États-Unis : militariser l’Artique

Michael T. Klare, extrait d’un texte publié dans Dispatches, 16 juin 2019

 

Sous l’impulsion de Mike Pompeo, la Maison Blanche considère de plus en plus l’Arctique comme un terrain central dans la bataille entre les grandes puissances, notamment pour l’accès aux ressources (pétrole, gaz naturel, uranium, zinc, fer, or, diamants et minéraux de terres rares).

Ce n’est pas la première fois que de grandes puissances s’intéressent à l’Arctique. Cette région avait une importance stratégique pendant la période de la guerre froide, lorsque les États-Unis et l’Union soviétique envisageaient d’utiliser le continent pour les missiles à arme nucléaire et les bombardiers. Depuis la fin de cette époque, cependant, l’Artique a été négligé. Les températures glaciales, les tempêtes fréquentes et les eaux glacées empêchent la plupart des déplacements aériens et maritimes normaux.

Cependant, les changements climatiques modifient la situation: les températures augmentent plus rapidement dans l’Arctique que partout ailleurs sur la planète, faisant fondre des parties de la calotte glaciaire et exposant des eaux et des îles autrefois inaccessibles au développement commercial. Des réserves de pétrole et de gaz naturel ont été découvertes dans des zones extracôtières couvertes auparavant par la banquise presque toute l’année. Pendant ce temps, de nouvelles opportunités minières apparaissent, au Groenland! Craignant que d’autres pays, dont la Chine et la Russie, ne récoltent les fruits de ces changements, le gouvernement Trump a déjà lancé une campagne pour y assurer la domination américaine, même au risque d’affrontements et de conflits futurs.

La ruée vers les ressources de l’Arctique a été lancée au début de ce siècle lorsque les principales sociétés énergétiques du monde, dirigées par BP, ExxonMobil, Shell et le géant gazier russe Gazprom, ont commencé à explorer des réserves de pétrole et de gaz dans des zones récemment rendues accessibles par le recul des glaces de mer. Ces efforts ont pris de l’ampleur en 2008 après que l’US Geological Survey eut publié un rapport indiquant qu’un tiers du pétrole et du gaz non découverts dans le monde se trouvait dans les zones situées au nord du cercle polaire arctique.

En vertu du droit international codifié dans la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer, les nations côtières ont le droit d’exploiter les ressources sous-marines jusqu’à 200 milles marins de leurs côtes. Les pays limitrophes ont tous revendiqué des « zones économiques exclusives » (ZEE) dans ces eaux ou, dans le cas des États-Unis (qui n’a pas ratifié la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer), ont annoncé leur intention de le faire. La plupart des réserves de pétrole et de gaz connues se trouvent dans ces ZEE, bien que certaines soient situées dans des zones qui se chevauchent ou même se disputent au-delà de cette limite de 200 milles, y compris la région polaire.

Pour la plupart, ces pays ont affirmé leur intention de régler par des moyens pacifiques les différends découlant de revendications litigieuses, ce qui a conduit à la création en 1996 du Conseil de l’Arctique, organisation intergouvernementale pour les États dont le territoire se situe au-dessus du cercle.

Piller les richesses

Lors de la dernière réunion du Conseil de l’Arctique en mai, le secrétaire d’État des États-Unis, Mike Pompeo, a prononcé un discours martial et provocateur. «Au cours de ses deux premières décennies, le Conseil de l’Arctique a eu le luxe de se concentrer presque exclusivement sur la collaboration scientifique, sur les questions culturelles et sur la recherche environnementale. Mais nous n’avons plus ce luxe. Nous entrons dans une nouvelle ère d’engagement stratégique dans l’Arctique, avec de nouvelles menaces pour l’Arctique et ses biens immobiliers, ainsi que pour tous nos intérêts dans cette région. » « L’Arctique, a-t-il ajouté est à la pointe des opportunités et de l’abondance. Il contient 13% du pétrole non découvert dans le monde, 30% de son gaz et une abondance d’uranium, de minéraux de terres rares, d’or, de diamants et de millions de kilomètres carrés de ressources inexploitées. Des réductions constantes de la glace de mer ouvrent de nouvelles voies de passage et de nouvelles possibilités d’échanges… Les voies maritimes de l’Arctique pourraient devenir [les] canaux de Suez et de Panama du XXIe siècle

Pompeo s’est ensuite vanté de ce que l’administration Trump avait déjà accompli, notamment en promouvant l’expansion des forages pétroliers et gaziers dans les eaux du large et en libérant « l’exploration énergétique dans l’Arctic National Wildlife Refuge », une région vierge du nord de l’Alaska, considérée comme un sanctuaire par les écologistes. caribou en migration et d’autres espèces en péril. Des efforts supplémentaires pour exploiter les ressources vitales de la région, a-t-il promis, sont prévus pour les années à venir.

Confronter la Russie

Selon Pompeo, «nous renforçons la sécurité et la présence diplomatique des États-Unis dans la région. Du côté de la sécurité, en partie à cause des activités déstabilisatrices de la Russie, nous organisons des exercices militaires, renforçons notre présence, reconstituons notre flotte de brise-glace, augmentons le financement de la Garde côtière et créons un nouveau poste de haut responsable des affaires arctiques au sein de notre propre armée ».

Pour souligner la sincérité de l’administration, Pompeo a vanté les manœuvres militaires les plus importantes de l’OTAN et de l’Arctique américain depuis la fin de la guerre froide, impliquant environ 50 000 soldats.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici