Décoloniser les droits de l’homme

AJAMU BARAKA, Counterpunch, 7 décembre 2018

 

«… La reconnaissance de la dignité inhérente et des droits égaux et inaliénables de tous les membres de la famille humaine est le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde.»

C’est ce que dit le préambule de la Déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH), promulguée le 10 décembre 1948, il y a 70 ans.

La DUDH a été le premier instrument majeur produit par les Nations Unies, une institution elle-même créée à la fin de la seconde guerre mondiale. Sa création a été saluée comme une avancée qui donnerait une substance institutionnelle à l’engagement pris par les États membres de promouvoir la coopération internationale, de s’engager pour des relations pacifiques entre les États et de respecter les droits de l’homme et les libertés fondamentales.

Beaucoup ont pensé que la DUDH, avec ses engagements en matière de liberté de pensée et de parole, de réunion, d’éducation, de sécurité sociale tout au long de la vie, de soins de santé, d’alimentation, du droit à la culture, etc., représentait l’espoir d’une communauté internationale qui avait appris du carnage de la seconde guerre mondiale, a grandi en conséquence et est prêt à centrer collectivement la dignité de chacun.

70 ans plus tard, le bilan est clair. Au lieu de reconnaître la dignité et la valeur inhérentes aux individus et aux collectifs, l’après-guerre a été une époque de dépravation humaine. On estime que la violence directe et indirecte, tant gouvernementale que non gouvernementale, a entraîné la mort de plus de 30 millions de personnes, la destruction de nations entières, la normalisation de la torture, le viol comme arme de guerre, le déplacement de millions de personnes Europe et aux États-Unis.

Qu’est-il arrivé?

Ce qui s’est passé est la continuation du patriarcat colonial / capitaliste suprématiste blanc paneuropéen. Le projet historique temporairement détourné par la guerre suite à la réintroduction par les Allemands des horreurs de la domination coloniale déclenchée par l’invasion européenne de ce qui devint les «Amériques» en 1492, de retour en Europe et appliqué à d’autres Européens. Mais une fois que Hitler a été abandonné, la brutalité systématique qui a créé «l’Europe» a continué.

La doctrine de la découverte, de l’esclavage, du destin manifeste, du fardeau de l’homme blanc, de la responsabilité de protéger, toutes les expressions idéologiques et politiques représentant ce que Enrique Dussell a appelé le dessous de ce que l’on appelle la modernité occidentale. Cette face inférieure qui rationalisait la stratification des êtres humains entre ceux qui avaient des droits et ceux qui étaient meurtriers, esclaves et violables, condamnait les non-Européens colonisés à ce que Fanon appelait «la zone du non-être».

Le projet paneuropéen représente une logique et une logique au cœur de l’identité européenne et de son fondement matériel. Cela créait un impératif auquel il était difficile de se passer sans nier l’idée même et la matérialité même de l’Europe et de ce que l’on entendait par modernité.

Il y a donc toujours eu dans la pensée européenne une contradiction interne, capturée et renforcée au cours de la prétendue illumination, qui a engendré une maladie analytique et conceptuelle qui ne peut être expliquée que par une sorte de psychopathologie.

En août 1941, alors que la marche nazie à travers l’Europe était pleinement exécutée, la force rhétorique des droits de l’homme collectifs a été exprimée dans la Charte de l’Atlantique élaborée par les États-Unis et la Grande-Bretagne. La Charte énonçait entre autres principes que «toute personne a le droit de choisir la forme de gouvernement sous laquelle elle vit».

Il a déclaré avec audace que pour les personnes à qui ce droit fondamental avait été refusé, l’objectif de la guerre était de voir «les droits souverains et le gouvernement autonome restaurés pour ceux qui en avaient été privés par la force».

Pour les 750 millions de sujets coloniaux et les dizaines de milliers de personnes enrôlées dans la guerre, c’était de la musique à leurs oreilles.

La Charte de l’Atlantique a servi de fondement à la Déclaration des Nations Unies, en janvier 1942, adoptée par vingt-six nations alors en guerre, puis par vingt-et-une autres nations. La Déclaration souscrivait à la Charte atlantique et exprimait la conviction qu’une victoire totale sur leurs ennemis était essentielle pour défendre la vie, la liberté, l’indépendance et la liberté de religion et pour préserver les droits de l’homme et la justice sur leur propre territoire ainsi que dans d’autres pays.

Enfin, de nombreux sujets coloniaux ont estimé que les principes de la guerre et la lutte contre le racisme et la domination blanche en Europe permettraient à tous les peuples encore colonisés et privés des droits démocratiques nationaux, d’assumer un nouveau statut en tant qu’êtres humains à part entière et d’exercer les droits nationaux de la même manière. Européens blancs.

Cependant, Winston Churchill et Franklin Delano Roosevelt, les dirigeants britanniques et américains ont clairement indiqué que les principes de la Charte de l’Atlantique ne s’appliquaient pas aux sujets coloniaux des territoires coloniaux, mais uniquement aux pays d’Europe soumis au «joug nazi».

Qu’est-il arrivé à l’idée des droits de l’homme?

Samuel Huntington était clair dans Clash of Civilizations : «L’Occident a conquis le monde non par la supériorité de ses idées, de ses valeurs ou de sa religion (à laquelle peu de membres d’autres civilisations ont été convertis), mais plutôt par sa supériorité dans l’application de la violence organisée. Les Occidentaux oublient souvent ce fait. les non-occidentaux ne le font jamais.

Ainsi, lorsque les intérêts du maintien du projet colonial / capitaliste paneuropéen, qui est fondamentalement fondé sur la violence systématique, s’opposent avec le respect de la «dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine», de leurs droits fondamentaux et de leurs libertés fondamentales, Des principes libéraux fondateurs ont été sacrifiés sur l’autel de la realpolitik. En fait, ils n’ont pas été réellement sacrifiés. Parce que, comme nous l’avons vu, ces principes libéraux n’ont jamais été conçus pour s’appliquer à des sujets coloniaux non européens.

Les empires européens de la fin du 19 e et au début du 20 e siècles, épuisés de deux guerres dévastatrices se sont retrouvés comme vassaux blessés à une puissance hégémonique nouvellement émergente – aux États-Unis, qui était aujourd’hui le leader incontesté du monde capitaliste occidental, ou ce que les propagandistes impérialistes appellerait le «monde libre».

Britanniques, Français et Portugais toujours dépendants de leurs empires coloniaux mais affaiblis par la guerre, ils furent néanmoins obligés d’essayer de se réimposer sur leurs sujets coloniaux après la guerre. Les États-Unis ont appuyé ces efforts dans ce que Kwame Nkrumah a appelé le processus de «l’impérialisme collectif» d’ après-guerre 

Par conséquent, malgré la promulgation de la DUDH, les droits de l’homme individuels et collectifs ont été violés en Algérie et au Vietnam, en passant par le Kenya, l’Inde et finalement l’Angola, le Mozambique et de nombreux pays entre les deux. L’engagement de maintenir la domination coloniale / capitaliste en Europe a abouti à un véritable bain de sang dans lequel des millions de personnes sont littéralement mortes et des nations et des cultures entières détruites.

Mais ce qui est incroyable au sujet de cette orgie de mort et de destruction imposée à tant de gens au cours des décennies et des siècles, c’est que, simultanément à la perpétration de génocides et à la réduction en esclavage et au perfectionnement d’armes de destruction massive nouvelles et plus efficaces, le monde occidental a prétendu être le champion du monde. droits, et ils s’en sont largement tirés.

Les engagements occidentaux en faveur des droits de l’homme et des libertés fondamentales ont encore une fois été exposés au mensonge qu’ils ont toujours été pour les peuples colonisés dans le monde. Et avec le cynisme et la psychopathologie générés par le dysfonctionnement cognitif de la suprématie blanche, les États-Unis et le monde occidental se sont proclamés créateurs et défenseurs des droits de l’homme alors que le sang coulait à travers la planète.

C’est pourquoi je soutiens que pour que les droits de l’homme aient une incrédibilité, une applicabilité «universelle», toute valeur, ils doivent être soustraits à l’emprise barbare des Européens et décolonisés.

Les dysfonctionnements cognitifs de la conscience suprématiste blanche empêchent les Européens atteints de cette maladie de «voir» l’histoire contradictoire de la pensée libérale à partir des Lumières, période contemporaine qui continue de stratifier les êtres humains et les civilisations et les cultures humaines. La supériorité supposée des cultures et des peuples occidentaux n’est même pas un sujet de discorde. Son développement matériel, les merveilles de sa science, la variété de ses biens de consommation témoignent de sa supériorité innée.

Le problème est que tout cela est basé sur des mensonges. Comme Franz Fanon nous l’a rappelé, l’Europe est une création du colonialisme.

C’est la terrible contradiction au cœur du projet colonial européen. La bifurcation des êtres humains entre ceux qui ont des droits et ceux qui n’en ont pas est et a toujours été une distinction racialisée. Comment expliquer autrement comment Benjamin Netanyahu, un criminel aux mains qui coule du sang des Palestiniens peut être honoré par le Congrès américain?

Par conséquent, ce n’est pas un hasard si la DUDH a été promulguée la même année. Israël est né en tant que nation après avoir terrorisé plus de 750 000 Palestiniens en les obligeant à quitter leurs maisons et leurs territoires. système d’apartheid racial, c’est la même année où les deux nations sont les bienvenues dans la communauté des nations sans grande controverse.

Les seuls à souligner la contradiction inhérente à la reconnaissance d’un régime tel que les Sud-Africains et à la négation des droits des Palestiniens sont des Afro-Américains engagés dans de sérieux efforts de plaidoyer auprès de l’ONU pour exiger la fin du colonialisme et de l’oppression raciale. les États-Unis et dans le monde colonial.

La création de la pensée suprématiste blanche, représentée par le libéralisme classique qui converge avec la nécessité matérielle de dominer pour pouvoir exploiter, représente un certain type de dialectique colonialiste qui a assuré l’échec du projet de défense des droits de l’homme libéral, légaliste et légaliste des dernières années. années, tout en laissant libre cours à une époque du capitalisme parasitaire.

L’idée des droits de l’homme aujourd’hui sert principalement de support idéologique à l’impérialisme agressif. La version du «fardeau de l’homme blanc» du XXIe siècle est reflétée dans le concept «d’intervention humanitaire» et dans la «responsabilité de protéger».

L’intervention humanitaire et le droit de protéger évoquent l’hypothèse suprémaciste blanche non reconnue selon laquelle la « communauté internationale » – interprétée comme les gouvernements de l’Occident capitaliste / colonialiste – a le devoir et le droit d’arrêter, de bombarder, d’envahir, de poursuivre, de sanctionner, de tuer violer le droit international partout dans le monde pour «sauver» les gens en se basant sur ses propres déterminations et valeurs.

Cependant, l’idée des droits de l’homme ne doit pas nécessairement être abandonnée, mais elle doit être décolonisée si elle veut avoir une valeur quelconque pour les personnes et les classes opprimées.

Nous devons embrasser et exercer la tradition noire radicale des droits de l’homme et son expression ultérieure dans ce que j’appelle «les droits de l’homme centrés sur les peuples (PCHR)».

Les droits humains centrés sur les personnes (PCHR) sont ces droits non oppressifs qui reflètent l’engagement le plus élevé envers la dignité humaine universelle et la justice sociale que les individus et les collectivités se définissent et garantissent pour eux-mêmes par le biais d’une lutte sociale.

La caractéristique qui distingue le cadre centré sur le peuple de toutes les écoles dominantes de théorie et de pratique des droits de l’homme est qu’il repose sur une compréhension explicite du fait que pour concrétiser toute la portée de l’idée des droits de l’homme encore en développement, il faut: avec une orthodoxie des droits de l’homme fondée sur le libéralisme euro-centrique; 2) une reconceptualisation des droits de l’homme du point de vue des groupes opprimés; 3) une restructuration des relations sociales existantes qui perpétuent l’oppression; et 4) l’acquisition du pouvoir par les opprimés pour provoquer cette restructuration.

Nous n’avons plus 70 ans pour décoloniser. Les contradictions écologiques, sociales, économiques, politiques et spirituelles de la modernité, toujours dictées par la colonisation occidentale, révèlent les termes de la lutte. Soit nous (le peuple en tant que projet historique encore en formation) renversons l’oligarchie bourgeoise globale et construisons un nouveau monde, ou nous faisons l’expérience de ce que certains disent être la sixième extinction. C’est toujours entre nos mains, mais nous n’avons pas pour longtemps.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici