États-Unis : des enseignants se préparent à la grève  

HEATHER GAUTNEY, Jacobin, 5 octobre 2019

Cette semaine, la Chicago Teachers Union (CTU), qui représente plus de 25 000 enseignants et les quelque 400 000 élèves et familles, a annoncé son intention de faire grève et a fixé au 17 octobre le délai pour parvenir à un accord avec la ville. Ce faisant, ils continuent leur grève de 2012 qui a inspiré les éducateurs de tout le pays – de la Virginie occidentale à l’ Oklahoma à Los Angeles – et à se battre pour obtenir de meilleurs salaires et des soins de santé, un respect professionnel et une taille de classe raisonnable, ainsi que du personnel de première ligne comme des infirmières scolaires, des assistants sociaux et des bibliothécaires.

Les enseignants de la CTU luttent pour la survie des institutions du secteur public et contre un programme d’austérité conçu par Milton Friedman, qui a fondé l’école d’économie de Chicago réduisant les écoliers à un «capital humain».

À Chicago, les maires Richard Daley et Rahm Emanuel, et le directeur général de Chicago Public Schools Arne Duncan, ont repris le même message pour légitimer la fermeture massive d’écoles et la prolifération d’écoles à charte gérées par des intérêts privés.

La vérité est que ce tournant a été désastreux pour les écoles publiques et a privé les enseignants de l’autonomie et de la dignité d’un salaire minimum vital. Les élèves sont entassés dans les salles de classe. Dans certains districts scolaires, la rémunération des enseignants est si basse et les coûts des soins de santé et du logement si élevés, que les enseignants travaillent en permanence à Walmart et à McDonald’s pour joindre les deux bouts. A cause de ces inégalités, 20% des enseignants quittent la profession dans les cinq ans, et ce taux de roulement es plus marqué dans les communautés de couleur à faible revenu.

À Chicago, le maire Rahm Emanuel a déclaré à d’innombrables parents et enseignants qu’il ne pouvait pas se permettre d’augmenter le salaire de ses enseignants et de maintenir leurs écoles ouvertes. Cependant, il a offert un «programme d’incitation» de plus de 2 milliards de dollars à Amazon, la société la plus riche du monde, qui paie un taux d’imposition effectif de zéro.

Selon Sanders, il faut accorder un financement accru des écoles communautaires pour transformer le système d’éducation en un bien public de grande qualité. Et à un moment où un enfant sur six aux États-Unis a faim, Sanders prévoit d’imposer des repas scolaires universels.

Des milliardaires comme DeVos et The Walton , ainsi que des dirigeants de sociétés de capital-investissement et de fonds de couverture, investissent des dizaines de millions de dollars dans les conseils scolaires et les élections locales dans l’espoir d’utiliser les écoles à charte pour privatiser notre système éducatif. En 2014, les Walton ont contribué au lancement d’une des quatre écoles à charte en Amérique. Au cours des cinq dernières années, ils ont dépensé entre 63 et 73 millions de dollars par an pour ouvrir de nouvelles écoles à charte.Sanders prévoit de garantir le droit de grève à tous les travailleurs syndiqués en Amérique, y compris les travailleurs du secteur public.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici