Israël : Un État qui exclut

Michael Schaeffer Omer-Man, journaliste israélien

Il y a un formulaire sur le site Web du ministère de l’Intérieur israélien, où l’on peut commander des copies en double et traduites d’un certificat de naissance. Sur ce formulaire est un menu déroulant, au-dessus duquel il est écrit:  » Nationalité « .

Dans ce menu déroulant, vous trouverez une liste de nationalités qui, si l’on essayait d’en déduire comment Israël définit la nationalité, défie toute logique. Les nationalités énumérées comprennent les ethnies sans leurs propres États, les États sans nationalités ou ethnies distinctes ou exclusives, et les constructions coloniales « à la minorité » qui ont disparu depuis longtemps. Un petit échantillon comprend: l’Américain, le Sud-africain, le Hongkongais, le Libanais, l’Est-Allemand, l’Hébreu, le Samarien, le Rhodésien, l’Abkhaze et le Kurde.

Ce que vous ne trouverez pas, c’est la nationalité à laquelle vous vous attendez le plus: « israélienne ». Aussi absurde que cela puisse paraître, l’État d’Israël ne reconnaît pas la nationalité israélienne. En fait, l’État a fait valoir à plusieurs reprises devant les tribunaux que cette nationalité n’existe pas. (Pour être juste, en parlant des choses qu’Israël refuse d’exister, le menu déroulant du ministère de l’Intérieur n’inclut pas non plus la nationalité « palestinienne ».)

Le fait qu’Israël ne reconnaisse pas la nationalité israélienne est crucial pour comprendre pourquoi un « amendement constitutionnel » – la loi de l’État de la nation juive – est si problématique. Selon Netanyahu et la nouvelle loi, Israël n’appartient pas aux citoyens israéliens, dont plus de 20% ne sont pas juifs. Au lieu de cela, Israël est l’état du peuple juif, dont à peu près la moitié n’est même pas israélien.

L’ancrage constitutionnel de deux catégories de citoyens – ceux à qui appartient l’État et ceux auxquels il n’appartient pas – est particulièrement problématique lorsque l’on considère qu’Israël n’a aucune garantie constitutionnelle d’égalité. Et compte tenu du nombre de lois discriminatoires déjà en vigueur (regroupement familial, immigration, propriété foncière, discrimination en matière de logement, etc.), il n’est pas exagéré d’imaginer un nombre de situations dans lesquelles les tribunaux déterminent les droits « juifs » une fois la loi de l’État-nation adoptée.

L’un de ces scénarios est en fait consacré dans la version actuelle de la loi : il légalise la ségrégation sur le plan constitutionnel. Certes, il existe déjà des moyens légaux de créer des communautés ségréguées en Israël, mais la nouvelle loi ferait de l’idée même de ségrégation quelque chose qui fait partie intégrante des valeurs de l’État.

La loi de la nation juive-État précise également que le droit de réaliser l’autodétermination nationale dans l’État d’Israël – le droit de décider de l’autonomie gouvernementale et à quoi il ressemble – est réservé au peuple juif.

Ces points, et en particulier le dernier, peuvent sembler relativement inoffensifs, en particulier lorsqu’ils sont associés à l’argument selon lequel la plupart (mais pas tous) des droits en Israël découlent de la citoyenneté et non de la nationalité.

Et cela pourrait être un argument raisonnable, quoiqu’erroné – si Israël ne gouvernait pas démocratiquement des millions de sujets non-citoyens dans un territoire occupé, le gouvernement actuel le considère comme le sien.

Qu’est-ce qui donne aux juifs le droit exclusif à l’autodétermination alors qu’Israël avance son annexion rampante des territoires palestiniens? Qu’est-ce que cela signifie pour les Israéliens juifs vivant en Cisjordanie, qui portent avec eux la loi civile israélienne alors que les Palestiniens dans le même espace physique sont soumis à la loi militaire israélienne?

Qu’est-ce que cela signifie pour le mouvement national palestinien, qui cherche à exercer l’autodétermination nationale dans un territoire que le gouvernement israélien voudrait voir devenir une partie d’Israël ? Qu’est-ce que cela signifie pour le mouvement croissant qui milite en faveur d’un État unique et démocratique pour les Israéliens et les Palestiniens qui garantit l’égalité pour tous, en particulier si le moyen le plus efficace est d’exiger des droits égaux sous le régime israélien existant ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici