Comment les États-Unis et Israël répondent à la crise des réfugiés

 

John Feffer, extrait d’un texte paru dans Foreign Policy In Focus, 23 juin 2018

Cette semaine, alors que la communauté internationale souligne la Journée mondiale du réfugié, 22,5 millions de personnes ont fui leur pays pour chercher refuge ailleurs. C’est la plus grande crise des réfugiés depuis la Seconde Guerre mondiale. 

La réponse de Trump

La réponse de l’administration américaine a été de réduire le nombre annuel de places disponibles pour les réfugiés de 70 000 à 45 000, soit le nombre le plus bas depuis 1980. L’administration fait tout ce qui est en son pouvoir pour s’assurer que ce chiffre inférieur ne soit pas atteint.

La Syrie, encore convulsée par la guerre civile, a produit le plus grand groupe de réfugiés au monde : plus de 5,5 millions de personnes. Au cours de la dernière année de l’administration Obama, les États-Unis ont accepté environ 15 000 réfugiés syriens, ce qui a fait pâle figure par rapport à l’Allemagne (sans parler de la Turquie, de la Jordanie ou du Liban). Cette année, à la mi-avril, l’administration Trump a autorisé 11. « Les États-Unis ne seront pas un camp de migrants, et ce ne sera pas un centre de détention de réfugiés », a déclaré Trump ce mois-ci.

Ça a empiré. Le ministère de la Justice a annoncé la semaine dernière que les demandeurs d’asile ne pouvaient pas revendiquer la guerre des gangs ou la violence domestique comme raisons de rester aux États-Unis. Cela arrive à un moment où le déplacement à cause de la violence augmente rapidement en Amérique centrale, une tendance affectant 16 fois plus de personnes à la fin de 2017 qu’en 2011. En effet, beaucoup de gens tentent désespérément de traverser la frontière américaine, y compris non accompagnés mineurs, échappent non seulement à la violence générale mais à des menaces de mort très spécifiques .

Une autre méthode par laquelle l’administration Trump envoie des personnes en danger est en annulant le statut de protection temporaire (TPS). Le chef de la sécurité intérieure, Kirstjen Nielsen, a mis en œuvre consciencieusement la directive du président visant à expulser le plus de personnes possible des États-Unis.

La politique de Trump sur les réfugiés n’est qu’une partie de son assaut plus large sur les immigrants, de l’interdiction de voyager des musulmans et de la séparation des familles à la frontière à sa tentative d’expulser les 800 000 « dreamers ».  Trump veut rendre l’Amérique aussi blanche que possible – par tous les moyens nécessaires.

La réponse israélienne

Environ 35 000 Érythréens et Soudanais sont actuellement demandeurs d’asile en Israël. Ils ont échappé à la guerre et aux violations massives des droits de l’homme. Bien que beaucoup aient vécu en Israël depuis près d’une décennie, parlent l’hébreu et envoient leurs enfants dans des écoles israéliennes, le gouvernement veut les expulser vers le Rwanda ou l’Ouganda. Là ils ont fait face à des risques considérables d’emprisonnement ou même de retour forcé dans leur pays d’origine. Pire, il y a quelques mois, il s’est avéré que le gouvernement israélien n’avait aucun accord avec le Rwanda et l’Ouganda pour protéger les déportés.

Dans un rapport récent, Amnesty International a fustigé le gouvernement de Benjamin Netanyahu pour sa politique. Charmain Mohamed, le responsable des droits des réfugiés et des migrants, a souligné sa dénonciation : «Israël est l’un des pays les plus prospères de la région, mais il se dérobe à sa responsabilité de fournir un refuge aux personnes fuyant la guerre et la persécution et qui sont déjà sur son territoire.  »

Comme aux États-Unis, les tribunaux se sont avérés être un obstacle majeur à l’agression contre les immigrants. Malgré le rejet par la Haute Cour de la tentative du gouvernement d’expulser les Erythréens et les Soudanais, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu tente de pousser la Knesset à passer outre à la décision judiciaire.

Comme Trump, Netanyahu agit au nom de la majorité assiégée, en l’occurrence les Juifs israéliens, ce qui s’inscrit bien dans les politiques d’apartheid contre les Palestiniens.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici