Mustapha Barghouti, The Nation, 14 mai 2018

Aujourd’hui, en grande pompe officielle, l’administration Trump déplace l’ambassade américaine en Israël de Tel Aviv à Jérusalem, la ville où je suis né, où j’ai commencé ma carrière médicale, et où mainteannt, comme des millions d’autres Palestiniens, je suis interdit d’entrer.

Quand le déménagement a été annoncé en novembre dernier, le président Trump a rompu avec la communauté internationale et 70 ans de politique officielle des États-Unis. Et alors, il a donné le feu vert à Israël pour renforcer son contrôle sur Jérusalem-Est, la ville palestinienne occupée et accélérer ses efforts pour chasser les Palestiniens de Jérusalem de leurs foyers afin que les colons illégaux juifs puissent vivre à leur place.

Pour ajouter l’insulte à l’injure, l’ambassade est inaugurée la veille de la commémoration du 70e anniversaire de la Nakba par les Palestiniens (« catastrophe » en arabe), quand environ trois quarts de million de Palestiniens ont été expulsés de leurs maisons lors de la mise en place de l’État israélien.

La reconnaissance de Trump de Jérusalem en tant que capitale d’Israël va aggraver le sort des Palestiniens dans la ville et au-delà. Plus de familles palestiniennes seront expulsées de leurs maisons, plus de Palestiniens de Jérusalem verront leurs droits de résidence révoqués, les colonies exclusivement juives illégales continueront à s’étendre sur les terres palestiniennes, et la majorité des Palestiniens continueront à se voir refuser l’entrée à Jérusalem, qui joue un rôle central dans la culture, l’histoire et l’identité palestiniennes.

Ensemble, Trump et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu ont détruit ce qui reste du processus de négociation parrainé par les États-Unis, qui a débuté il y a plus d’un quart de siècle avec la signature des Accords d’Oslo. Il est temps que le monde reconnaisse que la domination militaire israélienne sur les Palestiniens dans les territoires occupés n’est pas temporaire. C’est un régime d’apartheid dans lequel il y a deux systèmes distincts et inégaux de droit et de gouvernance basés sur la religion.

Pour remplacer ce régime discriminatoire, nous avons besoin d’un nouveau paradigme basé sur l’égalité nationale et civile pour tous ceux qui vivent dans cette terre – un paradigme dans lequel Israéliens et Palestiniens peuvent vivre ensemble en liberté, avec la justice pour tous et sans aucune forme de discrimination.

Pour y parvenir, l’Organisation de libération de la Palestine devrait adopter une nouvelle stratégie afin de changer l’équilibre des forces sur le terrain et aider les populations à rester fermes face aux tentatives israéliennes de les éliminer. Elle devrait renforcer le soutien à la résistance populaire non violente qui existe dans les territoires occupés depuis plus de 16 ans et qui a été utilisée de manière si efficace pendant la Première Intifada. Et elle devrait peser de tout son poids derrière le mouvement mondial de boycott, de désinvestissement et de sanctions pour les droits des Palestiniens.

Fondamentalement, nous devons aussi résoudre le désaccord politique débilitant entre le Fatah et le Hamas, qui a été si dévastateur pour la lutte nationale palestinienne au cours de la dernière décennie. Nous n’obtiendrons jamais notre liberté tant que nous sommes divisés.

Soixante-dix ans après l’expulsion massive des Palestiniens pendant la création d’Israël, les Palestiniens continuent de résister aux tentatives d’Israël de les déposséder et de nier notre droit de retourner sur les terres dont nous avons été chassés. On le constate avec l’enthousiasme énorme pour la Marche à Gaza depuis un mois dernier, avec des milliers et des milliers de participants qui ont bravé le feu meurtrier israélien pour réclamer pacifiquement leurs droits.

Malgré les meilleurs efforts d’Israël, nous n’irons nulle part, et nous n’accepterons jamais d’être des esclaves sous son régime militaire oppressif. Nous continuerons à travailler pour notre liberté jusqu’à ce que nous l’accomplissions.

 

Mustafa Barghouti est médecin et secrétaire général du parti politique de l’Initiative nationale palestinienne.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here