Argentine : mobilisation massive contre le G20

Felipe Yapur, Pagina 21, 30 novembre 2018

 

« Nous dénonçons la soumission du gouvernement Macri aux politiques préconisées par le G-20, telles que l’accord avec le FMI qui nous condamne à une dette illégitime et impayable et à un ajustement éternel », a déclaré Nora Cortiñas, des Mères de la place de mai.

La mobilisation, convoquée par le collectif Confluencia Fuera G20-IMF, a été réalisée après une longue négociation avec le gouvernement national qui avait initialement refusé d’autoriser la marche mais avant que la pression et l’inévitable que devait être la marche ne cèdent finalement.

Les différentes colonnes prenaient leur place avant la marche presque au même moment où les présidents et les premiers ministres qui font partie du sommet du G20 sont entrés sur la Costa Salguero. Les organisations revendiquant une meilleure répartition de la richesse et les présidents garantissant une plus grande richesse de quelques-uns dans chacun de leurs pays. Le document lu par Cortiñas rendait compte de cette dichotomie : « les politiques du G20 impliquent des bas salaires et des départs à la retraite. Flexibilité du travail et liquidation du système de retraite. Augmentation du chômage, absence de parité et persécution syndicale. Et l’approfondissement de la livraison de notre territoire, de nos ressources et de nos biens communs « .

« Nous répudions la présence dans notre pays de Trump et d’autres dirigeants impérialistes, représentants de banques internationales et de grandes transnationales, du FMI, de la Banque mondiale et de l’OCDE. Ennemis connectés de l’humanité. Nous proclamons: sortez du G20! « , a déclaré le document lu devant le Congrès où la marche s’est terminée.

Hugo Yasky, dirigeant de la centrale syndicale CTA, a déclaré que le sommet « est la réunion de ceux qui divisent le monde en plus riches, de plus en plus riches et de plus en plus pauvres » et a donc appelé à une plus grande la mobilisation.

Le document a été approuvé par 55 organisations politiques, sociales, syndicales et de défense des droits de l’homme d’Argentine et de l’étranger. Il dénonce également la campagne de peur et de persécution, instrumentée par les médias : « ce sont les dirigeants du G20 qui sont responsables de véritables politiques de terreur qui ajoutent au pire des misères la majorité de l’humanité; ce sont d’eux que le peuple argentin et tous les peuples du monde doivent se protéger. « 

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici