Bolivie : la stratégie de la droite

 

Entretien avec Mario Rodríguez, Fondation Rosa Luxemburg, 12 novembre 2019

Mario Rodríguez vit à El Alto, en Bolivie, où il fait partie de l’équipe Wayna Tambo et de sa radio communautaire. Il est membre du Réseau latino-américain de culture de vie en communauté et du Groupe de travail permanent sur les alternatives au développement.

Il y a deux principales interprétations qui circulent sur les événements récents en Bolivie: l’ une, ce qui est celle d’Evo et d’Alvaro Garcia Linera. que c’est un coup d’ Etat civil la police. L’autre parle d’un camp de la démocratie, qui a réussi à vaincre la fraude électorale. Quell est votre analyse?

Pour comprendre ce qui se passe, il est important de revenir au référendum du 21 février 2016 sur la possibilité qu’Evo se présente à nouveau comme candidat à la présidence de cette élection, à laquelle une majorité de l’électorat a dit non, Ce devait être le dernier mandat. Mais par la suite, le gouvernement a utilisé des mécanismes juridiques pour permettre sa candidature, malgré le résultat du référendum, qui a déclenché ces dernières années une bataille autour de la légalité de cette candidature. Un autre élément est que, même si personne ne conteste le fait qu’Evo Morales ait obtenu une majorité relative lors de ces élections d’octobre, il y a eu trop de signes de manipulation du vote pour obtenir la différence de plus de 10% requise en Bolivie pour éviter un second tour.

Tout cela a constitué les détonateurs d’un mouvement social opposé à la réélection d’Evo, qui incluait de larges couches de la population, avec une prédominance des classes moyennes dans les grandes villes du pays. Mais en même temps, nous assistons à une autre dynamique, qui a agi de manière très organisée dans ce scénario: la droite organisée a surfé sur ce mouvement spontané à partir d’une stratégie, et il se peut très bien qu’il y ait eu également des consultations externes, par exemple du gouvernement des États-Unis.

 Avant et jusqu’à trois jours avant les élections, la droite était organisée dans les villes du sud-est avec les comités civiques. Les comités civiques sont des organisations liées aux institutions des villes généralement étroitement liées à la droite. Les sept partis d’opposition étaient présents, mais la voix chantante était dirigée par une organisation appelée CONADE. Le discours dominant était à l’effet de n’accepter aucune victoire d’Evo Morales. Au début, la présence la plus visible a été celle du candidat de l’opposition Carlos Mesa, qui a obtenu entre 36 et 37% des voix. Après une semaine, c’est la figure du président du Comité civique de Santa Cruz, Luis Fernando Camacho, qui demande l’annulation de l’ensemble du scrutin et de nouvelles élections sans la participation d’Evo Morales. 

Qui est Luis Fernando Camacho?

Il est issu d’une famille d’hommes d’affaires de Santa Cruz, qui est impliquée dans de nombreuses activités financières et agricoles. Il a été dirigeant de l’Union de la jeunesse Cruceñista, un groupe qui s’est distingué par ses actions violentes dans le conflit de 2008/2009, lorsque les provinces du sud-est envisageaient de se séparer de la Bolivie. À cette époque, il était évident que l’UJC était d’extrême droite et avait des racines fascistes. Par exemple, elle utilise beaucoup le symbole de la croix gammée nazie. 

L’autre personnage qui se démarque associé à Camacho est Marcos Pumari, issu d’une famille d’origine minière de Potosí, issue de secteurs populaires confrontés au gouvernement Evo depuis longtemps après un conflit sur des concessions minières. Pumari a joué un rôle important pour que ce secteur d’opposition radicalisé puisse affirmer qu’il ne s’agit pas uniquement de Santa Cruz, mais qu’il abrite également des peuples autochtones. Le 10 novembre, lorsque ces personnages sont arrivés à la porte du palais gouvernemental, ils ont dit qu’ils vont faire sortir Pachamama de cet endroit et que Jésus-Christ revient maintenant. Ensuite, ils parviennent à entrer dans le palais, placent la bible au centre du drapeau bolivien et s’agenouillent là.

Pensent-ils former un gouvernement?

Camacho a l’intention de former un gouvernement avec l’armée et la police. Cela constituerait un coup d’État pur et dur. Constitutionnellement, le gouvernement de transition devrait être formé par le chef du pouvoir législatif, mais les présidences des deux chambres ont démissionné en raison de la vague de démissions qui existait au sein du parti au pouvoir. Ce qui est indéniable, c’est qu’un scénario de violence et de chaos dans la rue, tel qu’il se manifestait dans la nuit de dimanche à lundi dans plusieurs villes, favoriserait l’option de Camacho d’un gouvernement civilo-militaire pour «rétablir l’ordre». Ce qui semble très incertain, c’est de savoir si le gouvernement Evo Morales réussit à reprendre l’initiative.

En 2006, lorsque Evo Morales est entré au gouvernement avec organisations autochtones et les syndicats. Qu’est-il arrivé à ces organisations aujourd’hui?

Une grande partie d’entre eux continuent d’exister en tant que structures. Cependant, les organisations liées au gouvernement sont devenues très dépendantes du pouvoir exécutif au cours de ces 13 années de gouvernement. Elles ont perdu leur autonomie et avec cela leur capacité de mobilisation. Ces derniers jours, bien que dans certains endroits il y ait eu une forte mobilisation de soutien, par exemple les producteurs de coca de Cochabamba, rien n’a été accompli au niveau national comme à d’autres moments. De nombreuses personnes défendent le gouvernement Evo, mais elles ne se mobilisent pas.

Ensuite, il existait un autre type d’organisation qui met l’accent sur la résistance territoriale contre l’extractivisme ou contre les mégaprojets. Ces organisations sont anéanties dans le conflit actuel ou, dans certains cas, leurs dirigeants se tournent depuis quelque temps vers les partis d’opposition de droite, pour lesquels ils sont davantage fonctionnalisés en tant qu’élément folklorique autochtone.

La Bolivie sous Evo avait placé la décolonisation et la dépatriarchalisation dans le débat.  Qu’est-ce qui se passe maintenant avec cela?

Ces derniers jours il y a eu la dominance d’un symbolisme très réactionnaire et revanchiste. Les whipalas ont été abaissés (drapeaux multicolores qui symbolisent la diversité des peuples. Au cours des années du gouvernement Evo, le contenu de la multinationalité, a perdu de son importance. Cependant, il y avait un vice-ministre de la décolonisation et de la dépatriarisation, même s’il n’avait pas beaucoup de budget; et il était possible, par exemple, d’introduire des éléments dans la loi sur l’éducation. Aujourd’hui, toute cette vengeance de classe et de race est réactivée. Cette lutte s’exprime pour un pays blanc, avec un discours anti-genre, anti-LGBTI. Le candidat d’origine coréenne Chi Hyung Chung, arrivé troisième dans les élections, parle de la présence de satan dans le gouvernement, du péché et de l’idolâtrie à Pachamama. Ce discours est poursuivi par Camacho et Pumari.

En ce qui concerne la dépatriarisation, force est de constater que même pendant les années de gouvernement, l’exercice du patriarcat s’est intensifié. La Bolivie est aujourd’hui le pays où les taux de violence sexiste et en particulier de féminicides sont les plus élevés du continent. Aujourd’hui, des forces civiques, cet imaginaire du mâle blanc supérieur se renforce beaucoup.

Face à cela, il existe une multitude de groupes et de groupes moins hiérarchisés et structurés, en principe critiques à l’égard du gouvernement, qui se sont récemment exprimés en faveur de ces éléments centraux et fondamentaux du processus de changement: plurinationalité, décolonisation, dépatrophachalisation, les droits de Pachamama. Ils disent: « Nous ne pouvons pas laisser tout cela mourir maintenant ». Alors que le MAS concentre son discours sur la démocratie libérale représentative et qu’il a remporté le vote, on revendique les dimensions de la démocratie la plus radicale et la plus profonde.

Il convient de noter qu’une majorité relative de l’électorat a voté pour Evo et beaucoup de personnes à El Alto l’ont remercié hier pour la politique sociale de ces années, ainsi que pour la grande stabilité économique réalisée par rapport au reste de l’Amérique latine; parce que les peuples autochtones ont enfin atteint la dignité. 

Les événements des prochains jours détermineront probablement si ces forces sont à nouveau rendues invisibles par la centralité de la figure d’Evo victime de cette attaque de droite, symbole du changement, ou si elles parviennent à s’affirmer avec leur propre protagonisme plus articulé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici