États-Unis : la vraie menace, ce n’est pas l’Iran, mais Trump

Extraits d’une ENTREVUE AVEC RICHARD FALK, Jacobin, 26 juin 2019

https://jacobinmag.com/2019/06/trump-iran-militarism-richard-falk-interview

 

 

Quelles sont les chances pour que le gouvernement Trump déclenche une guerre contre l’Iran? 

La politique étrangère américaine au Moyen-Orient est déformée depuis des décennies par des « relations privilégiées » avec Israël et l’Arabie saoudite. Ces distorsions ont été poussées à l’extrême depuis la mise en place de la présidence Trump. L’objectif de cette diplomatie coercitive est d’inciter l’Iran à accepter des restrictions plus strictes à son programme nucléaire que celles inscrites dans l’accord sur le nucléaire de 2015 que Trump a répudié lors de son premier jour à la Maison Blanche. Un objectif moins reconnu est d’exercer une pression économique par le biais de sanctions, de manière à provoquer l’instabilité et les troubles en Iran, dans l’espoir de provoquer le changement de régime souhaité à Téhéran. Washington et Israël ont également intérêt à contrer le prétendu expansionnisme iranien dans la région, Israël soulignant les menaces à la sécurité et les Saoudiens mettant l’accent sur la rivalité régionale et sectaire.

La rhétorique du gouvernement des États-Unis et des dirigeants iraniens continue d’insister sur le fait que la guerre doit être évitée tout en maintenant les droits respectifs dans un esprit d’égalité. Par ailleurs, la plupart des responsables politiques du Pentagone et du Département d’Etat considèrent la confrontation avec l’Iran comme une distraction par rapport à ce qu’ils considèrent être les principaux défis géopolitiques auxquels sont confrontés les États-Unis: la Chine et la Russie.

En supposant que les parties ne se heurtent pas à une escalade militaire indésirable, il est presque impossible de prédire comment ce conflit évoluera. Son intensité et son élan actuels suggèrent qu’une telle atmosphère de crise ne peut durer plus longtemps. Il y aura soit une désescalade dramatique des tensions, soit une intensification de celles-ci, ce qui est presque certain à un moment ou à un autre implique un recours à la force et des pertes en vies humaines, créant ainsi des circonstances dans lesquelles des conséquences inattendues vont inévitablement se produire.

Comment les médias grand public envisagent-ils le potentiel de guerre? 

Les principaux médias américains semblent suivre scrupuleusement les signaux envoyés par le Pentagone et Wall Street. Cela signifie en pratique une tendance à accepter comme crédibles les affirmations émanant de sources officielles, sans presque aucune considération accordée aux contre-récits anti-guerre ou aux explications tout à fait différentes du comportement contesté données par l’Iran. Les citoyens des États-Unis auraient dû apprendre la leçon à tirer d’une agression illégale et désastreuse contre l’Iraq en 2003. Dans la période qui a précédé cette guerre illégale, les médias ont entériné les justifications de la guerre qui étaient trompeuses et fausses.

Trump a tenteé de se dissocier des doctrines d’intervention et d’occupation de Bush-Clinton-Obama afin de se faire élire. Bien sûr, c’était un mythe, mais Trump pourrait-il enfin être exposé en tant que néo-conservateur?

Malheureusement, Trump n’est pas le seul à parler de la «menace iranienne».  

Démocrates comme Républicains partagent la même idée, à savoir que les États-Unis sont et doivent demeurer la puissance militaire dominante engagée à l’échelle mondiale, ce qui implique l’appui au projet sioniste sionisme d’Israël. De la même façon, les deux partis politiques partagent le point de vue selon lequel l’Iran constitue une menace et est illégitime en tant qu’acteur politique. Ce consensus fait apparaître des différences de ton et d’approche selon les attitudes à l’égard du recours à la force, des risques de guerre, du leadership aux États-Unis et de la situation générale au Moyen-Orient.

Quel est le rôle d’Israël dans le conflit avec l’Iran?

Israël a fait de son mieux en 2014 pour bloquer l’ accord avec l’ Iran négocié sous la présidence d’Obama, comme l’a souligné le discours prononcé par Netanyahu lors d’une session conjointe du Congrès dans laquelle il a critiqué l’Iran et exagéré la menace de prolifération posée par le programme nucléaire iranien. Il convient de noter que cette occasion manquée semblait ne pas être liée à la sécurité israélienne, comme le prétendait sa justification, car les États-Unis avaient assuré de manière fiable à Israël qu’il conserverait un avantage stratégique en matière d’armes non nucléaires ou conventionnelles. Il valide également les prétentions iraniennes d’hypocrisie, en interdisant l’acquisition des armes dangereuses que son adversaire est libre de posséder et de développer. Je soupçonne que si Israël avait renoncé aux armes nucléaires, il n’y aurait ni confrontation ni menace de guerre régionale.

Trump pourrait-il utiliser la menace de la guerre pour se faire réélire? 

Si les perspectives électorales de Trump commencent à paraître sombres, alors sa tentation d’appeler un soutien patriotique en recourant à la guerre contre l’Iran pourrait avoir un attrait politique irrésistible, mais même dans ce cas, cela semble problématique comme tactique efficace. Au mieux, le recours à la guerre avec l’Iran comporterait d’énormes risques pour la campagne Trump, compte tenu des coûteux échecs politiques de l’occupation anglo-américaine de l’Irak.

Comme dans le cas de la guerre du Vietnam, les dirigeants américains échouent à saisir l’importance du fait que, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, la supériorité militaire ne remporte la victoire politique que dans des circonstances exceptionnelles.

La supériorité militaire de haute technologie peut tuer et détruire sans limite, mais elle peut rarement gagner une guerre si la mobilisation nationale est robuste et persévérante.

Depuis son accession à la présidence, Trump a un faible pour le militarisme, ce qui pourrait le conduire à penser que sa meilleure option est de faire la guerre à l’Iran à un moment donné, puis de mener une vague d’enthousiasme patriotique à la victoire en 2020. Nous savons que le Pentagone refuse de reconnaître les limites de la puissance militaire américaine par peur de voir son budget réduit. Mais qu’en est-il du peuple américain? J’ai bon espoir qu’un nombre suffisant d’Américains, y compris des partisans de Trump, voient dans le stratagème de guerre une tactique électorale pouvant conduire à une réaction spectaculaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici