États-Unis : 20 après Seattle

DOUG HENWOOD, extraits d’un texte paru dans Jacobin, 29 novembre 2019

Une contre-réunion convoquée par toutes sortes de groupes a eu lieu en 1999, à l’occasion d’une réunion ministérielle de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à Seattle. L’OMC avait été créée cinq ans plus tôt pour remplacer l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT). Avec l’exubérance néolibérale du milieu des années 90, l’OMC a été créée en tant qu’organe officiel doté de pouvoirs régler les différends commerciaux conformément aux principes établis lors de ces cycles.

Au début de la réunion, les pays membres étaient profondément divisés sur de nombreuses questions – pas seulement les pays riches contre les pauvres, mais aussi au sein des délégations riches et pauvres. 

On a souvent lu Seattle comme semi-spontanée, mais cela a pris des mois d’organisation difficile pour que cela se produise. Parmi les organisateurs. Il y avait des ONG comme Public Citizen, Global Exchange, le Forum international sur la mondialisation (IFG); et des groupes de protection de l’environnement tels que les Amis de la Terre. Également, plusieurs groupes activistes / anarchistes, tels que le Direct Action Network.

Il y avait aussi à Sattle une forte présence de représentants du Sud, qui ont dénoncé l’OMC comme une entreprise impérialiste.

Je suis arrivé le lundi 29 novembre où j’ai rencontré José Bové, l’agriculteur français qui avait arraché le toit d’un McDonald’s avec son tracteur. Bové avait attiré une foule devant un McDonald’s avec un discours contre Monsanto, qui a ensuite brisé les vitres du restaurant. La bataille de Seattle, comme on l’appelait, a été qualifiée de violente et de destructrice par les médias bourgeois, mais en réalité, il y a eu peu de casse. 

C’était un moment glorieux. Les anarchistes ont scandé l’un des plus grands slogans de la fin du XXe siècle: «Capitalisme? Non merci! / Nous brûlerons vos putains de banques! Lire cette histoire vingt ans plus tard est à la fois passionnant et pénible: c’était merveilleux à l’époque, mais tout cela ne menait à rien.

 La gauche de l’ère de Seattle était remplie de philanthropes et d’ONG. Les critiques du capitalisme portaient largement sur la taille et le style, jamais sur le capitalisme en tant que système social. La «mondialisation» a été identifiée comme le problème majeur, un mot qui a toujours semblé être un euphémisme pour le capitalisme et l’impérialisme.

 Dans une réflexion sur l’état du mouvement dans la Nation , publiée six mois après Seattle, Naomi Klein a célébré ses qualités protéiformes: sans centre, mobile, flexible. Dans le jargon du temps, ce n’était pas un mouvement, mais un mouvement de mouvements. Comme Klein l’a dit, «ces campagnes ne se sont pas fusionnées en un seul mouvement. Au contraire, elles sont étroitement et étroitement liés les uns aux autres, un peu comme les « liens hypertextes » connectent leurs sites Web sur Internet. Aucune hiérarchie et une organisation minimale étaient es principes qui étaient presque un évangile à l’époque.

Klein craignait cependant que les mouvements se transforment en protestations en série, pour reproduire Seattle, et c’ett ce qui s’est passé avec des manifestations lors de divers sommets économiques du monde entier, contre le G8, la Banque mondiale, le FMI, le Forum économique mondial de Davos, etc.  Les protestations en série ont continué, mais sans laisser beaucoup de traces. 

Plus tard, l’esprit de Seattle a animé le mouvement Occupy, avec la même aversion pour la structure, la hiérarchie et l’ordre du jour, la même conviction que la prise de place dans l’espace public pourrait conduire à une sorte de transformation sociale durable. Mais aussi merveilleux que ce fût à bien des égards, cela ne pouvait pas arriver ainsi.

Aujourd’hui aux États-Unis, il est beaucoup plus facile d’être socialiste, même s’il n’y a pas de consensus sur ce que nous entendons par mot. Mais il y a plus d’ambition de poser de grandes questions systémiques, d’où l’intérêt accru pour la construction d’organisations telles que les Democratic Socialists of America, qui peuvent durer au-delà de la contre-réunion ou de l’occupation du parc. Nous avons maintenant une gauche, fière socialiste, disposée à dialoguer avec l’État en se présentant aux élections, et qui ne voit pas la contradiction nécessaire entre le travail électoral et le travail non électoral. Le contraste avec le présent, où Alexandria Ocasio-Cortez peut parler du Green New Deal qui devient un sujet de préoccupation pour tous les politiciens, est frappant. Je suis heureux de voir que la gauche d’aujourd’hui réfléchit à la manière dont toutes les luttes s’articulent contre le capitalisme. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici