Brésil : l’impasse

ALEX HOCHULI, extraits d’un texte paru dans Jacobin, 9 septembre 2018

 

Les élections générales du Brésil en octobre se présentent sur un paysage politique fragmenté, polarisé et corrompu. Ceci est la conséquence de cinq années turbulentes définies par des manifestations de masse, une grave récession et un doux coup d’État au cours duquel l’établissement a rompu avec le règlement post-dictatorial de 1988 visant à renverser le Parti des travailleurs (PT). Le candidat en tête des sondages est l’ancien président de centre gauche Luiz Inácio Lula da Silva. Le problème est qu’il est en prison pour des accusations de corruption découlant de la tristement célèbre enquête de Lava Jato . Suite à une décision de justice rendue le 5 septembre, Lula est désormais inéligible, grâce à la loi « Clean Slate » qu’il a lui-même présentée. Avec le Parti de la Démocratie Sociale Brésilienne (PSDB), de centre-droit, à un niveau historiquement bas, et un challenger d’extrême droite reprenant la marge de manœuvre de ce dernier, la course à la présidentielle est plus ouverte que jamais.

Violences et polarisations

Le challenger, Jair Bolsonaro, a été poignardé la semaine passée lors d’un rassemblement de la campagne par un homme affirmant qu’il « accomplissait un ordre de Dieu ». L’attaque a intensifié les niveaux de violence politique ces derniers temps, à la suite d’un incident au cours duquel des coups de feu ont été tirés sur la caravane de Lula en mars et du meurtre de la conseillère de gauche Marielle Franco le même mois.

Un record de treize candidats sont inscrits pour contester la présidence. Le Brésil compte trente-cinq partis politiques, mais beaucoup moins de candidats, les partis se regroupant en grandes alliances. Le champ est tellement divisé que seuls deux candidats ressortent du lot : l’inéligible Lula (PT), en moyenne autour de 35% et le candidat d’extrême droite Jair Bolsonaro du Parti social libéral (en moyenne 20%). Dans les sondages sans Lula, deux candidats au premier rang ne représentent que 30%. En attendant, tous les principaux candidats ont des taux de rejet supérieurs à 50% ; près de la moitié des électeurs ont l’intention de voter en blanc / nul ou sont indécis. La désillusion avec la démocratie est la force dominante.

Crise économique

Au cours des deux dernières décennies, les élections présidentielles au Brésil ont abouti à une alternance centre-gauche / centre-droite entre le PT et le PSDB. Cette fois, le scénario est influencé par des crises qui s’aggravent mutuellement. Les chiffres officiels du chômage montrent un taux de 12,4%. Cela masque un taux de sous-utilisation de 25%. 4,8 millions de Brésiliens ont renoncé à chercher du travail.  Et puis il y a la précarisation : 64% des travailleurs admettent faire des petits boulots pour joindre les deux bouts, contre 57% l’an dernier. La politique brésilienne a été secouée par une crise générale de la représentation. Des manifestations de masse ont éclaté en juin 2013, avant le ralentissement économique. Ils ont d’abord protesté contre la hausse des tarifs du transport, mais ils se sont rapidement élargis à une série de revendications démocratiques autour des services publics et au-delà. Peu à peu, les manifestations ont été canalisées pour se concentrer sur la corruption, en particulier sur le PT. Une combinaison d’intérêts puissants a mis fin à la présidence de Rousseff au début 2016, sans base légale. C’était l’acte principal d’un « coup de force » qui a commencé par des manifestations de masse anti-PT en 2015 (sous le signe de la «lutte contre la corruption») et s’est poursuivie par une série de contre-réformes néolibérales menées par le gouvernement non élu de Michel Temer.  Le plus gros point d’interrogation reste la capacité du PT à convaincre les électeurs de soutenir le remplaçant choisi par Lula, l’ancien maire de São Paulo, Fernando Haddad. Bien que le PT fasse encore appel à la Cour suprême et au Comité des droits de l’homme de l’ONU, la réalité est que Lula ne sera pas président. Cependant, plus le nom de Lula reste dans le jeu, selon la logique du PT, plus Haddad aura de chance.

L’anti corruption ou l’anti politique

Entretemps, les candidats et les médias se sont concentrés de manière disproportionnée sur la corruption au détriment de l’économie. Cela permet aux candidats de se faire valoir, tout en évitant les questions difficiles sur l’emploi et la croissance. Les accusations et les récriminations volent, que le détenteur de la charge soit lui-même soupçonné ou non. Le discours anticorruption dominant remet en question la capacité de l’État à gérer l’économie de manière juste et efficace. Cette délégitimation de l’action de l’État profite à la droite néolibérale. La conséquence est que le Congrès conservera ou renforcera davantage son caractère oligarchique; et le Brésil se retrouvera probablement avec un président rejeté par la majorité absolue de l’électorat. La corruption devenant le méta-thème à travers lequel toutes les autres questions sont abordées – que ce soit la pauvreté, le déficit budgétaire, la criminalité ou le service de santé -, elle devient un alias pour la méfiance en tant que telle. Voici une des ironies de la politique anti-corruption: le désenchantement peut conduire à retirer le pied populaire de la pédale de gaz démocratique, augmentant la distance entre la politique et les gens.

La gauche et ses illusions

Le tribunal électoral supérieur a statué à quatre contre un contre la candidature de Lula. La seule chance qui reste pour Lula est un appel spécial devant la Cour suprême où, si l’affaire devait être jugée par un juge favorable, le tribunal pourrait accorder une injonction. Si elles devaient être prolongées suffisamment longtemps, ces tactiques dilatoires juridiques pourraient donner lieu à des publications électorales et à des bulletins de vote électroniques mettant en vedette Lula comme candidat du PT. Cela peut être nécessaire car Haddad est en retard ; certains sondages indiquent que seulement deux tiers des électeurs de Lula seraient transférés à Haddad. Haddad est un ancien universitaire et, dans le fond, un technocrate; Il n’a pas de liens avec une base populaire et doit encore démontrer l’expérience politique ou le charisme nécessaire pour construire des alliances. Le modèle de gouvernance du PT, baptisé Lulismo, associe l’orthodoxie macroéconomique et les politiques néo-développementalistes, la conciliation de classe étant le principal mode d’opération politique. Bien qu’effectif de 2003 à 2010, ce modèle ne fonctionnera pas cette fois-ci. Une approche plus radicale s’impose, dans laquelle les intérêts établis sont confrontés et non recherchés comme alliés potentiels. Mais pour le moment, le PT est dépourvu de cohérence programmatique. Le message de Lula est fondamentalement de revenir au statu quo antérieur et de révoquer les pires contre-réformes néolibérales de Temer, mais rien de plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici