Cachemire : risque de guerre

John Riddell

Le 5 août, le gouvernement nationaliste hindou indien a révoqué unilatéralement l’autonomie de l’État du Jammu-et-Cachemire, en inondant la région de troupes, en imposant un couvre-feu et en interrompant toutes les communications. L’État doit être divisé en deux, la partie orientale (Ladakh) étant sous le contrôle direct de New Delhi.

Le gouvernement du Premier ministre Narendra Modi a fermé les connexions Internet, les services de téléphonie mobile et les lignes téléphoniques fixes dans la région assiégée. La nouvelle fragmentaire qui a été relayée parle d’arrestations de personnalités politiques et de la peur généralisée parmi les 12 millions d’habitants de la région.

Présentant cette nouvelle étonnante au parlement indien, le ministre indien de l’Intérieur, Amit Shah, a déclaré que ces mesures apporteraient « un meilleur gouvernement, un flot d’investissements extérieurs et la paix ».

Le gouvernement du Pakistan à majorité musulmane a contesté l’influence dans la région avec l’Inde principalement hindoue. Le Pakistan occupe maintenant le tiers nord de la principauté historique du Cachemire. Le Pakistan a dénoncé les mesures du 5 août. Fawad Chaudhry, ministre du gouvernement, a déclaré au parlement pakistanais, le 7 août, que Modi était à la tête d’un «régime fasciste» . « Le Pakistan ne devrait pas laisser le Cachemire devenir une autre Palestine », a déclaré Chaudhry. « Nous devons choisir entre le déshonneur et la guerre. »

70 ans de rivalité

La rivalité indo-pakistanaise au Cachemire remonte à plus de 70 ans. En 1947, l’Inde « britannique » s’est divisée en deux États indépendants: le Pakistan et l’Inde. Le Jammu-et-Cachemire était le seul État attribué à l’Inde avec une population majoritairement musulmane. Les musulmans ne représentaient que 15% de la population indienne après l’indépendance; leurs camarades croyants du Cachemire se sentaient isolés et vulnérables.

Reconnaissant le ferme soutien du Cachemire pour l’autodétermination, les Nations Unies ont prévu un référendum sur le statut de la région, mais cela n’a jamais eu lieu. Néanmoins, les conditions pour l’incorporation de la région en Inde incluaient effectivement l’ajout de deux clauses dans la constitution, accordant une large autonomie à l’État du Jammu-et-Cachemire (article 370) et interdisant la possession de terres par des non-cachmiris (article 35A).

La population musulmane considérait que l’autonomie, associée à la protection de la propriété foncière, était essentielle pour ne pas être submergée et marginalisée par la majorité hindoue de l’Inde. Ces mesures constituaient une barrière contre le danger d’invasion coloniale par des étrangers qui transformeraient les musulmans en une minorité marginalisée sur leur propre territoire.

Le gouvernement indien a annulé ces deux mesures de protection le 5 août 2019.

Parallèle palestinien

Comme le ministre du gouvernement pakistanais l’a noté, le statut actuel des musulmans ressemble étrangement à celui de la Palestine de la Cisjordanie, où l’occupation israélienne s’est en fait transformée en un projet condamnant à la marginalisation la population palestinienne autochtone sur son propre territoire.

Étant donné que l’Inde a aboli la clause de protection des terres, la prédiction de son ministre de l’Intérieur, Amit Shah, selon laquelle le Cachemire connaîtrait « un déluge d’investissements extérieurs », pourrait bien signifier un plan de dépossession extensif des musulmans du Cachemire par le colonialisme par le biais d’acquisitions de terres par les étrangers.

Le danger de guerre nucléaire

Même au cours des décennies au cours desquelles des garanties constitutionnelles ont existé, le Jammu-et-Cachemire a connu peu de tranquillité. Les frictions avec le gouvernement central ont été fréquentes; Les incursions de New Delhi dans la gouvernance régionale ont provoqué la résistance. Des affrontements armés ont eu lieu à la frontière pakistanaise et, à deux reprises, les armées pakistanaise et indienne ont mené de brèves guerres. La résistance armée recherchant l’autodétermination du Cachemire dans les années 1980 s’est heurtée à de fortes représailles de la part de l’armée indienne. Les pertes ont été lourdes, le conflit a persisté et les forces de sécurité ont souvent attaqué des manifestants populaires non armés.

Et maintenant, les armées indiennes et pakistanaises possèdent plus de 100 ogives nucléaires, chacune capable de causer un massacre incalculable de civils de chaque côté.

En février de cette année, à la suite d’un attentat à la bombe ayant tué 40 membres des forces de sécurité indiennes, l’Inde et le Pakistan ont effectué des raids aériens sur le territoire de l’autre. Dans ces conditions, la répression exercée par l’Inde au Cachemire pourrait probablement aboutir à un conflit militaire qui dégénérerait en guerre nucléaire.

Les voix de l’opposition en Inde

Bien que de nombreux articles de presse parlent d’un soutien populaire en Inde à la répression du gouvernement, les partis d’opposition ont rapidement critiqué ces mesures.

S’exprimant au nom du plus grand groupe d’opposition indien, le Parti du Congrès, Ghulam Nabi Azad, a déclaré que « le parti BJP a assassiné la constitution. Il a assassiné la démocratie ».

Cinq partis de gauche ont publié une déclaration commune condamnant les mesures de Modi comme « une attaque contre le fédéralisme, un élément fondamental de la Constitution indienne» et ont appelé à une manifestation nationale commune le 7 août ».1

« Il est universellement reconnu que l’unité de l’Inde réside dans sa diversité », a déclaré le Parti communiste indien (marxiste) le 5 août.

Un rôle pour les Nations Unies?

Etant donné que le statut contesté du Cachemire a été établi à l’origine par les Nations Unies, les Nations Unies sembleraient avoir la responsabilité d’aider à surmonter la crise actuelle. Le 7 août, le réseau consultatif et d’action des érudits du Cachemire a lancé un appel à cet égard au secrétaire général des Nations Unies, António Guterres. Selon les spécialistes du Cachemire, l’ONU devrait nommer un rapporteur spécial chargé de lutter contre la violence à l’égard des civils cachemiriens de rétablir les droits de l’homme.

Il y a un an, le 14 juin 2018, le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme a demandé à ce qu’une enquête soit ouverte sur les violations des droits de l’homme au Cachemire. Le Haut-Commissariat a fait état de massacres, de viols collectifs, d’enlèvements et d’aveuglement volontaire avec des pistolets à plombs de la part des forces de sécurité indiennes.

Le gouvernement indien s’oppose à la médiation des Nations Unies sur le Cachemire et refuse d’admettre des chercheurs de l’ONU dans la région. Il a dénoncé le rapport comme étant fallacieux et préjugé.

Le rôle du Canada

Selon Zafar Bangash, directeur de l’Institut de la pensée islamique contemporaine basé à Toronto,  la décision du HCNUDH de se pencher sur le conflit au Cachemire résultait en partie d’une pétition basée au Royaume-Uni avec le soutien de Canadiens, qui a permis de recueillir 50 000 signatures dans le monde entier. C’est peut-être la seule contribution importante du Canada au rétablissement de la paix au Cachemire au cours des dernières années.

Au cours des deux mois de guerre entre l’Inde et le Pakistan au Cachemire qui ont suivi l’indépendance de 1947, le gouvernement du Canada a joué un rôle actif dans la définition des termes de l’armistice. Pendant un certain temps, un général canadien, Andrew McNaughton, a dirigé la commission d’armistice. Même aujourd’hui, les activistes du Cachemire pour l’autodétermination s’en souviennent avec gratitude. Mais au cours des dernières années, le Canada s’est abstenu de telles initiatives et son gouvernement est maintenant un allié obéissant des États-Unis et d’Israël, qui sont tous deux étroitement alignés sur le gouvernement Modi.

  1. Les cinq partis sont: le Parti communiste indien (marxiste), le Parti socialiste révolutionnaire, le Bloc All-India Forward, le Parti communiste indien et le Parti communiste marxiste-léniniste (Libération).

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici