Ashley Smith, extraits d’un article publié par l’International Socialist Organization, avril 2018

 

L’ordre mondial néolibéral de la mondialisation du libre-échange que les États-Unis ont mis en place depuis la fin de la guerre froide est en crise. La crise, déclenchée par la grande récession de 2007, a intensifié la concurrence non seulement entre les entreprises, mais aussi entre les États, ce qui fait en sorte que les désaccords sur les termes de l’échange paralysent l’Organisation mondiale du commerce. Des conflits similaires perturbent les accords régionaux de libre-échange et les blocs régionaux. Les États-Unis restent la seule superpuissance et possèdent de loin la plus grande portée militaire, mais ils font face avec la Chine à un rival mondial et à une foule de rivaux moins importants comme la Russie. Et la concurrence entre les États-nations sur l’équilibre du pouvoir géopolitique et économique s’intensifie. Alors que Trump vise à maintenir certaines politiques néolibérales au pays (comme la déréglementation, la privatisation et les réductions d’impôts pour les riches), ses politiques internationales représentent un changement important par rapport au « libre-échange » mondial. Il promet de déchirer ou de renégocier accords commerciaux et d’imposer des tarifs protectionnistes aux concurrents économiques. Pour faire respecter cela, il veut réarmer l’armée américaine pour repousser tous ses rivaux – la Chine en particulier – et mener ce qu’il dépeint de manière raciste comme une guerre « civilisationnelle » contre l’Islam au Moyen-Orient.

Panique au sommet

Les architectes et les idéologues de l’impérialisme américain reconnaissent que leur stratégie est en crise et s’inquiètent de ce que la nouvelle position de Trump ne fera que l’amplifier.  Selon Martin Wolf du Financial Times, « nous sommes à la fin d’une période économique – celle de la mondialisation dirigée par l’Occident – et d’une période géopolitique – le « moment unipolaire » de l’après-guerre froide d’un ordre mondial dirigé par les États-Unis. La question est de savoir si ce qui va suivre : un dénouement de l’ère post-seconde guerre mondiale dans la déglobalisation et les conflits, comme cela s’est produit dans la première moitié du 20ième siècle ? Ou une nouvelle période dans laquelle les puissances non occidentales, en particulier la Chine et l’Inde joueront un plus grand rôle dans le maintien d’un ordre mondial coopératif » ?[1] Stewart Patrick de la prestigieuse revue Foreign Affairs, s’inquiète : « Si Trump désavoue les alliances américaines de longue date, déchire les accords commerciaux américains existants, élève les barrières commerciales contre la Chine, rejette l’accord de Paris sur le climat et l’accord nucléaire avec l’Iran, il va libérer des forces qui échappent à son contrôle, aiguisant la crise de l’ordre occidental »[2].

La « solution » du néolibéralisme

La classe dirigeante américaine s’est tournée vers le néolibéralisme pour surmonter la crise économique des années 1970 et rétablir la rentabilité et la croissance du système, qui a pris forme sous les régimes de Ronald Reagan aux États-Unis et de Margaret Thatcher en Grande-Bretagne. À l’étranger, les États-Unis ont élargi le programme de « libre-échange » qu’ils avaient poursuivi depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Cherchant une main-d’œuvre, des ressources et des marchés bon marché, Washington a utilisé sa domination des institutions internationales pour forcer l’ouverture des économies nationales à travers le monde. Ces politiques ont surmonté les crises des années 1970 et marqué le début d’une période d’expansion économique qui a duré jusqu’au début des années 2000.

Le bref moment unipolaire

Incapable de suivre le rythme de l’expansion économique de l’Occident et du programme de réarmement massif de l’administration Reagan, et confrontée à ses propres contradictions internes, l’Union soviétique s’est effondrée en 1991 et l’ordre géopolitique bipolaire de la Guerre froide a pris fin. Les États-Unis espéraient établir un nouvel ordre mondial unipolaire dans lequel ils consolideraient leur position de seule superpuissance restante et inattaquable au monde. Pendant un certain temps, les États-Unis ont effectivement supervisé la mise en place d’une nouvelle structure de l’impérialisme mondial. Ils ont intégré la plupart des États du monde dans l’ordre néolibéral baptisé de « Consensus de Washington », utilisant les institutions financières et commerciales internationales comme le FMI, la Banque mondiale et l’Organisation mondiale du commerce pour contraindre toutes les nations à adopter des politiques néolibérales. Entre-temps, le Pentagone a déployé sa puissance militaire pour surveiller et écraser tous les Etats soi-disant voyous comme l’Irak.

Le retour de la rivalité

Ce qui est survenu par après, a fait éclater cette vision. Après avoir abandonné le capitalisme d’État autarcique, la Chine est devenue le nouvel atelier du monde. Son PIB est passé d’environ 1,9%   en 1979 à environ 15% du monde en 2016. La Chine est maintenant la deuxième plus grande économie du monde et estime pouvoir dépasser les États-Unis comme la plus grande économie d’ici quelques années. Parallèlement, le Brésil et d’autres économies régionales se sont développés. La Russie, après avoir subi l’énorme effondrement de son empire, a réussi à se reconstruire comme une pétro-puissance dont l’influence géopolitique disproportionnée découle de son arsenal nucléaire.  En déclenchant la guerre en Irak en 2003, les États-Unis espéraient pouvoir contrôler leurs rivaux, en particulier la Chine, qui dépend des réserves énergétiques stratégiques de la région. Au lieu de cela, Washington a souffert, selon les termes du général William Odom, l’ancien chef de la National Security Agency, de son « plus grand désastre stratégique de l’histoire américaine ». Tandis que les Etats-Unis s’enlisent au Moyen-Orient, la Chine s’affirme de plus en plus dans le monde entier. Ces développements ont fait capoter le moment unipolaire et l’ont remplacé par l’ordre mondial asymétrique d’aujourd’hui. Les États-Unis demeurent la seule superpuissance au monde ; mais il fait maintenant face à un rival international en Chine et à des puissances inférieures comme la Russie.

La rupture de Trump

Trump veut combiner le néolibéralisme à la maison avec le protectionnisme contre la concurrence étrangère. C’est une position qui rompt avec la stratégie de l’establishment américain consistant à superviser la mondialisation du libre-échange. À l’intérieur des États-Unis, Trump réduit les impôts des riches, arrache les règlements gouvernementaux qui « entravent » les intérêts commerciaux et s’attaque aux syndicats du secteur public. Il veut également investir 1 billion de dollars pour moderniser l’infrastructure décrépite du pays. Trump espère avec ces carottes économiques pour attirer les entreprises manufacturières américaines aux États-Unis. En même temps, Trump menace d’imposer des tarifs sur les sociétés américaines qui déplacent leur production vers d’autres pays. Il a déjà renoncé au Partenariat transpacifique et entend faire de même avec le Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (TTIP) avec l’Europe. Il promet de renégocier l’ALENA avec le Mexique et le Canada pour obtenir de meilleures conditions et, en réponse au protectionnisme chinois et européen, il menace d’imposer une taxe à la frontière de 45% sur les exportations chinoises et étrangères vers les États-Unis. Ce nationalisme économique s’accompagne d’une promesse de réarmer l’armée, en voulant augmenter les dépenses militaires de 54 de dollars (9% du budget militaire). Trump prévoit également d’intensifier ce qu’il considère comme une guerre civilisationnelle avec l’Islam. Cela impliquera probablement de déchirer l’accord nucléaire avec l’Iran, d’intensifier la guerre contre l’Etat islamique en Irak et en Syrie, et de mener d’autres actions contre al-Qaïda au niveau international. En rupture avec la politique d’Obama, Trump ne considère pas la Russie comme la principale menace; il croit que c’est la Chine. En plus d’envisager de conclure un accord avec la Russie pour abandonner les sanctions sur sa saisie de la Crimée, il veut collaborer avec Poutine dans une guerre commune contre l’Etat islamique en Syrie.

Les obstacles

Trump fait face à une vaste gamme d’obstacles qui pourraient l’empêcher de mettre en œuvre sa nouvelle stratégie. Pour commencer, il est un président impopulaire avec une cote d’approbation inférieure à 40 pour cent. Lui et son cabinet capitaliste feront sans aucun doute face à de nombreux scandales, compromettant leur capacité à faire avancer leur agenda. Il promet en même temps de réduire les impôts pour les riches, de dépenser des centaines de millions pour l’infrastructure domestique et de réduire le déficit. Cela ne correspond pas à la réalité économique. En plus de tout cela, le capital multinational s’oppose à son protectionnisme. Bien sûr, le capital est ravi de son néolibéralisme domestique, comme en témoigne l’énorme expansion du marché boursier, mais ses propositions de tarifs, de renégociation de l’ALENA et de démantèlement du PTP et du TTIP menacent leurs stratégies d’investissement.

Au-delà de Trump

Alors que les contradictions de Trump pourraient entraver sa capacité à imposer son programme nationaliste économique, ce programme ne va pas disparaître, pas plus que les problèmes qu’il est censé résoudre. La réalité est que les États-Unis font face à un déclin continu de l’ordre mondial néolibéral.  La Chine accélère la transformation de son économie. La Chine tente également de supplanter les États-Unis en tant qu’hégémonie économique en Asie. Immédiatement après que Trump ait renoncé au Partenariat trans-pacifique, la Chine a appelé les États de la région Asie-Pacifique à adhérer à son traité commercial alternatif, le Partenariat économique régional global. Il est clair qu’il existe une dynamique du système mondial vers la rivalité entre les États-Unis et son principal adversaire impérialiste, la Chine. Le haut degré d’intégration économique fait hésiter les classes dirigeantes à risquer la guerre. Et, parce que tous les grands États sont des puissances nucléaires, chacun est réticent à risquer des conflits armés se transformant en anéantissement mutuel.

[1] Martin Wolf, « Le long et pénible voyage au désordre du monde » Financial Times, 5 Janvier, 2017

[2] Foreign Affairs, 6 Février, 2017

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here