Amérique latine : l’assaut des sociétés minières  

Manuel Perez-Rocha et Jen Moore, exte paru dans Inequality.org ,15 mai 2019.

 

Le droit des investisseurs étrangers de poursuivre les gouvernements devant les tribunaux internationaux est l’un des exemples les plus extrêmes de pouvoir excessif accordé aux sociétés par le biais d’accords de libre-échange et de traités d’investissement.

Depuis des décennies, les entreprises utilisent ce pouvoir pour exiger une indemnisation massive des réglementations d’intérêt public et d’autres actions gouvernementales susceptibles de réduire la valeur de leurs investissements. L’indignation généralisée à l’égard de ce système de « règlement des différends entre investisseurs et États » est l’un des éléments clés de la renégociation de l’Accord de libre-échange nord-américain.

Mais cet outrage public n’a pas empêché les entreprises de continuer à engager de telles poursuites. En janvier 2019, par exemple, la société américaine Legacy Vulcan LLC a engagé une action en justice contre le Mexique au sujet d’un différend environnemental concernant l’exploitation d’une carrière de calcaire près de la célèbre destination de vacances Playa de Carmen. La société a cité des réglementations écologiques sur l’utilisation des sols dans la municipalité de Solidaridad, l’empêchant d’étendre ses activités minières sur deux propriétés. En utilisant les règles d’investissement de l’ALENA, la société prévoit d’exiger une compensation d’environ 500 millions de dollars.

Le même mois, la société américaine Odyssey Marine Exploration a déposé son avis d’intention de poursuivre le Mexique pour la somme scandaleuse de 3,54 milliards de dollars pour n’avoir pas obtenu les autorisations nécessaires pour faire avancer un projet de mine de phosphate au large des côtes de Baja California Sur.

Ce ne sont que deux des 38 cas d’investisseurs et d’États liés au secteur minier décrits dans un nouveau rapport de l’Institute for Policy Studies, de MiningWatch Canada et du Center for International Environmental Law. Extraction Casino: des sociétés minières qui jouent avec la vie et la souveraineté latino-américaines par le biais d’un arbitrage supranational montrent à quel point les sociétés minières transnationales sont parmi les plus grands utilisateurs de ce système la santé et les modes de vie des effets destructeurs de l’exploitation minière.

À l’échelle mondiale, le secteur extractif est responsable de 24% des demandes d’indemnisation entre États et investisseurs et le nombre de cas liés à l’exploitation minière est en plein essor. Sur les 169 plaintes déposées par les sociétés pétrolières, gazières et minières depuis 1974, 96 l’ont été depuis 2010.

Amérique latine, où les gouvernements d’Amérique centrale et du Sud sont confrontés à 29% des réclamations connues. Ce rapport a examiné l’ensemble des 38 affaires liées à l’exploitation minière qui ont été portées contre des gouvernements d’Amérique latine avec une intensité croissante depuis 1998.

Les entreprises canadiennes sont très présentes. Environ 55% des actifs miniers canadiens à l’étranger sont concentrés en Amérique latine.

La Colombie, qui fait face à plus de 18 milliards de dollars en procès, fait partie des pays les plus durement touchés. Une seule de ces poursuites réclame 16,5 milliards de dollars. Ces réclamations concernent des actions gouvernementales visant à protéger le territoire autochtone et les écosystèmes páramo fragiles, qui fournissent de l’eau à plus d’un million de personnes.

Le Mexique et l’Uruguay dépensent chacun plus de 3 milliards de dollars en actions pour des mesures qui ont interdit l’accès des zones écologiquement sensibles à l’exploitation minière industrielle. Le Guatemala et l’Équateur font également face à des poursuites ou à des menaces de poursuites liées à des projets d’or et d’argent que des communautés ont passé de nombreuses années à se battre, à la criminalisation et à la menace de défendre leur eau, leur santé et leurs moyens de subsistance.

Les entreprises ciblent les lois, les décisions de justice et autres mesures résultant des luttes difficiles des communautés touchées par le secteur minier. Dans plus des deux tiers des 38 cas examinés, les communautés se sont activement organisées pour résister aux activités minières et défendre leurs terres, leur santé, leur environnement, leur autodétermination et leur mode de vie. En conséquence, ces poursuites des investisseurs représentent une nouvelle attaque contre leur autodétermination et des protections juridiques déjà limitées.

En ce qui concerne la nature des mesures gouvernementales en litige, on note que dans un tiers des cas, les entreprises exercent des représailles contre des mesures liées aux droits des autochtones et au consentement de la communauté.

Les sociétés minières transnationales sont autorisées à contourner les tribunaux nationaux et à poursuivre les gouvernements devant des tribunaux privés, tels que le Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements, affilié à la Banque mondiale. Les membres du tribunal sont des juristes d’entreprise bien payés qui n’ont aucune obligation de prendre en compte les droits des communautés locales ou l’importance de la protection de la santé et de l’environnement.

Les règles actuelles en matière d’investissement menacent le bien-être du public et de l’environnement, ainsi que le droit à l’autodétermination des communautés et à la souveraineté nationale sur l’élaboration des politiques. Le règlement des différends entre investisseurs et États devrait être aboli et tous les traités relatifs au commerce et à l’investissement devraient être audités et, uniquement après une participation significative du public, annulés ou reformulés de manière à donner la priorité aux droits des personnes et à l’environnement.

Manuel Perez-Rocha et Jen Moore sont membres associés de l’Institute for Policy Studies et co-auteurs de  Extraction Casino: Sociétés minières jouant avec la vie en Amérique latine et la souveraineté dans l’arbitrage supranational.

https://ips-dc.org/report-extraction-casino/

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici