Le libre-échange, une mauvaise idée

Walden Bello, ALAI, 28 février 2019

Je suis pour le commerce. Mais je ne suis pas pour le libre-échange car c’est une mauvaise idée et une mauvaise politique.

Le libre-échange est vraiment en difficulté aujourd’hui. Mais les promoteurs du libre-échange l’ont cherché. Ils sont coupables de plusieurs péchés.

Le premier péché est l’hypocrisie. Les idéologues du libre-échange ont consacré l’Organisation mondiale du commerce (OMC) comme le «fleuron du libre-échange et de la mondialisation». Pourtant, l’OMC encourage le monopole et non le libre marché dans ses accords clés. L’Accord sur les droits de propriété intellectuelle liés au commerce vise à limiter la diffusion des connaissances et des technologies et à permettre aux sociétés géantes de conserver les fruits de l’innovation technologique en resserrant considérablement les règles en matière de brevets.

Les mesures d’investissement liées au commerce visaient à préserver et à élargir les marchés des géants de l’automobile existants en interdisant des politiques qui favorisent le contenu local qui avaient permis aux pays en développement comme la Corée et la Malaisie de développer leurs industries de véhicules automobiles.

L’Accord sur l’agriculture n’a été qu’un instrument visant à ouvrir les marchés des pays en développement aux produits agricoles fortement subventionnés de l’UE et des États-Unis.

Le libre-échange est simplement un euphémisme pour la capture du commerce international par les entreprises.

Les idéologues du libre-échange disent que les pays qui pratiquent le libre-échange sont ceux qui se sont développés avec succès. Faux. En fait, que ce soit l’Allemagne et les États-Unis au 19e siècle, le Japon et la Corée au 20e siècle et la Chine au 21e siècle, la protection du marché intérieur, les subventions à l’exportation, les exigences relatives à la la teneur en éléments d’origine nationale, la réglementation en matière d’investissement, l’acquisition technologique sans restriction entreprises étrangères, la gestion de la monnaie et les obstacles informels et formels à l’importation étaient essentiels au développement industriel. Oui, la croissance de la Chine était axée sur les exportations, mais ne nous y trompons pas. La Chine ne s’est pas engagée dans le libre-échange, mais dans un commerce géré qui comprenait une bonne dose de gestion créative des devises et de formidables subventions à l’exportation.

D’autre part, les pays qui se sont laissé berner ou ont été malmenés par les apôtres du libre-échange et ont oublié le rôle créatif de l’État, comme le Mexique, les Philippines et une grande partie de l’Afrique, ont mordu la poussière.

D’autre part, qu’est-ce que la recherche solide révèle?

Premièrement, l’intégration mondiale accrue grâce au commerce a considérablement accru les inégalités au sein des pays et, si l’on élimine le cas très exceptionnel de la Chine, a accru les inégalités parmi la population mondiale de ménages et d’individus.

Deuxièmement, cette mondialisation a créé à la fois une polarisation entre pays des pays du Nord et du Sud, entre les régions nationales qui tirent leur prospérité du commerce et celles qui sont poussées à aggraver la pauvreté par le commerce.

Troisièmement, la mondialisation a eu des effets différents sur le monde en développement, les pays d’Asie de l’Est en bénéficiant en raison de leurs politiques protectionnistes antérieures et de la gestion de leur commerce pendant la période de mondialisation, tandis que l’Amérique latine, l’Afrique et le Moyen-Orient n’en tiraient que peu ou pas. Ce ne sont pas seulement les régions des États-Unis et de l’Europe qui ont souffert de la désindustrialisation des produits chinois, mais également les industries manufacturières du Mexique, du Brésil et de l’Afrique.

Quatrièmement, le libre-échange, en encourageant une consommation débridée, est un facteur clé d’augmentation des émissions de carbone et dépasse tous les avantages d’une plus grande efficacité énergétique. Je ne parle pas seulement de transport, mais de la création de chaînes de valeur mondiales avec une grande empreinte carbone.

Est-ce que la solution est de se retirer du commerce mondial, car les libre-échangistes ont caricaturé notre position? Non, c’est revenir à un système comme l’Accord général sur le commerce et les tarifs douaniers, qui promouvait le commerce, mais était suffisamment souple pour permettre aux pays de développer et de préserver leurs contrats sociaux complexes en empêchant le dumping des produits, le dumping environnemental et la protection sociale..

À l’instar des idéologues du socialisme à planification centrale, les idéologues du libre-échange ont ignoré tout cela et ont essayé d’imposer à tous un modèle unique. Ils n’ont pas produit le meilleur de tous les mondes possibles, mais Donald Trump.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici