Égypte: rien n’a changé, mais tout a changé

  Mohamed Naeem, Alternatives, 22 novembre 2019 

Pouvons-nous affirmer que l’Égypte est arrivée à un nouveau et dangereux tournant? Oui et non. Bien que rien d’important ne se soit concrétisé récemment, le spectre d’un changement majeur se profile. Alors que notre capacité à agir, à prendre des initiatives ou même à penser a été complètement paralysée, les conditions sur le terrain évoluent dans le sens opposé, comme si l’histoire avait un esprit propre et imposait sa volonté à l’état de stagnation actuel. déclarer le début de la fin d’une époque. Il n’est pas exagéré de dire que tous les aspects de la vie civile de l’Égypte – ses institutions, organisations, médias, société civile, universités et partis politiques – ont été dégradés, endommagés, assiégés et humiliés au cours des dernières années. Il ne reste plus rien à attaquer, mais il se passe quelque chose de différent.

La fin du mandat 2013

Le 3 juillet 2013, l’ancien président Mohamed Morsi a été évincé avec la promesse d’un processus de transition vague. Mais le régime actuel a été effectivement mis en place le 26 juillet, deux jours après que le ministre de la Défense, Abdel Fattah al-Sisi, avait appelé les citoyens à descendre dans la rue pour lui donner le mandat de prendre des mesures résolues et exceptionnelles pour combattre le terrorisme.

Le taux de participation du 26 juillet n’a pas été aussi important que celui de la mobilisation de masse du 30 juin, mais il a suffi à légitimer la présence des forces armées dans les rues et le retour agressif de l’état de sécurité. Le problème était que les conditions du mandat étaient rudimentaires et vagues et que le chef militaire à qui il avait été accordé n’était pas lié par ses termes. Le mandat de lutte contre le terrorisme s’est transformé en mandat de régner sur tout, d’assumer toutes les décisions politiques, économiques et sociales à tous les niveaux.

Les forces armées ont salué la réponse du public à l’appel urgent de Sisi. La grande manifestation a permis aux militaires de déclarer que les masses se tenaient derrière eux; tous ceux qui sont descendus dans la rue ce jour-là ont été jugés favorables au mandat. Lorsque les citoyens étaient arrêtés aux points de contrôle de la police, les interactions étaient amicales et accommodantes, même si elles n’étaient que superficielles.

Six ans plus tard, en septembre 2019, la police est déployée pour empêcher toute manifestation anti-Sisi. Les forces de sécurité ont arrêté des citoyens au hasard et ont fouillé leur téléphone à la recherche de tout contenu politique. Des milliers de personnes ont été arrêtées, y compris quiconque pris en train de prendre des photos au centre-ville du Caire. Une émission en direct a capturé un partisan de Sisi en train d’être arrêté alors qu’il tentait d’enregistrer une séquence montrant que le centre-ville était sécurisé et exempt de manifestants. Chaque citoyen était considéré comme un suspect, quels que soient son âge, son sexe et son origine socioéconomique. Chaque quartier était considéré comme dangereux, à l’exception du cinquième règlement et des banlieues similaires. Le pays était effectivement soumis au couvre-feu. L’opposition politique fantôme a été complètement dissoute et le mandat de juillet 2013 a été dissout pour laisser place à une époque plus cruelle, humiliante et dangereuse.

Conscience d’une nouvelle réalité  

Le régime issu du coup d’État de 2013 et du mandat public qui en a résulté a mené une campagne violente contre les forces politiques égyptiennes établies de longue date afin de créer un état d’exception. Une décision stratégique a été prise pour écraser le plus important d’entre eux, les Frères musulmans, qui sont devenus hystériques après les événements du 30 juin. Cette décision et ses répercussions ont créé un état général de peur et de panique, ainsi que le désir de revenir à une formule qui préserverait la sécurité du pays, quel qu’en soit le coût. Les partisans du régime militaire – qui constituaient la majorité à l’époque – ont fait de terribles concessions aux dépens de la liberté, de la dignité et de la participation à la gouvernance.

Le prix payé était énorme. Alors que les gens étaient occupés à chasser les fantômes de la Fraternité, le nouveau régime a rapidement établi les fondements de son règne. Dans un état général de distraction, de désorientation et de capitulation massive, le régime s’est lancé dans une série de mesures économiques agressives d’extrême droite qui ont appauvri des millions de personnes tout en lançant des projets de grande envergure et à long terme sans aucun débat ni contrôle public. 

L’un des problèmes du régime actuel est qu’il est intrinsèquement contradictoire. Aucun «état d’exception» ne peut devenir stable s’il ne normalise pas l’exception d’une manière largement acceptée. Dans le même temps, le régime sait qu’il ne peut prendre de mesures économiques, sociales et sécuritaires agressives sans maintenir l’état d’exception.  Il me semble que le régime actuel est de moins en moins capable de convaincre les gens de ses performances. La confiance s’érode. Les appels à une forme de responsabilité augmentent. Les gens ont pris conscience du fait qu’au cours des six dernières années, un nouveau système a été mis en place, avec ses propres opérateurs, réseaux, intérêts et butin. Ahmed Moussa appelle les gens à ne manger que des dattes pour le Ramadan, tandis que d’autres accumulent une richesse inouïe. Le public est blâmé pour tout contretemps tandis que les hommes en uniforme obtiennent le mérite de tout exploit. Cela signifie que non seulement le régime actuel est corrompu, secret et exclusif, mais il est également incapable de régler les différends dans son propre cercle d’intérêts. Les problèmes inhérents au système de copinage du régime sont si profonds qu’un profiteur millionnaire a sacrifié plus de richesses simplement pour exposer ses opérations et les réduire en cendres. 

Le début d’une nouvelle et amère guerre

La réaction à ce changement a été de semer la terreur: des milliers d’arrestations aléatoires, des peines de prison réprimées telles que Alaa Abd El Fattah, des avocats arrêtés au bureau du procureur comme Mohamed al-Baqer, des tortures infligées à des détenus comme Esraa Abdel Fattah et d’autres, créant ainsi un état de peur. où marcher dans la rue est une entreprise dangereuse.

Cependant, l’évolution du sentiment populaire a eu un impact réel. Il a redéfini les frontières politiques plus clairement, créant un spectre de possibilité. Tout et rien ne semblent simultanément possibles en Égypte. La prise de conscience de la fin irrévocable de «l’ère du mandat» du 26 juillet a poussé à la fois le régime et la population.

Une solution aurait pu être une politique d’endiguement: apaiser les citoyens en adoptant une approche de la gouvernance plus rationnelle, ne serait-ce que par des mesures simples et symboliques. L’autre option consistait à approfondir la crise et à intensifier la guerre contre toute menace potentielle, superficielle ou autre.

Je ne veux pas être pessimiste, mais je ne crois pas que le régime actuel croit en la négociation, le compromis ou la demi-mesure. Si cela avait été le cas, l’Egypte aurait été dans un bien meilleur endroit qu’aujourd’hui. Au mieux, le régime considère que les efforts de ses cercles extérieurs en faveur de l’introduction de libertés modérées sont bien intentionnés mais naïfs.

La vérité de ce régime est qu’il ne vise pas une victoire décisive sur ses ennemis ni leur reddition. Il préfère faire la guerre aux fantômes de ses victimes. Il ramène les morts à la vie car ils ne peuvent pas survivre sans eux – les fantômes fournissent au régime la seule justification de sa propre existence.

Pour cette raison, je pense que le régime deviendra plus extrême. Il verra les masses comme une menace potentielle permanente. Elle reconnaîtra que la colère populaire repose sur une base socioéconomique réelle et que son sens en tant qu’autorité dirigeante découlera donc des notions de classe et de solidarité sociale. Cela ressemblera davantage à une puissance coloniale qui tire sa légitimité de la bourgeoisie des banlieues, en créant un cadre similaire à celui qui existe entre les colons étrangers et les gouvernements coloniaux.

La mentalité qui prévaut est d’écraser complètement tous les opposants, d’arrêter régulièrement des personnes sans discrimination. À l’avenir, les sites de médias sociaux pourraient être bloqués et la possession d’un smartphone pourrait devenir une infraction pénale, car elle offre un moyen de communication qui ne peut pas être entièrement contrôlé par les autorités.

À présent, l’armée exacerbe la crise sociale en Égypte. Elle approfondit l’aliénation morale et matérielle de la base de classe la plus large de la société. Elle se présente aux classes dominantes comme seul garant de leurs intérêts matériels et leur dit de rester silencieux en échange de leur protection. Si l’armée continue sa mauvaise gestion, son secret et son emprise coloniale sur l’économie, elle deviendra également un fardeau pour la bourgeoisie, par opposition à sa source de soutien. 

 Remettons la bataille des volontés à plus tard après le dialogue.

La Syrie est le scénario cauchemardesque que nous voulons éviter, mais l’Égypte semble déjà s’être engagée dans cette voie. Empoisonner la société, semer la méfiance et vivre dans la peur de tout dialogue sérieux finira par faire tout exploser – et nous nous interrogerons tous sur la cause et les motifs. Ce qui s’est passé en septembre en est une bonne indication: quand «rien» n’a menacé «tout».

 Pendant ce temps, les groupes d’opposition démocratiques n’ont pour l’instant aucun objectif, sauf celui de survivre. Ils ne jouent aucun rôle dans tout ce qui se passe. Le régime en fait un exemple – de leur perte de liberté et de dignité – alors que le public exprime peu de sympathie ou de soutien. L’opposition a été vaincue lors de la défaite de la révolution de janvier 2011. Ils n’ont rien d’autre à offrir que d’éviter la répression ou d’y résister, la tête haute, et de prendre cela comme un moment propice à la réflexion sur soi et à la critique. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici