Marwan Bishara, Al Jazeera, 9 mai 2018

Les présidents américains ont depuis longtemps élaboré des visions stratégiques pour guider leur politique étrangère, se concentrant sur un ennemi ou une menace particulière, qu’il s’agisse de communistes, de nationalistes arabes ou de « djihadistes violents ». Avec le communisme vaincu, le nationalisme arabe en crise, et les « djihadistes sunnites » en fuite, l’administration Trump a fait de l’ Iran l’objet de son inimitié. Après une année de confusion et d’incertitude, une doctrine américaine révisée s’est focalisée sur le Moyen-Orient, mais avec des implémentations directes pour l’Asie du Sud-Est, l’Europe et la Russie prennent enfin forme, pour des raisons explicables par l’acronyme ISRAEL.

I pour « Iran »

Le président a finalement abandonné l’accord nucléaire iranien « mal négocié » pour faire pression en faveur d’un accord autorisant des inspections partout et en Iran et garantissant que Téhéran ne se rapproche jamais d’un programme d’armement nucléaire. Il n’y a absolument aucune surprise ici. En janvier, Trump avait averti :

Personne ne devrait douter de ma parole. J’ai dit que je ne certifierais pas l’accord nucléaire – et je ne l’ai pas fait. Je vais également suivre cette promesse. J’appelle par la présente les pays européens clés à se joindre aux États-Unis pour réparer les failles importantes de l’accord, contrer l’agression iranienne et soutenir le peuple iranien. Si les autres nations ne parviennent pas à agir pendant ce temps, je vais mettre fin à notre accord avec l’Iran. Ceux qui, pour une raison ou une autre, choisiront de ne pas travailler avec nous seront du côté des ambitions nucléaires du régime iranien et contre le peuple iranien et les nations pacifiques du monde.

Depuis lors, le président a réussi à mettre en place son équipe de sécurité nationale préférée. Et maintenant, il est prêt à se préparer à une confrontation totale avec l’Iran. Avec le trio de sécurité nationale de Trump (John BoltonMike Pompeo et James Mattis), tous sont tous d’accord sur la nécessité d’affronter l’Iran parce qu’ils croient que son régime répond uniquement à la coercition et à la force. Après des décennies de diabolisation mutuelle , l’Iran est devenue le « Grand Satan » – les foules qui brûlent des drapeaux, les ayatollahs à visage dur, le bras idéologique de l’axe du mal. Pour Washington, le gouvernement supposément modéré de Rouhani peut être tactique et pragmatique à certains moments, mais il reste partie intégrante de la dictature iranienne.  C’est pourquoi, tout accord doit faire en sorte que l’Iran renonce à toute activité nucléaire suspecte, mette fin à son programme de missiles balistiques, réduise ses activités régionales belliqueuses et annule son idéologie déstabilisatrice. Des demandes considérées comme des violations humiliantes de la souveraineté et donc rejetées par tout le monde en Iran, « modérés » comme « radicaux ».

S pour « Saoudite »

L’Arabie Saoudite est la plus fervente partisane de la campagne contre l’Iran – peut-être plus qu’Israël. Riyad a profité de la naïveté de Trump et de sa cupidité pour inciter le = président contre l’Iran avec des centaines de milliards de dollars de contrats. C’est un fait peu connu que l’Arabie saoudite et Israël voulaient attaquer l’Iran au lieu de l’Irak, après le 11 septembre 2001. Mais la débâcle américaine en Irak a empêché les États-Unis d’imposer un changement de régime en Iran et plus encore, elle a renforcé la main de l’Iran en Irak et dans toute la région. La  nouvelle direction  saoudienne est prête à mettre en avant ses ressources, ses soldats et son influence pour affronter l’Iran, comme au Yémen, si l’administration Trump accepte de suivre. Et Trump semble enclin à l’idée que les États-Unis agissent en tant que mercenaires, pour un « juste prix » ; comme en Syrie par exemple.

R pour « renverser tout Obama »

L’approche de Trump à l’égard de l’héritage de son prédécesseur est politique et stratégique. Mais c’est aussi personnel : c’est une campagne obsessionnelle pour renverser tout et n’importe quoi ayant rapport avec Obama. Même quand il est d’accord avec Obama, Trump garde intactes ses références anti-Obama.

A pour « armes »

La doctrine de Trump postule la suprématie militaire et la supériorité économique des États-Unis, ce qui signifie subventionner et soutenir l’industrie d’armement américaine. En tant que trader en chef des armes, Trump vise à stimuler les exportations d’armes américaines, même si cela mène à une course aux armements et à des guerres potentiellement plus dévastatrices au Moyen-Orient et au-delà. Le Golfe est en tête de liste des clients américains. L’Arabie saoudite a consacré à elle seule plus de 100 milliards de dollars  à l’armement l’année dernière, amenant son prince héritier à se vanter de la supériorité militaire saoudienne et à battre les tambours de guerre contre l’Iran. Si l’Iran finit par abandonner l’accord nucléaire, la région pourrait non seulement assister à une course aux armements, mais potentiellement à une course nucléaire dévastatrice.

E pour « engagement »

Quand il s’agit de Donald Trump, ne faites pas attention à ce qu’il dit. Ses tweets peuvent être controversés, même divertissants, mais ses actions sont conséquentes et imprudentes.

Il dit: « Je veux retirer les troupes américaines de la Syrie », puis décide de les garder et de pousser à la confrontation avec l’Iran et ses alliés. Il dit: « Je serai d’accord avec ce que les Israéliens et les Palestiniens décident », mais reconnaît Jérusalem comme la capitale d’Israël et se prépare à imposer un accord final sur les Palestiniens.  S’appuyer sur l’Arabie Saoudite et Israël se révélera être à courte vue, d’autant que l’administration Trump a déjà aliéné les alliés européens en menaçant tous ceux qui traitent avec l’Iran de sanctions.  Avancez de quelques mois et observez les USA multiplier les attaques de drones, la présence et les exercices navals, les bases militaires, les opérations clandestines et les activités belliqueuses contre l’Iran et ses alliés – qui ont pris le contrôle des villes et des régions en Syrie et au Yémen et gagnent des élections en Irak et au Liban.

Une confrontation avec l’Iran ne se terminera pas avec plus de sanctions américaines, certainement pas sans sanctions secondaires contre les entreprises européennes, chinoises et russes qui traitent avec l’Iran. Cela ouvrira la voie à une crise internationale à part entière ; ce qui pourrait laisser les États-Unis, et non pas l’Iran, isolés.

L pour « la bouche est bouclée »

Donald Trump, à part les aéroports, les terrains de golf et les riches locataires arabes résidant dans ses tours dorées, n’a pas montré d’intérêt pour façonner ou transformer la région comme l’ont fait certains de ses prédécesseurs. En fait, il a exprimé le désir de se lancer dans l’édification de la nation et l’intimidation. Chaque administration américaine depuis la Seconde Guerre mondiale s’est considérée comme indispensable au bien-être et à la sécurité de la région. Et Trump partage maintenant cette vision de l’indispensabilité, qui est passée de l’illusion libérale à une illusion dangereuse depuis la révolution iranienne il y a près de cinq décennies. Aujourd’hui, la boucle est bouclée. La doctrine Trump rejoint la doctrine Carter de 1980, qui peut être résumée par la déclaration suivante : « Toute tentative par une force extérieure de prendre le contrôle de la région du golfe persique sera considérée comme une attaque contre les intérêts vitaux des États-Unis d’Amérique, et un tel assaut sera repoussé par tous les moyens nécessaires, y compris la force militaire ». Trump, comme ses prédécesseurs, veillera à ce qu’aucun autre pouvoir ou entité, sauf les États-Unis, n’ait son mot à dire sur la résolution du conflit arabo-israélien, la prolifération ou l’utilisation d’armes de destruction massive, la sécurité du Golfe, etc. Pas même l’ONU. Surtout pas l’ONU.

 

 

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here