Comment expliquer la montée des droites en Amérique latine ?

Pablo Stefanoni, ALAI, octobre 2018

 

Le Brésil et l’Amérique latine sont confrontés à un nouveau scénario qui n’est plus seulement la fin du cycle progressiste et son remplacement éventuel par des forces de droite ou de centre-droite dans le cadre de la démocratie, mais un déplacement des frontières vers un autre terrain : le triomphe potentiel d’un candidat qui, à travers une campagne remplie de Bibles et de balles, qui défend ouvertement la dictature.

Il n’est pas simplement « un atout », il est un candidat à la connotation fasciste dans un pays où la solidité institutionnelle est bien moindre que celle des États-Unis et qui vit déjà de fortes doses de violence politique. Les résultats du premier tout élargissent le bloc parlementaire déjà existant (l’agrobusiness, les évangéliques et les anciens membres des forces de sécurité) à des dimensions inconnues jusqu’à ce jour

La raison principale de la croissance de Bolsonaro est liée, pour l’historienne Maud Chirio, « à la construction d’une hostilité à l’égard du Parti des travailleurs (PT) et de la gauche en général. Cette hostilité rappelle l’anticommunisme de la guerre froide : théorie du complot, diabolisation, association entre défauts moraux et projet politique condamnable. Bolsonaro s’est approprié ce symbolisme du rejet, ce qui a ajouté aux implications du PT dans les affaires de corruption. Ce n’est pas simplement un déplacement des conservateurs vers l’extrême droite, mais une adhésion rupturiste. Comme le soulignait l’historien Zeev Sternhell, le fascisme n’est pas seulement une réaction, mais il est une forme de révolution, une volonté de changer face à un statu quo en crise.

Du progressisme, il n’est pas possible de se soustraire à la responsabilité de ces années de gouvernement « rose ». Le fait que tant de personnes soient disposées à voter pour un Bolsonaro afin d’éviter le retour du PT est en soi un appel à la réflexion, encore plus lorsque cela se produit dans les régions les plus « modernes » du Brésil, où est né un parti qui a enchanté l’Amérique Latina. Dilma Rousseff, contre tous les scrutins préélectoraux, a été exclue du Sénat, à Minas Gerais. Et le PT a beaucoup fait pour affaiblir son épopée initiale, son intégrité morale et son futur projet.  La douce lutte de classe qui, sous son gouvernement, améliorait la situation des outsiders sans supprimer ceux qui précèdent, a fini par être considérée comme intolérable pour les élites. Le cas du Brésil confirme que les classes dirigeantes n’acceptent les réformes à moins qu’il existe une menace de « révolution ». Quoi qu’il en soit, l’expérience des PT a révélé des relations trop étroites entre le gouvernement et une « bourgeoisie nationale » opaque, ce qui a compromis leur projet de réforme éthique de la politique et affaibli le moral de leurs militants.

Le rejet actuel des partis progressistes revêt une double dimension. Dans toute l’Amérique latine, une nouvelle droite est en train d’émerger. Quelles sont ses bases idéologiques ?

  • Le racisme en tant que rejet d’une vision racialisée de la pauvreté.
  • Le conservatisme contre les avancées du féminisme et des minorités sexuelles.
  • La croissance de l’évangélisme.

« Nous sommes en guerre, nous sommes à l’offensive. Pas plus sur la défensive. L’Église est depuis longtemps coincée dans une grotte dans l’attente de voir ce que fait l’ennemi, mais aujourd’hui elle est à l’offensive, sachant qu’il est temps de conquérir le territoire, le temps de prendre position dans les lieux de gouvernement, d’éducation et de formation. économie « , s’est exclamé le pasteur évangélique Ronny Chaves Jr. au Centre mondial des cultes lors de la campagne présidentielle au Costa Rica , au cours de laquelle un candidat évangélique s’est présenté au second tour en avril de cette année.

La nouvelle extrême droite attire également une partie du vote des jeunes et forme des leaders d’opinion fortement présents dans les réseaux sociaux . Ces mouvements sont même présentés comme anti-élitistes, même lorsque, comme Bolsonaro, leur proposition économique est ultralibérale. Comme l’a souligné Martín Bergel, une histoire associant la gauche aux « privilèges » de certains groupes, pouvant inclure même les pauvres bénéficiaires de régimes sociaux, contre des personnes qui « travaillent réellement et ne reçoivent rien », a été très efficace. »

Le progressisme est donc confronté à une crise profonde – politique, intellectuelle et morale. La situation catastrophique au Venezuela a beaucoup aidé les droites. Sans parler de la répression au Nicaragua. Dans ce contexte, l’appel lancé récemment par Bernie Sanders en faveur de la création d’une nouvelle Internationale progressiste – qui s’articule autour du rejet de l’autoritarisme croissant dans le monde et de la lutte contre les inégalités – est aussi opportun qu’il est difficile de penser à une Amérique latine où une grande partie de gauche est enthousiasmé par Vladimir Poutine, Bachar al-Asad ou Xi Jinping en tant que prétendus contrepoids à l’Empire.

Contrairement aux réunions précédentes, , la dernière réunion du Forum de Sao Paulo à La Havane en juillet dernier a été marquée par des discours axés sur la « résistance » et le retranchement. Le lieu choisi – La Habana – et la présence de personnalités historiques de l’aile la plus conservatrice du gouvernement cubain ont contribué à un repli idéologique dans un discours anti-impérialiste plein de nostalgie pour la figure du défunt commandant Fidel Castro et sans espace pour une analyse réflexive des expériences. La défense absolue de Nicolás Maduro et Daniel Ortega était la conséquence logique de cette dérive.

Le triomphe de l’ancien capitaine serait l’un des plus grands revers démocratiques depuis les dictatures militaires des années 70, sans que nous puissions aujourd’hui en prévoir les conséquences. L’image d’un électeur qui a été filmée en train d’ appuyer sur les boutons de l’urne électronique avec le canon d’un revolver ( qui votait manifestement pour Bolsonaro) était l’une des cartes postales d’un jour qui n’annonce rien de bon pour le Brésil ou l’Amérique latine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici