Canada : les aidants naturels immigrants menacés 

Marites N. Sison, Rabble, 20 mars 2019

 

La confusion et l’incertitude entourant le nouveau programme d’aide sociale du gouvernement libéral ont incité une cinquantaine de travailleurs de l’aide migrants à se réunir le dimanche 17 mars à Toronto pour chercher des réponses lors d’une séance d’information à huis clos tenue au Caregivers ‘Action Centre (CAC).

« Je ne sais pas quoi faire, c’est pourquoi je suis ici », a déclaré Jhoelyn Cruz, arrivée des Philippines en 2016 dans le cadre du volet « Prendre soin des enfants ».

Le 23 février, le ministre de l’Immigration, Ahmed Hussen, a annoncé deux nouveaux projets pilotes quinquennaux d’immigration des aidants naturels et un programme de résidence permanente provisoire pour les travailleurs de l’aide déjà au Canada.

Dans le cadre du nouveau programme – destiné à remplacer l’actuel programme qui expirera en novembre -, les travailleurs de la santé seront évalués pour déterminer leur admissibilité en tant que résidents permanents avant leur arrivée au Canada. S’ils y sont admissibles, ils peuvent faire venir leurs enfants, leur époux ou conjoint de fait au Canada, et se verraient accorder un «parcours de résidence permanente» après deux ans d’expérience de travail.

Le programme donnerait aux travailleurs sociaux des permis de travail ouverts, leur permettant de changer rapidement d’employeur. Les permis de travail actuels sont liés aux employeurs, ce qui empêche les travailleurs de quitter des employeurs abusifs ou de changer d’emploi si leurs services sont supprimés ou si des employeurs âgés décèdent.

Hussen a également annoncé un programme provisoire de trois mois – du 4 mars au 4 juin 2019 – permettant aux travailleurs sociaux arrivés au Canada après la fermeture du programme des aides familiaux résidants en 2014 de présenter une demande de résidence permanente s’ils avaient terminé un an service, au lieu des deux années précédentes.

Bien que les groupes de travailleurs migrants à travers le Canada se soient félicités de l’annonce de permis de travail ouverts, le programme n’a pas encore mis fin à l’exploitation, car il refuse le statut de travailleur licencié à son arrivée.

Le nouveau programme « maintient la nature temporaire du système en place, malgré les preuves que l’absence de statut de résident permanent est la principale raison de l’exploitation des travailleurs migrants », ont déclaré dans un communiqué . Une étude qu’ils ont menée l’année dernière a documenté des cas de salaires impayés, d’heures supplémentaires, de longues heures, de mauvaises conditions de vie, de violences sexuelles et de harcèlement impliquant des travailleurs sociaux à travers le Canada. La plupart des soignants venaient des Philippines, d’Indonésie et d’Amérique latine.

Le manque de détails sur le nouveau programme a provoqué la panique chez certains travailleurs, a déclaré Kara Manso, qui dirige le CAC.

On craint que cela ne fixe des normes plus élevées en matière d’éducation et de maîtrise de l’anglais ou du français. Dans ce cas, « beaucoup de gens vont être laissés de côté », y compris ceux qui ont toujours pu venir au Canada dans le cadre de programmes d’aides familiaux antérieurs. m’a dit.

Manso estime également que le délai de trois mois pour présenter une demande de résidence permanente provisoire est trop court.

Cruz, qui pourrait être admissible à ce programme, a accepté. Pour quelqu’un comme elle qui gagne le salaire minimum et envoie la majeure partie de son salaire à la famille, trois mois constituent un court délai pour trouver des milliers de dollars afin de payer les frais de demande pour elle et les membres de sa famille (1 040 $ chacun), ainsi que le test de compétence linguistique (300 $) et l’évaluation de l’éducation (300 $ à 2 000 $).

Mais Cruz craint que si elle laisse passer cette opportunité, elle n’aura peut-être pas une autre chance.

Mathieu Genest, porte-parole de Hussein, a déclaré à la Presse canadienne que des détails seront fournis à l’approche du lancement des nouveaux programmes.

Manso a déclaré que certains travailleurs sociaux ne seraient pas en mesure de satisfaire à l’exigence d’un an de résidence permanente dans le cadre du programme provisoire « parce que le système ne leur permettait pas de continuer à travailler ».

Cela inclut les travailleurs qui ont perdu leur emploi et ont peut-être trouvé un autre employeur, mais qui ont perdu du temps en attendant l’évaluation d’impact sur le marché du travail (EIMT) requise avant la délivrance d’un permis de travail. Les travailleurs peuvent perdre 13 mois dans l’attente de l’EIMT et de la délivrance d’un permis de travail.

Sont également exclus les personnes qui sont devenues sans papiers parce qu’elles étaient incapables de trouver un autre employeur et d’obtenir un permis de travail.

« Beaucoup de travailleurs sociaux sont ici et contribuent au pays. Ils veillent à ce que les familles canadiennes soient prises en charge, mais ils ne savent même pas ce qui va leur arriver », a déclaré Manso. « Nous avons essayé de nous assurer que personne ne soit laissé pour compte. »

Elle a déclaré que rien ne garantissait que le programme serait mis en œuvre, étant donné que le gouvernement libéral de Trudeau serait réélu en octobre ou non. « Peu importe ce qui se passe pendant les élections, nous voulons nous assurer que le programme fonctionnera réellement pour les soignants. »

Des groupes de travailleurs migrants ont lancé une pétition par courrier électronique réitérant leur appel à demander aux prestataires de soins d’obtenir le statut de débarqué à leur arrivée, ainsi qu’un soutien et des droits supplémentaires pour tous les prestataires de soins migrants.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici