États-Unis : toujours plus proche de la guerre

États-Unis : toujours plus proche de la guerre

,PATRICK COCKBURN, Independant  30 MARS 2018

 

Le conflit armé entre les Etats-Unis et l’Iran devient de plus en plus probable à l’heure où les super-faucons remplacent les faucons dans l’administration Trump. Le nouveau conseiller à la sécurité nationale, John Bolton, a appelé les Etats-Unis à se retirer de l’accord nucléaire iranien de 2015 et a plaidé pour un changement de régime immédiat à Téhéran. Le nouveau secrétaire d’Etat, Mike Pompeo, a déclaré que l’accord, dont Trump pourrait se retirer le 12 mai, est « un désastre ». Trump a déclaré au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu qu’il n’accepterait pas un accord avec des « changements cosmétiques » comme préconisé par les Etats européens, selon les journalistes israéliens. Si tel est le cas, l’accord est effectivement mort.

L’escalade de la confrontation entre les États-Unis et l’Iran provoque des vagues menaçantes qui pourraient bientôt devenir des vagues à travers le Moyen-Orient. Le prix du pétrole brut est en hausse en raison des craintes de perturbation de l’approvisionnement du Golfe. En Iran, la valeur du rial est à son plus bas niveau, ayant chuté d’un quart au cours des six derniers mois. En Irak, le Premier ministre Haider al-Abadi admet que sa plus grande crainte est une confrontation entre les Etats-Unis et l’Iran.

Un aspect dangereux de l’approche super-faucon en Iran est similaire à celui de l’administration Bush dans la perspective de l’invasion de l’Irak en 2003. Pompeo avait une solution simple au problème iranien quand il était encore membre du Congrès, disant aux journalistes qu’il faudrait « moins de 2 000 sorties pour détruire la capacité nucléaire iranienne ».

À la suite de la chute de Saddam Hussein en 2003, les néo-conservateurs américains avaient proclamé avec véhémence que ce serait « Bagdad aujourd’hui, Téhéran et Damas demain ». Ces slogans ont suffi à faire en sorte que les gouvernements syrien et iranien fassent tout ce qui était en leur pouvoir pour s’assurer que les États-Unis ne puissent pas rester en Irak.

Avec le recul, l’invasion de l’Irak a marqué un tournant décisif pour l’hégémonie des puissances anglo-saxonnes – les États-Unis et le Royaume-Uni – sur la scène mondiale. La justification frauduleuse de la guerre et l’échec de ceux qui l’ont lancée à se frayer un chemin contre des adversaires relativement chétifs ont transformé un conflit qui devait être une démonstration de force en une démonstration de faiblesse. L’intervention étrangère en Libye et en Syrie en 2011 a produit des calamités similaires.

Si nous sommes au bord d’une nouvelle crise au Moyen-Orient, centrée sur l’Iran, les États-Unis sont dans une position beaucoup plus faible que celle d’avant Trump. Au cours de l’année écoulée, il y a deux exemples: en mai, Trump a visité l’Arabie Saoudite en donnant un soutien sans équivoque à ses dirigeants et en accusant les problèmes de la région sur l’Iran. Mais il s’est avéré que la cible principale de l’Arabie Saoudite et des Emirats Arabes Unis n’était pas l’Iran mais le Qatar minuscule. Tout ce que Trump avait réussi à faire était de briser le front uni des monarchies du Golfe contre l’Iran.

Dans une autre erreur majeure des Etats-Unis en janvier, le secrétaire d’Etat supposément modéré Rex Tillerson a annoncé que les Etats-Unis garderaient leurs forces en Syrie après la défaite d’Isis et avaient l’intention de se débarrasser du président Bachar al-Assad. influence. Cette ambition était en grande partie fantasque, mais la réaction russe et turque était réelle. Quatre jours après la déclaration arrogante de Tillerson, l’armée turque se déversait dans le nord de la Syrie avec la permission de la Russie et en deux mois avait éliminé l’enclave d’Afrin, habitée par des Kurdes, seul allié des Etats-Unis en Syrie. Les Kurdes espèrent maintenant désespérément qu’ils ne seront pas abandonnés par les Etats-Unis en cas d’assaut militaire turc sur le principal territoire tenu par les Kurdes au nord-est de la Syrie.

J’étais dans la zone tenue par les Kurdes en Syrie au début du mois et je me demandais ce que les Etats-Unis feraient si les Turcs décidaient d’aller plus loin. La plaine du nord de la Syrie à l’est de l’Euphrate est plate et peu couverte, tandis que les principales villes kurdes se trouvent à la frontière turque et sont très vulnérables. Les États-Unis n’ont que 2 000 soldats là-bas, et leur efficacité dépend de leur capacité à faire appel à des frappes aériennes dévastatrices de l’aviation américaine. C’est une option puissante, mais les Etats-Unis l’utiliseraient-ils vraiment pour défendre les Kurdes contre l’alliée de l’OTAN, la Turquie?

Ce que Trump prétend, c’est que la faiblesse de la volonté du président Obama et ses faibles capacités de négociation étaient en réalité une capacité astucieuse à éviter d’être happés par des guerres impossibles à gagner. Cela n’a jamais vraiment été compris par l’establishment de la politique étrangère de Washington, qui est coincé dans l’ère pré-2003, lorsque la force américaine était à son apogée dans les années après l’effondrement de l’Union soviétique. Encore moins est-il saisi par les super-faucons comme Bolton et Pompeo, sans aucune idée des champs de mines politiques et militaires dans lesquels ils vont trébucher.

L’establishment américain et ses alliés pourraient être consternés par le retrait de Trump de l’accord nucléaire, mais il semble plus que probable qu’il va le faire. Les sanctions contre l’Iran peuvent être réimposées, mais elles ne sont jamais tout à fait la carte gagnante que ceux qui les imposent imaginent, quelles que soient les souffrances infligées à la population générale. Les sanctions imposées unilatéralement par Trump peuvent endommager l’Iran, mais elles isoleront également les États-Unis.

Quel que soit le résultat d’une confrontation entre les Etats-Unis et l’Iran, il ne va pas « rendre l’Amérique grande encore ». Le couloir nord du Moyen-Orient, au sud de la Turquie et au nord de l’Arabie saoudite, a toujours été le cimetière de l’interventionnisme américain: c’était le cas du Liban dans les années 1980 lorsque l’ambassade américaine a explosé. 220 marines) ont été tués par un camion piégé à Beyrouth. C’était le cas en Irak entre 2003 et 2011 et en Syrie de 2011 à aujourd’hui. Les États-Unis ont souvent blâmé l’Iran pour ces frustrations, une explication qui a une certaine validité, mais la vraie raison est que les États-Unis ont combattu une secte plutôt qu’un seul État. Tous ces pays où les Etats-Unis ont échoué ont soit une majorité chiite, comme dans le cas de l’Iran et de l’Irak, une pluralité, comme au Liban, soit une minorité au pouvoir, comme en Syrie.

Le nouveau line-up à Washington est décrit comme « un cabinet de guerre » et il se pourrait que ce soit juste cela. Mais en regardant des hommes ignorants et arrogants comme Bolton et Pompeo, il est difficile d’éviter le sentiment que tout se terminera par un désastre.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici