Canada : les résistances autochtones ébranlent l’État

John Clarke, extrait d’un texte paru dans The Bullet, 20 février 2020

Au début de février, la GRC, la force de police coloniale du Canada, a effectué une descente dans les camps de défenseurs des terres du peuple Wet’suwet’en en Colombie-Britannique, afin d’ouvrir la voie à la construction d’un pipeline. De toute évidence, aucun des décideurs politiques responsables de cette action répressive n’a jamais imaginé qu’elle déclencherait une puissante vague d’actions de solidarité à travers le Canada. Il y a eu des manifestations et des rassemblements en cours, mais l’accent a été mis sur la tactique de perturbation économique, notamment en bloquant le réseau ferroviaire. Si l’attaque contre les Wet’suwet’en était motivée par les besoins de profit du capitalisme extractif, la résistance qui a émergé a ciblé le flux de biens et de services comme la forme la plus efficace de contre-attaque.

En octobre 2018, le gouvernement provincial de la Colombie-Britannique a approuvé la construction d’un pipeline de 670 km pour acheminer le gaz naturel liquéfié du nord de la Colombie-Britannique vers une usine d’exportation de 40 milliards de dollars, qui sera construite à Kitimat. En Colombie-Britannique, le Nouveau Parti démocratique (NPD) est au pouvoir. Il était honteux que le parti social-démocrate du Canada se joigne aux libéraux fédéraux pour fournir «un bouquet de subventions gouvernementales au plus grand pollueur de carbone de la Colombie-Britannique».

Dès le départ, il était clair qu’il y aurait un problème majeur pour l’environnement à travers le territoire autochtone. Contrairement au reste du Canada, la Colombie-Britannique a été bâtie sur des terres contestées ou «non cédées» sur lesquelles jamais aucun traité entre la Couronne et les nations autochtones n’a été rédigé. En effet, le processus de colonisation en Colombie-Britannique a été particulièrement impitoyable et mortel. En 1862, lorsqu’une épidémie de variole a éclaté à Victoria, les Autochtones infectés ont été refoulés à l’intérieur de la province, propageant la maladie. Au moins 30 000 personnes sont mortes, ce qui représentait environ 60% de la population autochtone à l’époque. À la suite de ce génocide, les traités semblaient inutiles aux colonisateurs. « Les Indiens n’ont vraiment aucun droit sur les terres qu’ils revendiquent », a conclu le commissaire foncier, Joseph Trutch , en 1864.

Trutch et ses amis seraient sans doute ravis d’apprendre qu’au 21e siècle, un héritage involontaire de leur travail a émergé. La nation Wet’suwet’en revendique un territoire non cédé de 22 000 kilomètres carrés à travers lequel le projet Coastal GasLink doit passer. De plus, il y a près de vingt-cinq ans, dans la décision Delgamuukw, la Cour suprême du Canada a conclu qu’il existait effectivement un titre aborigène sur ces terres. Coastal GasLink et ses apologistes expliquent en grande partie qu’ils ont pu inciter vingt conseils de bandes autochtones à signer des accords avec eux. Cependant, ces bandes n’ont d’autorité, en vertu de la Loi sur les Indiens, que sur les réserves qu’elles exploitent. Ils n’ont aucune juridiction sur les terres de Wet’suwet’en dans leur ensemble,

Les chefs héréditaires demeurent implacablement opposés au projet de pipeline et ni les libéraux de Trudeau à Ottawa, ni le gouvernement de la Colombie-Britannique ni la société de pipelines n’ont reçu leur approbation qui aurait du être fait, selon la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones (que le Canada a endossé) sous a forme d’un «consentement libre, préalable et éclairé».

Résistance et solidarité

L’arrogance brutale avec laquelle la GRC s’est déchaînée contre les défenseurs des terres était si choquante et épouvantable qu’elle a explosé au visage des responsables. Après un précédent assaut contre les Wet’suwet’en, en janvier de l’année dernière, il a été révélé que la GRC était prête à tirer pour tuer. Dans les notes d’une de leur réunion, on constate que les agents affirment qu’«une surveillance « mortelle » était requise, ce qui était une référence au déploiement de tireurs d’élite. Après ce dernier raid, une vidéo a émergé d’un flic entraînant ses viseurs télescopiques sur des manifestants non armés. 

«C’est le territoire de Wet’suwet’en. Nous ne sommes pas armés. Nous sommes pacifiques. Vous êtes des envahisseurs », a crié Eve Saint , la fille d’un des chefs héréditaires. Elle a déclaré plus tard aux médias: «J’ai levé ma plume et j’ai pleuré parce que je me faisais arnaquer sur mon territoire et je ne pouvais rien y faire. C’est le type de violence auquel nos gens sont confrontés. Il est ancré dans mon ADN et m’a frappé au cœur. C’est ce que mon peuple traverse depuis le contact (avec les colonisateurs). »

Cette utilisation du pouvoir de l’État a été rendue encore plus vile par l’hypocrisie de Justin Trudeau. Il est pleinement impliqué dans la tentative d’écraser les droits des autochtones, mais il se présente comme un champion de la «réconciliation». La réponse autochtone et a provoqué une crise politique, car des actions percutantes ont eu lieu à travers le pays. Le premier ministre néo-démocrate de la Colombie-Britannique, John Horgan, s’est dit «découragé» par une action de solidarité qui a perturbé le discours du Trône de son gouvernement. Une journée d’action a ciblé les bureaux du gouvernement de la Colombie-Britannique dans toute la province. Le port de Vancouver est bloqué. De l’autre côté du pays, à Halifax, le terminal à conteneurs de Ceres a été bloqué par des manifestants scandant: «Où sommes-nous? Mi’kmaqi! Respectez la souveraineté autochtone! » ainsi que «Arrêtez le Canada!»

Ce sont cependant les blocus ferroviaires qui ont eu un impact économique énorme et qui ont amené les choses au niveau de la crise politique. Les mesures prises par les résidents du territoire mohawk de Tyendinaga dans l’est de l’Ontario ont empêché le mouvement du trafic ferroviaire le long d’un couloir vital reliant Toronto à Ottawa et Montréal depuis près de deux semaines maintenant et ont eu un impact national. Les Mohawks ont refusé d’obéir à une injonction du tribunal leur ordonnant de partir au motif que les tribunaux canadiens n’ont pas le droit de leur dire quoi faire sur leurs terres. Ils ont clairement indiqué qu’ils n’allaient nulle part jusqu’à ce que les justes demandes des Wet’suwet ‘en soient satisfaites. L’impact économique de leur action a été énorme et il augmente. Les producteurs de bois et de pâtes et papiers ont perdu des dizaines de millions de dollars. Au moins 66 cargos n’ont pas pu décharger en Colombie-Britannique et le président de la Chamber of Shipping de la province a déclaré: «Ces files d’attente ne feront qu’augmenter, bien sûr, les navires continuent d’arriver. Finalement, il n’y aura plus d’espace et ils attendront au large des côtes du Canada, une situation que nous aimerions éviter. »

Le ministre fédéral des Services aux Autochtones, Marc Miller, s’est rendu à Tyendinaga pour rencontrer des membres de la communauté. Son compte rendu de la réunion de plusieurs heures ne suggère pas que beaucoup de choses aient été résolues. De toute évidence, le gouvernement Trudeau est dans une situation très difficile. Il craint les conséquences d’un déplacement sur les barrages ferroviaires. Pourtant, la bonne marche de pipelines à travers le territoire autochtone est vitale pour leur priorité stratégique d’exporter du pétrole et du gaz vers le marché du Pacifique. Le projet Coastal GasLink est le signe avant-coureur de bien d’autres choses à venir et la résistance des peuples autochtones et de leurs alliés constitue une menace pour tous leurs plans.

Déclenchée par le magnifique défi des Wet’suwet’en, une lutte se déroule avec les implications les plus importantes pour la construction de la résistance au Canada au projet colonial auquel sont confrontés les peuples autochtones. Mais en même temps, il crée également un modèle pour la lutte mondiale contre les conséquences mortelles du vandalisme climatique des entreprises. •

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.