ALÉNA : le jeu de Trump

David Child, l Jazeera, 30 août 2018

Le président américain , Donald Trump, menace de renoncer à l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA), vieux de près de 25 ans, ce qui en fait le dernier accord ciblé dans le cadre de sa stratégie commerciale « America First ».

Lundi, il a annoncé un accord préliminaire avec le Mexique , lui suggérant de supprimer tous les accords d’Ottawa si les fonctionnaires canadiens, qui sont actuellement à Washington pour négocier, n’acceptent pas de nouvelles conditions. « Ils appelaient ça l’ALENA », at-il déclaré depuis la Maison Blanche. « Nous allons l’appeler l’accord commercial États-Unis-Mexique. Nous allons nous débarrasser du nom de l’ALENA. »

Mais les analystes disent que Trump pourrait faire face à un certain nombre d’obstacles, en particulier de la part du Congrès.Selon  un rapport publié en 2017 par le Congressional Research Service des États-Unis, le commerce trilatéral entre les pays de l’ALENA a dépassé 1 milliard de dollars par an ces dernières années  .

Trump peut-il se retirer de l’ALENA?

En vertu de l’ article 2205 de l’ALENA, un pays peut se retirer de l’accord en donnant un préavis de six mois aux autres signataires. Cela signifie que Trump pourrait, en théorie, envoyer une lettre de notification au Canada et au Mexique indiquant son intention de se retirer mais, selon Gary Hufbauer, chercheur principal au Peterson Institute for International Economics basé à Washington, le président aurait d’abord besoin de l’approbation du Congrès pour mettre fin à la participation des États-Unis.

Bien que la loi de 1974 sur le commerce  accorde aux présidents des États-Unis le pouvoir de se retirer unilatéralement des accords commerciaux, le fait que l’ALENA ait été mis en œuvre par la législation suggère que le Congrès doit également approuver tout. Il n’est pas clair, cependant, si le Congrès aurait définitivement le dernier mot sur toute tentative de retrait de Trump, et les experts juridiques ont spéculé que si Trump essayait de se retirer, l’affaire pourrait se retrouver devant les tribunaux.

S’il était déterminé que Trump aurait besoin de l’approbation du Congrès, plusieurs pensent que le président aurait du mal à convaincre les politiciens que se retirer de l’accord est la bonne voie à suivre. Laura Dawson, directrice de l’Institut canadien Wilson, basé à Washington, estime qu’il était peu probable que Trump trouve une audience favorable parmi les politiciens actuels pour se retirer du pacte.  En janvier, des dizaines de politiciens du parti républicain de Trump – qui contrôle actuellement la Chambre des représentants et le Sénat – ont exhorté le président à ne pas se retirer du traité, affirmant qu’un large éventail d’industries américaines avaient bénéficié de l’accord.

Trump peut-il présenter un accord bilatéral à la place?

Au cœur du problème, il y a la question de savoir si Trump sera en mesure de conclure un accord avec le Canada et avec le Mexique. L’administration Trump a donné au Canada une date butoir qui est aujourd’hui vendredi 31 août pour accepter un nouvel accord.

Avec le Canada à bord, Trump pourrait prendre un accord de style NAFTA 2.0 avec les politiciens américains, augmentant ainsi ses chances d’obtenir l’approbation du Congrès pour ce qui constituerait essentiellement une mise à jour de l’accord actuel.

Si le Canada, le plus grand marché d’exportation des États-Unis, choisit de ne pas accepter les modalités révisées, le Congrès pourrait toutefois prendre un certain nombre de moyens pour empêcher Trump de se contenter de la version existante de la transaction.

Que se passe-t-il si l’ALENA est résilié?

Même si Trump est en mesure de convaincre le Congrès d’abandonner l’accord existant, un certain nombre de lois adoptées en décembre 1993 dans le cadre de la Loi de mise en œuvre de l’ALENA risquent de ne pas être rédigées. « L’ALENA a été mis en place par une loi habilitante et de nombreux éléments de cette législation sont permanents », selon Robert Scott, économiste en chef à l’Economic Policy Institute (EPI), une organisation basée à Washington.

Plusieurs  dispositions sur des questions allant des marchés publics aux normes environnementales et de travail ont été promulguées dans le cadre de la loi de mise en œuvre, et survivent à tout retrait américain sans un effort concerté du Congrès pour les modifier ou les abolir.

Trump a été un critique virulent de l’ALENA dans le passé, le qualifiant de « pire accord commercial » jamais accepté par les États-Unis en septembre 2016, alors qu’il faisait campagne pour la présidence. Selon plusieurs observateurs, le véritable objectif[de Trump est de déclarer, en novembre, aux élections de mi-mandat :« j’ai promis de me débarrasser de l’ALENA et voilà je l’ai fait. « 

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici