Bolivie : bilan et perspectives du vice-président Linera

Cette année s’avère décisive en Amérique latine. D’un côté, divers gouvernements conservateurs et d’extrême droite sont embourbés dans des crises. Celles-ci vont de la montée des manifestations contre Jair Bolsonaro au Brésil, au soulèvement populaire contre le gouvernement de Lenín Moreno en Équateur et ses réformes économiques sanctionnées par le FMI, en passant par les échecs de l’administration néolibérale de Mauricio Macri en Argentine. D’autre part, les forces progressistes et de gauche sont toujours en train de se regrouper après des années de coups d’État, de défaites électorales et d’attaques continues des médias. 

Un des champs de cette bataille est la Bolivie i. Le président Evo Morales, premier dirigeant autochtone du pays depuis Túpac Katari au XVIIIe siècle, est en quête d’un quatrième mandat consécutif. Depuis son arrivée au pouvoir en 2006, son gouvernement, le Mouvement pour le socialisme (MAS), a pris un certain nombre de mesures de transformation. Celles-ci vont de la nationalisation d’une partie importante de l’industrie décisive des hydrocarbures du pays; la réécriture de la constitution et la reconnaissance de l’identité autochtone «plurinationale» unique du pays; la reconnaissance des droits de pachamama (mère nature); la redistribution des richesses naturelles du pays à travers des dépenses massives consacrées aux infrastructures sociales (telles que le système de téléphérique Teleférico à La Paz), à la santé et à l’éducation; et la création d’un certain nombre de programmes sociaux (tels que Bono Juancito Pinto et Renta Dignidad).

Cela a entraîné une réduction considérable de la pauvreté dans le pays le plus pauvre d’Amérique du Sud. En effet, le taux de pauvreté de la Bolivie est passé de 60,6% en 2005 à 34,6% l’année dernière, tandis que l’extrême pauvreté est passée de 38,2% à 15,2% au cours de la même période. Sous le règne de Morales, le pays a bénéficié des taux de croissance économique les plus élevés de la région .

Aujourd’hui, Morales est confronté au défi de poursuivre un projet révolutionnaire opposé au capitalisme et au néo-colonialisme, dont la survie à long terme dépend de la satisfaction simultanée des attentes des puissants mouvements sociaux et syndicaux indigènes du pays, tout en mettant en œuvre un programme d’industrialisation et de croissance. dans un pays qui dépend traditionnellement de l’exportation de ressources naturelles. Denis Rogatyuk et Iago Moreno ont rencontré le vice-président du pays, Álvaro García Linera, pour discuter du bilan du gouvernement de Morales et des fondements d’un futur changement en profondeur.


Quel est le bilan que vous portez sur l’expérience du MAS au pouvoir?

L’une des nombreuses leçons tirées par la Bolivie est basée sur le fait que l’on ne peut pas construire la gouvernabilité ou la stabilité sociale et politique uniquement par la force parlementaire. Il est construit par l’action collective, avec une présence territoriale dans les rues. C’est décisif.

Les piliers de la gouvernabilité que nous avons construits incluent évidemment une majorité parlementaire, mais aussi une majorité sociale dans les rues. Cette action collective est un élément clé pour comprendre les nouvelles formes de démocratisation. L’autre pilier est l’articulation complexe et flexible des organisations sociales dans les structures de pouvoir et de prise de décision. Les syndicats, les associations professionnelles, les fédérations paysannes et indigènes et les associations de quartier forment une structure de pouvoir au sein de l’État.

Par «flexible», je veux dire que parfois ces organisations se retirent ou sont à nouveau constituées: la structure du gouvernement est une confédération flexible d’organisations sociales. Le MAS est moins une partie qu’une organisation fluide, informelle et négociée d’organisations sociales. C’est une autre nouveauté dans les formes d’organisation collective qui (comme le dit Antonio Gramsci) deviennent l’État, deviennent le gouvernement et donnent une dynamique différente au processus politique bolivien.

Quant aux défis, il y en a plusieurs. Le fait que la Bolivie plébéienne ait aujourd’hui accès à des postes de pouvoir, de prise de décision dans les parlements, les ministères, les mairies et les gouvernements régionaux dont ils avaient été exclus de manière permanente a suscité un vif intérêt pour la participation, pour faire une sorte de carrière de leader ouvrier à conseiller, député ou ministre.

Je ne critique pas cette attitude. Après cinq cents ans de marginalisation, au cours desquels la gestion des questions de gouvernement a été limitée à quelques familles, cela marque une expansion du droit à être reconnu et à prendre des décisions. Mais cela génère un problème d’organisation sociale. Car lorsque ces militants, syndicalistes, travailleurs, paysans et Boliviens indigènes gravissent rapidement les échelons de l’administration sociale pour passer à la politique de l’État, cela prive les syndicats de cadres politiques. Cela se traduit par une lente dépolitisation des structures sociales du pays, ce qui pourrait s’avérer très compliqué à long terme.

Une repolitisation permanente des secteurs sociaux est donc nécessaire. En Bolivie, nous remplaçons tous les cinq ans 98% des députés, sénateurs, maires, conseillers et membres des assemblées régionales. Il s’agit d’un taux de roulement très rapide au sein de nos cadres politiques. Au niveau de direction intermédiaire, il existe des personnes moins formées, des carrières plus courtes, moins d’expérience, ce qui peut affaiblir en partie la structure organisationnelle des syndicats.

En 2017, vous avez dit que vous vouliez libérer plus de temps et d’espace pour vous consacrer à ce que vous appelez «l’objectif de former de nouveaux cadres communistes». Selon vous, quels seront les contours de ce travail permanent de formation des cadres et quel rôle joueront les organisations de jeunesse autour du MAS telles que La Resistencia, la Génération Evo, Siglo XXI et Columna Sur, ainsi que ses liens internationaux?

Le MAS est, fondamentalement, une structure plébéienne réunissant diverses organisations sociales, et les décideurs du MAS appartiennent à ces secteurs sociaux. C’est ici qu’il est nécessaire de donner plus d’orientation au développement des cadres. Je compte bien créer une école de cadres au cours des cinq prochaines années, destinée aux jeunes de divers secteurs sociaux, mais aussi aux syndicalistes, aux membres des associations de résidents, aux ouvriers et aux intellectuels.

Il ne faut pas oublier que la première génération qui est entrée dans les structures gouvernementales avec le MAS est issue de deux disciplines différentes: l’ancienne formation de gauche dispensée par les partis socialiste et communiste et la gauche politique, et la vieille formation de cadres de gauche. les syndicats qui ont traversé des marches de masse, des barrages routiers, des persécutions et des prisons. C’était «l’académie de la jeunesse» qui a fourni la première génération de personnel pour MAS au gouvernement.

Maintenant, il n’y a plus de grandes marches ni de blocus – et c’est une bonne chose. Mais cela signifie également qu’il n’y a pas non plus «l’école» que fournissent les marches et les barrages en termes de formation de cadres et que la formation fournie par les forces de gauche au cours des décennies a également été considérablement affaiblie, car le MAS les a absorbés. Nous n’avons donc pas assisté à la continuation du vieil activisme à petite échelle mais très dense. La nouvelle situation exige de travailler sur les deux fronts: chez les jeunes, oui, mais aussi avec les organisations sociales, dans la perspective de former de nouveaux dirigeants, dotés d’une formation idéologique et politiquement bien préparés, dans les batailles à venir.

 Vous avez été syndicaliste, guérillero dans l’Ejército Túpac Katari, professeur et vice-président. Alors, qui est Álvaro García Linera? Comment votre trajectoire politique a-t-elle évolué? Et quels points de référence intellectuels vous ont le plus influencé?

Depuis mon adolescence, je suis un socialiste, un communiste, un homme qui comprend que la vie qui vaut la peine d’être vécue est celle qui contribue à transformer les conditions de vie des personnes dans l’intérêt d’une plus grande égalité, de la justice et de la liberté. Et tout le reste n’est que considérations secondaires, outils temporaires, subordonnés à ce travail qui définit le communiste ou le socialiste.

Par socialisme et communisme, je ne parle pas d’activisme de parti, mais d’activisme au service d’un certain horizon pour la société. Dans le cas de la Bolivie, vous ne pouvez pas être socialiste, communiste si vous ne comprenez pas votre réalité, y compris le mouvement ouvrier bolivien, son mouvement indigène et son indianisme (défenseur des peuples indigènes de Bolivie). Vous ne pouvez pas être communiste en Bolivie sans être également indianiste .

Je travaille constamment à prendre en compte le débat contemporain, les batailles idéologiques et les avancées dans les différents domaines des sciences sociales. J’aime bien assimiler cette connaissance, mais il est également clair que cela ne peut pas être utile en tant que simple exercice de réflexion logique, de mots et d’idées, ce qui est un peu trop simple. Je peux plutôt étudier tout cela pour approfondir ce qui se passe en Bolivie, en Amérique latine et dans le monde entier, parmi les Boliviens autochtones (et non autochtones), les travailleurs, et pour comprendre des sujets comme la pauvreté, le malaise social, les élites, les ingérences et le colonialisme.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici