Au-delà de la solidarité avec les migrants

 

Juan Hernández Zubizarreta, Viento Sur, 20/02/2019

 

La réalité quotidienne révèle que les droits de l’homme, en particulier ceux des migrants, sont systématiquement violés. Il n’est pas exagéré d’affirmer de la sorte que la destruction totale et absolue de leur dignité humaine nous ramène à une époque lointaine, où les droits des peuples et des peuples ne faisaient pas partie de l’imaginaire quotidien, du sens commun.

En ce sens, l’accueil habituel des migrants oscille entre indifférence, indignation xénophobe et bonne volonté sociale. Malheureusement, l’idée qu’ils sont des criminels et des criminels se prolonge, alors qu’un point de vue opposé, le migrant est considéré comme une victime innocente. Paradoxalement, rares sont ceux qui surmontent ces idées et comprennent les migrants comme des sujets politiques de droits et d’obligations.

La Déclaration universelle des peuples d’Alger stipule précisément que tous les citoyens ont une série de droits inaliénables: le droit d’exister, le droit de voir leur identité nationale et culturelle respectée, le droit de maintenir en paix la possession de leur territoire et d’y revenir, en cas d’expulsion. Elle proclame également que nul ne peut être, du fait de son identité, l’objet de massacres, de tortures, de persécutions, d’expulsions, d’expulsions ou de conditions de vie susceptibles de compromettre l’intégrité des personnes auxquelles il appartient.

Rien à voir avec la situation actuelle, où des millions de migrants se déplacent, sans aucun droit, d’un endroit à l’autre de la planète. Si nous voulons vraiment inverser la situation en mettant à jour la Déclaration d’Alger dans le contexte actuel, pourquoi ne pas considérer ces sujets à part entière, comme s’ils étaient « un nouveau peuple », aux identités hétérogènes de nature transnationale, auxquels le La communauté internationale doit-elle protéger et doter des droits et obligations, où qu’ils vivent?

La caravane de migrants

Les migrants ont longtemps répondu à cette question. La caravane centraméricaine est l’un des principaux représentants d’une réponse de ceux-ci en tant que sujet politique, transformant la vulnérabilité à laquelle le modèle capitaliste et le patriarcat soumettent un ensemble de revendications, propositions et alternatives avec leur propre identité.

Les invisibles sont, comme le dit Amarela Varela (2018), « un nouveau mouvement social », qui vit dans une vie vivable et qui défie les frontières conçues avec le dos de la population. Et ce ne sont pas que des mots. Malgré les conditions défavorables de la persécution de la police, des mafias et des attaques racistes et patriarcales, ils ont pu s’organiser pour répondre à leurs propres besoins et exiger qu’ils soient garantis un transit libre et sûr à travers le Mexique.

Ils ont construit leur propre démocratie, d’en bas et d’en bas, pour choisir les meilleurs itinéraires et opter pour différentes stratégies de négociation et de confrontation, en fonction des différentes situations. Ils ont également nommé un comité de dialogue et de gestion, composé initialement de sept personnes: trois hommes, trois femmes et un représentant de la communauté LGTBI – qui comptait au moins 100 membres dans la caravane. L’entourage est devenu plus tard deux personnes supplémentaires, lorsque les femmes transsexuelles ont déclaré que leurs revendications n’étaient pas présentes dans l’entourage.

Jesús Rodríguez (2018) nous rappelle chaque jour de cette démocratie qu’ils construisaient: « Quand des hommes ont commencé à boire pour l’après-midi et que les mères ont commencé à craindre que leur bruit ne laisse pas leurs enfants dormir, l’assemblée générale il a mis en place une sorte de police interne formée d’une centaine de volontaires, armés uniquement de mégaphones pour réprimander les bruyants et les tenir à l’écart du camp de migrants temporaires après sept heures de l’après-midi.  »

Il est donc indiscutable que les migrants sont des agents politiques qui savent ce qu’ils veulent, comment s’organiser et comment se battre pour l’obtenir. Il est évident que les difficultés et les contradictions sont multiples, de même que les résultats incertains. Cependant, il devrait être clair qu’ils sont titulaires de droits. Quelque chose que, par exemple, les gouvernements et les institutions européennes n’assument ou ne reconnaissent pas, les considérant davantage comme un problème, comme des non-citoyens et des non-citoyens, au mieux comme un simple objet de politiques publiques. Comment répondre à cet appel des mouvements sociaux?

Solidarité avec les migrants

Les organisations de solidarité avec les migrants et les réfugiés basent généralement leurs activités principalement sur la combinaison de deux domaines.

D’une part, l’action humanitaire, comprise comme l’action résultant de la compassion pour les autres, où qu’ils soient. De l’autre, l’action politique, c’est-à-dire la dénonciation des causes du déplacement forcé et des responsables. Cette combinaison implique de trouver un équilibre entre l’action immédiate et la souffrance d’autrui (une pragmatique éthique), avec la praxis politique et la tâche des mouvements sociaux.

Ce double engagement doit s’adapter à la nouvelle dynamique de solidarité avec les migrants, en avançant dans des propositions concrètes liées au radicalisme démocratique. Pour cette raison, il est nécessaire de passer de l’hospitalité en tant que forme de bienvenue à la personne étrangère – ou en tant que droit de « l’habitant » à droite du « visiteur » – à l’hospitalité en tant que droit inaliénable par lequel toutes les personnes peuvent se déplacer librement (DanieleLochak, 2019). Il est nécessaire de rompre la dualité entre ceux qui peuvent se déplacer sans problèmes de part et d’autre et qui, pour ce faire, doivent surmonter toutes sortes d’obstacles et risquer leur vie.

La solidarité entre les mouvements sociaux et les organisations de migrants doit être transformée en pratiques  » continues « , ce qui nécessite la construction d’agendas communs contre l’ennemi commun. Les migrants et les « solidaires » sont des agents politiques dans la lutte contre les frontières et les murs, contre les lignes abyssales qui séparent les êtres humains des êtres infrahumains.

Pour cela, la désobéissance civile devient une action ou une succession d’actions à la recherche d’espaces libérés , et une forme de non-collaboration avec la barbarie, passant du légal à l’illégal avec naturel. Lorsque vous vous engagez en solidarité avec des personnes sans droits, vous enfreignez continuellement la loi. Cela se produit si vous proposez à votre voiture de passer une frontière ou votre maison à l’immatriculation; si un médecin offre une couverture maladie aux personnes ne possédant pas de carte de santé; Si vous refusez de participer au commerce des armes ou si vous embauchez des personnes sans papiers payant un salaire équitable, etc.

En ce sens, la solidarité est confrontée à une criminalisation permanente, concrétisée dans notre cas par la directive 2002/90 du Conseil de l’Union européenne. Cela nécessite que les États membres sanctionnent toute personne qui aide des non-ressortissants d’un État membre à entrer ou à transiter au sein de l’UE. Et il appartient aux États de ne pas pénaliser ceux qui agissent pour des raisons humanitaires. Tout cela provoque, d’une part, un désordre normatif qui engendre un manque de sécurité juridique selon les États aidant les migrants et les réfugiés; d’autre part, le pouvoir discrétionnaire des États quant à l’application de la clause humanitaire est abondant, poursuivant ainsi la criminalisation de la solidarité sur le territoire de la communauté.

Il s’agit d’une criminalisation généralisée, qui s’applique aussi bien aux missions de sauvetage en mer qu’aux voisins, étudiants, retraités, agriculteurs, pompiers, etc., sur l’ensemble du continent européen. la solidarité se mesure plus par la propagation de la peur diffuse que par le nombre réel de convictions.

Une criminalisation qui transcende les mêmes migrants qui tentent de franchir une frontière, englobant également leur environnement immédiat. Dans ce sens, il existe de nombreux cas analysés par Philippe Wannesson (2019) dans lesquels les autorités ne font pas de distinction entre l’auto-organisation des migrants et la traite des personnes. Ainsi, lorsqu’un migrant est caché dans des camions ou dans des véhicules, un tiers doit fermer la porte, ce qui entraîne généralement des responsabilités légales en tant que trafiquant, alors qu’en fait, il fait partie du même groupe de migrants ou reçoit une somme insignifiante pour l’aide reçue, pour les paiements d’essence et similaires. En d’autres occasions, les migrants qui reçoivent le GPS, le mobile et prennent la barre des navires qui traversent la Méditerranée, Ce sont des migrants pauvres qui n’ont pas d’argent pour payer le coût du passage. Ils sont finalement arrêtés et privés de la défense judiciaire correspondante en tant que membres de mafias. Considérez de cette manière que les migrants qui s’engagent dans des pratiques de solidarité avec d’autres migrants mènent automatiquement des actions constitutives du crime de traite des êtres humains, en lien avec un racisme institutionnel installé dans les autorités de l’UE et les États membres.

Une criminalisation définitive qui, en plus d’être généralisée et étendue à l’environnement, est particulièrement axée sur les migrants eux-mêmes. Leurs manifestations, grèves de la faim, barrages routiers, blocages de camions, etc., sont à l’origine d’accusations très disproportionnées. Par exemple, le rapporteur spécial des Nations unies sur la situation des défenseurs des droits de l’homme dans son rapport de 2018 affirme que le gouvernement hongrois a poursuivi un migrant syrien pour terrorisme en utilisant un mégaphone pour demander à la police de communiquer avec des réfugiés et des migrants à la frontière, et parce qu’il avait jeté trois objets contondants contre les agents. Le même rapporteur recommande aux États que les migrants puissent exercer, entre autres, leurs droits à la liberté d’information, à la liberté d’expression, d’association et de réunion.

En conclusion, nous devons inverser cette offensive xénophobe, lutter contre la criminalisation de la solidarité, désobéir et assumer les migrants en tant que sujets politiques. L’aide humanitaire de Nila ou la solidarité entre les êtres humains peuvent être illégales. En 1908, Emmeline Pankhurst, chef du mouvement pour le suffrage, a déclaré au jury qui la jugeait: « Nous ne sommes pas ici pour enfreindre les lois, mais grâce à nos efforts pour créer de nouvelles lois ». Et pour cette raison, le 5 mai, nous serons à Durango dans l’embrasement des peuples, des peuples et des droits de l’homme.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici