Brésil : l’effondrement de la démocratie ?

Alfredo Saad-Filho, extraits d’un texte paru dans Jacobin, 27 octobre 2018

 

Le contexte global

Le monde traverse une marée montante de néolibéralisme autoritaire, fruit de trois processus convergents : la crise économique, des systèmes politiques et des institutions de représentation après la crise financière mondiale de 2007 ; la décomposition des démocraties néolibérales et la capture du mécontentement de masse par l’extrême droite.

La diffusion du néolibéralisme a éliminé des millions d’emplois qualifiés, en particulier dans les économies capitalistes avancées, alors que des professions entières disparaissaient ou sont exportées vers des pays moins chers. Partout dans le monde, les possibilités d’emploi dans le secteur public ont diminué à cause des privatisations et de la contraction des agences et des entreprises d’État. Les travailleurs ont subi de lourdes pertes, à la fois directement et par la diminution des possibilités de trouver un emploi stable. Dans le monde entier, les membres des couches sociales précédemment privilégiées déplorent leur incapacité à assurer de meilleures conditions matérielles à leur progéniture. La contrepartie politique de ces processus économiques est que, sous le néolibéralisme, les travailleurs ont tendance à devenir de plus en plus divisés, désorganisés et politiquement impuissants.

La transformation des structures sociales, des institutions et des lois a également eu tendance à évacuer la sphère politique par le biais de la participation, de la représentativité et de la légitimité, rendant les « perdants » de plus en plus incapables de résister au néolibéralisme, voire de conceptualiser des alternatives à ce système d’accumulation. Ces processus aident à expliquer le déclin mondial des partis de gauche, de leurs organisations, de leurs syndicats et d’autres formes de représentation collective. Bien que cela ait favorisé la consolidation du néolibéralisme, il a également favorisé le désengagement de masse de la politique conventionnelle, créé de puissantes tendances à l’apathie et à l’anomie, d’où l’érosion de la crédibilité des partis, dirigeants et organisations.

Les grands groupes sociaux sont conscients de leurs pertes sous le néolibéralisme et, de plus en plus, se méfient des institutions « démocratiques » qui soutiennent systématiquement la reproduction du néolibéralisme et contournent leurs insatisfactions. Ces groupes sont systématiquement dirigés par les politiciens de droite et les principaux médias pour blâmer « l’autre » des catastrophes causées par le néolibéralisme, en particulier les pauvres, les immigrés, les pays étrangers et les religions minoritaires.

La montée du néolibéralisme autoritaire a été comparée à la montée du fascisme dans les années 1920 et 1930 mais, malgré d’importantes similitudes, ces processus sont fondamentalement distincts. En particulier, des dirigeants autoritaires en Autriche, en Égypte, en Hongrie, en Inde, en Italie, en Pologne, en Russie, en Thaïlande, en Turquie et ailleurs ont pris le pouvoir non par des affrontements entre leurs milices et un puissant mouvement communiste, mais par des ruses politiques, une publicité coûteuse  appuyée sur des technologies modernes et la force brute. Ils cherchent à imposer un programme radicalement néolibéral justifié par un discours conservateur et nationaliste. Cette politique ne s’appuie pas sur une organisation de masse, mais sur le stratagème d’escrocs ambitieux, de démagogues assoiffés de pouvoir et d’illusionnistes politiques exploitant les fractures de l’ordre néolibéral.

Le paradoxe du néolibéralisme autoritaire est qu’il favorise la personnalisation de la politique par le biais de dirigeants « spectaculaires » (souvent éphémères) opérant en l’absence d’institutions intermédiaires (partis, syndicats, mouvements sociaux et, en dernière instance, de droit), attachés au néolibéralisme et à l’expansion de leur pouvoir personnel. Il est intéressant de noter que ces dirigeants promeuvent des programmes économiques qui nuisent à leur propre base politique, tout en promouvant des formes radicalisées de mondialisation et de financiarisation qui renforcent encore le pouvoir de l’élite néolibérale.  La frustration de masse s’intensifie, alimentant un mécontentement flou : le néolibéralisme autoritaire est intrinsèquement instable et crée des conditions favorables à la montée des fascismes contemporains.

L’expérience brésilienne

L’histoire politique du Brésil au cours des 15 dernières années peut être lue à partir des luttes de pouvoir entre des alliances conflictuelles. Entre 1999 et 2005, Lula et le PT ont construit une « alliance de perdants », comprenant des groupes n’ayant en commun que l’expérience de pertes sous le néolibéralisme. Ces alliances comprenaient la classe ouvrière syndiquée urbaine et rurale, en particulier les ouvriers qualifiés et les employés de bureau, les rangs inférieurs de la fonction publique et les secteurs de la classe moyenne professionnelle; de larges segments de la classe ouvrière informelle; plusieurs capitalistes de premier plan, en particulier parmi la bourgeoisie interne; et les oligarques de droite, les propriétaires fonciers et les politiciens locaux des régions appauvries.

De 2005 et 2013, Lula et Dilma Rousseff ont dirigé une « alliance de gagnants », y compris les groupes qui avaient le plus gagné pendant les administrations des PT, en particulier, la bourgeoisie interne, la plupart des travailleurs du secteur formel et de larges segments de la classe ouvrière informelle. Contrairement à l’alliance des perdants, l’alliance des gagnants a perdu le soutien de la bourgeoisie internationalisée, des grands médias et de la classe moyenne, ainsi qu’une base extrêmement large, notamment parmi les travailleurs informels.

L’administration Rousseff a reconstitué sa base de soutien et, entre 2013 et 2014, s’est appuyée sur une « alliance progressiste » comprenant principalement des travailleurs formels organisés, une grande masse de travailleurs pauvres désorganisés et des groupes de gauche organisés en partis, mouvements sociaux et ONG. Une fois encore, l’alliance s’était rétrécie au sommet et élargie à la base. C’était suffisant pour assurer la réélection de Rousseff en 2014, mais le soutien désorganisé des pauvres s’avérerait incapable de la maintenir au pouvoir. Les années suivantes ont été marquées par l’affaiblissement et l’érosion de l’alliance progressiste, qui ont abouti à la destitution de la présidente lorsque son soutien de masse est devenu extrêmement faible.

En revanche, l’opposition s’est regroupée autour d’une « alliance néolibérale » grandissante dirigée par une élite. Celle-ci comprend la bourgeoisie internationalisée, la majorité de la classe moyenne urbaine et des entrepreneurs de petite et moyenne taille, les médias traditionnels et des sections de travailleurs informels, dont plusieurs se sont concentrés autour de sectes évangélistes ultra conservatrices. La capture de l’exécutif par cette, avec le soutien d’une grande masse de pauvres, s’inscrit dans un processus de démolition de la démocratie visant à annihiler tout espace politique permettant à la majorité de contrôler de l’État, ou tout outil de politique publique.

La montée improbable de Jair Bolsonaro

Cinq années de tensions politiques et de dégradation de la démocratie ont abouti aux élections présidentielles de 2018. Le processus électoral a tourné autour de la confrontation entre deux phénomènes politiques d’une grande importance historique. D’un côté, l’extraordinaire talent politique de Lula, qui, même à partir de la prison, a réussi à mettre en place un candidat alternatif et à déjouer ses concurrents potentiels au centre-gauche, ouvrant ainsi la voie à la croissance exponentielle des sondages d’opinion de Fernando Haddad.

Cependant, la perspicacité politique de Lula n’a pas pu endiguer le mouvement d’un mouvement de masse d’extrême droite dirigé par un député obscur qui est apparu loin devant lors du premier tour des élections. Malgré de fréquentes comparaisons avec le président américain Donald Trump, Jair Bolsonaro se distingue par avoir échoué dans tous ses projets avant les élections, que ce soit en tant qu’officier (carrière frustrée), terroriste (amateur) ou député fédéral (inefficace). En dépit de cette histoire de fiascos, Bolsonaro a réalisé des gains, tant parmi les capitalistes en attente d’une alternative viable au PT que parmi la classe ouvrière informelle, qui a afflué à Bolsonaro par millions durant la campagne.

Le soutien de masse au fasciste incompétent s’appuit sur quatre plates-formes : la lutte contre la corruption (c’est la manière traditionnelle par laquelle la droite gagne une traction massive au Brésil, comme en 1954, 1960, 1989 et 2013) ; le moralisme conservateur (impulsé par les églises évangéliques) ; l’affirmation selon laquelle la « sécurité » ne peut être assurée que par la violence de l’État (qui résonne fortement dans un pays avec plus de 60 000 meurtres par an), et par un discours économique néolibéral. La rupture de l’alliance progressiste et l’hémorragie d’électeurs pauvres vers Bolsonaro constituent la version brésilienne du processus de consolidation d’une majorité électorale pour le néolibéralisme autoritaire qu’on observe dans d’autres pays.

Ces changements ont créé, pour la première fois en plus d’un demi-siècle, un mouvement de masse d’extrême droite avec une large pénétration dans la société. Cela a non seulement épuisé le soutien potentiel pour le candidat PT, mais a également entraîné l’implosion des partis traditionnels de centre-droit, qui ont été dévastés par la montée de Jair Bolsonaro. Le chaos politique s’est emparé du pays.

L’impasse

À court terme, l’impasse politique brésilienne implique que l’administration qui sera inaugurée en 2019 sera inévitablement instable et que la Constitution de 1988 risque de devenir non viable, ce qui conduira à la désintégration de la démocratie.

Tout président élu aurait de sérieuses difficultés à régir avec une économie stagnante, un Congrès hostile, un pouvoir judiciaire trop autonome, habitué à empiéter sur les autres puissances républicaines, des forces armées excitées et un amendement constitutionnel fixant un plafond aux dépenses fiscales pour les 20 prochaines années (ce qui étranglera lentement l’administration publique). Au niveau de la mobilisation populaire, depuis 2013, les rues ne sont plus le monopole de la gauche.

Un président d’extrême droite, sans expérience du gouvernement, sans le soutien d’une structure de parti stable et non préparée à tous égards, devra faire face à de graves difficultés pour gouverner, indépendamment de sa légitimité ou de sa base social . De plus, le « présidentialisme de coalition » institué par la Constitution brésilienne exige des négociations continues au Congrès, risquant toujours d’enfreindre la loi, en particulier lorsque le président a peu d’alliés dignes de confiance ou est contesté par une opposition de masse.

Outre ces principes généraux, les élections de 2018 ont permis de tirer cinq leçons spécifiques.

  • Premièrement, le centre de gravité politique au Brésil s’est déplacé vers la droite. Du sud au centre-ouest, en passant par le sud-est prospère, l’électorat de droite a atteint une solide majorité.
  • Deuxièmement, la montée de Bolsonaro découle de la combinaison de la haine de classe dans une société qui porte d’immenses séquelles de l’esclavage, des insurrections récentes de la droite et de l’intervention transparente menée par les États-Unis dans le pays.
  • Troisièmement, depuis 2013, la politique brésilienne a été définie par une convergence d’insatisfactionsqui a consolidé une alliance néolibérale autour d’un programme économique et politique excluant et détruisant économiquement la citoyenneté.
  • Quatrièmement, la droite brésilienne est profondément divisée. Alors que la gauche, en mode défensive, peut s’unir sous l’ombre de Lula, la droite – étonnamment compte tenu de son hégémonie sur les institutions de l’État et de sa capacité à renverser Dilma Rousseff – ne peut générer de dirigeants dignes de mention réformes néolibérales radicales. Ses partis politiques traditionnels implosent, laissant au pouvoir une cohue de politiciens inexpérimentés, incompétents, idiosyncratiques et réactionnaires.
  • Cinquièmement, la pire contraction économique enregistrée dans l’histoire du Brésil et l’impasse politique la plus grave du siècle dernier dégradent la démocratie brésilienne et empêchent toute composition plausible des forces politiques de stabiliser le système d’accumulation. La tendance est donc que ces impasses soient résolues par des moyens extra-constitutionnels. Ce sera une fin sans gloire à une expérience démocratique qui a marqué deux générations et qui a abouti à des succès incontestables. Malheureusement, il s’est avéré impossible de résoudre le conflit entre le néolibéralisme et la démocratie au Brésil, à l’intérieur de l’arène politique construite dans la transition après la dictature militaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici