États-Unis : la guerre contre Julian Assange

Alexander MERCOURIS, Le grand soir, 25 septembre 2020

 

Le renard garde le poulailler et Washington poursuit un éditeur pour avoir exposé ses propres crimes de guerre. Diagnostic de l’incohérence du dossier américain pour l’extradition.

Suivre l’affaire Julian Assange à travers ses différentes étapes, depuis les allégations initiales de la Suède jusqu’à l’audience d’extradition qui est actuellement en cours devant la Cour pénale centrale de Londres, a été une expérience troublante et très étrange.

Le gouvernement américain n’a pas réussi à présenter un dossier cohérent.

Conscient que les autorités britanniques devraient en théorie refuser d’extrader Assange s’il s’avérait que les poursuites engagées contre lui étaient politiquement motivées et/ou liées au travail légitime d’Assange en tant que journaliste, le gouvernement américain s’est efforcé de présenter une affaire contre Assange qui ne soit pas trop manifestement motivée politiquement ou liée au travail légitime d’Assange en

être une simple allégation d’interférence informatique, censée être coordonnée dans une sorte de conspiration entre Assange et Chelsea Manning.

Cela a évidemment été fait pour tenter de dissiper l’idée que la demande d’extradition d’Assange était politiquement motivée ou liée au travail légitime d’Assange en tant que journaliste.

Cependant, les avocats aux États-Unis n’ont eu aucune difficulté à souligner les « faits incomplets » de la prétendue conspiration entre Assange et Manning, tandis que les avocats et les journalistes aux États-Unis et ailleurs ont souligné que les faits décrits dans l’acte d’accusation présentaient toutes les caractéristiques d’une action menée par un journaliste pour protéger sa source.

Le résultat a été que le gouvernement américain a remplacé son acte d’accusation par un premier acte d’accusation de substitution, qui cette fois-ci était fondé en grande partie sur la loi de 1917 sur l’espionnage, et était donc plus proche des véritables raisons pour lesquelles l’affaire Assange était portée devant les tribunaux.

Cependant, cela a donné à l’affaire une apparence trop manifestement politique, et elle a donc été remplacée par un second acte d’accusation de substitution, présenté au tribunal et à l’équipe de la défense pratiquement à la veille du procès, qui a cherché à revenir à des allégations strictement criminelles, cette fois-ci de piratage informatique.

De nouveaux problèmes pour un nouvel acte d’accusation

Les allégations du deuxième acte d’accusation de substitution se sont toutefois heurtées à des difficultés majeures, dans la mesure où elles ne semblent pas concerner les États-Unis et ne constituent peut-être même pas de véritables crimes. En outre, elles reposent largement sur les preuves d’un fraudeur connu, dont les « preuves » sont intrinsèquement peu fiables.

Le gouvernement américain n’a pas précisé si les allégations supplémentaires contenues dans le second acte d’accusation de substitution sont destinées à constituer une affaire distincte et autonome. Au départ, il a semblé nier qu’il l’avait fait, puis il a laissé entendre qu’il pourrait le faire, mais il semble maintenant agir comme s’il ne le faisait pas.

Comme si cela ne suffisait pas, le gouvernement américain et ses avocats britanniques ont avancé des théories confuses et contradictoires sur la possibilité pour les autorités britanniques d’extrader Assange, même si les poursuites engagées contre lui sont motivées par des raisons politiques, et même si elles sont liées à ses activités journalistiques.

Au départ, ils semblaient soutenir que – contrairement à tous les précédents britanniques et au texte même du traité d’extradition entre les États-Unis et la Grande-Bretagne – la Grande-Bretagne peut en fait extrader Assange vers les États-Unis pour des motifs politiques, car la loi d’habilitation adoptée par le Parlement britannique, qui a fait du traité d’extradition entre les États-Unis et la Grande-Bretagne une partie du droit britannique, ne dit rien sur la question de savoir si des individus peuvent ou non être extradés vers les États-Unis pour des motifs politiques.

Cet argument a bien sûr failli faire admettre que l’affaire Assange est après tout motivée par des raisons politiques.

Cet argument de poids, du moins pour le moment, semble avoir été abandonné. Du moins, on n’en a pas entendu parler pendant toute l’audience en cours. Au lieu de cela, le gouvernement américain et ses avocats britanniques ont fait valoir, face à l’incrédulité d’une série d’experts et de témoins factuels, que l’affaire n’est pas politiquement motivée après tout.

Les mêmes incohérences ont entaché les arguments du gouvernement américain quant à savoir si Assange est accusé ou non en vertu de la loi sur l’espionnage pour des activités liées à son travail de journaliste.

Au départ, la position du gouvernement américain était qu’il ne l’était pas. Cette position était basée sur une théorie – jamais expliquée ou articulée de manière satisfaisante – selon laquelle Assange n’est pas un journaliste, même s’il est accusé d’avoir fait ce que font les journalistes.

Face à un barrage de témoins experts qui ont souligné que les accusations portées contre Assange en vertu de la loi sur l’espionnage se rapportent en fait au travail des journalistes, le gouvernement américain a fait marche arrière à mi-parcours de l’audience.

Il dit maintenant que les accusations portées contre Assange ne concernent pas seulement son travail de journaliste, mais qu’elles peuvent être portées contre tout journaliste qui fait les choses dont Assange est accusé. Le gouvernement américain a même fait valoir que le New York Times aurait été poursuivi avec succès en vertu de la loi sur l’espionnage pour avoir publié les Pentagon Papers, car il s’agissait d’une action fondamentalement identique à celles dont Assange est accusé.

Les implications pour les journalistes de cet étonnant revirement sont vraiment choquantes. Il est stupéfiant que les médias n’en aient pas tenu compte.

Problèmes avec les témoins

Le gouvernement américain a fait preuve du même manque de cohérence dans sa réponse à l’impressionnante liste de témoins experts de la défense.

La manière conventionnelle de répondre à un expert est de faire appel à un autre expert pour exprimer un avis contraire. Le gouvernement américain n’a cependant rien fait de tel sur les questions cruciales du droit américain, en particulier les protections accordées aux journalistes par le premier amendement de la Constitution, ainsi que sur la politique américaine à l’origine de l’accusation d’Assange. Il a probablement eu du mal, voire pas du tout, à trouver des experts sur lesquels on puisse compter pour affirmer le contraire de manière crédible.

Au lieu de cela, armés uniquement de déclarations sous serment de fonctionnaires du ministère américain de la justice, qui ne sont bien sûr pas du tout des experts impartiaux, mais qui font partie de l’équipe juridique du gouvernement américain, les avocats britanniques du gouvernement américain n’avaient plus qu’à soutenir que les experts de la défense n’étaient pas du tout des experts – un argument impossible à faire valoir de manière convaincante à mon avis – et à débattre avec les experts des aspects de la politique et du droit américains – y compris des aspects difficiles de la constitution et de la jurisprudence américaines – sur lesquels les experts sont par définition beaucoup plus compétents que les avocats britanniques.

Le résultat, inévitablement, a été une série d’humiliations, car les avocats ont été à plusieurs reprises pris au dépourvu par les experts en commettant des erreurs de fait et d’interprétation fondamentales sur les points qu’ils cherchaient à défendre.

Sans surprise, les avocats ont tenté de compenser cela en essayant d’intimider et de dénigrer les experts, d’une manière qui n’a fait que mettre en évidence leur propre manque d’expertise dans les domaines concernés par rapport à celle des experts.

 

Étant donné l’effondrement de l’incohérence du dossier du gouvernement américain, il n’est pas surprenant que les avocats britanniques du gouvernement américain tentent maintenant de persuader le juge de ne pas entendre les plaidoiries finales.

Étant donné les changements et les revirements constants de la position du gouvernement américain, préparer et présenter au tribunal une plaidoirie qui serait cohérente et crédible sur le plan interne devrait rapidement devenir un cauchemar. Si les plaidoiries finales ont lieu, comme je l’espère toujours, il sera intéressant de voir avec quels arguments et théories contradictoires les avocats du gouvernement américain finiront par composer.

À première vue, l’affaire du gouvernement américain devrait être proche de l’échec. Il y a même eu un moment de l’audience où l’un des avocats britanniques du gouvernement américain a apparemment admis au juge que la raison du second acte d’accusation de substitution était que le premier acte d’accusation de substitution était « en train d’échouer ».

Si c’est le cas, étant donné que les charges retenues contre Assange sont toujours essentiellement celles du premier acte d’accusation, l’affaire contre Assange devrait être rejetée et la demande d’extradition du gouvernement américain devrait être refusée.

La vérité sous-jacente

Il reste à voir si c’est effectivement ce qui se passe. Toutefois, cela m’amène au fait le plus important, et à la vérité sous-jacente, concernant ce cas extraordinaire.

Il est très facile, lorsqu’on suit les méandres d’un processus juridique aussi complexe, de perdre de vue le véritable enjeu de cette affaire.

En fin de compte, le gouvernement américain ne poursuit pas Julian Assange parce qu’il a aidé Chelsea Manning à prendre certaines mesures avec un ordinateur pour dissimuler son identité, ou parce qu’il a eu des contacts historiques avec des pirates informatiques, ou parce qu’il s’est impliqué dans certaines activités en Islande, ce qui lui a valu de se faire rouler par un fraudeur (et informateur du FBI).

Ce n’est pas non plus parce qu’Assange a reçu et publié du matériel classifié. Aux États-Unis, la réception et la publication par les médias de matériel classifié est presque devenue une activité industrielle.

C’est parce qu’Assange, bien plus que tout autre journaliste depuis la fin de la guerre au Vietnam, a révélé les secrets les plus sombres et les plus terribles du gouvernement américain.

A l’extérieur du tribunal où son fils subit ce que le juge admet maintenant être un procès politique, le père de Julian #Assange, John Shipton, décrit le carnage humain causé par l’Amérique et prononce une vérité inoubliable : « Julian n’a rien fait, ce sont eux qui l’ont fait ».

L’affaire Assange trouve son origine dans la calamiteuse « guerre contre le terrorisme » lancée par l’administration Bush au lendemain des attentats du 11 septembre.

Cette « guerre » a servi de couverture à une série d’agressions militaires violentes, principalement au Moyen-Orient, par les États-Unis et leurs plus proches alliés, en premier lieu la Grande-Bretagne, mais aussi d’autres pays comme l’Arabie Saoudite et la France.

Le résultat a été une succession de guerres dans une série de pays du Moyen-Orient – Afghanistan, Irak, Libye, Syrie et Yémen – menées par les États-Unis et leurs alliés et mandataires, qui ont causé la dévastation de sociétés entières, ainsi que la mort et la dispersion de millions de personnes.

Ce faisant, les États-Unis se sont de plus en plus laissés entraîner dans des pratiques qu’ils condamnaient autrefois, ou du moins qu’ils disaient condamner. Il s’agit notamment de l’ »exécution extrajudiciaire » (c’est-à-dire le meurtre) de personnes – dont des enfants et des citoyens américains – par des frappes de drones, une pratique qui est maintenant devenue courante ; de l’enlèvement de personnes et de leur détention sans procès dans des endroits comme Guantanamo, une pratique qui, malgré les protestations peu convaincantes selon lesquelles les « restitutions extraordinaires » ne se produisent plus, se poursuit presque certainement ; et de la pratique de la torture, autrefois appelée « techniques d’interrogation renforcées », qui se poursuit presque certainement encore et semble même s’être normalisée.

Toutes ces activités violent directement le droit international (et le droit interne américain), y compris les lois sur les crimes de guerre et les droits de l’homme, et ce, de manière fondamentale.

Elle nécessite également, pour mettre en œuvre les politiques qui aboutissent à ces actes illégaux, la création d’un vaste appareil de sécurité nationale, qui n’a pas à rendre de comptes et qui est en fin de compte incompatible avec une société démocratique. Inévitablement, ses activités, qui sont devenues régulièrement illégales, deviennent illégales sur le territoire des États-Unis, ainsi qu’à l’extérieur de celui-ci.

Cela se manifeste de toutes sortes de manières, par exemple par le vaste programme de surveillance de masse, aveugle et illégal, mis au jour par le lanceur d’alerte Edward Snowden, et par l’abus de surveillance systémique de la FISA, mis au jour au cours du « scandale » du Russiagate.

L’une des évolutions récentes les plus alarmantes, tant en Grande-Bretagne qu’aux États-Unis, montre à quel point l’existence même de l’appareil de sécurité nationale, nécessaire à la mise en œuvre de diverses activités illégales américaines et à la réalisation de ses objectifs de politique étrangère, est devenue incompatible avec une société démocratique.

Il s’agit de la complicité croissante d’une grande partie des médias dans la dissimulation de ses activités illégales. Il est évident que sans cette complicité, ces activités seraient impossibles, tout comme les violations en série du droit international, y compris le droit des crimes de guerre et des droits de l’homme, auxquelles les États-Unis et certains de leurs alliés se livrent désormais couramment.

L’histoire agressive de l’après-guerre des coups d’État et des invasions pour des intérêts géostratégiques et économiques a été occultée par les médias de la classe dirigeante, et a été présentée comme une « propagation de la démocratie », et Julian Assange, presque seul, a brisé ce mensonge. D’où sa présence sur le banc des accusés.

Tout ceci explique la réaction extrême envers Julian Assange, et les tentatives déterminées de le détruire, et de pulvériser sa réputation.

Julian Assange et son organisation WikiLeaks ont fait les choses que le gouvernement américain et son appareil de sécurité nationale craignent le plus et ont travaillé dur pour les empêcher, en exposant la terrible réalité d’une grande partie de ce que le gouvernement américain fait maintenant couramment et est déterminé à dissimuler, et de ce que la plupart des médias aident le gouvernement américain à dissimuler.

Ainsi, dans une série de révélations étonnantes, Julian Assange et WikiLeaks ont exposé dans les soi-disant câbles d’ambassade la conduite extraordinairement manipulatrice de la politique étrangère américaine ; dans le Vault 7, ils ont révélé les instruments que la CIA utilise pour – comme le secrétaire d’État Mike Pompeo a dit « mentir » et « tricher » – et, plus inquiétant encore, en collaboration avec Chelsea Manning, les crimes de guerre et les violations flagrantes des droits de l’homme perpétrés par l’armée américaine pendant la guerre illégale et l’occupation de l’Irak.

C’est un bilan extraordinaire pour un journaliste, et pour une organisation, WikiLeaks, qui n’a été créée qu’en 2006.

Il n’est pas surprenant que la poursuite d’Assange par le gouvernement américain ait été implacable, alors que les médias, dont une grande partie a été complice dans la couverture des crimes, ont préféré détourner le regard.

D’où le côté surréaliste

C’est cette réalité sous-jacente qui donne à l’ensemble de l’affaire qui se déroule actuellement devant la Cour pénale centrale de Londres son caractère surréaliste.

Le fait que le véritable objectif de la poursuite impitoyable du gouvernement américain à l’encontre d’Assange est de l’empêcher de révéler davantage de ses crimes et de le punir pour ceux qu’il a déjà révélés, ne serait-ce que pour dissuader d’autres personnes de faire la même chose, est parfaitement évident pour tout observateur impartial et réaliste. Cependant, l’audience à Londres se déroule comme si ce n’était pas le cas.

Ainsi, l’extraordinaire zigzag du gouvernement américain pour justifier toute cette affaire, car il ne peut admettre la véritable raison pour laquelle l’affaire a été effectivement engagée.

Ainsi, également, les efforts acharnés du gouvernement américain tout au long de l’audience pour empêcher la présentation de preuves de ses crimes qu’Assange a exposés.

Le gouvernement américain s’est vigoureusement opposé à toute tentative de présenter comme preuve l’effroyable vidéo « Collateral Murder », qui montre le meurtre délibéré de civils en Irak par des membres de l’armée américaine. Il s’est également vigoureusement opposé à l’introduction de la preuve d’un témoin de la défense concernant sa propre torture. Ceci malgré le fait que dans les deux cas, la réalité des crimes américains est à peine contestée, et a en fait été pratiquement admise.

Il en résulte une situation paradoxale et bizarre dans laquelle les autorités américaines tentent de monter un dossier contre Assange sur la base d’un mélange confus d’allégations et de faits discordants et contradictoires, tout en ne poursuivant pas ou en ne demandant pas de comptes aux responsables des crimes très graves qu’il a révélés.

En fait, à mesure que le dossier du gouvernement américain s’est dénoué, l’argument s’est de plus en plus limité à la question de savoir si – en exposant les crimes du gouvernement américain – Assange a « de manière irresponsable » mis en danger la sécurité de divers informateurs du gouvernement américain.

Il se trouve que les preuves montrent clairement qu’il ne l’a pas fait. Au cours de l’audience, le tribunal a entendu parler des nombreuses et sérieuses tentatives d’Assange de dissimuler l’identité de ces informateurs, et des actions imprudentes et même peut-être malveillantes d’autres personnes, qui les ont en fait révélées.

Le tribunal a également été informé de l’absence de toute preuve que l’un de ces informateurs a effectivement été préjudicié par une quelconque divulgation de WikiLeaks ou d’Assange. En outre, un témoin expert a soutenu de manière convaincante que la divulgation par un journaliste de l’identité de ces informateurs ne constituerait pas de toute façon un crime au regard du droit américain.

En réponse, les avocats du gouvernement américain se sont fortement appuyés, non pas sur le témoignage d’un témoin réel, mais sur des passages d’un livre de deux journalistes du Guardian connus pour être hostiles à Assange, et qui – en publiant un mot de passe – semblent avoir fait plus pour compromettre l’identité des informateurs qu’Assange ne l’a jamais fait.

Aucun de ces journalistes n’a été appelé à témoigner sous serment sur le contenu de leur livre. Cela les aurait bien sûr exposés à un contre-interrogatoire de la défense sur la véracité du contenu du livre. Compte tenu de l’importance que le gouvernement américain accorde apparemment à ce livre, je trouve étonnant qu’ils n’aient pas été appelés à témoigner.

La qualité surréaliste du traitement de cette question par le gouvernement américain est démontrée par le fait que lorsqu’un témoin réel – le journaliste allemand John Goetz – s’est en fait présenté et a proposé de témoigner sous serment sur une allégation spécifique du livre – réfutant une allégation du livre selon laquelle Assange aurait fait des commentaires lors d’un dîner, auquel Goetz a assisté, qui montraient un mépris imprudent pour la sécurité des informateurs – les avocats du gouvernement américain se sont vigoureusement opposés, et ont pu obtenir du juge que le témoin soit écarté.

Cependant, c’est la disproportion stupéfiante entre l’ampleur des crimes qu’Assange a révélés, et les crimes dont il est accusé – s’il s’agit bien de crimes, et dont il semble de toute façon innocent – qui me frappe.

Assange et WikiLeaks ont mis au jour des crimes de guerre et des violations des droits de l’homme généralisées au cours de guerres illégales menées par le gouvernement américain et ses alliés. Le bilan de ces guerres se chiffre au moins en dizaines de milliers de morts, et plus vraisemblablement en centaines de milliers, voire en millions.

En revanche, pendant toute la durée de l’audience, aucune preuve n’a été produite pour démontrer que les actions d’Assange ont causé un préjudice physique réel à quiconque.

Pourtant, c’est Assange qui se trouve sur le banc des accusés, confronté à des demandes d’extradition vers les États-Unis, où une peine de 175 ans peut l’attendre, alors que les responsables des crimes colossaux qu’il a dévoilés, non seulement sont en liberté, mais font partie de ceux qui tentent de l’emprisonner.

Ce point a été souligné avec force lors de l’audience par l’un des témoins les plus puissants de la défense, Daniel Ellsberg.

Il a également été présenté avec force à Consortium News par l’un de ses lecteurs, qui a souligné à juste titre que les crimes exposés par Assange ont été clairement définis comme des crimes de guerre par le Tribunal de Nuremberg, dont les décisions sont universellement acceptées comme constituant le fondement du droit international en matière de crimes de guerre.

Le Tribunal de Nuremberg a en outre clairement indiqué qu’il existe non seulement un devoir de refuser de participer à de tels crimes, même lorsqu’on en reçu l’ordre, mais qu’aucune sanction ne devrait jamais être imposée pour avoir exposé de tels crimes lorsqu’ils se produisent.

En d’autres termes, ce sont Assange et ses sources, en premier lieu Chelsea Manning, qui sont les défenseurs du droit international, y compris des principes de Nuremberg, et notamment dans l’affaire qui est actuellement en cours, alors que ce sont ceux qui les persécutent, y compris en portant l’affaire en cours contre Assange, qui sont les violateurs du droit international.

C’est le fait le plus important dans cette affaire, et il explique tout.

Assange et Manning ont payé un prix énorme pour leur défense du droit international, et pour les principes de base de la dignité humaine et de l’humanité.

Manning a récemment été détenue pendant de longues périodes en isolement et ses économies ont été confisquées par les autorités américaines, sans autre raison que son refus de témoigner contre Assange.

Assange a été soumis à ce que diverses agences des Nations unies ont qualifié de longues périodes de détention arbitraire et de torture psychologique.

Il continue à se voir refuser la libération sous caution, malgré ses problèmes de santé connus, et est séparé de sa famille. Il continue à avoir des difficultés à consulter ses avocats en privé et a été exposé à l’indignité – qualifiée dans d’autres affaires par la Cour européenne des droits de l’homme comme une violation des droits de l’homme – d’être maintenu dans des salles d’audience confinées dans une boîte ou une cage en verre.

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.