Éthiopie : la catastrophe au Tigray

0
112

Jan Nyssen, Médiapart,  24 février 2021

(traduit d’un texte paru dans Ethiopia insight (https://www.ethiopia-insight.com/2021/02/19/catastrophe-stalks-tigray-again/

 

L’analyse et les témoins oculaires indiquent que le Tigray[1] en revient aux jours sombres de la famine d’origine humaine.

Dès le début de nos recherches au Tigray en 1994, la lutte contre la famine a été une priorité majeure. Avec des collègues universitaires, nous avons essayé d’aider par le biais d’études et de projets de conservation de l’environnement. Mais maintenant, on a l’impression d’être de retour à la case départ.[2]

Actuellement, alors que la région est frappée par une guerre depuis le 4 novembre 2020, plus de la moitié du territoire du Tigray est en état «d’urgence» selon le système d’alerte précoce à la famine FEWS, la dernière étape avant la «famine».[3]

Ce qui est rapporté est donc catastrophique; pire que prévu dans notre article prémonitoire de novembre. Dans cette analyse, nous avons averti que la sécurité alimentaire dans le Tigray était déjà critique avant le début du conflit: par exemple, de vastes zones étaient sur la voie de la faim, par exemple en raison d’une invasion de sauterelles qui a considérablement réduit les récoltes.[4]

Nous avons écrit : « Le conflit affecte non seulement la saison des récoltes qui vient de commencer. Elle a également entraîné l’arrêt complet de l’aide potentielle et du financement gouvernemental dans la région ». Toutefois, nous ne nous attendions pas à d’autres catastrophes à venir, comme les innombrables crimes de guerre, les pillages systématiques, les fermetures de banques et le black-out des télécommunications.

Besoins urgents de meules

Certains au Tigray meurent de faim dans la rue. Très peu d’aide est apportée en dehors de la capitale régionale Mekelle. Cela fait maintenant plus d’un mois que les responsables éthiopiens et les groupes d’aide internationale se sont réunis le 8 janvier à Mekelle. Cependant, la situation ne s’est pas beaucoup améliorée, et l’accès à de grandes parties du Tigray est encore limité. Par exemple, la Croix-Rouge éthiopienne a récemment fait part de ses préoccupations quant au fait que 80 pour cent de la région ne reçoit pas d’aide.[5][6]

Deux sources nous disent que les gens vont dans les fourrés pour recueillir des branches et des feuilles de plantes non toxiques désaltérantes comme l’oseille (Rumex nervosus) afin d’avoir au moins quelque chose dans l’estomac. Dans certains endroits, il n’y a même pas d’allumettes disponibles pour allumer un feu pour la cuisson.

Même si les agriculteurs ont des céréales, dans de nombreux villages et villes, il n’y a pas de moulins en exploitation. Ainsi, les gens ne peuvent pas faire du pain ou dutayta(pain plat fermenté) et beaucoup vivent de l’orge grillée et de tout ce qu’ils peuvent trouver.

Le broyage traditionnel se fait entre deux meules, mais de nombreux foyers n’ont plus de telles meules, car des moulins à grains mécanisés ont été construits partout. La situation est encore plus difficile pour les personnes déplacées à l’intérieur du pays qui n’ont aucun moyen d’obtenir de telles meules.

Représailles rurales

Un témoin d’un village près de Hagere Selam me nomme plusieurs agriculteurs tués que je connais de mes travaux de terrain. Lorsque les combats ont commencé dans la région, les gens se sont déplacés du village vers les montagnes; après un certain temps, ils pensaient que le combat était terminé et ils sont revenus à leurs fermes.

Le père du témoin oculaire a alors rencontré les soldats qui abattaient son bétail. Le chien qui avait été avec eux à la montagne a commencé à aboyer sur les troupes et ils l’ont tué. Par la suite, ils ont commencé à frapper le père et il tomba rapidement inconscient. Ils l’ont frappé très fort et l’ont laissé pour mort dans la cour de sa maison familiale.

Les villageois l’ont trouvé et l’ont guéri en utilisant des médicaments locaux. L’un d’eux a dit : «Les soldats nous demandaient des informations très basiques : où est tel village, où est tel autre village ? Ils ont tué une trentaine de personnes de notre communauté, dont certaines entre des affleurements rocheux, d’autres dans un ravin, et ils les ont laissés morts là-bas. Ils voulaient qu’ils soient mangés par les hyènes».

Un habitant des environs de Hagere Selam affirme que les soldats éthiopiens et érythréens recherchent les dirigeants régionaux évincés dans chaque grotte et dans les forêts. Ils avertissent le peuple: «Pour chaque soldat qui est tué par unwoyane(un nom générique pour les membres du TPLF, Tigray Defence Forces TDF, ou tout résistant tigaru), nous allons tuer cinq ou dix villageois».

Des témoins oculaires à Adigrat, où des communications téléphoniques intermittentes sont désormais possibles, affirment que les hommes ont fui vers les montagnes de peur d’être tués. Ils s’abritent dans des grottes, des gorges et des forêts, mais pas dans les enclos des églises parce que celles-ci ne sont plus considérées comme sûres. De là, beaucoup rejoignent les Forces de défense du Tigray.

Coût de la guerre

Un Tigaru en Belgique mentionne qu’il s’attend à ce que de nombreux amis et parents aient été tués. Mais c’est la culture au Tigray de ne pas communiquer la mort de parents à quelqu’un à l’étranger. Pourtant, certains préfèrent maintenant informer ceux qui sont à l’étranger afin que les gens ne soient pas face à des messages choquants sur les médias sociaux rapportant un ami ou un parent tué.

Par exemple, un étudiant tigaru en Belgique a appris qu’il y avait eu des massacres dans leur village avec un oncle et deux cousins tués. L’étudiant conclut : «Je suis victime d’une surdose de soucis pour mes amis ou parents. Une inquiétude plus forte est maintenant pour la société dans son ensemble»!

La situation a été bien résumée par The Economist, dans une tribune publiée en janvier qui disait que les obstacles à l’aide humanitaire pour atteindre la population du Tigray pourraient être dus à un manque d’engagement politique de la part du gouvernement fédéral. The Economist a souligné un obstacle supplémentaire – confirmé par de nombreux témoins : l’armée érythréenne et la milice Amhara ont été repérées en train de détourner de l’aide envoyée dans la région. Les preuves matérielles montrent que très peu de choses sont reçues par les plus nécessiteux.[7]

Les effets de la guerre ne se limitent évidemment pas à l’état régional du Tigray. Les guerres sont coûteuses, et quelqu’un doit payer pour elles. En raison du manque de ressources financières du gouvernement, celui-ci a imposé une contribution «volontaire» d’un mois complet de salaire par les fonctionnaires afin de financer la guerre.

Même à Mekelle, après la reprise du travail, le personnel de la Banque commerciale d’Éthiopie a dû verser 30 pour cent de son salaire pour la guerre dans sa propre région. Plus tôt la guerre s’arrêtera, mieux ce sera pour tous les Éthiopiens.

«Ce sont juste de fausses nouvelles»

Les partisans du gouvernement éthiopien ont tendance à dire des choses comme: «Cette opération de restauration de la loi et de l’ordre a pris fin en Novembre, le gouvernement a fait ce qu’il avait à faire, tout va bien maintenant». Un voyageur d’affaires qui était en courte mission en Ethiopie mentionne: «Mon chauffeur de taxi m’a dit que c’est fini maintenant, il y a une paix totale dans le Tigray, tout le monde est heureux». Ces déclarations reflètent l’opinion officielle du gouvernement fédéral, et non la réalité; la réalité est que les conflits et la misère frappent toujours dans le Tigray.

La communication gouvernementale a contribué à désensibiliser une partie du public éthiopien du sort du peuple tigrayen. Alors que la guerre est considérée comme un sacrifice nécessaire par les nationalistes éthiopiens et amharas radicalisés (comme ce commentaire colérique que j’ai reçu d’un professeur de l’Université Bahir Dar: «nous avons attendu après cette guerre depuis 48 ans»), l’expérience est complètement différente pour le peuple tigrayen.

Le conflit a non seulement apporté la destruction inhérente aux guerres, mais a été marqué par des forces d’occupation commettant des massacres, des pillages et des violences sexuelles de proportions bibliques.

Il isole également davantage les Tigaru de l’État éthiopien et pose davantage d’obstacles à la création de la fédération harmonieuse officiellement proclamée. « Les mères raconteront tout cela à leurs enfants; cela laissera beaucoup plus d’empreintes que les atrocités du Derg. Nous devons être indépendants de l’Éthiopie; si ce n’est pas cette génération, la prochaine génération y parviendra », est maintenant la pensée dominante typique parmi les Tigrayens.

Allégement de capital

A la fin du mois de janvier, un ami confirmait que les choses s’améliorent un peu à Mekelle. Les banques sont ouvertes, les cafés et les hôtels ouvrent lentement. Les fonctionnaires ont commencé à retourner au travail même s’ils ne reçoivent pas de salaires réguliers. Environ 70 000 personnes ont également reçu une aide alimentaire par l’intermédiaire de leur tabya(sous-district) (30 kilogrammes de blé par personne et de l’huile).

Mekelle est maintenant considérée comme plus sûre que d’autres villes et zones rurales en raison de la présence incontrôlée de soldats dans ces endroits. Par conséquent, les gens de Mekelle essaient d’accueillir leurs proches; et, à leur tour, les gens les plus riches de Mekelle tentent de s’installer temporairement à Addis-Abeba.

De nombreux magasins à Mekelle (de matériaux de construction ou d’électronique, par exemple) ont été transformés en épicerie. Bien que les prix aient un peu baissé, la nourriture reste le bien le plus lucratif. En outre, les propriétaires de magasins apportent la marchandise à la boutique le matin et la ramènent à la maison en soirée afin d’empêcher les vols car il n’y a pas de police armée dans la ville.

Les gens avec un certain capital commencent de nouvelles entreprises comme l’importation de ciment d’Addis à Mekelle, un ou deux camions à la fois. Nous connaissons une personne qui a commencé une entreprise de vente de cigarettes « importées » d’Addis aux soldats, en particulier aux troupes érythréennes.

Terrorisée et terrifiée

Une ville comme Adwa, théoriquement sous le contrôle de la Force nationale de Défense éthiopienne (ENDF), n’a pas d’organes administratifs; il peut y avoir trois ou quatre jours sans la présence de militaires. Les villages qui entourent la ville sont une sorte de no man’s land. L’armée n’est pas là, mais une unité militaire érythréenne ou ENDF peut décider d’aller contrôler un village et de piller.

Certaines personnes se déplacent hors des villes et vont en des endroits où il y a une présence des forces de défense du Tigray. Ces lieux accueillent des personnes déplacées pour être à l’abri des armées éthiopienne et érythréenne.

À l’approche de Mekelle, l’armée est de nouveau présente occasionellement, la ville même est entièrement sous le contrôle de l’ENDF et des soldats érythréens. Nos témoins oculaires nous racontent que les contingents érythréens sont régulièrement en rotation pour les empêcher de tisser des liens avec la population locale; il y a aussi des combats avec l’ENDF.

Lorsque nous téléphonons à Mekelle, nous entendons parler de fusillades mortelles quotidiennes. Des gens sont abattus pour avoir manqué le couvre-feu. Il y a également eu le meurtre ciblé du journaliste Dawit Kebede de Tigray TV, apparemment à sa sortie de garde à vue.[8]

Nous étions en contact avec une amie proche qui vit près de l’église Maryam à Mekelle. Elle est terrorisée et terrifiée après avoir assisté à une scène devant sa porte : deux soldats érythréens ont tiré sur un jeune homme. L’un d’eux a dit : «Finis-le !». L’autre: «Qu’il agonise.» Ce que le jeune homme a fait, avec de terribles gémissements.

Un témoin de Mekelle mentionne également l’importance de l’information: « Nous avons beaucoup d’informations de la télévision, en particulier TMH (Tigray Media House). J’ai vu des choses horribles à la télévision, que le gouvernement ne dira pas. Nous entendons aussi parler de la Somalie, où les mères manifestent. En région Amhara, les mères ne manifestent pas. Ces mères savent que beaucoup de leurs garçons sont tués au Tigray, mais elles espèrent toujours que leur fils aura un lopin de terre dans l’ouest du Tigray.

Protester contre la propagande

Le 7 février, la présidente éthiopienne Sahlework Zewdie s’est rendue à Mekelle. Plusieurs contacts dans la ville ont mentionné qu’elle n’y était pas bien accueillie. Les membres sollicités de la société civile ne se sont pas montrés pendant la visite. La présidente a insisté pour rendre visite aux survivants de violences sexuelles à l’hôpital d’Ayder; et, bien qu’avertie par les médecins, la première femme présidente d’Éthiopie est entrée dans la chambre d’hôpital avec des membres de l’armée éthiopienne, provoquant – selon les personnes présentes – une frénésie parmi les femmes qui souffrent aujourd’hui de stress post-traumatique.

Très peu de photos ou d’images ont été rendues publiques au sujet de cette visite, probablement parce que l’atmosphère était si hostile. L’agence de presse éthiopienne a publié une photo de Sahlework essayant d’interagir avec les personnes déplacées à l’intérieur du pays. Le visage triste de la femme et ceux assis derrière elle sur la photo disent tout.[9]

Pourtant, la propagande officielle est que le Tigray entier est heureux après qu’Abiy ait rétabli la loi et l’ordre.

Le 9 février, une manifestation avait lieu à Mekelle pour dissiper ce récit selon lequel tout allait bien dans la «région nord». Tout a commencé lorsque les gens ont été forcés d’aller à une réunion avec une délégation d’anciens et de chefs religieux venus d’Addis-Abeba pour un séjour prévu de trois jours. Selon les initiés, l’une des raisons particulières des manifestations était que la délégation en visite comprenait le controversé Daniel Kibret, l’un des plus proches conseillers d’Abiy.[10]

La plupart des commerces ont été fermés; les jeunes bloquaient les routes et faisaient face aux soldats. Au moins un d’entre eux a été tué et beaucoup ont été blessés dans les rues. Les anciens et les chefs religieux de Mekelle ont refusé de rencontrer la délégation venue d’Addis, les visiteurs sont partis à la hâte après seulement une journée.

Les réfugiés fuient

Un collègue s’est entretenu avec un réfugié érythréen venu avec sa femme du camp de réfugiés de Shemelba au Tigray à Addis-Abeba en bus le 16 janvier, ainsi qu’avec un autre réfugié érythréen arrivé à Addis le même jour en provenance du camp de Hitsats. Il semble qu’il ne reste plus rien de ces deux camps de réfugiés après qu’ils aient été pillés et détruits, comme le montre également l’analyse d’imagerie satellite.[11]

Quelques 5 000 réfugiés ont emménagé dans les deux camps autour de May Tsebri (Adi Harush et May Ayni), certains ont été forcés de retourner en Érythrée, et d’autres ont fui pour échapper aux horreurs de la guerre.

Tout d’abord, des soldats érythréens sont venus et ont essayé de prendre ceux qui étaient recherchés par le gouvernement érythréen pour des raisons politiques et les ont finalement renvoyés en Érythrée. Ensuite, la milice tigrayenne a chassé les soldats érythréens. Plusieurs réfugiés ont été tués dans ces escarmouches. L’homme a également dit qu’il n’avait jamais eu autant peur de toute sa vie. Ils n’avaient pas eu de rations alimentaires depuis deux à trois mois. Il a dit: «nous avons mangé ce que nous pouvions trouver, même les plantes et les feuilles».

Pour le voyage à Addis, ils ont dû payer beaucoup plus que les prix normaux des billets de bus. Du 9 au 11 décembre, des réfugiés érythréens qui avaient fui vers Gondar et Addis-Abeba ont été escortés de force vers «leurs» camps du Tigray par des policiers fédéraux, avec le soutien apparent de l’Organisation Internationale pour les Migrations.

Le sort de la minorité Irob

L’universitaire et commentateur Kjetil Tronvoll note que, comme pour toutes les minorités, le groupe minoritaire Irob au Tigray est particulièrement vulnérable dans cette guerre car il chevauche la frontière entre l’Éthiopie et l’Érythrée, et qu’une partie de sa patrie a été accordée à l’Érythrée par la Commission frontalière Érythrée-Éthiopie. Des témoins font état de meurtres par les Érythréens, des pillages et une «ré-identification» érythréenne coercitive.[12]

Nous avons eu un contact téléphonique avec un homme plus âgé d’un village d’Irob. Il a confirmé que des cartes d’identité érythréennes étaient distribuées. Littéralement, tout a été volé. Les gens n’ont que les vêtements qu’ils portent. Beaucoup ont fui vers les montagnes et se cachent dans des grottes; comme ils l’ont fait il y a 20 ans pendant la guerre éthio-érythréenne.

Il n’y a ni nourriture, ni argent, et deux de ses petits-enfants ont été tués. Il était venu à Mekelle pour retirer de l’argent et acheter de la nourriture. Mekelle est à 150 kilomètres de son village, mais c’est l’endroit le plus proche avec des banques fonctionnelles. Ils ne peuvent utiliser la route que lorsqu’il n’y a pas de combats locaux.

Berceau de…

À Hawzien et Gheralta, où la guerre est en cours, on parle beaucoup de pillages et de dommages causés à certaines églises rupestres. Un témoin qui était clairement mal à l’aise à ce sujet, a spécifiquement nommé les églises Debretsion Abuna Abraham et Yohannes Ma’iqudi par rapport aux combats et a laissé entendre qu’elles pourraient avoir été endommagées. Les lodges touristiques de la région sont également détruits.[13]

Dans les endroits où il y a une guerre en cours, les jeunes civils ne sont pas en sécurité car ils sont soupçonnés d’appartenir aux TDF. À la mi-janvier, un témoin oculaire d’Inticho a rapporté que «ceux qui n’ont pas de bétail sont déjà morts ».

Grâce au rétablissement des lignes téléphoniques à Aksum, nous avons également réussi à parler avec un serviteur de l’église à propos des massacres de novembre qui n’ont pas encore fait l’objet d’une enquête et qui ont été mis au jour. Au début, il ne savait tout simplement pas parler; le traumatisme était trop lourd. Dans un deuxième appel, quelques jours plus tard, il dit que le nombre déclaré de 750 victimes a été[14] sous-estimé et qu’elles se comptent plutôt par milliers.

«Des personnes (principalement des hommes mais aussi des femmes) ont été tuées en masse dans l’enceinte de l’église. Ils y ont violé des femmes. Des meurtres et des viols ont également eu lieu à l’extérieur de l’église dans toute la ville et dans les zones rurales. Ils font ce qu’ils veulent… ils détruisent des choses, pillent, violent et massacrent  », a-t-il dit.

Selon lui, il y avait des bombardements près de l’église à partir d’un endroit éloigné, mais l’église n’a pas été touchée.

L’inquiétude de Kagame

Le témoin d’Aksum a mentionné qu’il y a encore des combats actifs dans les environs et que des civils sont toujours massacrés par des soldats éthiopiens et érythréens. Il dit : «Les Érythréens ne tuent pas seulement des gens. Ils violent les femmes, tuent, pillent les maisons des gens, coupent les jambes et enlèvent les yeux et laissent les gens mourir». Il ajoute : «Simplement tuer aurait été bien.»

Malgré tout cela, il a mentionné qu’aucun kahin(nom collectif pour diacres et prêtres) n’a été tué à l’église de Tsion, contrairement à d’autres églises. Il croit que l’arche est toujours là : «Comme ils craignent que l’église (et aussi l’arche) ne soient pillées, les habitants l’ont à leur tour protégée, ils y dorment.»

Des réfugiés en provenance d’Aksum racontent leurs expériences aux membres de leur famille. Leurs récits parlent de personnes tuées dans les rues et à l’intérieur de leurs maisons, dans certains cas tous les habitants masculins d’une maison, parfois tout le monde.

Aksum est comme le cœur de l’identité religieuse tigrayenne, ce qui peut expliquer pourquoi elle avait été particulièrement ciblée. Maintenant, la situation est décrite comme calme, mais les gens sont terrifiés par leur expérience. Les services de base tels que les banques n’ont pas repris.

Dans une interview diffusée le 3 février avec l’Institut Hoover, le Président rwandais Paul Kagame s’est dit préoccupé par la situation au Tigray et a demandé à la communauté internationale de donner la priorité à la crise. Il a également déclaré que le monde risque d’apprendre sa véritable teneur quand il sera trop tard. Avec une telle déclaration venant du président du Rwanda, on pense directement qu’un génocide se déroule actuellement au Tigray.[15][16]

 

NOTES

[1]Nous avons choisi d’utiliser l’orthographe Tigray plutôt que Tigré. Ce choix n’est pas neutre. Un habitant du Tigray se nomme “Tigaru”. Les Tigaru trouvent le terme «Tigré» très insultant, car dérivé du mot «Tigrè» en amharique, historiquement la langue des classes dominantes en Ethiopie.

[2]Augenstein, P., Nyssen, J., 2021. The last trees of Ethiopia? Film documentaire. https://www.youtube.com/watch?v=v6TlK46tW2k&feature=youtu.be

[3]FEWS, janvier 2021. Continued conflict in Tigray coupled with low economic activity drives Emergency. https://fews.net/east-africa/ethiopia/key-message-update/january-2021

[4]Deckers, S., Nyssen, J., Lanckriet, S., 2020. Ethiopia’s Tigray region has seen famine before: why it could happen again. The Conversation, 17/11/2020. https://theconversation.com/ethiopias-tigray-region-has-seen-famine-before-why-it-could-happen-again-150181

[5]Aljazeera, 19 janvier 2021. Starvation crisis looms as aid groups seek urgent Tigray access. https://www.aljazeera.com/news/2021/1/19/ethiopia-hesitant-to-allow-aid-agencies-into-tigray

[6]Médiapart, 10 février 2021. Ethiopie: 80% de la région du Tigré « inaccessibles » pour l’aide humanitaire (Croix-Rouge). https://www.mediapart.fr/journal/fil-dactualites/100221/ethiopie-80-de-la-region-du-tigre-inaccessibles-pour-l-aide-humanitaire-croix-rouge?onglet=full

[7]Vanden Bempt, T., Nyssen, J., 2021. What happens with the limited volumes of food aid that are sent to Tigray?

https://www.researchgate.net/publication/349279837_What_happens_with_the_limited_volumes_of_food_aid_that_are_sent_to_Tigray

[8]Committee to Protect Journalists, 28 janvier 2021. Reporter Dawit Kebede Araya shot and killed in Ethiopia. https://cpj.org/2021/01/reporter-dawit-kebede-araya-shot-and-killed-in-ethiopia/

[9]ENA, 7 février 2021. Ethiopians Should Collaborate to Rebuild Tigray: President Sahlework. https://www.ena.et/en/?p=21335

[10]Addis Fortune, 12 mars 2020. Record Number MPs Vote against Daniel Kibret’s Place in Media Board. https://addisfortune.news/news-alert/record-number-mps-vote-against-daniel-kibrets-place-in-media-board/

[11]Bloomberg, 10 février 2021. Ethiopia to close two refugee camps damaged in Tigray conflict. https://www.bloomberg.com/news/articles/2021-02-10/ethiopia-to-close-two-refugee-camps-damaged-in-tigray-conflict

[12]Kjetil Tronvoll, 30 janvier 2021. Message Twitter. https://twitter.com/KjetilTronvoll/status/1355468562782183427

[13]Map Ethiopia, 13 février 2021. Fil Twitter. https://twitter.com/MapEthiopia/status/1360496166169792512

[14]The Guardian, 24 janvier 2021. Fabled ark could be among ancient treasures in danger in Ethiopia’s deadly war. https://www.theguardian.com/world/2021/jan/24/fabled-ark-could-be-among-ancient-treasures-in-danger-in-ethiopias-deadly-war

[15]Hoover Institution, 3 février 2021. H.R. McMaster in conversation with Paul Kagame, President of the Republic of Rwanda, on « Rwanda And The African Union: The Promise Of Increased U.S.-Africa Engagement. » https://youtu.be/XldaFUOCCv8?t=2883

[16]Pour une définition du mot «génocide», voir Office des Nations Unies pour la Prévention du Génocide et la Responsabilité de Protéger : https://www.un.org/fr/genocideprevention/genocide.shtml