Argentine : le féminisme populaire

 

DIANA BROGGI, Contretemps, mars 29108

 

Le président argentin Mauricio Macri entre dans la dernière année de son mandat de quatre ans et laisse derrière lui un héritage d’austérité et de politiques répressives qui ont plongé le pays d’Amérique du Sud dans une impasse sociale, économique et politique. L’Argentine est un pays d’une richesse considérable, et pourtant un nombre toujours plus grand de ses citoyens – 33% selon les dernières estimations – vivent sous le seuil de pauvreté. L’attaque contre les services publics de base tels que les soins de santé et l’éducation, aggravée par les plans d’ajustement imposés par le FMI, a eu un impact direct sur la qualité de la vie de la population générale du pays.

Si la tendance actuelle se maintient, l’Argentine continuera à régresser. Heureusement, les féministes argentines mènent la ligne de front de la résistance. Il n’est peut-être pas surprenant que les femmes et les personnes LGBTQ – parfois désignées par le mouvement féministe argentin comme des « dissidents sexuels » – soient également en première ligne contre le déclin socioéconomique en cours.

Face à une pauvreté de plus en plus «féminisée», ils sont les premiers à ressentir les effets des coupes dans la santé sexuelle et reproductive, de l’escalade de la violence, des féminicides et du meurtre de personnes transgenres – 2019 est déjà une année record pour de tels crimes. D’où le slogan des féministes argentines d’aujourd’hui: «Nous sommes ceux avec notre corps à la ligne. »

Patriarcat et capitalisme

Dans un scénario plutôt sombre, le mouvement féministe et féministe du pays avance. L’ampleur même du mouvement – exprimée de manière impressionnante ces dernières années par le biais de manifestations de rue massives – est particulièrement évidente par la manière dont ses revendications et ses slogans ont infiltré le tissu même de la société argentine. Le féminisme est devenu un sujet de conversation régulier dans les médias, mais aussi dans toutes les couches imaginables de la société: les institutions d’enseignement, les syndicats, les espaces culturels et la famille sont tous imprégnés par l’agenda féministe.

C’est dans ce sens précis que nous pouvons parler d’avancées en évaluant la capacité croissante du mouvement à s’adresser à la société dans son ensemble et à déstabiliser un sens commun patriarcal profondément enraciné. Ces mêmes avancées s’inscrivent dans un cadre historique national, complétant la capacité de longue date du peuple argentin à se mobiliser, restant vigilantes face aux injustices et démontrant la force organisationnelle nécessaire pour relier les luttes politiques.

Une partie de la capacité organisationnelle du mouvement féministe a été l’œuvre de la réunion nationale des femmes, un événement qui en est maintenant à sa trente-quatrième année et qui vise à centraliser et à mettre en dialogue différentes pratiques féministes. De même, on pourrait mentionner le mouvement féministe et son intersection avec les puissantes organisations de défense des droits de l’homme du pays, ou le mouvement étudiant et son lien historique avec le mouvement ouvrier. Les syndicats et les travailleurs se sont massivement mobilisés au cours de l’année écoulée. Ces dernières années ont vu l’émergence de la formidable Confédération des travailleurs de l’économie populaire, un mouvement syndical composé de travailleurs de l’économie informelle (recycleurs, travailleurs du textile, travailleurs ruraux, entre autres). autres). C’est-à-dire que le mouvement féministe argentin a été cultivé dans un contexte national spécifique,

Tout au long de 2018, la lutte pour le droit à un avortement libre et sécurisé est devenue une expression appropriée de la capacité du mouvement à relier diverses luttes. Tout en plaçant le droit de la femme de choisir son corps au centre du débat public, les discussions se sont étendues aux questions adjacentes des droits à la santé et à l’éducation sexuelle, ainsi qu’aux questions structurelles, comme le système de représentation politique.

Le «féminisme populaire» est le nom de la lutte que nous décrivons – un féminisme situé, basé sur la classe, qui cherche à se développer par rapport à des projets politiques émancipateurs. C’est un féminisme qui ne peut être contenu dans des batailles sectorielles ou particulières, mais assume tout son sens en tant que projet politique remettant en question le modèle politique national dominant et proposant une alternative à la crise «civilisationnelle» actuelle: bref, une alternative au précarité croissante de la vie elle-même.

Parler de cette crise ne signifie pas seulement l’épuisement du modèle actuel de domination capitaliste au sens strictement économique, mais plutôt une crise qui touche les sphères sociale, culturelle et environnementale, y compris les relations humaines. Le féminisme populaire propose un modèle de société où l’égalité des sexes est liée au respect de l’environnement, à la diversité des identités sexuelles et à une rupture définitive avec le capitalisme. Pour cette même raison, nous parlons de patriarcat et de capitalisme comme des deux côtés d’une même pièce: tout comme il n’existe pas de «bon patriarcat», il n’y a pas de «bon capitalisme sain». Notre féminisme populaire est socialiste et latino-américain. , conçu sur le modèle du marxisme latino-américain de Mariátegui et du concept de « buen vivir ».

Le patriarcat en chiffres

Au milieu d’une autre grève des femmes, il est utile de rappeler les formes d’oppression structurelle qui affectent les femmes. Dans le cadre des activités menées par le groupe de recherche sur les politiques féministes de l’Université nationale de La Plata en Argentine, nous avons rassemblé et systématisé les résultats pour tenter de décomposer le patriarcat en chiffres définitifs. Nos conclusions mettent en lumière la réalité économique à laquelle font face les femmes argentines.

Par exemple, nous avons constaté que le travail domestique non rémunéré représentait environ 20% du PIB et que 98,8% des travailleurs domestiques en Argentine étaient des femmes. La femme moyenne occupant un emploi à temps plein consacre cinq heures et demie de plus aux tâches domestiques qu’un homme au chômage. Parmi les travailleurs ayant suivi un enseignement primaire, il existe une disparité salariale de 41,2% entre hommes et femmes, tandis que cette disparité est de 26,2% pour le travailleur moyen. En Argentine, les femmes de tous les milieux doivent travailler 77 jours de plus que les hommes pour obtenir le même revenu. Sept travailleuses de la tranche de revenu la plus basse sont des femmes. Le taux de chômage actuel des femmes âgées de 14 à 29 ans est de 21,5%, soit 4,2% de plus que les hommes du même groupe d’âge.

D’autres chiffres remarquables témoignent de la violence régulière à l’égard des femmes. En 2017, 292 fémicides ont été enregistrés, tandis que 93% des victimes connaissaient leur agresseur. En 2018, 79 753 appels ont été passés sur des lignes téléphoniques d’urgence en matière de violence conjugale. D’autres conclusions témoignent de l’extrême sous-représentation des femmes aux postes politiques et institutionnels, dépassant rarement les 15%.

Débats

Inévitablement, la composition hétérogène du mouvement féministe implique des débats et des conflits qui affectent son développement futur, tout en l’enrichissant. Un de ces débats fait référence au travail du sexe et à la prostitution, un débat qui a également lieu dans des pays du monde entier. En Argentine, la question a été abordée à l’ordre du jour en raison de la participation de personnalités fortement investies dans la question: les travailleurs du sexe, d’une part, et, d’autre part, plusieurs dirigeants du mouvement LGBQTI ayant adopté des positions prônant l’abolition du sexe. travail.

Cette année a également vu l’émergence des soi-disant «féministes radicales», dont les fixations biologiques et la défense de la catégorie «femme» ont généré des frictions au sein d’un mouvement qui considérait en grande partie que ces questions étaient réglées. La montée en puissance des féministes radicales en Argentine a été d’autant plus frappante que le mouvement féministe argentin, historiquement dissident, consacre des années à accroître la visibilité et à obtenir des droits pour les dissidents sexuels, comme en témoigne la loi générale de 2013 sur l’identité de genre.

Dans la mesure où le mouvement féministe est devenu un élément essentiel de la vie quotidienne et du débat politique, il ne peut s’empêcher de ressentir la réalité du calendrier électoral actuel. La participation des féministes aux listes électorales a déjà provoqué des vagues dans plusieurs milieux. Il est fondamental sur ce point que les discussions sur la «transversalité» du pouvoir et du féminisme – sa capacité à traverser des champs sociaux distincts – continuent d’avancer, comme cela a été le cas, afin que les diverses luttes politiques puissent être intégrées. Le fait que ces discussions aient lieu est un signe sain de la maturité du mouvement, en ce qu’il est prêt à faire face au projet néolibéral dominant et à proposer des alternatives où les féministes prendront la tête.

Clés et forces

Pour ceux d’entre nous qui entrent en grève ce 8 mars, nos revendications expriment un mouvement à la fois défensif et offensif. C’est-à-dire que d’une part, nous dénoncerons, rendrons visibles et tiendrons l’État responsable de l’absence ou du manque de financement pour les services publics; dans le même temps, nous plaiderons pour des revendications telles qu’un salaire pour le travail reproductif et une loi sur l’indépendance économique et de logement pour les femmes victimes de violence domestique, une initiative de la Confédération des travailleurs de l’économie populaire.

Le 8 mars, les femmes envahiront les rues de l’Argentine et ce seront les masses qui marqueront l’occasion politique, dans le cadre des mobilisations organisées dans le contexte d’un mouvement féministe international. Le pouvoir exprimé le 8 mars se poursuivra dans le travail quotidien et complétera l’agenda politique à venir, avec d’importants événements tels que le trente-quatrième rassemblement des femmes à l’horizon.

Evénement politique singulier rassemblant des dizaines de milliers de femmes d’Argentine et d’Amérique latine, le rassemblement national inaugurera sa trente-quatrième année avec un changement de nom: le rassemblement plurinational de femmes, de lesbiennes et de personnes transgenres. «Plurination», en reconnaissance des femmes autochtones du territoire, et «Femmes, lesbiennes et personnes trans», reconnaissant que les dissidents sexuels doivent être considérés comme constitutifs de l’événement. Le rassemblement de 2019, qui devrait avoir lieu dans la capitale provinciale de Buenos Aires, est régi par la protection politique de Macri, María Eugenia Vidal, et par un taux de féminicides particulièrement élevé.

La force du mouvement féministe argentin réside dans ses formes organisationnelles, son caractère pluraliste et démocratique, l’ampleur de ses luttes et la continuité historique reliant plusieurs générations, où la génération la plus jeune, souvent adolescente, joue un rôle fondamental dans un processus de transformation politique. projet qui détient la clé de l’avenir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici