Arabie Saoudite : puissance sur la brèche

Marwan Kabalan, Extraits d’un texte paru dans Al Jazeera, 20 novembre 2018

 

Le meilleur ami des États-Unis

Tout au long de la guerre froide, l’Arabie saoudite a joué un rôle discret, mais important, sur la scène internationale, contribuant à l’effondrement de l’Union soviétique. Dans les années 1980, elle a rejoint le Pakistan et les États-Unis dans leurs efforts pour soutenir les groupes armés résistant à l’ occupation soviétique de l’Afghanistan, finançant la plupart des programmes de la CIA visant à armer et à entraîner les moudjahidine. La Maison des Saoud a également contribué à la chute des prix du pétrole dans la seconde moitié des années 1980, mettant ainsi à genoux l’économie soviétique dépendant du pétrole.

Et lorsque la menace a envahi ses frontières en août 1990 avec la décision de Saddam Hussein d’envahir le Koweït, Riyad a également opté pour une solution de contournement. Il a demandé l’aide des États-Unis qui ont rapidement dépêché une force de la coalition pour expulser l’armée irakienne du Koweït et empêcher une invasion de l’Arabie saoudite.

Le virage

Mais par la suite, la situation a radicalement changé au Moyen-Orient. L’invasion américaine de l’Afghanistan en 2001 et de l’Irak en 2003 a éliminé deux des principaux ennemis régionaux de l’Iran, ressuscitant ainsi ses ambitions d’hégémonie régionale. La rupture du Printemps arabe en 2011 a mis à mal un certain nombre de régimes dictatoriaux que l’Arabie saoudite considérait comme les piliers de la « stabilité » dans la région. Le président égyptien Hosni Moubarak a été renversé, ce qui a envoyé une onde de choc à travers le Moyen-Orient. Pour tenter d’éviter le même sort, Bashar al-Assad a déclenché une violente vague de répression sur la population syrienne, plongeant finalement le pays dans une guerre civile sanglante.

Pour la première fois de son histoire récente, l’Arabie saoudite s’est retrouvée exposée. Entretemps, l’administration Obama a fait preuve de peu de sensibilité envers les préoccupations saoudiennes alors qu’il cherchait à se rapprocher de l’Iran, laissant Riyad profondément inquiet pour sa sécurité.

En mars 2011, des troupes saoudiennes ont été envoyées à Bahreïn pour annuler le mouvement de protestation. En juin 2013, Riyad a soutenu le coup d’État militaire en Égypte qui a renversé le gouvernement des Frères musulmans. Il a acheminé des milliards de dollars au soutien de la junte militaire égyptienne alors qu’elle réprimait sans merci le mouvement islamiste.

En Syrie, l’Arabie saoudite s’est efforcée de saper le régime de Bachar al-Assad, militairement et diplomatiquement. Riyad a financé l’achat d’armes jourdes et acheminé des millions de dollars vers des combattants anti-régime dans le but de sortir de l’impasse sanglante qui avait permis à Assad de s’accrocher au pouvoir.

Pourtant, c’est la prise de contrôle de la capitale yéménite Sanaa par les Houthis en septembre 2014 qui a profondément ébranlé l’Arabie saoudite. Initialement, la décision d’entrer en guerre au Yémen avait été saluée comme une intervention courageuse et opportune visant à empêcher les Houthis de prendre le contrôle total du Yémen et de contribuer ainsi à l’influence croissante de l’Iran dans la région. Cependant, alors que la guerre se prolongeait et que des milliers de civils étaient tués et que des hôpitaux et des écoles étaient bombardés, cela est devenu un autre fiasco de la politique étrangère pour l’Arabie saoudite.

MBS : un prince dérangeant

Au lieu d’essayer de construire un front contre l’Iran, le prince héritier Mohammed ben Salmane (MBS) s’est retrouvé à se battre sur presque tous les fronts possibles. Il est actuellement en conflit avec la Turquie et ses alliés sunnites, y compris le Qatar; et avec l’Iran et ses alliés chiites en Irak, en Syrie, au Yémen et au Liban.

MBS a non seulement créé plus d’ennemis qu’il ne peut en gérer, mais il a également choisi les mauvais alliés. Il s’est engagé sur une voie dangereuse de normalisation avec Israël , persuadé que cela lui rapporterait à long terme. Mais avec cette décision, il risque de perdre les cœurs et les esprits des peuples arabes au profit de la Turquie et de l’Iran, qui se sont tous deux positionnés en défenseurs de la cause palestinienne.

Plus important encore, il risque de perdre son soutien dans son propre pays et de contribuer à la montée en puissance de forces plus radicales, alors que certains Saoudiens voient leur pays combattre leurs mauvais « ennemis » et s’allier avec leurs mauvais « amis ».

Si Mohammed bin Salman continue dans cette voie, il est susceptible de provoquer non seulement sa propre chute politique, mais également celle de la Maison des Saoud.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici