États-Unis : la crise de l’hégémonie

Nancy Fraser, American Affairs, hiver 2017

À première vue, la crise actuelle semble être politique. Son expression la plus spectaculaire se trouve avec Donald Trump. Mais d’autres situations sont semblables : la débâcle du Brexit au Royaume-Uni, le déclin de la légitimité de l’Union européenne et la désintégration des partis social-démocrates et de centre-droit qui l’ont défendue; la fortune croissante de partis racistes anti-immigrés dans l’Europe du Nord et du Centre-Est; et la recrudescence de forces autoritaires en Amérique latine, en Asie et dans le Pacifique. Notre crise politique, si c’est ce qu’elle est, n’est pas seulement américaine, mais globale.

Malgré leurs différences, tous ces phénomènes partagent une caractéristique commune. Tous impliquent un affaiblissement dramatique, sinon une simple rupture, de l’autorité des classes politiques et des partis politiques établis. C’est comme si des masses de gens à travers le monde avaient cessé de croire au sens commun qui régnait et qui sous-tendait la domination politique depuis plusieurs décennies. C’est comme si elles avaient perdu confiance dans la bonne foi des élites et étaient à la recherche de nouvelles idéologies, organisations et de nouveaux dirigeants.

Ces phénomènes constituent le volet spécifiquement politique d’une crise plus vaste et multiforme, qui comporte également d’autres volets – économique, écologique et social – qui, tous ensemble, constituent une crise générale. Loin d’être purement sectorielle, la crise politique ne peut être comprise indépendamment des blocages auxquels elle répond dans d’autres institutions, soi-disant non politiques. Aux États-Unis, ces blocages incluent la métastase de la finance; la prolifération de McJobs du secteur des services précaire; la croissance de la dette des consommateurs pour permettre l’achat de biens bon marché produits ailleurs; l’augmentation des émissions de carbone, des conditions météorologiques extrêmes et du déni de climat; l’incarcération de masse racialisée et la violence policière systémique; et des tensions croissantes sur la vie familiale et communautaire, en partie à cause de l’allongement de la durée du travail et à la diminution des soutiens sociaux.  Le volet politique de notre crise générale est une crise de l’hégémonie.

Donald Trump est le porte-parole de cette crise hégémonique. Mais nous ne pouvons pas comprendre son ascension à moins de clarifier les conditions qui l’ont rendue possible. Et cela signifie qu’il faut identifier la vision du monde que le trumpisme a déplacée et tracer le processus par lequel il s’est effondré. Les idées indispensables à cette fin viennent d’Antonio Gramsci. « Hégémonie » désigne le processus par lequel une classe dirigeante naturalise sa domination en établissant les présupposés de sa propre vision du monde en tant que sens commun de la société dans son ensemble. Son équivalent organisationnel est le « bloc hégémonique »: une coalition de forces sociales disparates que la classe dirigeante assemble et à travers laquelle elle affirme son leadership. Si elles espèrent remettre en cause ces arrangements, les classes dominées doivent construire un nouveau sens commun ou une « contrehégémonie ».

L’hégémonie du néolibéralisme progressiste

Avant Trump, le bloc hégémonique qui dominait la politique américaine était le néolibéralisme progressite. Cela peut sembler un oxymore, mais c’était une alliance réelle et puissante entre, d’une part, les courants libéraux traditionnels des nouveaux mouvements sociaux (féminisme, antiracisme, multiculturalisme, environnementalisme et droits des LGBTQ); d’autre part, les secteurs les plus dynamiques et financiers de l’économie américaine (Wall Street, Silicon Valley et Hollywood).

Le bloc néolibéral combinait un programme économique expropriant et ploutocratique avec une politique de reconnaissance libérale et méritocratique. La composante distributive de cet amalgame était néolibérale. Déterminés à libérer les forces du marché des mains lourdes de l’État, les classes dirigeantes de ce bloc avaient pour objectif de libéraliser et de mondialiser l’économie capitaliste. En réalité, cela signifiait la financiarisation: le démantèlement des obstacles à la libre circulation des capitaux et des protections à leur égard; la déréglementation du secteur bancaire et le gonflement de la dette prédatrice; la désindustrialisation, l’affaiblissement des syndicats et l’extension du travail précaire mal rémunéré. Populairement associé à Ronald Reagan, mais largement mis en œuvre et consolidé par Bill Clinton, au profit des niveaux supérieurs des classes de cadres professionnels.

Ces néolibéraux n’ont pas imaginé cette économie politique. Cet honneur appartient à la droite: à ses luminaires intellectuels Friedrich Hayek, Milton Friedman et James Buchanan; à ses politiciens visionnaires, Barry Goldwater et Ronald Reagan; et à leurs principaux facilitateurs, Charles et David Koch, entre autres. Mais la version « fondamentaliste » du néolibéralisme de droite ne pourrait pas devenir hégémonique dans un pays où le sens commun était encore façonné par la pensée du New Deal, la « révolution des droits » et un grand nombre de mouvements sociaux issus de la nouvelle gauche. Pour que le projet néolibéral puisse triompher, il fallait le réemballer, compte tenu d’un attrait plus large, lié à d’autres aspirations non économiques d’émancipation. Ce n’est que lorsque l’appareil est progressiste que l’on peut créer un régime régressif. L’économie politique devient le centre dynamique d’un nouveau bloc hégémonique.

Il incombait donc aux « néo-démocrates » d’apporter l’ingrédient essentiel: une politique de reconnaissance progressiste. S’appuyant sur les forces progressistes de la société civile, ils ont diffusé une philosophie de reconnaissance superficiellement égalitaire et émancipatrice. L’idéal de la « diversité », de « l’autonomisation des femmes » et des droits des LGBTQ était au cœur de cette philosophie post-racialiste, multiculturaliste et environnementaliste. Ces idéaux ont été interprétés d’une manière spécifique et limitée, parfaitement compatible avec la Goldman-Sachsification de l’économie américaine. Protéger l’environnement signifiait échanger du carbone. Promouvoir l’accession à la propriété signifie regrouper les prêts à risque et les revendre sous forme de titres adossés à des créances hypothécaires. L’égalité signifiait la méritocratie.

La réduction de l’égalité à la méritocratie a été particulièrement fatale. Le programme néo-libéral progressiste pour un ordre de statut juste ne visait pas à abolir la hiérarchie sociale, mais à le « diversifier », en « responsabilisant » les femmes « talentueuses », les personnes de couleur et les minorités sexuelles pour les amener au sommet. Et cet idéal était intrinsèquement spécifique à chaque classe : il visait à faire en sorte que des individus « méritants » appartenant à des « groupes sous-représentés » puissent accéder à des postes rémunérés au même prix que les hommes blancs hétérosexuels de leur propre classe.

Même si elle était biaisée, cette politique de reconnaissance visait à séduire les grands courants de mouvements sociaux progressistes au sein du nouveau bloc hégémonique. Certes, toutes les féministes, antiracistes, multiculturalistes, n’ont pas été gagnées à la cause néolibérale progressiste. Mais ceux qui l’étaient, sciemment ou non, constituaient le segment le plus vaste et le plus visible de leurs mouvements respectifs, tandis que ceux qui y résistaient étaient confinés aux marges. Les progressistes du bloc néolibéral étaient bien sûr ses partenaires juniors, beaucoup moins puissants que leurs alliés à Wall Street, Hollywood et la Silicon Valley. Pourtant, ils ont apporté quelque chose d’essentiel à cette liaison dangereuse : le charisme, un « nouvel esprit du capitalisme ». En dégageant une aura d’émancipation, ce nouvel « esprit » a chargé l’activité économique néolibérale d’un frisson d’excitation. Grâce en grande partie à cet esprit, les politiques qui ont favorisé une vaste répartition vers le haut de la répartition de la richesse et des revenus ont acquis la patine de la légitimité.

Cependant, pour parvenir à l’hégémonie, le bloc néolibéral devait vaincre deux rivaux. Premièrement, il devait vaincre les restes non négligeables de la coalition New Deal. Anticipant sur le « New Labour » de Tony Blair, l’aile clintonienne du parti démocrate a désarticulé cette alliance. À la place d’un bloc historique qui avait uni avec succès le mouvement syndical organisé, les immigrants, les Afro-Américains, les classes moyennes urbaines et certaines factions du grand capital industriel pendant plusieurs décennies, ils ont forgé une nouvelle alliance d’entrepreneurs, banquiers, banlieusards, travailleurs symboliques, nouveaux mouvements sociaux, Latinos et jeunes, tout en conservant le soutien des Afro-Américains qui estimaient n’avoir nulle part où aller.

La défaite du néolibéralisme réactionnaire

Le néolibéralisme progressiste a également dû vaincre un deuxième concurrent. L’antagoniste dans cette affaire était le néolibéralisme réactionnaire. Logé principalement dans le parti républicain et moins cohérent que son rival dominant, ce second bloc combinait une politique de distribution néolibérale similaire avec une politique de reconnaissance réactionnaire différente. Tout en prétendant favoriser les petites entreprises et l’industrie manufacturière, le véritable projet économique du néolibéralisme réactionnaire était centré sur le renforcement de la finance, de la production militaire et de l’énergie extractive, le tout au bénéfice principal du 1% mondial. Ce qui était censé rendre celle qui convenait à la base qu’elle cherchait à réunir était une vision d’exclusion d’un ordre de statut juste: ethnonational, anti-immigrant et pro-chrétien, sinon raciste, patriarcal et homophobe.

Telle était la formule qui permettait aux évangélistes chrétiens, aux Blancs du Sud, aux Américains des zones rurales et des petites villes et aux couches populaires déshéritées de la classe ouvrière blanche de coexister pendant une vingtaine d’années, même difficilement, avec des libertaires, le Tea Party, la Chambre de commerce et les frères Koch, plus une poignée de banquiers, de magnats de l’immobilier, de magnats de l’énergie, de capital-risqueurs et de spéculateurs. Mis à part les accents sectoriels, sur les grandes questions d’économie politique, le néolibéralisme réactionnaire ne différait pas substantiellement de son rival progressiste-néolibéral. Certes, les deux partis ont discuté de « taxes sur les riches », les démocrates cédant généralement. Mais les deux blocs ont soutenu le « libre-échange », le faible impôt sur les sociétés, la réduction des droits du travail, la primauté des intérêts des actionnaires, la compensation gagnant-pris et la déréglementation financière.  Les principales différences entre eux reposaient sur la reconnaissance, pas sur la distribution.

Le néolibéralisme progressiste a également remporté cette bataille, mais à un coût. Des centres de production en décomposition, en particulier la soi-disant ceinture de rouille, ont été sacrifiés. Cette région, ainsi que les nouveaux centres industriels du Sud, ont connu un succès grâce aux politiques de Bill Clinton: l’ALENA, l’accession de la Chine à l’OMC et l’abrogation de Glass -Steagall. Ensemble, ces politiques et leurs successeurs ont ravagé les communautés qui comptaient sur le secteur manufacturier. Au cours de deux décennies d’hégémonie néolibérale progressiste, aucun des deux grands blocs n’a déployé d’efforts sérieux pour soutenir ces communautés. Pour les néolibéraux, leurs économies n’étaient pas compétitives et devraient faire l’objet d’une « correction de marché ». Pour les progressistes, leurs cultures étaient bloquées dans le passé, liées à des systèmes obsolètes, valeurs paroissiales qui disparaîtront bientôt dans une nouvelle dispensation cosmopolite.

Le fossé hégémonique

L’univers politique que Trump a bouleversé était extrêmement restrictif. Il s’est construit autour de l’opposition entre deux versions du néolibéralisme, principalement distinguées sur l’axe de la reconnaissance. Certes, on pouvait choisir entre multiculturalisme et ethnonationalisme. Mais l’un d’eux était bloqué, de toute façon, avec la financiarisation et la désindustrialisation. Le menu se limitant au néolibéralisme progressif et réactionnaire, il n’y avait aucune force pour s’opposer à la décimation du niveau de vie de la classe ouvrière et de la classe moyenne. Les projets anti-néolibéraux étaient sévèrement marginalisés, sinon simplement exclus, de la sphère publique.

Cela a laissé une partie non négligeable de l’électorat américain, victime de la financiarisation et de la mondialisation des entreprises, sans domicile politique naturel. Étant donné qu’aucun des deux grands blocs ne parlait pour eux, il existait un fossé dans l’univers politique américain : une zone vide et inoccupée, où une politique anti-néolibérale et pro-familiale pourrait s’être enracinée. Compte tenu de l’accélération du rythme de la désindustrialisation, de la prolifération de McJobs précaires à bas salaires, de la montée de la dette prédatrice et de la baisse conséquente du niveau de vie des deux tiers des Américains les plus pauvres, il ne s’agissait que d’une question de temps avant que quelqu’un tente d’occuper cet espace vide et de combler le vide.

Certains ont supposé que ce moment était arrivé en 2007/08. Un monde encore sous le choc de l’un des pires désastres de politique étrangère de l’histoire des États-Unis a ensuite été contraint de faire face à la pire crise financière depuis la Grande Dépression – et un quasi effondrement de l’économie mondiale. Comme d’habitude, la politique est tombée à l’eau. Un Afro-américain qui a parlé d ‘espoir et de changement a accédé à la présidence, s’engageant à transformer non seulement la politique, mais l’ensemble de la « mentalité » de la politique américaine. Barack Obama aurait peut-être saisi l’occasion de mobiliser un soutien de masse en faveur d’un virage majeur du néolibéralisme, même face à l’opposition du Congrès. Au lieu de cela, il a confié l’économie aux forces mêmes de Wall Street qui l’avaient presque détruite. Définissant l’objectif comme une « reprise » par opposition à une réforme structurelle, Obama a fourni d’énormes sauvetages aux banques « trop grandes pour faire faillite », mais il n’a rien fait de comparable pour leurs victimes: les dix millions d’Américains qui ont perdu leur maison pendant la crise. La seule exception était l’expansion de Medicaid par le biais de la Loi sur les soins abordables, qui procurait un réel avantage matériel à une partie de la classe ouvrière américaine. Mais ce fut l’exception qui a prouvé la règle. Contrairement aux propositions auxquelles Obama a renoncé avant même le début des négociations sur les soins de santé, son approche renforçait les divisions mêmes au sein de la classe ouvrière qui se révéleraient si fatales au point de vue politique. Au total, sa présidence avait pour objectif primordial de maintenir le statu quo progressiste néolibéral en dépit de son impopularité croissante.

Une autre chance de combler le vide hégémonique est arrivée en 2011, avec l’éruption d’Occupy Wall Street. Fatigué d’attendre le redressement du système politique et de prendre les choses en main, un segment de la société civile s’est emparé des places publiques dans tout le pays au nom du « 99% ». Dénonçant un système qui pillait la grande majorité pour enrichir le top 1%, des groupes relativement restreints de jeunes manifestants ont rapidement suscité un large soutien – jusqu’à 60% des Américains, selon certains sondages – notamment de la part d’associations assiégées, d’étudiants endettés, de familles en difficulté de la classe moyenne et de la précarité croissante.

Les effets politiques de l’occupation ont cependant été contenus, servant principalement à réélire Obama. C’est en adoptant la rhétorique du mouvement qu’il a recueilli le soutien de nombreux électeurs qui allaient voter pour Trump en 2016 et vaincre ainsi Romney en 2012. Toutefois, après avoir gagné quatre années supplémentaires, la nouvelle conscience de classe du président s’est rapidement évaporée. Limitant la poursuite du « changement » à la publication des décrets, il n’a ni poursuivi les malfaiteurs de la richesse, ni utilisé la tribune de l’intimidateur pour rassembler le peuple américain contre Wall Street.

Ce tremblement de terre a finalement frappé en 2015/16, alors que le mécontentement qui régnait depuis longtemps se transformait en une crise totale d’autorité politique. En cette saison électorale, les deux principaux blocs politiques ont semblé s’effondrer. Du côté républicain, Trump, faisant campagne sur des thèmes populistes, a vaincu avec force ses seize rivaux primaires malheureux, dont plusieurs triés sur le volet par les chefs de parti et les principaux donateurs. Du côté des démocrates, Bernie Sanders, un socialiste démocratique autoproclamé, a lancé un défi sérieux au successeur désigné du président Obama, qui a dû déployer tous les moyens possibles pour que le parti le protège. Des deux côtés, les scripts habituels ont été modifiés alors qu’une paire de personnages marginaux occupait le vide hégémonique.

Sanders et Trump ont tous deux confronté la politique néolibérale de la distribution. Mais leurs politiques de reconnaissance différaient fortement. Alors que Sanders dénonçait « l’économie truquée » avec des accents universalistes et égalitaires, Trump a emprunté la même phrase mais l’a colorée en politique nationaliste et protectionniste.  La rhétorique évoquée par sa « classe ouvrière » était blanche, droite, masculine et chrétienne; elle était basée dans les mines, le forage, la construction et l’industrie lourde. En revanche, la classe ouvrière que Sanders a courtisée était large et vaste et englobait non seulement les ouvriers des usines du mid-west, mais également ceux du secteur public et des services, y compris les femmes, les immigrés,

Certes, le contraste entre ces deux portraits de « la classe ouvrière » était largement rhétorique. Aucun des deux portraits ne correspondait exactement à la base électorale de son champion. Bien que la marge de victoire de Trump soit venue des centres de production manufacturière qui avaient choisi Obama en 2012 et Sanders lors des primaires démocrates de 2015, ses électeurs comprenaient également les suspects républicains habituels, y compris des libertaires, des propriétaires d’entreprises et d’autres personnes peu utiles au populisme économique. De même, les électeurs les plus fiables de Sanders étaient de jeunes instruits. Mais ce n’est pas le sujet. En tant que projection rhétorique d’une possible contre-hégémonie, c’est la vision élargie de Sanders sur la classe ouvrière américaine qui distingue le plus nettement son populisme de celui de Trump.

Ces deux personnes ont tracé les contours d’un nouveau sens commun, mais chacun l’a fait à sa manière. Au mieux, la rhétorique de campagne de Trump suggérait un nouveau bloc proto-hégémonique, que nous pourrions appeler du populisme réactionnaire. Il semblait combiner une politique de reconnaissance hyper-réactionnaire avec une politique de distribution populiste: en fait, le mur de la frontière mexicaine et des dépenses d’infrastructure à grande échelle. Le bloc envisagé par Sanders était en revanche un populisme progressiste. Il a cherché à rejoindre une politique de reconnaissance inclusive avec une politique de distribution favorable à la famille: réforme de la justice pénale et assurance-maladie pour tous; justice en matière de procréation et cours universitaires gratuits; Les droits des LGBTQ et la dissolution des grandes banques.

L’échec

Cependant, aucun de ces scénarios ne s’est concrétisé. La défaite de Sanders face à Hillary Clinton a supprimé l’option du populisme progressiste du bulletin de vote, sans surprise. Mais le résultat de la victoire ultérieure de Trump sur elle était plus inattendu, du moins pour certains. Loin de gouverner en tant que populiste réactionnaire, le nouveau président a activé le vieil appât et basculé, abandonnant les politiques distributives populistes promises par sa campagne. Certes, il a annulé le partenariat transpacifique. Mais il a temporisé sur l’ALENA et n’a pas réussi à lever le doigt pour freiner Wall Street. Trump n’a pas non plus pris une seule mesure sérieuse pour mettre en œuvre des projets d’infrastructure publique à grande échelle et créateurs d’emplois; ses efforts pour encourager la production manufacturière se sont limités à des démonstrations symboliques et à un allégement réglementaire du charbon, dont les gains se sont révélés largement fictifs. Et loin de proposer une réforme du code des impôts dont les principaux bénéficiaires seraient les familles de la classe ouvrière et de la classe moyenne, il a adhéré à la version intégrale républicaine, conçue pour canaliser davantage de richesses à un pour cent (y compris la famille Trump).

Après avoir abandonné la politique populiste de la distribution, Trump a aggravé la politique réactionnaire de la reconnaissance.

Le néolibéralisme hyper-réactionnaire de Trump ne constitue toutefois pas un nouveau bloc hégémonique. Il est au contraire chaotique, instable et fragile. Cela est dû en partie à la psychologie personnelle particulière de son porte-drapeau et en partie à sa codépendance anormale avec le parti républicain, qui a tenté de ne pas réaffirmer son contrôle et attend maintenant son heure en cherchant une stratégie de sortie. Nous ne pouvons pas maintenant savoir exactement comment cela va se dérouler, mais il serait insensé d’exclure la possibilité d’une scission du parti républicain. Quoi qu’il en soit, le néolibéralisme hyper-réactionnaire n’offre aucune perspective d’hégémonie sécurisée.

Mais il y a aussi un problème plus profond. En fermant le visage populiste et économique de sa campagne, le néolibéralisme hyper-réactionnaire de Trump cherche effectivement à rétablir le fossé hégémonique qu’il a contribué à faire exploser en 2016. Sauf qu’il ne peut pas le combler. Maintenant que le chat populiste est sorti du sac, il est douteux que la portion ouvrière de la base de Trump se contente longtemps de la seule (mauvaise) reconnaissance.

De l’autre côté, « la résistance » s’organise. Mais l’opposition est fractionnée et comprend des Clintoniens purs et durs, des Sanderistes engagés et de nombreuses personnes qui pourraient aller dans les deux sens Certains opposants proposent de réorienter la politique du parti démocrate autour de l’opposition à la suprématie blanche, en concentrant leurs efforts sur le soutien des Noirs et des Latinos. D’autres défendent une stratégie centrée sur la classe, visant à reconquérir les communautés ouvrières blanches qui se sont rendues à Trump. Les deux points de vue sont problématiques dans la mesure où ils traitent l’attention sur la classe et la race comme étant fondamentalement antithétique, un jeu à somme nulle. En réalité, ces deux axes d’injustice peuvent être attaqués en tandem, comme ils doivent l’être en réalité. Aucun ne peut être surmonté pendant que l’autre s’épanouit.

Dans le contexte actuel, toutefois, les propositions visant à réduire les préoccupations de la classe inférieure posent un risque particulier: elles vont probablement concorder avec les efforts de l’aile Clinton visant à rétablir le statu quo ante sous une nouvelle forme. Dans ce cas, le résultat serait une nouvelle version du néolibéralisme progressiste qui combine le néolibéralisme sur le front de la distribution avec une politique de reconnaissance antiraciste militante. Cette perspective devrait donner une pause aux forces anti-Trump. D’un côté, cela enverra de nombreux alliés potentiels dans la direction opposée, validant le récit de Trump et renforçant son soutien. D’autre part, il s’associera efficacement à lui pour supprimer les alternatives au néolibéralisme – et ainsi en rétablissant le fossé hégémonique.  Rétablir le néolibéralisme progressiste, sur quelque base que ce soit, revient à recréer – voire à exacerber – les conditions mêmes qui ont créé Trump.

Symptômes morbides et perspectives contr-ehégémoniques

Pour toutes ces raisons, ni un néolibéralisme progressiste ni un néolibéralisme hyper-réactionnaire inventé ne peuvent reconstruire une hégémonie politique dans un avenir proche. Aucun d’entre eux n’est actuellement en mesure de définir un nouveau sens commun. Ni l’un ni l’autre ne peut offrir une image de la réalité sociale faisant autorité, une narration dans laquelle un large éventail d’acteurs sociaux peut se retrouver. De même, aucune variante du néolibéralisme ne peut résoudre avec succès les blocages du système qui sous-tendent notre crise hégémonique. Puisque les deux sont au lit de la finance mondiale, aucun des deux ne peut défier la financiarisation, la désindustrialisation ou la mondialisation des entreprises. On ne peut pas non plus remédier à la baisse du niveau de vie, à l’endettement croissant, au changement climatique. (Ré) installer l’un ou l’autre de ces blocs au pouvoir ne doit pas seulement assurer la continuation, mais intensifier la crise actuelle.

À quoi pouvons-nous nous attendre à court terme? En l’absence d’une hégémonie, nous sommes confrontés à un interrègne instable et à la poursuite de la crise politique. Dans cette situation, les paroles d’Antonio Gramsci sont vraies: « l’ancien est en train de mourir et le nouveau ne peut pas naître; dans cet interregnum apparaissent une grande variété de symptômes morbides ».

À moins, bien sûr, qu’il n’existe un candidat viable pour une contrehégémonie. Cela laisse le populisme progressiste comme le candidat le plus probable pour un nouveau bloc contre-hégémonique. Combinant une redistribution égalitaire avec une reconnaissance non hiérarchique, cette option a au moins une chance de combat de réunir la classe ouvrière tout entière. Plus que cela, elle pourrait positionner cette classe, comprise dans son sens le plus large, comme la force principale d’une alliance incluant également d’importants segments de la jeunesse, de la classe moyenne et de la strate des professionnels de la gestion.Mais il y a plusierus obstacles

Une stratégie de séparation

Les perspectives d’un populisme progressiste aux États-Unis aujourd’hui exigeny une stratégie de séparation visant à précipiter des divisions. Premièrement, les femmes défavorisées, les immigrantes et les personnes de couleur doivent se distinguer des féministes minces, des anti-racistes et des anti-homophobes méritocratiques, et de la diversité des entreprises du capitalisme vert qui ont détourné leurs préoccupations. C’est l’objectif d’une récente initiative féministe, qui vise un «féminisme pour 99%».

Deuxièmement, il faut persuader les communautés ouvrières du centre, du sud et rurales de déserter leurs actuels alliés crypto-néolibéraux. L’astuce consiste à les convaincre que les forces qui font la promotion du militarisme, de la xénophobie et de l’ethnonationalisme ne leur fourniront pas les conditions essentielles pour bien vivre, alors qu’un bloc populiste et progressiste pourrait le faire. De cette manière, on pourrait séparer les électeurs de Trump qui pourraient et devraient répondre à un tel appel des racistes porteurs de cartes et des ethnonationalistes de plein droit qui ne le sont pas. Dire que les premiers sont largement plus nombreux que les seconds n’est pas nier que des mouvements populistes réactionnaires s’appuient lourdement sur une rhétorique chargée et aient enhardi des groupes autrefois marginaux de vrais suprématistes blancs. Mais il réfute la conclusion hâtive selon laquelle la très grande majorité des électeurs réactionnaires-populistes sont à jamais fermés aux appels au nom d’une classe ouvrière élargie du type évoqué par Bernie Sanders. Ce point de vue est non seulement empiriquement faux, mais aussi contre-productif et susceptible de se réaliser.

Je ne suggère pas qu’un bloc populiste progressiste devrait atténuer ses préoccupations pressantes concernant le racisme, le sexisme, l’homophobie, l’islamophobie et la transphobie. Au contraire, la lutte contre tous ces dommages doit être au cœur d’un bloc populiste et progressiste. Mais il est contre-productif de les aborder par la condescendance moralisante, à la manière du néolibéralisme progressiste. Cette approche suppose une vision superficielle et inadéquate de ces injustices, exagérant de manière flagrante la mesure dans laquelle les ennuis sont dans la tête des gens et manquant la profondeur des forces institutionnelles structurelles qui les sous-tendent.

C’est clair dans le cas de la race. L’injustice raciale aux États-Unis n’est aujourd’hui pas une question d’attitudes dégradantes ou de mauvais comportement. Le point crucial est plutôt l’impact racial spécifique de la désindustrialisation et de la financiarisation à l’époque de l’hégémonie néolibérale. Durant cette période, les Américains noirs et bruns à qui on avait longtemps refusé un crédit, confinés dans des logements ségrégés inférieurs et trop peu payés pour accumuler de l’épargne, étaient systématiquement pris pour cibles par les fournisseurs de prêts à risque et connaissaient par conséquent les taux de saisies de logements les plus élevés du pays. Les villes et les quartiers minoritaires, qui depuis longtemps étaient systématiquement privés de ressources publiques, ont été pénalisés par la fermeture d’usines dans des centres de fabrication en déclin; leurs pertes ont été comptabilisées non seulement en emplois, mais également en recettes fiscales, ce qui les a privés de fonds pour les écoles, les hôpitaux et l’entretien des infrastructures de base, aboutissant finalement à des débâcles. Enfin, les hommes noirs soumis depuis longtemps à des peines de prison sévères, au travail forcé et à des violences socialement tolérées, notamment de la part de la police, ont été massivement enrôlés dans un « complexe industriel pénitentiaire », le tout grâce à des« réalisations »législatives bipartites, largement orchestrées par Bill Clinton.

Un bloc populiste-progressiste doit concentrer ses efforts sur les bases structurelles et institutionnelles de la société contemporaine. Particulièrement important, il doit mettre en évidence les racines communes des injustices de classe et de statut dans le capitalisme financiarisé. En concevant ce système comme une totalité sociale intégrée, il doit lier les préjudices subis par les femmes, les immigrés, les personnes de couleur et les personnes LGBTQ à ceux des couches populaires ouvrières désormais attirées par le populisme de droite. Rassemblant les principaux segments de la classe ouvrière dans son ensemble, cette stratégie pourrait être gagnante.

Le capitalisme financiarisé représente une manière historiquement spécifique d’organiser la relation d’une économie capitaliste à ces conditions de base indispensables. Il s’agit d’une forme d’organisation sociale profondément prédatrice et instable, qui libère l’accumulation de capital des contraintes mêmes (politiques, écologiques, sociales, morales) nécessaires pour le maintenir dans le temps. Libérée de telles contraintes, l’économie du capitalisme consomme ses propres conditions de base possibles. C’est comme un tigre qui mange sa propre queue. Alors que la vie sociale en tant que telle est de plus en plus économisée, la poursuite sans entrave du profit déstabilise les formes mêmes de reproduction sociale, de durabilité écologique et de pouvoir public dont elle dépend. Vu sous cet angle, le capitalisme financiarisé est une formation sociale intrinsèquement sujette aux crises.

C’est l’aspect objectif de la crise: la contrepartie structurelle du déchirement hégémonique disséqué ici. Aujourd’hui, en conséquence, les deux pôles de crise – l’un objectif, l’autre subjectif – sont en pleine floraison. Et, comme déjà noté, ils se tiennent ou tombent ensemble. Résoudre la crise objective nécessite une transformation structurelle majeure du capitalisme financiarisé: une nouvelle façon de relier l’économie à la politique, la production à la reproduction, la société humaine à la nature non humaine. Le néolibéralisme sous toutes ses formes n’est pas la solution mais le problème.

Le type de changement dont nous avons besoin ne peut venir qu’ailleurs, d’un projet pour le moins anti-néolibéral, voire anticapitaliste. Un tel projet ne peut devenir une force historique que lorsqu’il est incorporé dans un bloc contre hégémonique. La perspective peut sembler distante, mais le populisme progressiste est notre meilleure chance.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici