Canada : mon ami saoudien

MARTIN LUKACS , Canadian Dimension   23 NOVEMBRE 2019

À la fin du mois d’avril 2019, les parents et amis abasourdis d’Abdullah Salman Al Asreeh ont organisé une cérémonie de prière en l’honneur du jeune homme âgé de 24 ans à Toronto. Sans avertissement téléphonique, ils avaient appris le soir qu’il avait été exécuté par le gouvernement saoudien.

Il faisait partie des 37 hommes, appartenant pour la plupart à la minorité chiite persécutée dans le pays, tués lors de l’une des plus grandes exécutions de l’histoire récente de l’Arabie saoudite. Al Asreeh, qui n’avait que 20 ans au moment de son arrestation, était un défenseur des droits humains et travaillait sur la ferme de son père, près de la ville d’Awamiyah, dans la province orientale de l’Arabie saoudite. « Il était une personne normale », a déclaré son cousin. « Il voulait construire sa vie, mais le gouvernement ne lui a pas donné une chance. »

Awamiyah, longtemps un centre de protestation, avait été ciblée par les forces de sécurité saoudiennes pour un raid massif en 2017. Il est vite apparu que l’opération – qui a tué plus de deux douzaines de civils, rasé un quartier historique et déplacé des dizaines de milliers de personnes – avait impliqué des véhicules de combat militaires canadiens. Mais le gouvernement libéral n’a pas saisi l’occasion pour rassembler des preuves et en faire une base pour une réévaluation de leurs exportations. Ils ont entrepris un exercice à couper le souffle en blanchiment à la chaux.

Depuis 2011, les habitants d’Awamiyah manifestaient pacifiquement pour réclamer l’égalité pour les chiites. Ce fut le bref moment du printemps arabe dans le pays, bientôt brutalement écrasé. Cheikh Nimr al-Nimr, clerc populaire et moteur du mouvement, a été accusé de «terrorisme». Peu importait que Nimr ait été un ardent défenseur de la non-violence, prêchant que «l’arme du mot est plus forte». que des balles. « Après un procès truqué, il a été exécuté. Selon des organisations de défense des droits humains, plusieurs militants non violents de la ville ont été arrêtés, torturés et condamnés à mort, notamment Al Asreeh quelques années plus tard. D’autres ont fui ou se sont cachés.

Pour éliminer ces militants, le gouvernement saoudien a annoncé qu’il démolirait le «plus vieux quartier de la ville», Al-Masora, un village fortifié vieux de 400 ans et bordé de rues étroites, de mosquées, de marchés fermiers et de bâtiments en terre cuite. et des maisons en pierre de mer. Les rapporteurs spéciaux des Nations Unies sur les droits culturels, le logement convenable et l’extrême pauvreté ont suivi de près la situation. Les experts des Nations unies ont demandé au gouvernement saoudien de mettre un terme à la démolition prévue, qui, selon leurs termes, menaçait «le patrimoine historique et culturel de la ville d’un préjudice irréparable, et pouvait entraîner l’expulsion forcée de nombreuses personnes de leurs commerces et résidences».

Lorsque de nombreuses familles ont refusé de quitter leur domicile, le gouvernement saoudien a coupé l’électricité et l’eau. Peu de temps après, les forces de sécurité saoudiennes ont assiégé la ville. Certains habitants ont pris les armes pour se défendre. Selon des témoignages recueillis par Human Rights Watch (HRW), les forces saoudiennes ont ouvert le feu sur des zones peuplées, occupé une école publique, fermé des cliniques et des pharmacies et interdit l’accès aux ambulances.

Le siège qui a «encerclé et scellé» la ville a duré des mois. Un habitant a déclaré à HRW que «la ville était constamment bombardée par des bombardements et que les forces de sécurité circulaient au hasard dans des quartiers résidentiels. Nous étions trop effrayés pour quitter nos maisons et la plupart des magasins ont été fermés ou brûlés. Tout ce qui bougeait devenait une cible. »Quelque 20 à 25 000 personnes sur les 30 000 que compte la ville ont été contraintes de fuir. En août, les forces de sécurité saoudiennes avaient chassé «des terroristes et des éléments criminels», ont-elles affirmé, et achevé la démolition de son quartier le plus ancien. « L’ampleur de la dévastation était choquante », a écrit un journaliste de la BBC, un journaliste rare autorisé par les autorités saoudiennes à se rendre. « Cela ressemblait à une zone de guerre, comme si nous étions à Mossoul ou à Alep. »

Le chercheur Anthony Fenton surveillait les médias sociaux et fut le premier à découvrir que des comptes militaires pro-saoudiens avaient mis en ligne des vidéos montrant des véhicules canadiens Terraydyne Gurhka roulant dans les rues, tirant à balles, au milieu de bâtiments détruits et en ruine.

Fenton a écrit un courrier électronique à Steve Chase, journaliste au Globe & Mail, qui, selon des documents gouvernementaux publiés via Access-to-Information, a transmis le courrier électronique au ministère des Affaires mondiales en l’invitant à commenter. Une rafale de courriels échangés entre des représentants du gouvernement et le ministre Freeland. Au moment où la nouvelle a fait la une des journaux, le ministre Freeland annonçait déjà une enquête. «J’ai demandé à notre département et à mes responsables d’examiner très énergiquement et très attentivement les rapports et les informations, ainsi que de rechercher ce qui se passait», a déclaré Freeland tout en suspendant temporairement les permis d’exportation des véhicules Terradyne.

«C’est quelque chose que je vérifie très très régulièrement, c’est un problème grave. De toute évidence, nous devons examiner la situation et enquêter avec soin, et nous devons nous assurer que nous agissons en nous basant sur des informations totalement fiables que nous pouvons conserver. Cela dit, nous devons agir avec un sentiment d’urgence. « 

Six mois plus tard, en février 2018, Freeland a annoncé les résultats de l’enquête. Quelle a été la conclusion de cette entreprise très sérieuse, très diligente et très fiable? «Les responsables d’Affaires mondiales Canada n’ont trouvé aucune preuve concluante de l’utilisation de véhicules fabriqués au Canada pour commettre des violations des droits de la personne», a déclaré Freeland au comité parlementaire des affaires étrangères. «C’était l’opinion indépendante et objective de notre fonction publique et les conseils qu’il m’avait donnés en tant que ministre.» L’exportation des véhicules blindés a repris.

L’enquête elle-même, rendue publique quelques mois plus tard sous une forme partiellement expurgée, en fait une lecture fascinante. «Il n’existe aucune information crédible», indique-t-il, «que les forces du ministère de l’Intérieur saoudien ont commis de graves violations des droits de l’homme lors de la conduite de cette opération, avec Gurkhas ou autre. »Il suggère que le recours à la force était« proportionné et approprié ».

Avaient-ils interviewé des habitants d’Awamiyah, qui auraient peut-être mordu avec cette opinion? Non. Ont-ils parlé aux organisations de défense des droits de l’homme qui avaient documenté des actions loin d’être proportionnées? Non. Qu’en est-il des experts des Nations Unies qui avaient mis en garde contre les conséquences des actions saoudiennes? Pas encore. Leurs sources étaient des «alliés proches et des partenaires partageant les mêmes idées», la plupart du temps, semble-t-il, de responsables gouvernementaux saoudiens anonymes.

Quel genre de situation ces responsables saoudiens avaient-ils aidé les enquêteurs canadiens à dessiner? Par coïncidence, un projet qui corroborait le point de vue intéressé du gouvernement saoudien. La ville n’était pas un épicentre courageux de la résistance civile, mais un «refuge pour la criminalité». Sa situation se «détériorait», non pas parce que l’État s’était mis à balayer un quartier contre la volonté de ses habitants, mais «en raison de la la communauté chiite. »Les forces saoudiennes ont été« déployées pour faire face à des menaces croissantes pour la sécurité »et« ont déployé des efforts concertés pour minimiser le nombre de victimes civiles ». Aucune mention d’années de harcèlement violent d’activisme pacifique. Et cette preuve vidéo de blindés canadiens roulant dans la rue de la ville? Elle a été rejetée car elle n’apportait «aucune idée du contexte ou de la nature de l’activité».

La seule organisation désignée pour étayer les conclusions de l’enquête était la Société nationale saoudienne des droits de l’homme, qui «n’a pas exprimé de préoccupations quant à la conduite de l’opération». Pourquoi cela aurait-il pu être? Peut-être parce que ce «groupe de défense des droits de l’homme» est financé par une fiducie appartenant au domaine de l’ancien roi saoudien Fahd, est peuplé de personnalités gouvernementales et a en fait été créé par la dictature saoudienne pour écarter les appels à une réforme plus significative (aucune de ces réformes n’est mentionnée dans le rapport du gouvernement canadien).

Une personne décrite par les enquêteurs comme une «source militaire crédible» (dont l’identité est éclairée) les a informées que l’opération était «considérée comme proportionnée, nécessaire et opportune».

L’enquête a abouti à des inquiétudes concernant Terradyne, qui perdrait de l’activité s’ils ne pouvaient pas vendre les véhicules fabriqués sur mesure aux revendeurs saoudiens. «Il est raisonnable de s’attendre à ce que le Royaume d’Arabie saoudite continue d’utiliser Ghurkas pour atténuer les risques pesant sur les forces de sécurité lors de la conduite d’opérations de sécurité légitimes.» Mais les commentaires étaient encore plus surprenants. « On peut mettre en doute la sagesse du plan saoudien visant à évacuer et à raser l’ancienne section d’Al-Awamiya et la manière dont l’opération a été menée, mais on ne peut écarter les motivations liées à la sécurité en jeu dans l’exercice. » ? Dans sa hâte de protéger et de préserver un important accord sur les armes, le gouvernement canadien s’était efforcé de justifier le nettoyage politique d’une ville.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici