Canada : la guerre des drones, une bonne business

0
142
Jon Horler, Ricochet, 15 septembre 2020

Cet article a été initialement publié en anglais par Ricochet Media

Les entreprises privées américaines font partie des «chaînes de destruction» des frappes de drones en Afrique de l’Est, a révélé une enquête publiée le mois dernier par le Organized Crime and Corruption Reporting Project, un réseau collaboratif mondial de journalistes d’investigation. Leur rapport décrit comment des entrepreneurs civils exploitent des drones armés et, dans certains cas, les renseignements recueillis par des entreprises privées constituent la base des frappes de drones américains en Somalie. L’enquête a mis en évidence L3Harris Technologies, un des principaux sous-traitants de l’armée et de la force aérienne américaines avec une «porte tournante» d’associés se déplaçant entre l’armée américaine et l’entreprise – et une connexion canadienne.
Alors que les Américains affirment que leurs frappes de drones en Somalie ne visent que les membres de la milice al-Shabab, un certain nombre de journalistes et d’organisations internationales ont rapporté comment l’armée américaine a cherché à masquer le nombre de victimes civiles. Dans certains cas, les États-Unis n’ont même pas cherché à déterminer si des civils avaient été tués par leurs attaques de drones, ce qui a incité le représentant Ilhan Omar et d’autres membres du Congrès à appeler l’armée à expliquer l’écart des chiffres des victimes.
La technologie de fabrication canadienne de l’entreprise est déjà largement utilisée par la flotte de drones américains opérant dans le monde entier.
En janvier, deux entrepreneurs de L3Harris ont été tués sur une base aérienne conjointe kényane-américaine près de la frontière somalienne alors qu’ils étaient déployés dans le cadre d’une mission militaire américaine qui serait liée aux frappes en Somalie. Malgré ce revers, l’implication dans la sous-traitance militaire et les opérations de drones s’est avérée très lucrative pour l’entreprise et ses trois actionnaires de contrôle – les principales sociétés de fonds spéculatifs et de fonds de pension BlackRock, Vanguard Group et T.Rowe Price.
Cependant, on sait moins que de tels contrats avec des militaires étrangers ont également été très rentables pour sa filiale canadienne en propriété exclusive, L3Harris Wescam.
La connexion canadienne
L3Harris Wescam, basée en Ontario, est la plus grande entreprise de fabrication au Canada de capteurs et d’imagerie aéroportés avancés. Sa gamme de produits clé se compose de caméras de surveillance mobiles et de capteurs de haute technologie utilisés dans plusieurs plates-formes armées, y compris les drones les plus avancés utilisés par les militaires du monde entier. Cette technologie canadienne est tout aussi cruciale pour les opérations d’un drone que son moteur ou ses systèmes d’armes, permettant la reconnaissance à longue portée et le ciblage des missiles à guidage laser du drone.
Cette technologie est également importante pour la survie des drones. Plus les capacités de la caméra et du capteur sont élevées, plus le drone peut voler haut pour éviter d’être coincé ou abattu lors de l’exécution de sa mission – ce qui permet aux opérateurs de déployer des drones dans un plus grand nombre de situations.
Les communiqués de presse de la société se vantent d’avoir vendu plus de 5000 systèmes de surveillance et de ciblage de la série MX dans le monde, et la société et le gouvernement canadien attribuent l’utilisation de la technologie sophistiquée des drones Wescam dans les opérations nationales de la GRC et de l’Agence des services frontaliers du Canada, ainsi que dans les militaires canadiens. opérations en Afghanistan et en Irak. La mise en évidence répétée de ces utilisations spécifiques sert à masquer la véritable étendue de l’utilisation de cette technologie canadienne dans d’autres conflits.
Dans le cas de Wescam, la société collabore avec le secteur militaire de la dictature saoudienne sur des projets liés aux systèmes électro-optiques et infrarouges pour drones
Alors que le contrat de General Dynamics Land Systems pour la vente de 15 milliards de dollars de véhicules blindés fabriqués en Ontario à l’Arabie saoudite a été couvert dans la presse canadienne et a suscité des critiques de la part de certains sur la Colline du Parlement, le rôle que les entreprises canadiennes jouent dans la conception et la fabrication de la technologie des drones pour la dictature saoudienne est restée en grande partie non signalée.
Dans le cas de Wescam, la société collabore avec le secteur militaire de la dictature saoudienne sur des projets liés aux systèmes électro-optiques et infrarouges pour drones – y compris la formation, la fabrication et la recherche dans le cadre de ce que le cadre supérieur de la société a appelé un effort visant à «élargir considérablement notre soutien pour [le] gouvernement saoudien et les forces militaires. »
Comme de nombreux entrepreneurs de la défense, la société continue de profiter après la vente initiale en entretenant ses produits pour des clients militaires étrangers, ce qui entraîne une implication continue dans des conflits à l’étranger. Des centres de services dédiés travaillent avec Wescam pour aider des clients tels que l’Arabie saoudite avec leurs produits MX-Series, dont un dans la capitale saoudienne de Riyad, exploité avec une société appartenant au fonds d’investissement public du gouvernement saoudien.
Le Canada au Yémen
Au Yémen, des millions de personnes ont été déplacées depuis le début de l’offensive aérienne dirigée par l’Arabie saoudite en 2015, et les rapports sur la situation humanitaire indiquent désormais que plus de 80% de la population est dans le besoin. Il y a plus de 40 lignes de front actives dans le conflit et plus de 3,2 millions de personnes sont confrontées à l’insécurité alimentaire la plus aiguë.
Tout cela s’ajoute aux ravages de la pandémie de COVID-19, qui ravage un pays qui a vu ses infrastructures de santé et d’assainissement détruites par des années de guerre et qui fait également face à une épidémie majeure de choléra. Les victimes civiles dans la guerre aérienne de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite au Yémen ont dépassé 18 500 en juillet, un mois qui a vu 215 attaques aériennes documentées selon le Yemen Data Project à but non lucratif.
Les chercheurs qui étudient les liens du Canada avec la guerre désastreuse au Yémen ont également émis l’ hypothèse que les drones exploités par les Saoudiens et abattus au-dessus du Yémen auraient pu contenir la technologie L3Harris Wescam MX-Series. On a découvert que les drones d’hélicoptères utilisés au Yémen contenaient cet équipement de surveillance aérienne fabriqué au Canada. Il s’agit d’un ajout au rapport précédent du National Observer selon lequel Wescam a fourni à la dictature saoudienne une technologie de surveillance aérienne canadienne pour une utilisation dans des hélicoptères Blackhawk qui ont depuis été abattus au Yémen.
Une grande partie des critiques canadiennes de la guerre au Yémen a porté sur le rôle de l’Arabie saoudite dans le conflit, ainsi que sur le rôle des États-Unis dans l’aide à la dévastation du pays par les Saoudiens. Pendant ce temps, la participation du partenaire du Canada, les Émirats arabes unis, a reçu moins d’attention.
Les EAU sont un client de longue date de la technologie canadienne de Wecam. Son armée est connue pour utiliser la technologie MX-10 de la société dans sa flotte de drones à voilure tournante Camcopter S-100, et il a également été rapporté que des S-100 appartenant aux Émirats arabes unis ont été abattus alors qu’ils opéraient au Yémen. La société dispose également d’un centre de services aux Émirats arabes unis, situé à Abu Dhabi et exploité avec une filiale de la Emirates Defence Industries Company, qui prend en charge ses systèmes d’imagerie et de ciblage MX-10 et MX-15 pour les Emiratis. Le vice-président des ventes gouvernementales de Wescam a noté que leur technologie fournit «des imageurs haute définition, une précision de localisation de la cible élevée et une capacité de désignation [pour] en faire un choix très sûr et fiable pour les EAU», ajoutant fièrement que le système dispose également d’un outil qui « Détecte plusieurs cibles mobiles dans un flux d’images. »
Des drones tuant des Kurdes
Alors que le Canada autorise facilement la vente de la technologie des drones aux dictatures saoudiennes et émiriennes malgré leurs actions au Yémen, le gouvernement a précédemment interdit des ventes similaires à son principal rival, la Turquie, après l’incursion de ce pays dans les zones contrôlées par les Kurdes du nord de la Syrie. Cependant, après une série de discussions avec les ministres turcs de la Défense et des Affaires étrangères, ainsi qu’un appel direct entre le premier ministre Trudeau et le président Erdogan, le Canada a décidé plus tôt cette année d’émettre une exemption , permettant la reprise des livraisons de ce produit fabriqué au Canada. technologie de drone en Turquie.
La technologie canadienne des capteurs électro-optiques et infrarouges est intégrée à la plupart de la flotte turque de drones armés et non armés.
Dans la guerre en cours en Libye, des modèles de drones turcs Bayraktar TB2, équipés du système MX-15D de L3Harris Wescam, ont été déployés efficacement pour cibler le général rebelle Khalifa Haftar et ses soi-disant forces terrestres et systèmes de défense aérienne de l’Armée nationale libyenne pertes et aider à repousser les combattants rebelles qui luttent pour renverser le gouvernement à Tripoli.
Ces mêmes drones TB2 avancés ont également été utilisés en Syrie, où la Turquie affirme avoir tué des centaines de miliciens kurdes, qu’elle considère comme des terroristes, lors de frappes de drones. Les représentants kurdes affirment que des centaines de civils ont également été tués lors de ces frappes. La technologie canadienne des capteurs électro-optiques et infrarouges est intégrée à la plupart de la flotte de drones armés et non armés de la Turquie. Ce fait ne semble pas avoir été mentionné lorsque les Canadiens se sont félicités pour leur parrainage de réfugiés fuyant ce conflit ou pour leur soutien supposé au peuple kurde et syrien.
Au Cameroun, où le président Paul Biya a régné pendant plus de 35 ans alors qu’il passait une grande partie de son temps dans un hôtel haut de gamme à Genève, le gouvernement a violemment réprimé les communautés anglophones minoritaires. L’avion camerounais Cessna 208 Caravan, équipé de systèmes optiques canadiens Wescam similaires à ceux utilisés dans les drones, aurait effectué des missions de renseignement et de reconnaissance pour aider les forces terrestres à réprimer l’opposition et les milices locales dans ces communautés. Les groupes de la diaspora et les responsables humanitaires de la région se sont prononcés sur de nombreuses atrocités qui, selon eux, ont été commises par le gouvernement Biya, bien que dans la plupart des cas, cela ait été accueilli par le silence du Canada.
L3Harris Wescam n’a pas pu être joint pour commenter cette histoire et plusieurs messages laissés par Ricochet à leur responsable de la communication n’ont pas été retournés.
Le soutien du gouvernement canadien à l’industrie de l’armement
Le centre de l’exploitation des drones de L3Harris Wescam se trouve à Burlington, en Ontario. Selon le site Web de la société, sur ce site, ils conçoivent et fabriquent la gamme MX-Series de capteurs de drones et de systèmes de ciblage de munitions, ainsi que de gérer les contrats et la gestion de projet. Cette installation est située dans la circonscription de la ministre canadienne du Développement international, Karina Gould. En fait, selon les registres du registre fédéral de lobbying examinés par Ricochet, en sa qualité de députée de Burlington, Gould a rencontré le président de L3Harris Wescam en novembre 2018 à propos de «Défense, marchés publics, industrie», avant sa nomination au développement international ministre l’année dernière.
Malgré son intérêt actuel pour le développement international et les questions de droits de l’homme, il n’y a aucune trace de Gould commentant la façon dont la technologie des drones exportée de sa circonscription pourrait contribuer aux souffrances causées par les guerres à l’étranger que son département cherche à atténuer par des annonces d’aide.
En avril, Gould a publié une déclaration conjointe avec le ministre des Affaires étrangères déclarant que le Canada est «en solidarité» avec «les civils et les populations vulnérables en conflit, qui ont plus que jamais besoin de protection». Quelques mois après cette déclaration, l’exportation de cette technologie fabriquée à Burlington a été approuvée par le Canada pour une utilisation continue dans les frappes de drones en Libye et en Syrie.
Heureusement pour l’industrie canadienne de l’armement, comme c’est le cas pour les ventes continues de véhicules blindés légers, le soutien à l’exportation de la technologie canadienne des drones a vraiment été une affaire bipartite. En fait, en 2015, sous la direction du Premier ministre Stephen Harper, L3Harris Wescam a bénéficié d’un soutien fédéral de 75 millions de dollars pour aider à développer davantage la technologie des drones qu’ils vendent à l’étranger. Ces fonds ont été fournis dans le cadre de l’Initiative stratégique pour l’aérospatiale et la défense du gouvernement, qui a été créée pour soutenir la recherche et le développement dans les secteurs de l’aérospatiale, de l’espace et de la défense. En annonçant ce financement, le ministre de l’Industrie de l’époque, James Moore, a déclaré qu’il s’agissait de l’un des investissements les plus importants que le gouvernement canadien ait faits depuis la création du fonds huit ans auparavant.
L3Harris Wescam a continué de faire pression sur le gouvernement pour obtenir son soutien, notamment lors d’une réunion avec le sous-ministre adjoint principal du ministère de l’Industrie plus tôt cette année. En juillet, le gouvernement a annoncé que la Corporation commerciale canadienne, une société d’État fédérale, avait octroyé à la société un contrat de 380 millions de dollars pour la fourniture de produits de surveillance et de ciblage de la série MX à l’armée américaine. La technologie de fabrication canadienne de l’entreprise est déjà largement utilisée par la flotte de drones américains opérant dans le monde entier.
Selon un récent rapport du rapporteur spécial de l’ONU sur les exécutions extrajudiciaires, les pays qui exportent la technologie des drones devraient «adopter un processus dédié de surveillance opérationnelle de l’utilisation finale pour analyser le résultat des frappes de drones et l’impact des civils». Pourtant, illustrée par la vente continue de véhicules blindés à l’Arabie saoudite – où Affaires mondiales Canada n’a pas réussi à trouver les preuves bien documentées de l’utilisation d’équipement canadien par les Saoudiens et leurs mandataires au Yémen (et dans la répression contre la minorité chiite dans le royaume) – de nombreux militants estiment que cela n’est pas mené de manière adéquate et sont consternés par le manque d’attention accordée à la question de l’exportation de la technologie des drones au Canada.
Simon Black de Labour Against the Arms Trade Canada , une coalition d’activistes cherchant à mettre fin à la participation du Canada au commerce des armes, a déclaré à Ricochet que les investissements gouvernementaux dans le secteur de la technologie devraient être axés sur la création d’emplois verts pacifiques qui peuvent aider à faire face à la crise climatique plutôt que «Jouer des partenaires juniors dans le complexe militaro-industriel américain et produire des technologies de drones qui perpétuent la guerre et la souffrance humaine à l’autre bout du monde.» Black a souligné le manque de possibilités d’emploi alternatives offertes à de nombreux travailleurs, ajoutant que « plus que jamais, nous devons convertir les fabricants d’armes à une production verte pacifique qui protège les travailleurs, leurs communautés et notre planète. »
Traditionnellement, les avantages économiques des ventes de technologies militaires ont été mis en évidence au Canada comme le seul objectif, sans que les médias et la classe politique aient beaucoup discuté de l’impact de ces produits sur les personnes vivant dans les régions où cette technologie canadienne est déployée. Par exemple, en juin 2019, L3Harris Wescam a inauguré une nouvelle installation de 330000 pieds carrés à Hamilton, lors d’une cérémonie en présence de dignitaires tels que le maire de Hamilton, Fred Eisenberger, et promue en ligne à plusieurs reprises par le département du développement économique de la ville. La nouvelle installation augmentera encore la capacité de Wescam à concevoir et à exporter sa technologie de drone vers toutes sortes de forces armées à l’étranger.
Bien que cette cérémonie d’inauguration ait été largement couverte par toutes les nouvelles locales à l’époque, aucune n’a mentionné les liens entre les avantages économiques et d’emploi tant vantés et les conflits armés où leurs gammes de drones sont déployées avec un effet dévastateur. Cette nouvelle installation devrait ouvrir en 2021.