États-Unis : Trump a remis l’Afghanistan aux talibans

Marwan Bishara, Al-Jazzera, 26  février 2020

Deux décennies après leur invasion de l’Afghanistan, les États-Unis sont arrivés à la conclusion inévitable qu’ils devaient y mettre fin à leur intervention militaire.

Incapable de gagner contre l’insurrection des talibans, Washington a finalement renoncé à une solution militaire et a entamé des négociations, dictées en grande partie par ceux qu’il a longtemps considérés comme des tueurs fondamentalistes terroristes  » trempés de sang américain « .

La décision a été longue à venir, et les administrations américaines successives l’ont constamment évitée,  insistant  sur le fait que les États-Unis « progressaient », sinon étaient carrément gagnants.

Les documents secrets surnommés les « Afghanistan Papers » publiés l’année dernière ont révélé une politique officielle de longue date visant à tromper délibérément le public américain en lui faisant croire que tout allait bien sur le front de guerre alors qu’en fait rien ne l’était.

Tout comme les « Pentagon Papers » de 1971 sur la guerre du Vietnam, ces révélations ont clairement montré qu’il s’agissait également d’une guerre impossible à gagner et que ce n’était qu’une question de temps avant le retrait des États-Unis.

Dans ce contexte, l’accord  conclu  avec les talibans à Doha ce mois-ci pourrait atténuer le coup, mais les compromis n’en sont pas moins humiliants pour les États-Unis et assez troublants pour leurs alliés afghans. 

Réussir à échouer

Il n’a fallu aux États-Unis et à ses alliés que deux mois pour « libérer » Kaboul de l’emprise des talibans et moins de deux ans pour que le secrétaire à la Défense de l’époque, Donald Rumsfeld,  déclare  lors d’une conférence de presse tenue à Kaboul le 1er mai 2003 que « majeur ». activité de combat « était terminée.

C’était le même jour que le président George W. Bush a proclamé de façon assez explosive que la guerre en Irak était « mission accomplie ».

Les États-Unis ont perturbé, démantelé et vaincu al-Qaïda en Afghanistan, au moins militairement, et en 2011 ont tué son chef Oussama ben Laden, mais les stratégies militaires n’ont pas réussi à écraser ou à contenir les Taliban.

L’Afghanistan comme l’Irak est rapidement devenu un énorme bourbier pour la coalition dirigée par les États-Unis. En effet, les talibans sont devenus encore plus forts au cours de la deuxième décennie du conflit, faisant payer un lourd tribut aux Américains, à leur coalition et à leurs alliés afghans.

Après 18 ans de guerre, quelque 2 400 soldats américains et plus de  150 000 Afghans tués, Washington a finalement accepté la réalité de sa défaite. Dans le processus, les États-Unis ont dépensé, pour ne pas dire gaspillé, plus de  deux milliards de dollars  pour la guerre, près de 1000 fois plus que le PIB de l’Afghanistan.

Après le Vietnam et l’Irak, les États-Unis semblent avoir perdu leur troisième grande guerre et la plus longue de toutes.

La seule question qui restait pour les États-Unis était de savoir comment éviter au mieux la répétition de la chute de Saïgon et la scène humiliante du dernier hélicoptère américain fuyant le Sud-Vietnam. 

Sauver la face

Pour mettre fin aux pertes continues d’hommes, d’argent et de fierté, les États-Unis ont finalement adopté l’idée d’un règlement négocié avec les talibans, en grande partie selon les conditions du groupe armé.

Les États-Unis avaient souhaité que les Taliban entament d’abord des pourparlers avec le gouvernement afghan afin de parvenir à un accord national sur l’avenir du pays, mais les dirigeants talibans ont  refusé  de négocier avec la « marionnette américaine » à Kaboul. Ils ont insisté sur la négociation directe avec Washington en vue d’un retrait militaire américain avant tout dialogue avec les autorités afghanes.

La semaine dernière, un accord a été finalisé, du moins « en principe ».

Avant de procéder à la signature, les États-Unis ont insisté pour que les talibans acceptent une semaine de réduction de la violence pour montrer qu’ils contrôlent tous les différents groupes armés du pays et s’engagent à refuser à tout groupe hostile comme al-Qaïda un refuge en Afghanistan.Les talibans ont accepté.

Mais le groupe armé a refusé de s’engager dans une vision américaine, démocratique ou libérale particulière pour le futur Afghanistan et a insisté pour que ses membres emprisonnés soient libérés avant d’entamer des négociations avec le gouvernement central de Kaboul. Une fois de plus, la diplomatie reflète l’équilibre des forces sur le terrain.

Il s’agit en fait d’un processus diplomatique symétrique dont l’objectif clair est de restaurer la souveraineté et l’indépendance de l’Afghanistan sans forces étrangères, ni de «si», ni de «mais», ni de « peut-être ».

Quelles sont les leçons ?

Les Afghans ont vécu l’horreur et la dévastation au cours des quatre dernières décennies, à commencer par l’invasion soviétique de 1979, qui a déclenché une guerre civile, puis l’invasion américaine de 2001.

L’économie de guerre du pays a engendré la corruption et élargi le marché noir dominé par les stupéfiants, qui produit environ 80% de l’opium mondial.

Même si la diplomatie réussit et que les forces étrangères partent, il faudra un miracle aux Afghans pour parvenir à la réconciliation nationale, reconstruire leur nation et remettre le pays sur la voie de la normalité.

Malgré les paroles apaisantes du chef adjoint des talibans Sirajuddin Haqqani dans un  commentaire  pour du New York Times la semaine dernière, de nombreux Afghans ont peur des talibans vengeurs et intransigeants.

Le groupe armé pourrait revenir avec vengeance à Kaboul et réimposer ses moyens ultraconservateurs sur la politique et la société afghanes, face à un gouvernement central faible et incapable de protéger les quelques réformes politiques et sociales adoptées au cours des deux dernières décennies.

Beaucoup dépendra de la ténacité de la société afghane et de sa capacité à s’engager seule dans l’édification de la nation, sans les diktats de puissances extérieures.

On dit que les sages apprennent des erreurs des autres, les intelligents apprennent de leurs propres erreurs et les idiots n’apprennent ni l’un ni l’autre.

Les Américains ont peut-être enfin appris leur leçon d’histoire : tous les empires, des Perses et des Mongols jusqu’aux Britanniques et aux Soviétiques, ont subi la défaite en Afghanistan.C’est le cimetière des empires.

Si l’accord américano-taliban tient, les Afghans auront eux aussi l’occasion de tirer leurs propres leçons. Vont-ils empêcher les groupes de type Al-Qaïda et ISIS de faire de l’Afghanistan leur refuge ? Vont-ils commencer le processus de guérison pour mettre fin à la souffrance? Que les Afghans, en particulier les Taliban, se montrent aussi résistants dans la recherche de la paix qu’ils l’ont été dans la guerre. 

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.