États-Unis : la banalité du mal

 

 

Extrauts d’un texte de Jimmy Centeno, Don T. Deere et Frederick B. Mill, Rébellion, 26 janvier 2018

 

Il est déjà trop tard pour certains enfants qui se sont séparés de leurs parents et, dans certains cas, de leurs frères et soeurs. Ceux qui ont été internés ont été blessés et sont toujours blessés. Et il n’y a aucune excuse ou excuse qui puisse moralement justifier de tels mauvais traitements d’enfants. La tentative de Trump de détourner cette crise par un décret au dernier moment ouvre une autre possibilité préoccupante pour ceux qui demandent l’asile à l’avenir et pour les migrants : l’emprisonnement à durée indéterminée des familles ou la déportation sans représentation légale ou contrôle légal impartial.

Soyons honnêtes à propos de ce qui se passe sous nos yeux. L’emprisonnement cruel et inhumain d’enfants séparés de leurs parents est une réponse fasciste d’un gouvernement narcissique qui flatte son ego prétendant être la meilleure nation du monde. Cependant, c’est l’administration Obama qui a renforcé l’énorme machinisme de déportation et préparé le raciste furieux Trump, dont le programme d’internement des enfants a déjà étouffé la vie d’enfants innocents, otages d’une bande de voyous criminels.

La séparation des familles est une partie d’une histoire qui remonte à l’époque de l’esclavage lorsque les familles africaines étaient séparées et vendues sur les marchés d’esclaves. On se rappelle également que les autochtones américains ont connu cette séparation douloureuse de sa communauté alors que leurs enfants étaient envoyés dans des pensionnats pour être « civilisés ».

Pour aller à la base de la pathologie sociale qui rend possible l’internement des enfants dans les États-Unis actuels, nous devons d’abord faire face à la banalité du mal. Cette banalité du mal s’étend des niveaux les plus élevés à ceux qui mettent directement en œuvre la politique, c’est-à-dire qui prennent physiquement les enfants sous leur garde.

Sans aucun doute, ce moment fasciste a une base de soutien. Hannah Arendt parle de cette normalisation de la violence et de la mentalité bureaucratique rencontrer le « devoir » de suivre les ordres à la racine d’un mal qui entre lui-même tous les jours dans l’espace social.

L’exclamation de Trump (« Je ne laisserai pas les migrants nous infester! ») est une paraphrase retentissante du Mein Kampflancée. L’invasion de « l’Occident » par le « tiers-monde » est le cri de guerre de ces mouvements de plus en plus importants du populisme fasciste de Washington à Londres et dans toute l’Europe continentale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici