États-Unis : la militarisation de l’économie mondiale

Alejandro Nadal, Sin Permiso, 18 août 2018

 

Il y a trois mois Trump a retiré États-Unis de l’accord avec l’Iran dans le domaine nucléaire, qui a été signé en 2015. Les autres signataires et l’Agence internationale de l’énergie atomique considèrent que Téhéran respecte les termes de l’accord; Mais l’occupant de la Maison-Blanche a préféré dénoncer le pacte et imposer des sanctions économiques et financières à la République islamique.

La punition aura de graves conséquences sur l’économie iranienne. Les activités affectées dans l’immédiat entourent le secteur automobile, l’achat d’avions commerciaux et même l’acquisition de métaux précieux. C’est pourquoi le rial, la monnaie iranienne, a dévalué de 40% au cours des trois derniers mois. Et en novembre, une deuxième vague de sanctions prendra effet sur le secteur pétrolier et le système financier de la république islamique, y compris la banque centrale.

L’Union européenne (UE) a regretté la décision des États-Unis. Mais Trump a répondu de manière menaçante que ceux qui ne réduisent pas leurs liens économiques avec l’Iran devront faire face aux conséquences. Les Européens pourront-ils protéger leurs entreprises contre les menaces provenant des États-Unis ? La Commission européenne a réitéré son engagement à maintenir des canaux financiers avec l’Iran, ainsi que ses importations de pétrole et de gaz. Mais certains projets économiques aujourd’hui menacés incluent le retrait de la société française Total pour développer le plus grand champ de gaz naturel au monde.

Pour protéger ces projets et d’autres projets, l’UE a mis en place le prétendu statut de blocus, mécanisme adopté en 1996 pour contrer les effets des sanctions économiques imposées par d’autres pays. La loi autorise les entreprises européennes à ignorer les décisions judiciaires imposées à l’extérieur du territoire. Mais les nouvelles sanctions financières vont beaucoup plus loin que toute mesure liée à un blocus commercial ou à un boycott.

Le 6 août, la date limite fixée par Washington pour que les sociétés européennes non énergétiques puissent conclure toutes les transactions en dollars avec des entités iraniennes et pour les entreprises du secteur de l’énergie expire le 4 novembre. À partir de ces dates, une entreprise européenne pourrait, par exemple, créer une société fantôme pour éviter le boycott commercial. Mais aucune banque européenne n’accepterait de mettre en péril son accès à l’espace financier dans lequel le dollar américain continue de dominer.

En 2010, le Congrès américain a adopté la loi 111-95, qui recourt à l’arme la plus importante de l’arsenal économique: le blocage des transactions financières.  Fondamentalement, la loi stipule que toute banque étrangère ayant des relations avec des banques en Iran serait exclue de l’espace financier américain. En 2011, la sanction a été étendue aux transactions avec la banque centrale iranienne.

Telles sont les sanctions auxquelles les banques européennes sont confrontées aujourd’hui. S’ils décident de maintenir des relations avec des entités iraniennes, ils perdront leurs comptes de correspondant avec le système bancaire et financier des États-Unis. Cela entraînerait la perte d’une grande partie de sa clientèle et toutes ses opérations en dollars seraient gravement perturbées.

L’Iran a le soutien de la Russie et de la Chine. Ce sera une ressource importante et Téhéran renforcera peut-être son alliance avec ces puissances, ce que Washington anticipera sûrement déjà. Mais même pour les entreprises de ces pays, la menace d’être en dehors de l’espace financier américain sera un élément à prendre en compte et elles devront prendre leurs mesures.

Nous savons que les dépenses militaires américaines dépassent celles des 10 pays suivants à cette échelle. Mais si les sanctions imposées à l’Iran sont susceptibles d’avoir plus d’impact qu’avant, cela n’est pas dû au gigantesque arsenal militaire américain mais à la capacité de Washington à utiliser son hégémonie monétaire dans l’économie mondiale.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici