Alternatives : une organisation de solidarité internationale en péril

0
439

Par le comité de relance d’Alternatives, 30 juin 2020

Cette organisation de solidarité créée en 1994 vit présentement des moments dramatiques qui la paralysent et pourraient conduire à son déclin. Un « comité de relance » mis en place par les employé-es et des membres cherche à éviter le pire et à reconstruire un mouvement qui a encore sa place dans la galaxie des initiatives citoyennes pour construire, selon l’expression consacrée, un « autre monde ».

L’élan initial

Au tournant des années 1990, une nouvelle organisation est née dans la galaxie des organisations de solidarité internationale. Des militants et des militantes qui œuvraient pour la solidarité internationale avec des mouvements de libération un peu partout dans le monde décidaient de se mettre ensemble et de travailler avec des mouvements populaires au Québec et ailleurs. C’était l’époque où se développait beaucoup de résistance contre le néolibéralisme et son cortège de politiques économiques désastreuses et de tournants militarismes. De grandes et de petites manifestations éclataient un peu partout dont le fameux rassemblement de Seattle où une délégation québécoise avait été organisée par Alternatives. Tandis que toutes sortes de mouvements cherchaient à se libérer d’une tendance sectaire et hermétique, le débat se déployait et les mouvements se réorganisaient au sein de groupes de réflexion, d’associations citoyennes et d’organisations de solidarité. Poussées par le rêve, ces nouvelles formations sortaient des forêts et descendaient des montagnes pour défendre les droits fondamentaux des populations les plus marginalisées. L’optimisme de la volonté avait atteint son apogée.

L’altermondialisme

Après quelques années d’enracinement, Alternatives participait à la grande mobilisation qui a eu lieu à Québec en avril 2001 au moment du Sommet des peuples des Amériques. Nous étions des milliers à dire non au projet néolibéral de libre-échange, mais surtout, pour dire oui à l’établissement de nouvelles solidarités nord-sud. Sur cette lancée, Alternatives a participé à l’initiative qui est devenue le Forum social mondial, à Porto Alegre et plus tard dans plusieurs villes du monde entier. Parallèlement, Alternatives développait dans le sud une programmation originale axée sur l’appui à la création de réseaux de solidarité et de communication dans plusieurs pays d’Asie, d’Afrique, des Amériques et des Caraïbes. Pendant cette première décennie du millénaire, Alternatives bourdonnait avec celles et ceux qui avaient choisi de s’engager sérieusement dans le processus. On organisait des journées d’étude pendant l’été, on publiait des journaux hebdomadaires et mensuels, on animait des conférences, des débats, des séminaires, des discussions, des ateliers qui réunissaient membres, sympathisants, employés, conseil d’administration et citoyens. Au milieu de ce fourmillement d’idées naissaient alors des prises de position et des mobilisations populaires sur des enjeux importants qui concernaient les citoyens actifs et l’ensemble de la société.

Le déclin

Quelques années plus tard, l’organisation a subi le choc du tournant conservateur au Canada où le gouvernement Harper voulait réduire le champ d’action des ONG et les forcer à suivre étroitement les orientations d’Ottawa. Ce choc externe cependant a été amplifié par l’enlisement des structures internes qui ont provoqué la démission de nombreux membres du conseil d’administration. Peu à peu, l’organisation s’est enfoncée dans une gouvernance autoritaire, coupée des mouvements et des luttes, concentrant le pouvoir dans les mains d’une seule personne en dépit de la volonté et de l’énergie du collectif des employé-es. De sérieux problèmes de gestion se sont accumulés remettant en question les traditions de transparence et de rigueur qui avaient permis de mobiliser les artisans et les artisanes de l’organisation, mais également d’attirer la sympathie de nombreux membres et supporteurs, dans une optique où la reddition des comptes et le respect strict des règles s’imposent au sein d’organismes dont la mission est de servir le public.

Reconstruire

Il est à notre avis trop tôt pour jeter la serviette. Le collectif des employés avec l’aide d’un comité de relance composé de membres estime que la situation actuelle peut être réparée. Une organisation avec des prétentions de participer à un grand projet d’émancipation ne peut dépendre d’une personne. Certes, un leadership est nécessaire, mais un leadership basé sur la convivialité, le respect et surtout, sur la capacité d’animer un processus collectif. Un virage est nécessaire, y compris dans la gestion de la situation difficile créée par la pandémie actuelle. Le collectif a proposé plusieurs mesures pour y faire face, sans supprimer des emplois, ce qui est également une question éthique au moment où le chômage explose au Québec [1]. Il ne s’agit pas de règlement de compte et en réalité, tout le monde pourrait être gagnant avec une refondation capitalisant sur les capacités et les énergies de tous et chacun-es.

[1] Les propositions du collectif sont exposées en long et en large sur le site du syndicat des employé-es d’Alternatives : http://www.syndicatalternatives.com/