Brésil : la révolution à l’envers

Pablo Stefanoni, La Brecha (Montevideo), 12 octobre 2018

Aujourd’hui, le Brésil et l’Amérique latine sont confrontés à un nouveau scénario qui n’est plus seulement la fin du cycle progressiste et son remplacement éventuel par des forces de droite ou de centre droit dans le cadre de la démocratie, mais un déplacement des frontières sur un autre terrain : le triomphe potentiel d’un candidat qui, à travers une campagne remplie de Bibles et de balles, défend ouvertement la dictature,

Ce n’est pas simplement « un atout », c’est un candidat à la connotation fasciste dans un pays où la solidité institutionnelle est bien moindre que celle des États-Unis et qui subit déjà de fortes doses de violence politique.

La principale raison de la croissance de Bolsonaro est liée, selon l’historienne Maud Chirio, « à la construction d’une hostilité à l’égard du Parti des travailleurs (PT) et de la gauche en général. Cette hostilité rappelle l’anticommunisme de la guerre froide: théorie du complot, diabolisation, association de défauts moraux et projet politique condamnable. Bolsonaro s’est approprié ce symbolisme du rejet, ce qui a ajouté aux implications du PT dans les affaires de corruption. Ce n’est pas simplement un déplacement des conservateurs à l’extrême droite, mais une adhésion rupturiste ». Comme le soulignait l’historien Zeev Sternhell, le fascisme n’était pas seulement une réaction, mais était perçu comme une forme de révolution, une volonté de changer face à un statu quo en crise.

Le fait que tant de personnes soient disposées à voter pour Bolsonaro afin d’éviter le retour du PT est en soi un appel à la réflexion, plus encore lorsque cela se produit dans les régions les plus « modernes » du Brésil, où est né un parti qui a inspiré toute l’Amérique latine.

Comme nous l’avons souligné à une autre occasion, la douce lutte de classe qui, sous le gouvernement du PT, avait amélioré la situation de ceux qui se trouvaient au-dessous, sans supprimer ce qui précède, avait fini par être considérée comme intolérable pour les élites. Le cas du Brésil confirme que les classes dirigeantes n’acceptent les réformes que s’il existe une menace de « révolution », et l’arrivée au pouvoir du PT était loin de la radicalisation sociale. Dans le même temps, il a promu des politiques en faveur des « bas » dans un pays traditionnellement inégalitaire. Quoi qu’il en soit, l’expérience des PT a révélé des relations trop étroites entre le gouvernement et une « bourgeoisie nationale » opaque, ce qui a compromis le projet de réforme éthique de la politique et affaibli le moral de leurs militants.

Dans toute l’Amérique latine, une nouvelle droite est en train d’émerger autour d’une vision racialisée de la pauvreté et le conservatisme contre les avancées du féminisme et des minorités sexuelles. La nouvelle extrême droite attire également une partie du vote des jeunes et forme des leaders d’opinion fortement présents dans les réseaux sociaux. Ces mouvements sont même présentés comme anti-élitistes, même lorsque, comme Bolsonaro, leur proposition économique est ultralibérale et bénéficie du soutien enthousiaste des marchés. Comme l’a souligné Martín Bergel, une histoire associant la gauche aux «privilèges » de certains groupes, pouvant inclure même les pauvres qui bénéficient de régimes sociaux, s’est révélée très efficace contre les personnes « qui travaillent réellement et ne reçoivent rien. »

Pour paraphraser une expression des Français vis-à-vis de leur extrême droite, Bolsonaro a réussi à la « dé-symboliser ».  Le triomphe de l’ancien capitaine serait l’un des plus grands revers démocratiques depuis les dictatures militaires des années soixante-dix.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici