Comment les États-Unis enferment le Yémen

Khury Petersen-Smith, Foreing Policy in Focus, 25 septembre 2018

Des tas d’images envahissent nos médias : des enfants yéménites assourdis et ensanglantés arrivant à l’hôpital après que leur bus de camp d’été ait été bombardé par un avion saoudien. En réalité, les États-Unis sont profondément impliqués dans cette attaque du 9 août, qui a tué 54 personnes – pour la plupart des enfants

Les fragments de la bombe portent les étiquettes des fabricants d’armes américains. Le caractère indéfendable des bombardements – il n’y avait aucun combattant en vue – a fait la une des journaux et a même attiré l’attention de Washington, ouvrant une nouvelle conversation sur l’implication des États-Unis Émirats Arabes.

Le blâme de la dévastation et de la crise humanitaire incombe aux États-Unis, à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis.

Les États-Unis fournissent l’avion à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis, les munitions de précision qu’ils larguent, le renseignement et le ravitaillement en vol des avions de guerre de la coalition. Les États-Unis continuent également à  mener des  opérations militaires directement au Yémen, avec leurs propres forces spéciales et leurs frappes aériennes.

Du 5 au 9 août, une unité de la garde nationale du Wisconsin a  effectué un stage de formation avec des membres de la brigade de garde-frontière de l’armée royale d’Oman à Haima, en Oman. Les exercices faisaient partie de la militarisation par Oman de sa frontière avec le Yémen – grâce à un financement et à une assistance des États-Unis.

En d’autres termes, non seulement les États-Unis aident la coalition à bombarder des civils yéménites, mais aussi à piéger les réfugiés qui fuient la guerre.

Le budget militaire en 2016 permet de financer « certains pays étrangers pour des opérations de sécurité frontalière ». La liste des pays – chacun pouvant prétendre à 150 millions de dollars – comprend la Tunisie, l’Égypte et le Liban et la Jordanie. Le budget 2019 inclut le Pakistan et Oman.

Qu’est-ce que ces états ont en commun? Ils partagent des frontières avec des pays d’où émergent ou transitent des millions de réfugiés. L’Egypte, la Tunisie, le Liban et la Jordanie sont voisins de la Libye, de la Syrie et de l’Irak. Le Pakistan borde l’Afghanistan.

Les mesures prises par Oman pour « sécuriser sa frontière » semblent familières. Dans une tendance reprise par les États du monde entier et défendue par la Maison Blanche, Oman  construit un mur. La construction a commencé il y a cinq ans et devrait durer encore trois ans.

En mars, le secrétaire à la Défense, Mattis, a  rencontré le  sultan omanais Qaboos bin Said Al Said et le ministre de la Défense, Badr bin Saud al Busaidi, à Mascate, pour discuter du renforcement de la coopération militaire. À la fin du mois de juillet, le ministre omanais des affaires étrangères, Yusuf bin Alawi, s’est rendu à Washington et a rencontré Mattis au Pentagone, le secrétaire d’État Pompeo et des membres du Congrès. Les conversations ont  porté  sur les relations bilatérales concernant la crise en cours au Yémen.

Au-delà des attentats

Le Yémen était le pays le plus pauvre du Moyen-Orient  avant le début de  la guerre en 2015. Alors qu’il y a plus de  2 millions  de personnes déplacées au Yémen, la pauvreté empêche les Yéménites de quitter le pays. Malgré les nombreux obstacles,  plus de 190 000  Yéménites ont fui vers les pays voisins, selon le HCR, l’agence des Nations Unies pour les réfugiés. Beaucoup de ceux qui sont partis se trouvent à Oman, donc les mesures prises par le pays avec son allié américain créeront de nouveaux obstacles pour les réfugiés potentiels.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici