États-Unis : la menace des paramilitaires d’extrême droite

0
58

ZOLTAN GROSSMAN, Aljazeera, 2 octobre 2020

 

L’appel de Trump aux Proud Boys et aux autres paramilitaires armés d’extrême droite à «se tenir prêts» a mis en lumière la menace d’intimidation physique autour des élections, pour ajouter aux menaces de cyberattaques et d’abus du système juridique. Son appel aux armes rappelle pourquoi le fait de qualifier les terroristes nationaux d’extrême droite de «justiciers» banalise la menace.

Un justicier peut être défini comme «un membre d’un comité de bénévoles organisé pour réprimer et punir sommairement le crime (comme lorsque les procédures judiciaires sont considérées comme inadéquates). Cette définition même ne couvre pas la menace ou le recours à la violence qui ne confirme pas la «justice» contre le «crime».

Le concept de vigilantisme évoque une réponse spontanée de la communauté aux échecs de l’application de la loi, ou «se faire justice elle-même». Mais les groupes paramilitaires d’extrême droite ces dernières années fonctionnent comme des ailes armées de mouvements sociaux fascistes, souvent avec des armes sophistiquées, une formation et une propagande en ligne. Les définir comme des «justiciers» ne tient pas compte de la nature organisée et sérieuse de la menace, même s’il s’agit de soi-disant «loups solitaires» inspirés par ces réseaux d’extrême droite.

Le vigilantisme a également de nombreux visages différents. Il a toujours inclus des foules blanches qui ont lynché les Afro-Américains, les hommes armés qui ont assassiné Trayvon Martin et Ahmaud Arbery, et le couple McCloskey qui a brandi des armes contre les manifestants de Black Lives Matter. Mais le concept est si vague qu’il peut également être utilisé comme arme contre les habitants noirs du quartier qui se défendent contre des groupes armés d’extrême droite.

Le vigilantisme a un fort soutien positif dans la culture populaire hollywoodienne, axé sur les «héros» qui décident que leur code moral personnel est plus fort que les bureaucraties gouvernementales qui négligent ou encouragent les actes répréhensibles. Appliquer cette image romantique à des groupes fascistes armés, c’est leur rendre service. Des documents internes du Département de la sécurité intérieure, par exemple, ont fait la déclaration scandaleuse à l’effet que le tueur Kyle Rittenhouse était à Kenosha «pour aider à défendre les propriétaires de petites entreprises».

La déclaration de Trump met en évidence le principal problème de la critique des groupes armés d’extrême droite en tant que justiciers «opérant en dehors de la loi».

Que se passe-t-il lorsqu’un shérif de comté de droite remplace un groupe de miliciens et qu’ils commencent à mettre en place des points de contrôle et à vérifier les pièces d’identité avec un cachet d’approbation quasi-gouvernemental (comme cela a commencé à se produire lors des incendies de forêt dans l’Oregon)? Que se passe-t-il si la police elle-même est infiltrée par des groupes d’extrême droite?

Qu’un groupe paramilitaire agisse ou non illégalement ou légalement n’a pas d’importance, lorsqu’il intimide ou terrorise les civils exerçant des droits démocratiques.

Les paramilitaires d’extrême droite sont l’une des principales menaces qui pèsent sur les prochaines élections, en particulier là où la police les minimise ou est de complicité avec eux, et à tout transfert pacifique de pouvoir.

Se faisant passer pour des «observateurs du scrutin», les militants armés pourraient intimider les électeurs de certaines communautés par leur présence même (les récentes caravanes Trump dans certaines villes pourraient être une répétition générale pour une telle opération). La menace de fusillades pourrait être utilisée pour supprimer le vote des Noirs dans des villes telles que Milwaukee, Detroit et Philadelphie, dans le but de répéter les victoires serrées de Trump en 2016 dans les principaux États où la course est très serrée.