États-Unis : grande défaite pour les syndicats

Extrait d’un texte de CHRIS MAISANO, Jacobin, 26 juin 2018

Dans une décision historique de 5-4 dans l’affaire Janus c. États-Unis, comté et employés municipaux de la Fédération américaine, la Cour suprême a effectivement imposé un régime de « droit au travail » aux syndicats du secteur public dans les cinquante États. Il n’y a pas de bonbon : c’est une défaite majeure pour un mouvement syndical déjà en difficulté, et le point culminant réussi des années d’activisme judiciaire de droite visant à saper le dernier bastion du travail organisé.

La décision accentue l’impact d’une période implacablement brutale pour le syndicalisme aux États-Unis. Six États ont adopté des lois sur le droit au travail depuis 2012, ce qui a continué dans des fiefs syndicaux traditionnels comme le Wisconsin, le Michigan, l’Indiana et la Virginie-Occidentale. Le Wisconsin a promulgué l’infâme loi 10, qui va au-delà de l’open shop pour restreindre radicalement la portée de la négociation collective et réduire les salaires des employés publics. L’Iowa et le Missouri ont adopté des lois exigeant que les syndicats du secteur public tiennent régulièrement des re certifications, et une poignée d’États ont adopté des lois dites de «protection de salaire» exigeant des syndicats qu’ils obtiennent l’autorisation de chaque membre avant chaque déduction.

L’arrêt Janus ne fait que préparer une nouvelle série d’assauts judiciaires et législatifs contre le mouvement ouvrier.

Plus tard, des formes non traditionnelles de travail organisées comme des centres de travailleurs et une panoplie de tactiques d’organisation efficaces pourraient très bien entrer dans le collimateur. À moins d’un retournement spectaculaire de la situation, les travailleurs et les syndicats pourraient bientôt se retrouver avec moins de droits légaux de s’organiser et d’agir collectivement qu’ils ne l’ont fait depuis un siècle.

Il ne fait aucun doute que les perspectives immédiates pour le syndicalisme dans le secteur public et en général sont plutôt sombres. Pourtant, comme nous l’ont montré des dizaines de milliers de professeurs en grève, il n’y a pas de raison de succomber au fatalisme ou au désespoir. 

La cible : le secteur public

L’assaut législatif et judiciaire contre les syndicats d’employés publics devrait être considéré comme l’une des composantes d’une attaque plus large contre le secteur public lui-même. Les politiciens des deux partis ont profité de la Grande Récession pour mettre en place un régime d’austérité sévère qui a réduit les budgets publics et la masse salariale, et qui continue de prendre des années après la fin officielle de la crise.

Le nombre d’employés du secteur public a chuté brusquement par rapport au sommet historique atteint en mai 2010. Il y a actuellement 670 000 employés publics de moins qu’en 2010, la plupart des pertes d’emplois ayant eu lieu après la fin officielle de la récession en 2009.

Bien que le temps de la suppression pure et simple des emplois semble s’être écoulé, les employeurs du gouvernement ne remplacent tout simplement pas les enseignants, les bibliothécaires, les pompiers, les travailleurs de transit et les policiers lorsqu’ils quittent ou prennent leur retraite.

La campagne d’austérité a complètement décimé les systèmes d’éducation publique à travers le pays. Les États et les localités ont fortement réduit le financement des écoles lorsque la récession a commencé en 2008. Selon le Centre pour les priorités budgétaires et politiques, vingt-neuf États ont fourni moins de financement global pour les écoles publiques en 2015 qu’avant le crash de 2008. De 2008 à 2017, le nombre total d’emplois dans le secteur de l’éducation de la maternelle à la 12e année a diminué alors que les effectifs étudiants continuaient de grimper. À l’automne 2017, il y avait encore 135 000 travailleurs de moins dans l’enseignement public qu’avant la récession, tandis que les inscriptions d’étudiants augmentaient de près de 1,5 million.

Réponses insatisfaisantes

Depuis, le principal syndicat enseignant, l’AFSCME a perdu 230 000 membres.

Compte tenu de l’ampleur de ces attaques, les syndicats du secteur public sont restés assez été anémiques. La résistance militante récente est venue des syndicats locaux et des réseaux de base officieux, et non des couches supérieures du leadership syndical.

Avec l’avenir même de leurs organisations en jeu, pourquoi les dirigeants syndicaux n’ont-ils pas été plus agressifs dans leur défense?

Selon Lee Saunders, le président de l’AFSCME, il faut surtout faire du lobby et influencer le Parti Démocrate. Des décennies de « syndicalisme responsable » ont atrophié les muscles de l’action collective, et de nombreux syndicats ne sont plus en mesure d’organiser leurs membres sur le lieu de travail ou de les inciter à faire grève.

Comment transformer cette situation ?

L’histoire militante du syndicalisme des employés publics nous donne une bonne source d’inspiration. Au cours de l’hiver 1965, un syndicat radical indépendant appelé Syndicat des employés des services sociaux (SSEU) a mené une grève illégale qui a mis fin au service de protection sociale de New York pendant un mois. Malgré leurs faiblesses et leurs vulnérabilités, les grévistes ont remporté un certain nombre de victoires majeures qui ont finalement mené à la création du système moderne de négociation collective de New York. Les membres de la SSEU ont été impliqués dans le processus de négociation depuis le début, ont écrit les revendications du syndicat, voté sur la réponse du syndicat à la « concession » du maire Wagner, et enfin, planifié la grève elle-même.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici