États-Unis : préparer la guerre contre la Chine

Michael T. Klare, extraits d’un texte paru dans TomDispatch, mai 2019

 

 

La récente décision de la Maison-Blanche d’accélérer le déploiement d’un groupe de combat de porte-avions et d’autres moyens militaires dans le golfe Persique a conduit de nombreuses personnes à présumer que les États-Unis se préparaient à une guerre avec l’Iran. Le 13 mai, le secrétaire à la Défense par intérim, Patrick Shanahan, a même présenté aux plus hauts responsables de la Maison-Blanche des plans pour envoyer jusqu’à 120 000 soldats au Moyen-Orient en vue d’un possible combat contre l’Iran.  Les faucons à la Maison Blanche, dirigés par le conseiller à la sécurité nationale John Bolton, voient potentiellement dans une guerre visant à éliminer les dirigeants cléricaux iraniens une grande victoire pour Washington.

Cependant, de nombreux hauts responsables de l’armée américaine voient les choses différemment ».

Réorientation géostratégique

Près de 18 ans après le déclenchement de la guerre contre le terrorisme à Washington, il ne fait toutefois aucun doute que l’attaque américaine contre l’Iran provoquerait encore plus de chaos dans la région, déplacerait plus de personnes, créerait plus de réfugiés et laisserait davantage de civils morts, plus de villes et d’infrastructures en ruines et plus d’âmes en colère prêtes à rejoindre le prochain groupe terroriste à faire son apparition.  L’Irak et l’Afghanistan, sont exactement le type de scénario «sans victoire» que de nombreux hauts responsables du Pentagone cherchent maintenant à éviter.

Après des années à se disputer avec les guérillas et les djihadistes dans le Grand Moyen-Orient, l’armée américaine souhaite de plus en plus se préparer à combattre ses  « vrais » concurrents, la Chine et la Russie, des pays qui posent ce que l’on appelle un défi «multi-domaine» aux États-Unis. Cette nouvelle perspective est renforcée par la conviction que la guerre sans fin menée par les États-Unis contre le terrorisme a épuisé son armée, ce qui a profité aux dirigeants chinois et russes pour moderniser leurs forces et de les équiper de technologies avancées.

Pour que les États-Unis demeurent la première puissance, le Pentagone pense qu’il faut renoncer à la lutte antiterroriste et se concentrer sur le développement de moyens pour vaincre leurs grands rivaux. Le secrétaire d’État à la Défense, Jim Mattis, a expliqué clairement cette perspective lors de son témoignage devant le Comité du Sénat sur les forces armées, en avril 2018. «L’impact négatif sur la préparation militaire de la plus longue période de combats de l’histoire de notre pays [a] des forces militaires débordées et sous-financées », a-t-il insisté. Nos rivaux, a-t-il ajouté, ont utilisé ces années pour investir dans des capacités militaires destinées à éroder de manière significative l’avantage des États-Unis dans les technologies de pointe. La Chine, a-t-il assuré aux sénateurs, « modernise ses forces militaires conventionnelles de manière à défier la supériorité militaire des États-Unis. « La concurrence stratégique à long terme – pas le terrorisme – est désormais le principal objectif de la sécurité nationale des États-Unis. »

En fait, cette perspective était déjà inscrite dans la stratégie de défense nationale des États-Unis d’Amérique, le plan directeur du Pentagone régissant tous les aspects de la planification militaire. Sa proposition de budget de 750 milliards de dollars pour l’exercice 2020, dévoilée le 12 mars, serait pleinement alignée sur cette approche. «Les opérations et les capacités financées par ce budget vont fortement positionner l’armée américaine pour la compétition entre grandes puissances pendant des décennies», a déclaré le secrétaire à la Défense par intérim, Shanahan.

En fait, dans cette proposition de budget, le Pentagone établit des distinctions nettes entre les types de guerres qu’il cherche à abandonner et ceux qu’il envisage d’avenir. «Dissuader ou éliminer les agressions des grandes puissances est un défi fondamentalement différent des conflits régionaux impliquant des États voyous et des organisations extrémistes violentes auxquels nous avons été confrontés au cours des 25 dernières années», a-t-il déclaré.

Repenser la guerre

Selon le Pentagone, une guerre d’une telle intensité se déroulerait simultanément dans tous les domaines de combat – aériens, maritimes, terrestres, spatiaux et dans le cyberespace – et comporterait l’utilisation généralisée des technologies émergentes, tels que l’intelligence artificielle (IA), la robotique et la cyberguerre. Pour préparer de tels engagements multi-domaines, le budget 2020 comprend 58 milliards de dollars pour les avions avancés, 35 milliards de dollars pour les nouveaux navires de guerre – la plus grande demande de construction navale depuis plus de 20 ans – ainsi que 14 milliards pour les systèmes spatiaux, 10 milliards pour la cyberguerre, 4,6 milliards pour l’IA et les systèmes autonomes, et 2,6 milliards de dollars pour les armes hypersoniques. De plus, vous pouvez supposer en toute sécurité que chacun de ces montants augmentera dans les années à venir.

Dans leur vision stratégique, les responsables du Pentagone prévoient que des affrontements vont d’abord éclater à la périphérie de la Chine et / ou de la Russie. Étant donné que ces pays possèdent déjà de solides capacités défensives, tout conflit impliquerait rapidement le recours à des forces aériennes et navales de première ligne pour violer leurs systèmes de défense – ce qui signifie l’acquisition et le déploiement d’avions furtifs, d’armes autonomes, de missiles de croisière hypersoniques et autres armes sophistiquées. En langage Pentagone, ces systèmes sont appelés systèmes anti-accès / défense de zone (A2 / AD).

Un affrontement avec les forces russes dans la région balte de l’ex-Union soviétique est, par exemple, considéré comme une possibilité distincte. Les États-Unis et les pays alliés de l’OTAN renforcent donc leurs forces dans cette région et recherchent des armes appropriées pour attaquer les défenses russes le long de la frontière occidentale de ce pays.

Le Chine comme cible principale

Néanmoins, le Pentagone se concentre principalement sur la montée de la Chine, qui constituerait la plus grande menace pour les intérêts stratégiques à long terme des États-Unis. «Le développement économique sans précédent de la Chine a permis une montée en puissance militaire impressionnante qui pourrait bientôt défier les États-Unis dans presque tous les domaines», a déclaré l’amiral Harry Harris Jr., commandant du US Pacific Command. «La modernisation militaire en cours de la Chine est un élément central de la stratégie de la Chine visant à supplanter les États-Unis en tant que partenaire de choix pour la sécurité des pays de l’Indo-Pacifique.»

Comme Harris l’a clairement expliqué, tout conflit avec la Chine débuterait probablement dans les eaux au large de sa côte est et impliquerait une intense campagne américaine pour détruire les capacités de la Chine en A2 / AD, rendant l’intérieur de ce pays sans défense. Le successeur de Harris, l’amiral Philip Davidson, commandant de ce qui est maintenant connu sous le nom de US Indo-Pacific Command, ou USINDOPACOM, a décrit un tel scénario dans un témoignage devant le Congrès en février 2019: systèmes de déni (A2 / AD), avions, navires, espace et cyber-technologies avancés qui menacent la capacité des États-Unis à projeter leur pouvoir et leur influence dans la région.

Ces scénarios du Pentagone supposent essentiellement qu’un conflit avec la Chine éclaterait initialement dans les eaux de la mer de Chine méridionale ou dans la mer de Chine orientale, près du Japon et de Taïwan. Les stratèges américains considèrent ces deux zones maritimes comme la «première ligne de défense» de l’Amérique dans le Pacifique. USINDOPACOM reste aujourd’hui la force la plus puissante de la région, avec des bases importantes au Japon, à Okinawa et en Corée du Sud. Cependant, la Chine a visiblement affaibli quelque peu la domination américaine en modernisant sa marine et en installant le long de ses côtes des missiles balistiques à courte et moyenne portée, vraisemblablement destinés à ces bases américaines.

Ainsi, l’occupation et la militarisation d’îlots minuscules dans la mer de Chine méridionale constituent une menace pour la domination américaine dans la région. Ces dernières années, les Chinois ont utilisé du dragage de sable depuis le fond de l’océan pour agrandir certains de ces îlots, puis pour y installer des installations militaires, notamment des pistes d’atterrissage, des systèmes radar et des équipements de communication. Bien qu’ils ne soient pas encore fortement fortifiés, ces îlots offrent à Beijing une plate-forme permettant de contrecarrer les efforts des États-Unis visant à projeter davantage leur puissance dans la région.

Il ne fait aucun doute que l’armée américaine réfléchit à la possibilité d’un affrontement dans ces eaux et a mis en place des plans d’urgence pour attaquer les installations chinoises qui s’y trouvent. Les navires de guerre américains naviguent régulièrement de manière provocante à quelques kilomètres de ces îles militarisées dans ce que l’on appelle les «opérations de liberté de navigation», tandis que les forces aériennes et navales américaines organisent périodiquement des exercices militaires de grande envergure dans la région. Bien entendu, ces activités sont étroitement surveillées par les Chinois.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici