Canada : Ottawa pénalise des communautés minières au Mexique

 

José Luis Granados Ceja et Urooba Jamal, extraits d’un texte paru dans NACLA, 30 juillet 2019

 

Après l’assassinat de son père il y a dix ans à la suite de sa lutte contre une mine de barytine canadienne, José Luis Abarca se bat sans relâche pour obtenir justice. Cela l’a conduit jusqu’à de sa communauté rurale dans l’État du Chiapas, au sud du Mexique, jusqu’à la Cour fédérale  à Ottawa, où il a tenté de tenir les autorités canadiennes responsables de leur rôle présumé dans le meurtre de son père. Mais en juillet, la Cour fédérale a confirmé une décision selon laquelle les représentants de l’ambassade du Canada n’étaient pas légalement tenus de protéger les défenseurs des droits de la personne tels que son père.

Le Canada domine l’extraction des ressources mondiales. 60% des sociétés minières du monde ont leur siège social au Canada, tandis que 41% des grandes sociétés minières d’Amérique latine sont canadiennes. Le Canada et plusieurs États latino-américains ont développé une relation symbiotique : l’État canadien bénéficie des contributions fiscales de ces sociétés tout en soutenant activement les intérêts commerciaux des sociétés minières en apportant un soutien diplomatique à leurs projets à l’étranger. Dans un rapport de 2016 (le réseau « Justice and Accountability Project »), un partenariat de deux facultés de droit canadiennes qui défendent les intérêts des communautés autochtones touchées par l’extraction de ressources, a révélé que les sociétés minières canadiennes en Amérique latine contribuent à la violence et agissent en toute impunité. Le rapport documente 44 décès, 403 blessés et 709 poursuites pénales contre des manifestants pacifiques impliquant 28 sociétés canadiennes dans 13 pays d’Amérique latine sur une période de 15 ans.

Selon José Luis, «Il est important que nous informions la population, les communautés, les gouvernements et les pays d’où proviennent ces sociétés minières que ces sociétés viennent détruire nos communautés – elles viennent ici pour tuer notre population. ”

Le meurtre de Mariano Abarca

Peu de temps après l’inauguration des mines de baryte par la société canadienne Blackfire dans la communauté de Chicomuselo, Mariano Abarca s’est fait connaître en tant que cofondateur du Réseau mexicain des personnes affectées par l’exploitation minière (REMA), qui s’oppose aux projets miniers préjudiciables. Blackfire n’avait pas réussi à obtenir le consentement des communautés autochtones craintives par rapport aux déevrsements toxiques de la mine vers les cours d’eau. Le 11 août 2008, trois travailleurs de la société minière ont envahi le domicile d’Abarca, ont tenu un pistolet sur la tête de son épouse et l’ont frappé, ainsi que l’un de ses fils.

Sans se laisser décourager, Abarca a organisé l’été suivant une manifestation qui s’est rendue de son village natal à l’ambassade du Canada à Mexico afin de contester la complicité du Canada dans le conflit créé par la mine. Peu de temps après, Blackfire a porté plainte contre lui et, le 17 août 2009, des hommes masqués – qui se sont révélés être des policiers mexicains – ont arrêté Abarca. Alors que M. Abarca était détenu pendant huit jours, l’ambassade du Canada a reçu plus de 1 400 lettres de soutien émanant de personnes préoccupées par sa sécurité et venant de l’Amérique latine et du Canada.

Le 23 novembre 2009, Abarca a déposé une contre Blackfire, alléguant que deux de ses employés avaient proféré des menaces de mort à son égard. À peine quatre jours plus tard, alors qu’Abarca était assis devant son domicile, un homme armé a tiré sur Abarca à trois reprises avant de s’échapper sur une moto.

Quelques jours à peine après l’assassinat d’Abarca, les autorités mexicaines de l’État du Chiapas ont fermé la mine à la suite de nombreuses préoccupations environnementales, notamment la pollution et les émissions toxiques. Blackfire, qui s’est dissout depuis, a nié toute implication dans le meurtre d’Abarca, se démarquant des trois suspects – tous des employés de Blackfire – arrêtés en lien avec l’assassinat. Les autorités mexicaines ont finalement libéré Jorge Carlos Seupúlveda Calvo, le seul des trois à être déclaré coupable, après qu’une cour d’appel eut estimé qu’il n’avait pas bénéficié d’une procédure régulière.

Complicité canadienne et impunité

En 2013, Mining Watch a déposé une demande d’accès à l’information. En conséquence, le gouvernement canadien a publié plus de 900 documents, dont certains ont été expurgés, révélant les détails du meurtre d’Abarca et l’étendue de la collusion entre l’ambassade du Canada et Blackfire.

Selon The Star, des liens ont été démontrés entre Blacfire et l’ambassade canadienne à Mexico. En février 2018, le projet Justice et responsabilité (JCAP) a examiné le cas d’Abarca et a déposé une plainte auprès du commissaire à l’intégrité du secteur public canadien (PSIC), Joe Friday. Ils ont allégué que des représentants de l’ambassade canadienne au Mexique avaient enfreint un certain nombre de politiques relatives au meurtre d’Abarca et exigé une enquête sur l’absence d’action de responsables canadiens pour empêcher la mort de Mariano.

Shin Imai, conseiller juridique de la famille Abarca et directeur du JCAP, a déclaré que les responsables de l’ambassade n’avaient pas rempli leurs obligations en vertu de la Loi sur la protection des fonctionnaires divulgateurs d’actes répréhensibles, qui oblige les fonctionnaires canadiens à soutenir les défenseurs des droits de la personne .

«L’ambassade du Canada a ignoré les avertissements selon lesquels la vie et la sécurité de M. Abarca étaient en danger, tout en défendant activement les intérêts de la société auprès du gouvernement de l’État du Chiapas», lit-on dans la plainte.

Selon Kirsten Francescone, directrice de Mining Watch pour l’Amérique latine, des représentants d’Affaires mondiales Canada, le ministère des affaires étrangères du gouvernement, ont explicitement déclaré lors de réunions avec Mining Watch que le gouvernement canadien joue un rôle diplomatique dans la promotion des intérêts miniers canadiens à l’étranger. «Nous ne disons pas que l’ambassade canadienne a ordonné l’assassinat d’Abarca», a expliqué Francescone. « Ce que nous disons, c’est qu’en raison du danger que représentent les défenseurs des droits humains, les ambassades ont des politiques censées réduire les risques. ”

Dans le jugement rendu par la Cour fédérale canadienne, le juge Keith Boswell a admis que «M. Abarca n’aurait peut-être pas été assassiné» si l’ambassade canadienne avait agi différemment, malgré le jugement prononcé contre la famille Abarca.

Au-delà d’Abarca

Les défenseurs des droits de l’homme ont cité le meurtre de Mariano Abarca – en particulier le comportement de la société minière, les allégations de corruption et le rôle joué par le personnel de l’ambassade du Canada dans cet événement – comme un exemple démontrant que le Canada a besoin d’un organisme de surveillance avec un mandat clair et les pouvoirs nécessaires pour enquêter sur les allégations d’inconduite de sociétés canadiennes à l’étranger. Après la décision du gouvernement Trudeau de créer une unité de médiation (CORE), on constate encore aujourd’hui que cette unité n’a aucun pouvoir d’enquête et d’exécution. Selon une note interne envoyée par Imai et sa collègue Charlotte Connolly au JCAP, des représentants de l’industrie minière, notamment l’Association minière du Canada (MAC) et l’Association des prospecteurs et entrepreneurs du Canada (PDAC), ont reconnu que plus de 500 contacts avec des représentants gouvernementaux de haut niveau avaient été établis entre janvier 2018 et avril 2019, y compris avec des représentants du bureau premier ministre, d’Affaires mondiales Canada) et de Ressources naturelles Canada.

Les promesses brisées

Luis Abarca se dit déçu de la dernière décision de la cour supérieure. «Nous, les défenseurs des droits humains – ceux qui défendent l’environnement – nous ne sommes absolument pas protégés», a-t-il déclaré. Selon lui, dans des pays comme le Mexique, où sévit une corruption endémique, il est presque impossible d’obtenir justice. Par conséquent, les défenseurs des droits de l’homme doivent disposer d’autres moyens pour le poursuivre. Entretemps, le nouveau président mexicain, Andrés Manuel López Obrador, a mis l’accent sur la lutte contre la corruption, la qualifiant de principal problème pour le pays. Pourtant, José Luis doute que le président mexicain puisse s’attaquer au problème. Il craint également que le manque permanent de responsabilités du Canada ne conduise à d’autres abus.

Malgré la récente décision de la Cour fédérale, la famille Abarca s’est engagée à poursuivre son combat pour la justice. «Ne pas enquêter sur l’ambassade du Canada, c’est craindre de connaître la vérité sur la manière dont les sociétés minières exercent leurs activités en Amérique latine et, surtout, au Mexique, où des responsables canadiens facilitent les opérations des sociétés minières canadiennes qui ont causé de graves dommages écologiques. et violations des droits de l’homme », a déclaré Uriel Abarca Roblero, frère de Mariano.

 

Urooba Jamal est une journaliste canadienne indépendante qui écrit sur des questions sociales et politiques mondiales. José Luis Granados Ceja est un journaliste et photographe basé à Mexico. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici