Cachemire : une menace pour la région

Rebecca Ratcliffe, extraits d’un texte paru dans le Guardian, 6 août 2019

 

Quand Gauhar Siraj s’est réveillé lundi, il a réalisé que quelque chose allait se passer. Il s’était rendu au Cachemire pour un mariage et la tension s’était installée toute la semaine. Puis, dans la matinée : « Bam, il y a un couvre-feu, Internet est coupé, les lignes téléphoniques sont cassées, vous ne pouvez établir aucune communication». Dehors, l’accès aux principales routes de Srinagar, la plus grande ville du Cachemire sous administration indienne, avait été bloqué.

Quelques heures plus tard, le gouvernement indien a annoncé le changement le plus radical proposé par un gouvernement depuis que la région a adhéré à l’Union indienne. Cela révoque le statut spécial du Cachemire et divise l’État en deux parties.

Le mouvement a immédiatement provoqué la colère du Pakistan, qui revendique également le Cachemire.

La semaine dernière, une série d’ordonnances du gouvernement divulguées aux médias suscitaient la panique. L’un d’eux a demandé au personnel des chemins de fer indiens de la vallée du Cachemire de stocker suffisamment de rations sèches pour les quatre derniers mois en vue d’une possible « détérioration de la situation ». 10 000 soldats supplémentaires ont été envoyés sur le territoire déjà lourdement militarisé.

Les rumeurs se sont encore intensifiées lorsque, dans une initiative sans précédent, le gouvernement a limité un pèlerinage hindou dans un sanctuaire rupestre de l’Himalaya, une randonnée de 45 jours dans laquelle environ 300 000 personnes se sont embarquées depuis juillet. Les pèlerins et les touristes se sont précipités à l’aéroport et plusieurs gouvernements, dont celui de la Grande-Bretagne, ont mis en garde contre tout voyage au Jammu-et-Cachemire.

Des couvre-feux et des évacuations ont continué d’être imposés aux hôpitaux et aux établissements d’enseignement du Cachemire au cours du week-end.

Des dirigeants politiques se sont rencontrés pour faire part de leurs inquiétudes quant à la possibilité que Delhi se prépare à supprimer l’autonomie du Cachemire. Quelques heures avant que le ministre indien des Affaires intérieures, Amit Shah, s’adresse au parlement, ces dirigeants ont été placés en résidence surveillée .

Le BJP a à plusieurs reprises promis de mettre fin au statut spécial du Cachemire et, après la victoire écrasante du premier ministre Narendra Modi aux élections de mai, le parti a le contrôle du Parlement.

La suppression de ce statut spécial est depuis longtemps une demande de la base nationaliste hindouiste du BJP. Selon des analystes, Delhi pourrait tenter de s’affirmer au niveau régional, alors que le Pakistan est courtisé par les États-Unis, qui recherchent la coopération d’Islamabad pour la conclusion d’un accord de paix en Afghanistan.

Les gens croient que les choses vont empirer mais ils n’ont pas peur, a-t-il déclaré. « Les choses ont changé avec la nouvelle génération de Cachemiriens : « ils n’acceptent pas de plier. Même la peur de la mort ne les arrête pas ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici