de l’homme fort.

Les jumeaux étonnants

Ici, aux Philippines, il est étonnant de constater à quel point Bolsonaro ressemble à notre président, Rodrigo Duterte. Duterte a expliqué comment il aurait souhaité avoir violé une femme missionnaire morte. Bolsonaro a déclaré à un collègue parlementaire qu’elle ne méritait pas d’être violée par lui. Duterte a exprimé son admiration pour notre dictateur décédé, Ferdinand Marcos, et a ordonné son enterrement au cimetière de nos héros. Bolsonaro a décrit le régime militaire au Brésil il y a plus de trois décennies comme un âge d’or.

Cranage aux Philippines

Le président Dutere a promis de « faire grossir le poisson dans la baie de Manille » avec les cadavres de criminels s’il était élu. Il n’a peut-être pas tenu ses promesses d’améliorer le bien-être économique et social de notre peuple, comme de mettre fin aux contrats d’emploi ou d’interdire les activités minières, mais il a tenu sa promesse. De 7 000 à 20 000 personnes ont été exécutées. Pour moi, l’approche de Duterte est une sorte de « fascisme de la guerre-éclair », par opposition au modèle conventionnel du « fascisme rampant ».

Duterte commence par une répression massive et aveugle, c’est-à-dire le massacre impunément de milliers de consommateurs de drogue présumés, permettant la violation des libertés civiles et la prise du pouvoir comme une opération de ratissage dans une atmosphère politique où la peur neutralise l’opposition.

Au cours des 30 derniers mois, le président a limogé le juge en chef de la Cour suprême ; obtenu le contrôle incontesté de la Chambre des représentants et du Sénat ; a emprisonné son principal opposant politique au Sénat ; contraint la plupart des médias à s’autocensurer ; obtenu l’acquiescement du haut commandement de l’armée ; et mis un tiers du pays sous la loi martiale. Malgré tout, sa cote de popularité reste assez élevée.

Ce dernier point, la popularité constante du président, m’amène à parler de ce que le Brésil et les Philippines ont en commun. On ne peut expliquer l’émergence de Duterte sans prendre en compte la terrible déception suscitée par le bilan de la république démocratique libérale qui a vu le jour avec l’éviction de Marcos en 1986.

Une mainmise meurtrière sur le processus démocratique a vu le jour à la suite de plusieurs développements. L’une d’entre elles était le détournement par les élites du processus électoral en tant que mécanisme leur permettant de se faire concurrence tout en maintenant leur domination collective sur le peuple. Un autre facteur était l’absence de réforme agraire et l’imposition des politiques néolibérales d’ajustement structurel de Washington, générant des niveaux élevés d’inégalité et de pauvreté.

Lorsque vous ajoutez un troisième ingrédient – l’incapacité des administrations successives à s’attaquer au problème de la criminalité -, il n’est pas surprenant que plus de 16 millions d’électeurs, soit environ 40% de l’électorat, aient approuvé l’approche autoritaire de Duterte. Il faut souligner que la classe moyenne était le secteur le plus enthousiaste à l’égard de Duterte, la même classe moyenne plus de 30 ans plus tôt avait entraîné l’éviction du dictateur Marcos.

Comment la gauche peut-elle réagir?

Tout d’abord, le temps appelle à une politique progressiste qui ne se limite pas à un retour à la vieille démocratie d’élite discréditée, où l’égalité était purement formelle, à une démocratie qui a pour pilier l’atteinte d’une véritable égalité économique et sociale, ce socialisme ou post-capitalisme. Ce programme doit faire appel à une gestion plus forte de l’État et de la société civile de l’économie – une stratégie qui la fera sortir du capitalisme, avec une forte dose de redistribution radicale des revenus et des richesses, tout en défendant les processus démocratiques, la laïcité, la diversité et les droits des minorités.

Deuxièmement, alors qu’un grand nombre de personnes, en particulier des classes moyennes, expriment ce que nous pourrions appeler, pour reprendre le terme utilisé par Antonio Gramsci, un « consensus actif » derrière la politique autoritaire, une partie substantielle des classes pauvres et marginalisées font partie de « consensus passif ». Nous devons concentrer notre contre-mobilisation sur ces secteurs.

Troisièmement, les démocrates ne doivent pas être considérés comme insensibles aux préoccupations de la population en matière de criminalité. Nous ne sommes peut-être pas d’accord avec sa solution, mais nous ne pouvons ignorer le point de vue de Thomas Hobbes selon lequel l’une des raisons de la création de cet État était une réponse au désir des citoyens de protéger leur vie et leur santé. De plus, alors que c’est la classe moyenne qui craint le plus le crime, ce sont les pauvres qui en souffrent le plus.

Quatrièmement, les partis et personnalités de droite, comme Duterte et Bolsonaro, sont fortement misogynes à un moment où la lutte des femmes pour leurs droits est en montée dans le monde entier. Il est donc très important que de nombreuses femmes jouent un rôle central dans la politique du mouvement antifasciste. Les femmes, lorsqu’elles sont mobilisées, constituent l’un des plus puissants remparts contre le fascisme.

Cinquièmement, de nombreuses personnalités et partis progressistes et libéraux qui ont joué un rôle clé dans la vieille arène politique démocratique libérale ont été discrédités, de même que le système démocratique libéral. Les icônes libérales philippines Cory Aquino et son fils Noynoy Aquino appartiennent au passé, tout comme les figures du PT, Dilma et Lula. Ainsi, alors que nous devons construire de larges coalitions, il est impératif que de nouveaux visages, de nouvelles formations politiques et de nouvelles idées représentent la réponse progressive au fascisme. Il faut souligner que les jeunes constituent un champ de bataille central dans ce conflit, et nous perdons du terrain parmi eux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici