Dangereux chaos à la Maison Blanche

 

Jonathan Stevenson, extrait d’un texte paru dans le New York Review of Books, 13 septembre 2018

 

Donald Trump a fait campagne sur une plate-forme de ce qui ressemblait à l’isolationnisme des États-Unis et, en juin, il a suspendu les exercices militaires États-Unis-Corée pour apaiser le leader nord-coréen Kim Jong-un lors de son sommet à Singapour. Mais en gros, il s’est avéré être un défenseur belliciste de la domination américaine. Trump a aussi clairement peu de connaissances ou d’appréciation sur les contraintes constitutionnelles et juridiques imposées au pouvoir présidentiel.

Il a exhorté les gouverneurs à dépêcher des unités de la Garde nationale pour surveiller la frontière mexicaine en l’absence du mur qu’il espère ériger, ce qui constitue une violation de la loi de 1878 limitant le recours aux forces armées. Selon Bob Woodward, Trump a voulu assassiner le président syrien Bachar al-Assad en réponse à son attaque aux armes chimiques contre des civils en avril 2017, malgré un décret interdisant les assassinats en vigueur depuis 1976. Le secrétaire à la Défense James Mattis a décidé de l’ignorer.

La décision de Trump de se retirer de l’accord nucléaire avec l’Iran – un document détaillé de 159 pages avec lequel l’Iran s’était conformé – pourrait entraîner une guerre régionale majeure.

Trump s’est moqué des tentatives visant à minimiser les pertes civiles dans les frappes de drones et a assoupli les critères de ciblage. Au cours de l’année, son administration a intensifié ses opérations contre al-Shabaab, le groupe lié à Al-Qaïda basé en Somalie, et augmenté le nombre de soldats américains déployés dans ce pays de cinquante à cinq cents sans l’autorisation du Congrès. De même, aucune autorisation du Congrès ne couvrait les frappes de missiles lancées contre la Syrie en avril 2017 et avril 2018 en réponse aux attaques chimiques de Bachar al-Assad.

Jusqu’ici, la politique capricieuse de Trump envers la Corée du Nord n’a produit aucune confrontation directe entre lui et le Congrès. Mais il a montré sa résistance à toute forme de surveillance ou de conseil.  Les rapports des services de renseignement américains suggèrent que tout accord provisoire se déroulera lentement et que les parties reviendront au statu quo ante. Dans ce cas, l’administration Trump se sentirait probablement obligée de prendre une position encore plus agressive contre Pyongyang qu’elle ne l’avait initialement fait, lorsque Trump et Kim ont échangé des menaces incendiaires et que Trump a sérieusement envisagé une frappe militaire limitée sur la Corée du Nord. Trump pourrait déclencher une guerre contre la Corée du Nord pour neutraliser sa capacité nucléaire même si aucune attaque contre les États-Unis ou les intérêts américains n’était possible – en d’autres termes, lancer une guerre préventive sans demander d’autorisation au Congrès.

Les membres chevronnés de l’administration Trump ayant une expérience militaire – parmi les rares « adultes dans la salle » – pourraient bien considérer le président comme dangereux et incompétent en matière de sécurité nationale, comme le fut Nixon en 1973-1974.  HR McMaster, qui était un général d’armée trois étoiles en service actif lorsqu’il était conseiller à la sécurité nationale, est parti. Il en va de même pour le chef de cabinet de la Maison-Blanche et ancien général de marine John Kelly, dont les vues bellicistes et les sympathies idéologiques l’ont poussé à soutenir Trump; Kelly semble maintenant découragée et sur le point de quitter l’administration.

En nommant Mike Pompeo comme secrétaire d’État et John Bolton comme conseiller à la sécurité nationale, Trump s’est entouré de civils dont les idées reflètent ses propres instincts agressifs de politique étrangère et son hostilité à l’ordre libéral d’après-guerre. Comme Trump, Pompeo et Bolton sont des faucons qui croient à la primauté américaine. Pompeo, qui a peu d’expérience dans l’exécution de la politique étrangère, est un fidèle loyaliste de Trump, peu susceptible de défier sérieusement le président.

L’absence d’un ordre bureaucratique efficace a été douloureusement évidente dans les performances troublantes de Trump qui a assommé d’autres hauts responsables du gouvernement américain, notamment ses concessions déséquilibrées à la Corée du Nord lors du sommet de Singapour, son aliénation au sommet de l’OTAN, Poutine à Helsinki et sa politique iranienne imprudemment improvisée.

Les récentes révélations dans le livre de Woodward et dans l’essai d’un haut fonctionnaire de l’administration anonyme publié le 5 septembre dans le New York Times n’ont fait que renforcer les perceptions d’un président déséquilibré. Ces sources citent des cas où des subordonnés consciencieux ont restreint les impulsions dangereuses de Trump. Bien que ces anecdotes puissent rassurer certains sur le fait que le pays reste entre de bonnes mains malgré la grave déficience de Trump en tant que leader, cela semble fragile.

Au Congrès, on craint de plus en plus que Trump ne déclenche une guerre non autorisée.

Le 4 octobre 2017, dans le sud-ouest du Niger, cinquante djihadistes locaux soupçonnés d’être affiliés à l’État islamique ont attaqué une patrouille de soldats américains et de troupes nigériennes. Quatre bérets verts américains et cinq soldats nigériens ont été tués. Des sénateurs républicains de la Commission des services armés du Sénat, comme Lindsey Graham de Caroline du Sud, ont affirmé être surpris que des troupes américaines soient déployées au Niger. (En fait, les quelque huit cents soldats américains stationnés à cet endroit constituent le deuxième plus important déploiement des États-Unis en Afrique.

Si, comme le prétend le Pentagone, les soldats étaient là simplement pour une mission de conseil et de protection ou pour protéger une base américaine en cours de construction destinée au renseignement, à la surveillance et à la reconnaissance, leurs activités tombaient sous l’autorité générale du Département de la défense. Mais si les forces américaines étaient impliquées dans une opération antiterroriste, comme certaines sources nigériennes ont déclaré à la presse, l’opération aurait pu tomber sous l’autorité du Congrès.

Au début du mois d’octobre 2017, le sénateur Bob Corker (républicain du Tennessee), président de la commission des relations étrangères du Sénat, a déclaré que Trump était inapte à ses fonctions et a déclaré qu’il pouvait mettre la nation « sur la voie de la Troisième Guerre mondiale ». En réponse, Trump l’a qualifié de « Liddle Bob Corker » dans un tweet. Le 26 octobre, les sénateurs démocrates ont présenté un projet de loi intitulé « Pas d’attaque anticonstitutionnelle contre la Corée du Nord de 2017 » qui empêcherait le président de lancer une attaque préventive – conventionnelle ou nucléaire – contre la Corée du Nord sans menace imminente ou consentement exprès du Congrès. Le projet de loi a été présenté à la Chambre le même jour.

En novembre, le Comité des relations extérieures du Sénat a tenu des audiences sur l’autorité générale du président à mener une guerre nucléaire. Les témoignages d’experts ont précisé que la première utilisation nucléaire par les États-Unis nécessite une autorisation du Congrès en l’absence d’une menace imminente et les officiers militaires ont le droit de désobéir aux ordres qu’ils considèrent illégaux. Trump a tweeté en janvier que son « Nuclear Button » était « beaucoup plus gros et plus puissant ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici