Forum social mondial : bilan et perspectives

ALMPANIS Yannis , BENYIK Matyas , BOLINI Raphaela , DELLHEIM Judith , GOLEMIS Haris , VENTURA Christophe, Europe sans frontière et CETRI, 30 septembre 2019

À l’occasion du vingtième anniversaire de la «bataille de Seattle» de 1999, l’événement marquant le début du soi-disant mouvement anti-mondialisation, le comité de rédaction de Transform! europe yearbook a organisé une discussion avec cinq activistes des processus du Forum social mondial (FSM) et du Forum social européen (FSE), provenant de divers pays de l’UE. Il s’agissait de Yannis Almpanis (Grèce), Mátyás Benyik (Hongrie), Raffaella Bolini (Italie), Judith Delheim (Allemagne) et Christophe Ventura (France). La discussion a été animée par Haris Golemis (transform! Europe)

Haris Golemis : La nouvelle forme de politique radicale issue du mouvement anti-alter-global et du processus des forums sociaux n’est pas tombée du ciel. Il a été créé par des activistes de mouvements sociaux situés dans différents pays. Commençons donc par examiner le lien entre le niveau national et le niveau européen / mondial en passant en revue les formes organisationnelles nationales de participation à ce mouvement transnational. Pour mieux comprendre ce lien, il serait intéressant de pouvoir évoquer d’éventuelles différences idéologiques et politiques et / ou des affrontements entre les différents groupes au sein des alliances nationales.

Christophe Ventura: Les racines du mouvement altermondialiste en France se trouvent dans la fondation d’Attac-France en 1998, à la suite d’un engagement pris par Le Monde Diplomatique à la fin de 1997, deux ans après la grande vague de manifestations sociales en France en 1995 Crises financière asiatique et russe. Attac était l’un des protagonistes du FSM qui, en 2001, à Porto Alegre, a lancé l’idée que les mouvements sociaux pourraient organiser des forums sociaux régionaux dans différents pays. Suite au choix de Paris comme lieu du deuxième Forum social européen en 2003, Attac a proposé à d’autres organisations françaises un processus concret pour son organisation. Un organe appelé le Comité d’initiative française, composé de 350 organisations, a été créé et a officiellement commencé à fonctionner en décembre 2002. Outre Attac-France, le comité d’initiative comprenait des syndicats, organisations de jeunes et de femmes, organisations de défense des droits de l’homme, mouvements de travailleurs sans emploi et précaires, et ONG. Par souci de brièveté, je n’en mentionnerai que quelques-uns dont je me souvienne encore après de nombreuses années: a) Solidaires, FSU et SUD, le département international et certaines fédérations de la CGT (mais pas la CGT elle-même), la CFDT Transport Union, des militants de Force Ouvrière (FO), b) Les Amis de la Terre, c) Les courants de gauche des organisations catholiques Crid et Coordination Sud, d) La Ligue des Droits de l’Homme-LDH (Les Ligue des droits de l’homme), qui a été très actif pendant le Forum social européen de Paris mais moins après, h) La Marche des Femmes et, enfin, i) les mouvements des ‘sans’ ( ‘sans’) – ‘sans papiers’, ‘sans droits’,

L’Initiative avait un Comité exécutif composé de 10 à 15 représentants des principales organisations, qui s’occupait des tâches quotidiennes et organisait des réunions régulières ouvertes à tous ceux qui souhaitaient y participer. Ce petit groupe était responsable de l’organisation des différents événements de l’Initiative en France, de la préparation de notre présence au FSM et au FSE, ainsi que de la formulation de propositions relatives à la stratégie générale. À la suite de ce processus, des centaines de forums sociaux locaux ont été créés dans plusieurs régions, villes et petites villes de France. Après le FSE de Paris, ces forums – dont certains existent encore aujourd’hui – ont joué un rôle clé, d’abord pour la reconfiguration du mouvement social, puis pour la gauche radicale en France. C’est un phénomène très important mais pas suffisamment étudié.

Il y avait beaucoup d’affrontements idéologiques entre nous à l’époque. Nous appartenions à des organisations, des mouvements et des réseaux ayant des convictions politiques différentes et des traditions politiques différentes. Les relations avec les militants des partis politiques étaient également difficiles car, selon la Charte de Porto Alegre, les partis n’étaient «officiellement» pas autorisés à participer aux processus du Forum social. Le problème a été résolu en leur permettant de participer au Comité d’initiative française en tant qu’individus ou membres d’autres entités, mais pas en tant que membres de leurs partis. C’était clairement une hypocrisie élégante!

Les participants au mouvement altermondialiste en France ont dû établir leur feuille de route, organiser et / ou participer à des événements aux niveaux français, européen et international, et bien entendu assurer le financement de ces activités. La responsabilité de la participation aux événements incombait à l’assemblée du FSE et le niveau de participation à celle-ci était très élevé. Bien entendu, toutes les organisations n’ont pas le temps et l’argent nécessaires pour participer à diverses réunions préparatoires, notamment hors de France, de sorte que le véritable pouvoir de l’initiative et de son comité exécutif repose sur les groupes qui en ont la capacité: Attac, Solidaires, CGT, FSU, LDH, CRID et quelques autres. Au sein de ce petit groupe, nous avons réussi à établir des relations de confiance malgré nos différences. Notre principe clé était le consensus dans toutes les décisions.

Mátyás Benyik : En Hongrie, nous avions décidé que le format organisationnel de notre participation au processus anti-global serait similaire à celui du FSM et du FSE. Nous avons donc formé le Forum social hongrois (HSF), dont les principaux acteurs fondateurs appartenaient à quatre groupes: a) les organisations vertes, b) les militants membres du Parti des travailleurs, à savoir leur ancien parti, à savoir l’ancien parti communiste, c) des organisations de gauche progressistes telles qu’Attac-Hungary, qui entretenait de nombreuses relations internationales avec des organisations sœurs d’autres pays, principalement en France, et d) des syndicats progressistes, tels que le Syndicat des travailleurs de la métallurgie. La FSS avait un comité de coordination composé de représentants des différentes organisations; ses décisions n’ont été prises que par consensus.

Au début, tout s’est très bien passé et nous étions tous optimistes quant à la réussite de l’expérience. Les choses ont commencé à se gâter après le FSE de Paris en raison du problème que vous avez tous connu, avec Simó Endre, un membre du FSS qui, à cette époque, tentait de coopérer avec des personnes liées au Fidesz, le parti populiste de droite hongrois. Un peu plus tard, il y a eu un autre conflit, avec les Verts; Nous, d’Attac, avons essayé et réussi à les maintenir au sein du FSS jusqu’au FSE 2006 d’Athènes, après quoi le mouvement contre la mondialisation néolibérale s’est affaibli.

Il y avait bien sûr des différences idéologiques et des affrontements entre les différents groupes de la FSS. Attac-Hungary avait des différends avec les militants du Parti des travailleurs, dont certains très staliniens, mais aussi avec les militants des Verts qui étaient de doux anticommunistes et qui visaient des réformes au sein du système capitaliste. Avant de nous rendre au FSM et au FSE, nous avons pris des décisions au sein du FSS sur nos priorités et notre stratégie pour les événements, ainsi que sur nos représentants dans les groupes de travail responsables de la préparation des forums. Avant les assemblées des mouvements, nous nous étions également rencontrés pour préparer le renforcement de la coopération avec des activistes d’autres pays avec lesquels nous partagions des idées similaires concernant le mouvement.

Raffaella Bolini: En Italie, le mouvement altermondialiste a connu trois périodes différentes, chacune avec son propre modèle d’organisation. La première période a eu lieu avant et juste après la mobilisation contre le Sommet du G8 à Gênes, en juillet 2001. Nous avons été très chanceux car le début du mouvement altermondialiste en Europe était étroitement lié à la préparation de la mobilisation de Gênes. Le premier modèle d’organisation d’un espace commun pour divers groupes italiens était le Forum social de Gênes. Cette coalition était assez importante pour ne pas coïncider avec des forces anti-systémiques; c’était radical mais pas anticapitaliste. Aujourd’hui, du moins dans mon pays, de nombreuses organisations, ainsi que la population en général, savent que le système dans lequel nous vivons est un désastre complet, mais à cette époque, en 2001, la mondialisation était présentée comme une chose merveilleuse. À l’époque, il était extrêmement radical de prendre position contre le « rêve de la mondialisation ». Le Forum social de Gênes était de facto «anti-systémique», même si de nombreuses organisations ne s’y opposaient que pour lutter contre les aspects négatifs de la mondialisation néolibérale.

Le Forum social de Gênes comprenait diverses organisations de la société civile progressistes et de gauche, comme Arci dont je faisais partie, Attac, plutôt petit en Italie mais très attaché au mouvement, et bien d’autres. Du côté syndical, les organisations et groupes les plus radicaux étaient présents: Cobas, Sin-Cobas et FIOM-CGIL, ainsi que les ailes radicales de la CGIL, la grande confédération de gauche. Parmi les autres participants figuraient les centres sociaux, collectifs de « disobbedienti », qui étaient très importants à l’époque, ainsi que certaines organisations catholiques consacrées principalement à la question de la justice globale dans le tiers monde. À la suite d’une discussion entre les acteurs sociaux, le parti politique Rifondazione Comunista a été accepté au forum. Le principal parti de centre-gauche, appelé à l’époque le Parti démocratique de gauche (PDS), non seulement n’y a pas participé, mais la majorité des groupes se sont opposés à cela. Cependant, bon nombre de ses membres étaient à Gênes et participaient également au Forum social mondial.

La deuxième période va des mobilisations de Gênes à 2003. C’est une période au cours de laquelle de nombreux forums sociaux locaux ont été créés en Italie, principalement en raison des événements de Gênes, mais également en raison de l’émergence du FSM en 2001. Après le deuxième FSM à Porto Alegre et en vue de préparer le premier forum social européen à Florence (2002), le forum social de Gênes a été dissous par consensus et une nouvelle coalition a été formée, le comité préparatoire du FSE de Florence, qui comprenait la CGIL mais également d’autres confédérations syndicales modérées et un plus grand nombre d’organisations, ainsi que des partis politiques. La coalition s’est encore élargie dans la préparation de la mobilisation du 15 février contre la guerre en Irak, avec la participation d’organisations de paix et de lutte contre la guerre, telles que le Comité ‘Fermiamo la guerra’, qui a accompli un travail remarquable.

La troisième phase a été celle où le mouvement a commencé à décliner. Ensuite, afin de préserver notre unité dans le cadre international, nous avons créé la Coordination italienne pour le Forum social mondial, qui a été active jusqu’au FSM de Tunis 2015, après quoi il a été dissous.

Comme nos coalitions étaient vastes et larges, il y avait beaucoup de différences entre nous, mais au cours de toutes ces années, nous avons réussi à fonctionner de manière consensuelle. Des expériences communes ont créé un climat de confiance parmi les activistes des différentes organisations impliquées dans cette aventure. Cela nous a énormément aidé à établir une présence unie sur la scène internationale dans la très grande majorité des cas.

Judith Dellheim: En Allemagne, on peut également distinguer différentes phases du mouvement avec différentes structures organisationnelles dans chacune d’elles. Au début du processus du FSM, de nombreux mouvements sociaux, mouvements écologiques, mouvements de solidarité avec le Tiers Monde et avec les réfugiés et les immigrés, mouvements anti-pauvreté, organisations de défense de la paix, mais aussi certains syndicats comme les Enseignants suscitaient un grand intérêt. «Union et des ONG comme ATTAC-Germany, qui a été l’un des principaux participants. À cette époque, en Allemagne, le mouvement altermondialiste suscitait une grande sympathie, en particulier après le premier FSE à Florence, qui avait été un grand succès. Nous avons réussi à former une coalition nationale relativement large, qui a organisé trois forums sociaux locaux en Allemagne et préparé notre participation aux FSE et aux FSM.

L’intérêt a commencé à décliner lorsque les soi-disant groupes et activistes anti-systémiques ont rejoint le processus aux FSE de Paris et principalement aux FSE de Londres en 2003 et 2004 respectivement. Une autre raison du déclin de l’intérêt tient au fait qu’au cours de cette période, un autre processus avait commencé en Allemagne: la création de Die LINKE, parti issu de la fusion du PDS (Parti du socialisme démocratique) avec le WASG (Travail et justice sociale). – L’alternative électorale), un groupe dissident du SPD. Ce deuxième processus a également suscité l’intérêt de certains groupes trotskystes impliqués dans le processus du Forum social depuis le FSE de Florence. Les activistes de tous les partis et groupes impliqués dans les nouveaux mouvements sociaux sont devenus très actifs dans Die LINKE, un développement qui était bon pour le nouveau parti mais qui a accru le scepticisme à l’égard du processus du FSE de la part d’activistes issus de syndicats et de mouvements sociaux. En conséquence, la coalition allemande a rétréci et perdu sa large base politique initiale pour devenir progressivement un petit groupe de militants qui a finalement cessé d’exister, alors que la coopération et, dans certains cas, même la communication entre divers protagonistes s’estompait. C’était très frustrant.

Yannis Almpanis : Tout d’abord, je voudrais dire que très longtemps s’est écoulé depuis les événements en discussion et que la période qui a commencé après la fin du dernier FSE d’Istanbul de 2010 était si politiquement dense en Grèce qu’elle n’a pas laissé réfléchissons sur le processus du Forum social. Par conséquent, ma courte présentation doit être considérée comme une narration rétrospective et non comme une analyse complète.

L’instrument organisationnel par lequel nous avons pris part au mouvement anti-mondialisation était le Forum social grec (GSF). Ses principaux participants étaient des activistes issus de collectifs de gauche ainsi que des activistes non alignés. Il est intéressant de noter ici que les forces politiques qui composaient le GSF sont devenues plus tard le pilier du parti Syriza. À cet égard, le GSF était un laboratoire pour l’unification et la restructuration de la gauche grecque. Il a réuni des forces appartenant à des traditions politiques très différentes du mouvement ouvrier. C’était également le véhicule du retour à la politique de gauche d’un grand nombre de citoyens progressistes qui s’étaient retirés dans leurs sphères privées au cours des décennies précédentes, ainsi que de la politisation de nombreux jeunes. La gauche grecque n’avait jamais créé auparavant une ouverture aussi mouvementiste et sociale. Cependant, le GSF n’a pas réussi à devenir un vaste forum susceptible de séduire toute la société.

Le Parti des travailleurs socialistes grecs (SWP) a participé aux forums sociaux européen et mondial, mais pas au GSF. Tant au niveau national qu’international, nos relations avec ses militants étaient toujours tendues, en raison de leur sectarisme et de leur attitude condescendante. En dehors du GSF, d’autres forces de la gauche extraparlementaire, telles que le Nouveau courant de gauche, qui est maintenant lié au SWP par le biais de la coalition d’ANTARSYA, ainsi que de l’anarchisme, y compris un Black Block important et conflictuel connecté à des groupes similaires dans d’autres pays, également mobilisés contre la mondialisation.

Au sein du GSF, toutes les parties ont déployé des efforts sincères pour rechercher un cadre minimum dans lequel chacun puisse se reconnaître. Quant à nous, le Réseau pour les droits politiques et sociaux, nous avons essayé de rendre ce minimum aussi radical que possible, ce qui n’était pas du tout facile. De manière générale, je pense qu’il est difficile de trouver d’autres exemples de bonne volonté de la part de forces politiques et sociales confrontées à des différences idéologiques aussi profondes, qui pourraient être comparées à ce que les participants au mouvement antimondialiste grec ont réussi à réaliser. Des liens forts et durables ont été forgés au cours du processus, comme le mien avec Haris Golemis.

Cependant, je dois dire qu’il n’y a vraiment pas eu de discussions politiques et idéologiques importantes dans les forums sociaux grecs, européens ou mondiaux. C’est-à-dire que nous n’avons jamais sérieusement discuté d’un plan radical pour faire face au capitalisme mondialisé ou d’un ensemble de revendications communes susceptibles de donner une perspective au mouvement. Au nom de l’unité, nous avons créé des cadres politiques superficiels et déclaratoires, tandis qu’au nom de l’action, nous avons sous-estimé la nécessité d’une analyse solide des nouvelles conditions.

HG : Tant dans le FSM que dans le FSE, il y avait une différence entre ceux qui voulaient qu’ils soient des «espaces ouverts» pour l’échange de vues (les «fondamentalistes du mouvement» du Conseil international du FSM insistant également sur l’exclusion des partis politiques) et ceux qui voulait qu’ils soient plus politiques et radicaux. Quelle a été et quelle est votre opinion à ce sujet?

RB : En Italie, avant Gênes, nous n’avions pas de parti dans des coalitions de mouvements sociaux. Ils ont soutenu les coalitions, mais de l’extérieur. En 2001, à Gênes, c’était la première fois, après des décennies, que cette règle était modifiée et Rifondazione Comunista était acceptée comme partenaire à part entière. Ainsi, dans les processus du Forum social, nous n’étions pas opposés à la présence de partis politiques – nous nous attendions bien entendu à ce qu’ils adoptent une approche non hégémonique, non instrumentale du mouvement et fassent preuve d’un respect total pour les protagonistes sociaux.

En ce qui concerne le débat sur «l’espace ouvert / l’espace de décision», nous avons d’emblée essayé de convaincre des amis d’autres pays qu’il ne fallait souscrire à aucune des deux options extrêmes: le forum social ne devrait pas non plus être perçu comme un forum totalement ouvert. espace dans lequel les participants ont des discussions sans fin, sans aucune action, ni en tant qu’organisation politique, une sorte de Comité central du mouvement mondial. Nous pensions qu’il existait une troisième option, suivre la méthode de l’espace ouvert sans rien imposer à qui que ce soit, mais en même temps, ne pas empêcher certaines forces de rechercher davantage de points de convergence susceptibles de mener à une action commune.

Bien qu’il ait été difficile pour les «extrémistes» des deux côtés d’accepter la proposition italienne, le mouvement tenta dans la pratique de trouver une solution plus ou moins fondée sur cette logique. Dans le FSM, cela s’est produit par la création de la soi-disant Assemblée des mouvements sociaux, qui était un espace réservé aux groupes qui voulaient non seulement discuter entre eux mais aussi décider de diverses actions communes par consensus. À Florence, la dernière réunion de l’Assemblée des mouvements sociaux était très importante; cela nous a permis de lancer officiellement la mobilisation mondiale contre la guerre en Irak, qui a eu lieu le 15 février 2003, avec 110 millions de personnes dans les rues. Je me souviens très bien de Bernard Cassen qui protestait vivement contre cette méthode à l’époque,

Pendant plusieurs années, cet arrangement (un FSM en espace ouvert et une assemblée des mouvements sociaux pour une coopération renforcée) a fonctionné. Cependant, après un certain temps, malgré les efforts déployés par certaines délégations, y compris la délégation italienne, l’expérience s’est échouée: d’un côté, le FSM « officiel » (c’est-à-dire son Conseil international et les responsables de l’organisation du forum). événement) n’a pas pleinement adhéré au principe de donner de la visibilité aux ordres du jour de diverses assemblées, séminaires et ateliers axés sur des questions; de l’autre côté, l’Assemblée des mouvements sociaux a été détournée par un groupe d’activistes des mouvements sociaux qui ont commencé à l’utiliser comme s’il s’agissait de leur propre espace politique.

JD: Le FSM était un instrument très novateur, mais nous n’avons pas pu l’utiliser. D’une part, cette incapacité reflète nos faiblesses et, d’autre part, elle explique pourquoi le mouvement a finalement diminué. L’idée du FSM non pas en tant que force politique, mais en tant qu’espace commun d’apprentissage, d’analyse de nos expériences, de discussion des solutions de rechange et d’acceptation d’activités communes, est le résultat de la révision de nos nombreuses défaites, avantages et inconvénients passés. Cela reflétait notre besoin de quelque chose de nouveau, d’une nouvelle approche qui nous permettrait de venir et d’agir ensemble. Malheureusement, cependant, en Allemagne et en Europe, en particulier dans sa partie occidentale, le FSM et tous les autres forums sociaux ont été considérés par certaines forces comme des espaces à occuper et utilisés pour convaincre les autres de penser et d’agir comme ils le souhaitaient. Et cette approche découlait des tactiques nécessaires à suivre au niveau national. Nous n’avons donc pas utilisé les forums pour apprendre et nouer des alliances et, dans ce sens, nous avons manqué une belle occasion de nous changer nous-mêmes de manière constructive. De plus, cela a eu une influence négative sur le travail que nous réalisions dans le cadre du FSE pour la «Charte de l’Europe pour une autre Europe», ce qui était une excellente idée.

À ce moment-là, je croyais et je persiste à penser que le plus grand nombre possible de membres des partis devraient participer aux processus du Forum social et faire part de leurs expériences à leurs partis respectifs, de manière à pouvoir être des partenaires critiques et critiques de coalitions plus larges. Dans le même temps, j’ai pensé que la question n’était pas de savoir à quel point les forces participant au FSM et au FSE étaient radicales, mais bien de savoir si elles pourraient améliorer leur culture politique et celle de la gauche entière afin de surmonter les lacunes du passé. Comme, comme je l’ai dit, certains groupes ne partageaient pas ce point de vue, les affrontements ne pouvaient être évités. Et ces affrontements ont empêché l’élargissement des forums sociaux et ont finalement conduit à leur déclin.

YA : Je pense que le terme «fondamentalisme» pour ceux qui s’opposent à la présence de partis politiques dans le FSM et le FSE est trop extrême et, en tout cas, je ne pense pas que cette question était si importante. Selon moi, les militants du Forum social ont dû répondre à deux questions principales: a) comment donner une forme d’organisation permanente à un mouvement spontané mobilisé contre les sommets internationaux, tels que ceux de Seattle et de Gênes; et b) comment former une structure organisationnelle sans référence territoriale.

Les deux problèmes étaient étroitement liés et le Forum social n’a pu trouver de solution à aucun d’eux. Lorsqu’il était au sommet de la vague du mouvement, il avait une certaine vitalité et créait des événements. Seattle a donné naissance à Porto Alegre, Porto Alegre à Gênes, Gênes à Florence, Florence au 15 février 2003. Ensuite, les choses sont devenues plus difficiles. Le Forum n’a pas pu devenir un « syndicat » du mouvement anti-mondialisation. Dans le même temps, son caractère mondial excluait les nouveaux arrivants des centres de décision ou ceux appartenant à des organisations dépourvues de ressources financières. Il est révélateur que les discussions du Conseil international ont concerné, et ne sont intelligibles que, un très petit nombre de personnes.

De toute évidence, tous les participants n’étaient pas sympathiques. Nous ne devrions pas nous leurrer. Même dans les meilleurs moments des mouvements, les idiots restent idiots, les carriéristes restent carriéristes et les sectaires restent sectaires. Mais il y a aussi beaucoup d’autres qui, au sein du mouvement, changent et s’améliorent à la fois en tant qu’êtres humains et en tant que sujets politiques.

MB: Tant dans le FSM que dans le FSE, les opinions divergeaient quant à leur identité en tant qu’espace ouvert de dialogue, ainsi qu’à la question de la participation des partis politiques. Depuis que le processus en Hongrie a commencé principalement avec les organisations vertes et environnementales, la préférence a été donnée aux espaces ouverts et à l’exclusion des partis politiques des forums, une position que j’ai également partagée. Cela a changé par la suite car la question n’était pas tant de savoir si les partis politiques devraient être exclus ou non, mais quel type de parti politique pourrait être inclus. Maintenant, je suis plus en faveur de l’inclusion des partis politiques de gauche radicale dans le mouvement du Forum social, car nous ne pouvons pas nier qu’ils sont des acteurs très importants. De plus, si les militants des partis se cachent dans diverses organisations, ils participeront de toute façon au processus, mais à un cheval de Troie. C’est beaucoup mieux s’ils sont présents de manière directe et transparente. Bien sûr, cela contredit la Charte de principes de Porto Alegre, mais cette Charte devrait être modifiée et mise à jour. L’inclusion des partis politiques peut politiser et radicaliser le FSM, ce qui est très important, principalement dans les pays d’Europe centrale et orientale, puisqu’après le changement systémique qui a eu lieu, les gens ont été dépolitisés et qu’il est urgent de mettre en place une éducation politique. sensibilisés à la nouvelle situation d’exploitation.

Dans les pays d’Europe centrale et orientale, la principale préoccupation des militants a été et reste l’avancée des partis d’extrême droite et des partis populistes, ainsi que la présence de gouvernements et de dirigeants autoritaires. Dans cette partie de l’Europe, les gauchistes ont été et sont toujours sensibles à cette question et, heureusement, des mouvements et des militants occidentaux partagent les mêmes préoccupations. Les organisations et les groupes critiques du système ont toujours coopéré, alors que les groupes environnementaux ne le pourraient pas car ils ne comprennent pas les raisons politiques plus larges des revendications mondiales. Par conséquent, un grand défi pour nous était et reste de savoir comment impliquer ces groupes dans un mouvement radical. Cela s’est passé lors des mobilisations contre la guerre en Irak,

CV : Membre de la commission des affaires étrangères d’Attac en France depuis la fin des années 90 avec Bernard Cassen, Christophe Aguiton, Pierre Khalfa et Sophie Zafari, des militants que vous connaissez tous du mouvement alter-mondial, j’ai eu le privilège d’être présents. dans tous les forums sociaux mondiaux sauf celui de l’Inde, mais aussi dans tous les forums sociaux européens. En raison de cette expérience, je soutiens fermement l’idée qu’il existait des différences cruciales entre le FSE et le FSM.

Le FSE avait un objectif politique: construire un mouvement social européen capable de défier l’ordre politique néolibéral en Europe, luttant contre les partis politiques, tant conservateurs que sociaux-démocrates, qui étaient alors au pouvoir en Europe, ainsi que pour défier l’Union européenne. Je pense que le FSE était une tentative de construire une entité capable de répondre à ce besoin, d’européaniser les luttes et les mouvements contre les politiques de ces gouvernements et des institutions de l’UE. Nous n’avons pas réussi cet objectif et nous pouvons en discuter, mais le FSE avait cet objectif complètement différent de celui du FSM.

Mais depuis sa création, le Forum social mondial a été un espace nourri par les mouvements latino-américains. C’était un cocktail d’initiatives et d’idées émanant initialement du Monde, d’Attac et du Comité brésilien. Il est né dans une conjoncture dans laquelle des forces anti-néolibérales de gauche ou de centre-gauche étaient soit au pouvoir dans certains pays proche de la réalisation de cet objectif, comme au Brésil. Dans le même temps, il y avait dans le FSM des mouvements populaires puissants, beaucoup plus puissants que les nôtres en Europe, suivis de dix à quinze années de combats intenses, qui ont joué un rôle clé dans les sociétés latino-américaines. Les gouvernements progressistes qui ont pris le pouvoir dans divers pays clés et des mouvements sociaux puissants dans tous les pays de la région ont été la configuration et l’écosystème de la naissance du FSM. Le FSM était un espace, un espace naturel pour la coordination entre ces mouvements, lié à des liens spécifiques avec la gauche latino-américaine et les gouvernements de gauche progressistes; les participants au FSM n’avaient pas pour objectif de le transformer en un instrument de construction d’un acteur politique international. C’était plus un espace de collecte et d’échange d’expériences et de points de vue. Cependant, le dernier jour de chaque FSM, une réunion appelée Assemblée des mouvements sociaux a eu lieu au cours de laquelle des participants volontaires ont débattu de la préparation d’un agenda commun de mobilisations et de campagnes au niveau international. Cet espace d’action était ouvert à toutes les organisations qui souhaitaient en faire partie et les organisations qui ne voulaient pas participer n’étaient pas obligées de suivre les décisions des assemblées. liés à des liens spécifiques avec la gauche latino-américaine et les gouvernements de gauche progressistes; les participants au FSM n’avaient pas pour objectif de le transformer en un instrument de construction d’un acteur politique international. C’était plus un espace de collecte et d’échange d’expériences et de points de vue. Cependant, le dernier jour de chaque FSM, une réunion appelée Assemblée des mouvements sociaux a eu lieu au cours de laquelle des participants volontaires ont débattu de la préparation d’un agenda commun pour les mobilisations et les campagnes au niveau international. Cet espace d’action était ouvert à toutes les organisations qui souhaitaient en faire partie et les organisations qui ne voulaient pas participer n’étaient pas obligées de suivre les décisions des assemblées. liés à des liens spécifiques avec la gauche latino-américaine et les gouvernements de gauche progressistes; les participants au FSM n’avaient pas pour objectif de le transformer en un instrument de construction d’un acteur politique international. C’était plus un espace de collecte et d’échange d’expériences et de points de vue. Cependant, le dernier jour de chaque FSM, une réunion appelée Assemblée des mouvements sociaux a eu lieu au cours de laquelle des participants volontaires ont débattu de la préparation d’un agenda commun de mobilisations et de campagnes au niveau international. Cet espace d’action était ouvert à toutes les organisations qui souhaitaient en faire partie et les organisations qui ne voulaient pas participer n’étaient pas obligées de suivre les décisions des assemblées. les participants au FSM n’avaient pas pour objectif de le transformer en un instrument de construction d’un acteur politique international. C’était plus un espace de collecte et d’échange d’expériences et de points de vue. Cependant, le dernier jour de chaque FSM, une réunion appelée Assemblée des mouvements sociaux a eu lieu au cours de laquelle des participants volontaires ont débattu de la préparation d’un agenda commun pour les mobilisations et les campagnes au niveau international. Cet espace d’action était ouvert à toutes les organisations qui souhaitaient en faire partie et les organisations qui ne voulaient pas participer n’étaient pas obligées de suivre les décisions des assemblées. les participants au FSM n’avaient pas pour objectif de le transformer en un instrument de construction d’un acteur politique international. C’était plus un espace de collecte et d’échange d’expériences et de points de vue. Cependant, le dernier jour de chaque FSM, une réunion appelée Assemblée des mouvements sociaux a eu lieu au cours de laquelle des participants volontaires ont débattu de la préparation d’un agenda commun de mobilisations et de campagnes au niveau international. Cet espace d’action était ouvert à toutes les organisations qui souhaitaient en faire partie et les organisations qui ne voulaient pas participer n’étaient pas obligées de suivre les décisions des assemblées. Le dernier jour de chaque FSM, une réunion appelée Assemblée des mouvements sociaux a eu lieu au cours de laquelle des participants volontaires ont débattu de la préparation d’un agenda commun pour les mobilisations et les campagnes au niveau international. Cet espace d’action était ouvert à toutes les organisations qui souhaitaient en faire partie et les organisations qui ne voulaient pas participer n’étaient pas obligées de suivre les décisions des assemblées. Le dernier jour de chaque FSM, une réunion appelée Assemblée des mouvements sociaux a eu lieu au cours de laquelle des participants volontaires ont débattu de la préparation d’un agenda commun pour les mobilisations et les campagnes au niveau international. Cet espace d’action était ouvert à toutes les organisations qui souhaitaient en faire partie et les organisations qui ne voulaient pas participer n’étaient pas obligées de suivre les décisions des assemblées.

À partir de 2005, lorsque le FSM est rentré au Brésil, certains de ses fondateurs et un certain nombre d’éminents intellectuels (Bernard Cassen, Ignacio Ramonet, Samir Amin, François Houtart, Emir Sader, Roberto Savio, Emmanuel Wallerstein et Boaventura da Sousa Santos) ont pensé que Le moment était venu de rendre le processus du Forum social plus engagé et articulé sur le contexte politique régional. Ils ont proposé un «Manifeste de Porto Alegre» comprenant un ensemble de propositions et d’orientations stratégiques (articulations tactiques avec des partis et des gouvernements transformateurs). L’idée était de faire un pas de plus pour faire du FSM plus qu’un simple espace sans autres perspectives. Cette initiative a suscité de vifs débats au sein des mouvements, au sein desquels chaque partie a soutenu sa position par des arguments solides mais cela n’a pas permis d’établir un consensus et n’a donc jamais abouti. Cependant, pour moi, cela reste d’actualité et sur ce point, je suis d’accord avec Raffaella.

HG : Quelles sont les raisons de l’émergence et du déclin du mouvement anti-mondialisation et du processus du Forum social qui ont suivi, et quelles ont été ses principales réalisations? Croyez-vous que cette forme d’action pourrait ou devrait revenir à l’avenir ou que les luttes devraient se limiter à l’État national?

YA: Les mouvements éclatent soudainement et diminuent progressivement. Le mouvement « non global » ne fait pas exception. Il a éclaté en exprimant l’indignation globale contre le néolibéralisme. Il a péri parce qu’il était incapable de donner une perspective politique. Il est né comme un cri; il a péri sans un mot. Cela a certainement marqué la politique d’une époque, mais il n’y a plus beaucoup de choses qui nous le rappellent. Tout ce que nous avons combattu a été imposé de manière encore plus agressive à cause de la crise. De plus, la culture de la résistance est très différente aujourd’hui. Aujourd’hui, il n’est pas possible d’organiser une mobilisation comme une célébration. Il y a trop de rage, de haine et de désespoir. Il ne peut pas non plus y avoir de mobilisation fondée sur l’unité générale, les divisions étant trop profondes. La Grèce est l’exemple le plus extrême, Syriza ayant mis en œuvre une politique d’austérité féroce. Mais la situation semble très différente aussi dans le domaine géopolitique international. Dans un passé pas si lointain, le mouvement était contre la mondialisation. Aujourd’hui, ce mot a tendance à disparaître du discours public, même si les politiques du consensus de Washington sont toujours parmi nous et ont en fait été imposées partout. Nous vivons maintenant dans l’ère de Trump et de Poutine, l’ère de la guerre chaotique en Syrie, l’ère des mémorandums en Europe, dans une Europe où nous sommes confrontés au dilemme écrasant entre le pouvoir financier mondialisé et le populisme nationaliste. Face à ce dipôle, il n’y a pas encore d’alternative convaincante de la gauche internationaliste. Bien qu’il ait été démontré qu’une politique de gauche confinée à un État-nation ne peut réussir, l’État-nation reste le seul domaine de la pratique de la politique.

MB: Le processus du Forum social s’est éteint lors du FSE d’Istanbul 2010 Nous avons ensuite essayé de le renouveler (par exemple à travers les événements de Florence 10 + 10 en 2012), mais cela n’a pas fonctionné. C’est pour cette raison que d’autres initiatives européennes ont vu le jour, comme par exemple Alter Summit. Dans ce cadre, je voudrais attirer votre attention sur Prague Spring 2, notre petit réseau qui a été créé juste après le FSE MalmÖ 2008. Ce réseau a été créé par des activistes d’Europe centrale et orientale et par des collègues autrichiens. elle était dirigée contre le populiste et l’extrême droite, qui avaient déjà commencé à progresser dans la région d’Europe centrale et orientale. Nous avons concentré notre coopération sur la lutte contre le néonazisme et l’avancée de l’extrême droite en Ukraine et dans d’autres pays de la partie orientale de l’Europe. La coopération des mouvements des PECO est très importante car, dans le passé, les mouvements sociaux étaient sous-représentés, avec un nombre très faible de militants, sauf au Forum de Florence et, dans une certaine mesure, au congrès de Paris. FSE. Cela nous a fait sentir que nous n’étions pas des partenaires égaux dans le processus; de plus, dans certains cas, nous n’avons pas été traités de manière très amicale.

Le Printemps 2 de Prague continue de fonctionner, luttant dans l’esprit des anciens forums sociaux, principalement contre la pauvreté et l’avancée de l’extrême droite. Jusqu’à présent, nous avons eu deux événements, le premier Forum d’Europe centrale et orientale (CEESF) à Vienne en 2013 et le deuxième CEESF à Wrocław en 2016. Ensuite, après avoir renommé le CEESF assemblée des résistances, nous avons tenu une réunion régionale à Budapest. en mars 2018. Dans la tradition des forums sociaux, nous essayons d’être actifs également sur la scène mondiale, en étendant notre coopération à de nouveaux acteurs intéressés par notre cause. L’Assemblée des résistances, une idée issue du Forum social mondial, est maintenant très vivante et intéressante pour nous tous. Nous préparons actuellement une réunion régionale des assemblées des mouvements de résistance à Caracas,

La coopération européenne et internationale des mouvements est très importante, en particulier en ce qui concerne les questions brûlantes de la migration et de l’extrême droite, dont l’avancée doit être stoppée par la coopération internationale. Nous travaillons très fort pour relancer le mouvement anti-guerre visant à mettre un terme aux guerres qui causent de grandes pertes humaines, économiques et environnementales. Nous devons lutter pour la paix mais aussi contre la pauvreté, en particulier dans la région d’Europe centrale et orientale, dont les problèmes ressemblent davantage à ceux du tiers monde, en particulier d’Amérique latine et d’Afrique, à ceux des pays de l’UE. Les activistes dans un petit pays comme la Hongrie ne peuvent pas se battre seuls. Nous devons rechercher des alliés avec qui coopérer aux niveaux européen et international.

CV: Je pense qu’au cours des quinze à vingt dernières années, le processus des forums sociaux, principalement le FSM, a réussi à produire ce qu’il a pu produire; il a réussi en tant qu’espace, en tant que processus, en tant que dynamique capable de rafraîchir la critique du néolibéralisme et de tracer de nouvelles voies pour transformer le capitalisme en articulant les questions sociales et environnementales avec la démocratie pour nous aider à réfléchir à la refondation et à la refondation de la gauche. construire un nouveau paradigme. Les forums sociaux ont fourni à la gauche et aux mouvements sociaux une nouvelle culture politique et organisationnelle. Ce processus comprenait les organisations traditionnelles du mouvement syndical ainsi que les nouveaux mouvements sociaux, intellectuels et activistes de la classe moyenne issus de différents secteurs allant, pour ainsi dire, à la source et se rechargeant. Je pense que le mouvement altermondialiste a réussi à mettre en place un nouveau cadre de théories, de pratiques et de stratégies pour des milliers d’organisations dans le monde entier, des structures politiques aux syndicats, en passant par les ONG, etc. Je pense aussi que le Forum social Ce processus a joué un rôle important dans l’émergence de la nouvelle vague de mouvements de protestation dans la période de crise mondiale qui a suivi 2008, avec les mouvements «Occupy» aux États-Unis, le Printemps arabe en particulier en Tunisie et l’émergence de nouvelles forces de gauche dans le Sud de l’Europe. . Sans ce mouvement, il n’y aurait pas de Podemos en Espagne ni dans d’autres nouvelles organisations et mouvements anti-systémiques en Europe. Et, indépendamment de ce que nous pensons des politiques du gouvernement Tsipras, sans ce mouvement, il n’y aurait pas de Syriza,

Pour toutes ces raisons, je pense que le processus du Forum social a été un succès. Il n’a certainement pas réussi à ce que certains d’entre nous en attendaient, à savoir devenir un nouveau sujet politique ou un nouveau mouvement international capable de défier le capitalisme au niveau mondial. Mais peut-être avons-nous trop demandé à ce mouvement, peut-être avons-nous demandé des choses qu’il n’a pas été en mesure de faire pendant la période au cours de laquelle il est apparu. À mon avis, le mouvement altermondialiste devrait être évalué selon une trajectoire à plus long terme, et pas seulement dans la courte période de moins de deux décennies. Et je crois qu’à long terme, on montrera qu’il s’agissait d’un moment très important dans les vagues historiques de mouvements anticapitalistes et anti-systémiques. C’était un pas en avant vers ce que les activistes révolutionnaires ou alternatifs devraient construire à long terme.

À mon avis, le FSE a échoué pour différentes raisons. Premièrement, nous n’avons pas pu impliquer la Confédération européenne des syndicats (CES), principalement parce que cette organisation était tellement intégrée au processus institutionnel de l’UE qu’elle n’était pas prête à faire partie d’un espace trop critique pour l’UE. Deuxièmement, nous n’avons pas été en mesure d’élaborer une stratégie du prétendu mouvement européen contre l’Union européenne en raison de désaccords importants entre nous sur cette question et du fait que nous fonctionnions par consensus. Nous avons pu construire un discours fondé sur le slogan bien connu « Une autre Europe est possible » ou convenir de la nécessité d’une harmonisation sociale et fiscale, etc., mais nous n’avons pas pu lutter de manière concrète et systématique contre les institutions de l’UE. leurs politiques. Certes, nous avons eu des difficultés avec certains petits groupes politiques, ils ont joué un rôle négatif, mais le principal problème était que nous n’étions pas en mesure de proposer une stratégie commune d’action concrète au niveau européen, liée au niveau national, car nous étions tous sous la pression de nos agendas nationaux. La carte européenne dans son ensemble était néolibérale, mais les rythmes et les niveaux de résistance étaient et sont toujours différents dans les différents pays. Ils n’étaient pas, ne sont pas et ne seront pas les mêmes en Hongrie, en France, en Angleterre, en Belgique, etc. En Europe, nous pouvons avoir des adversaires, des objectifs et des stratégies communs, mais il existe différents niveaux de réponse et différentes tactiques qui prennent en compte les différentes configurations et situations nationales. Je pense que rien de vraiment progressiste ne peut arriver sans la combinaison d’une rupture nationale (assumée de manière coopérative et solidaire avec les autres pays européens) et de mouvements sociaux à travers l’Europe et le monde. Dans ce contexte, je pense que l’État-nation reste le principal espace de lutte politique, mais pas le seul. Une rupture au niveau national d’un ou de plusieurs États membres de l’UE est nécessaire précisément parce que l’UE est un système interétatique. Nous devons avoir un mouvement démocratique de masse au niveau national tout en essayant de créer des liens internationaux, des espaces et des outils permanents. C’est certes une tâche difficile et compliquée, mais rien de progressiste ne peut se produire en Europe sans rupture dans un ou plusieurs pays. Je pense que l’Etat-nation est toujours le principal espace de la lutte politique, mais pas le seul. Une rupture au niveau national d’un ou de plusieurs États membres de l’UE est nécessaire précisément parce que l’UE est un système interétatique. Nous devons avoir un mouvement démocratique de masse au niveau national tout en essayant de créer des liens internationaux, des espaces et des outils permanents. C’est certes une tâche difficile et compliquée, mais rien de progressiste ne peut se produire en Europe sans rupture dans un ou plusieurs pays. Je pense que l’Etat-nation est toujours le principal espace de la lutte politique, mais pas le seul. Une rupture au niveau national d’un ou de plusieurs États membres de l’UE est nécessaire précisément parce que l’UE est un système interétatique. Nous devons avoir un mouvement démocratique de masse au niveau national tout en essayant de créer des liens internationaux, des espaces et des outils permanents. C’est certes une tâche difficile et compliquée, mais rien de progressiste ne peut se produire en Europe sans rupture dans un ou plusieurs pays. Nous devons avoir un mouvement démocratique de masse au niveau national tout en essayant de créer des liens internationaux, des espaces et des outils permanents. C’est certes une tâche difficile et compliquée, mais rien de progressiste ne peut se produire en Europe sans rupture dans un ou plusieurs pays. Nous devons avoir un mouvement démocratique de masse au niveau national tout en essayant de créer des liens internationaux, des espaces et des outils permanents. C’est certes une tâche difficile et compliquée, mais rien de progressiste ne peut se produire en Europe sans rupture dans un ou plusieurs pays.

La configuration du processus du Forum social mondial peut encore contribuer à l’établissement de liens internationaux entre mouvements. Mais il ne jouera plus jamais le rôle central qu’il a joué dans le passé et je suis convaincu que même les membres du Conseil international partagent cet avis. C’était ma conclusion du dernier FSM qui s’était déroulé à Salvador de Bahia, au Brésil, en mars 2018 – que le Forum social mondial pouvait rester un espace où des organisations et des mouvements se rencontraient et organisaient des campagnes communes, etc., mais c’est maintenant un moment. pour les représentants, pour les délégations et non pour les militants et les masses. Le FSM et son format appartiennent au monde d’avant 2008, le monde qui existait avant la crise. Il a été construit pour lutter contre l’hégémonie néolibérale, les prétentions du capitalisme mondialisé, et les guerres impérialistes américaines à une époque où de puissants mouvements naissaient en Amérique latine, aux États-Unis (Seattle) et ailleurs et construisaient leurs premiers liens au niveau international. Aujourd’hui, nous devons construire quelque chose de nouveau pour le monde de l’après 2008, un monde d’incertitude et d’instabilité. Nous sommes confrontés à la fin de l’illusion et de l’hégémonie néolibérales, d’une crise systémique du capitalisme mondialisé, du développement de tensions et de conflits géopolitiques partout dans le monde. Dans le même temps, il n’existe aucune alternative claire au système actuel proposé par la gauche et les mouvements sociaux, aucun projet global pour une civilisation alternative et aucune vision positive. Au lieu de cela, nous avons des contradictions et des défaites en Amérique latine et des désillusions en Europe,

Ce dont nous avons besoin, c’est de trouver et de construire de nouvelles formes d’organisation et un nouveau discours adaptés à un monde où tout est caractérisé par la fluidité, l’incertitude et l’instabilité, dans lesquels des problèmes culturels comme la lutte contre divers types de discrimination ont bien plus de victoires que les luttes. pour les droits économiques, sociaux et démocratiques. C’est le défi actuel d’un processus de renouvellement du Forum social.

JD: Tout d’abord, je voudrais dire que dans le FSE de Malmö, nous avons créé un réseau de mouvements sociaux et de syndicats, qui a ensuite fondé l’Alter Summit (AS). Malheureusement, après la réunion de l’AS à Athènes en 2013, de nombreux mouvements sociaux ont quitté le processus et ce que nous avons maintenant est plutôt un sommet de syndicalistes. Donc, je pense qu’il n’y a rien que nous puissions célébrer. De plus, quand on regarde les acteurs impliqués dans la plate-forme Prague Spring 2, on doute si on peut vraiment y mettre de l’espoir. Et il est intéressant de noter que certains de nos anciens amis, comme Petre Damo qui est toujours actif en Roumanie, n’y participent pas. Je ne suis pas contre le réseau Prague Spring 2 et ce serait très bien s’il continuait à organiser des événements et des réunions. Cependant, ce n’est pas une raison pour le voir comme point de départ pour quelque chose de plus large, vraiment plein d’espoir, et durable. La gamme des acteurs participants est petite et très traditionnelle, mais cela est bien sûr lié à notre problème commun.

Je voudrais également faire une autre remarque sur ce que Christophe a dit concernant les raisons pour lesquelles le FSE n’a pas atteint ses objectifs, en convenant que la raison principale était notre incapacité à développer une stratégie commune de lutte contre l’Union européenne. Il est vrai que nous n’avons pas été en mesure d’élaborer une telle stratégie et c’était notre faiblesse et la raison de notre défaite. Mais je ne pense pas non plus que ce serait extrêmement fructueux et plein d’espoir de développer une stratégie contre l’UE. En ce qui concerne la critique implicite de Syriza, je n’ai pas entendu ni lu un mot d’autocritique pour notre incapacité à influencer les décisions de nos gouvernements concernant la crise grecque, en particulier les gouvernements allemand et français, les deux grands pays de l’UE qui auraient pu changé l’attitude de la troïka envers le gouvernement Tsipras. En fait, ce qui s’est passé en Grèce est principalement notre défaite, le résultat d’une absence de solidarité politique. J’ai souvent demandé à mes amis s’ils étaient réellement intéressés par l’organisation d’une action de solidarité efficace avec nos camarades grecs et j’ai découvert que cet état de préparation existait et n’existe pas. Je peux vous raconter des histoires frustrantes au sujet de mes efforts sur cette question avec les syndicats, les mouvements sociaux et même mon propre parti. Je pense que notre principal problème était que nous ne pouvions pas vraiment profiter des forums sociaux, qui, avec Raffaella, me paraissent être un outil politique très utile. En raison de cette insuffisance, nous avons également été incapables de développer une réelle solidarité entre nous et avec les plus faibles, les plus pauvres et nos propres amis politiques, comme nos camarades en Grèce. Le fait que le printemps grec ne soit pas devenu un printemps européen et ait finalement été vaincu était dû à notre propre inefficacité.

En ce qui concerne l’évaluation des FSE, je partage l’opinion selon laquelle nous aurions pu obtenir des résultats supérieurs aux événements et manifestations, qui bénéficiaient d’une large visibilité publique. La grande question qui se pose est de savoir pourquoi le FSE est décédé au moment de la crise financière mondiale et européenne et de la crise de la zone euro, c’est-à-dire quand il était devenu plus urgent que jamais.

Il est vrai que lorsque le FSE était dynamique et dynamique, nous aurions pu créer des réseaux et de nouveaux domaines de coopération, comme celui qui a été tenté plus tard par le Sommet Alter. Malgré mes critiques sur son développement, je pense qu’il avait de bonnes intentions et pouvait servir de point de départ pour un nouvel effort modeste: essayer de rétablir le lien entre les différents acteurs ou agences.

Enfin, je pense que pour les grands pays de l’UE, l’État est le principal espace de lutte politique. Mais cet espace – et donc la lutte populaire – est connecté à l’UE, à l’Europe et au monde, et cela devrait être clair pour tout le monde. Vivant en Allemagne, je sais qu’une grande partie de ce qui se passe dans l’Union européenne et en Europe dépend de la politique allemande, y compris de la situation en Grèce depuis 2010. Mais se battre contre la politique allemande ne suffit pas. Le but est de lutter pour un changement d’équilibre du pouvoir simultanément à différents niveaux. Rien d’important ne peut arriver si nous ne sommes pas ancrés socialement aux niveaux local, national et européen et si nous ne nouons pas de liens durables entre militants, organisations et réseaux à tous les niveaux. Cela exige une autre approche que celle que nous avions adoptée dans le passé, mais cela est compatible avec l’idée originale du FSM,

RB : Au début des années 2000, la majorité des acteurs sociaux ont découvert que nous étions tous ensemble dans le même bateau, ayant les mêmes ennemis et confrontés aux mêmes dangers de l’offensive globale des forces de la mondialisation néolibérale. Je crois qu’à ce moment-là, de nombreux militants du mouvement pensaient que les programmes nationaux disparaîtraient et seraient remplacés par des programmes, des campagnes et des mobilisations globales. Ce sentiment a conféré beaucoup de force et d’intérêt au mouvement altermondialiste à travers le monde; tout le monde cherchait des relations et des alliances mondiales.

Ensuite, principalement après la crise de 2008, la mondialisation néolibérale a eu un tel choc dans divers pays que la grande majorité des forces sociales et politiques progressistes se sont concentrées uniquement sur leurs territoires nationaux afin d’éviter une catastrophe pour leurs propres sociétés et de lutter contre le terrorisme. les forces nationalistes sans cesse croissantes. C’était une grave erreur, car la solidarité internationale et les alliances internationales ne sont pas un luxe pour de bons moments; ils sont nécessaires surtout dans les moments difficiles. L’une des conséquences les plus graves de cette fermeture nationale a été l’incapacité à comprendre à quel point il était crucial pour les développements politiques en Europe et dans le monde d’avoir un soulèvement européen visant à défendre la Grèce contre l’attaque honteuse des institutions de l’UE. À cette époque, l’Europe progressiste avait l’occasion de déclencher et de mener une révolte contre l’Europe néolibérale dans le but de la transformer. Malheureusement, rien d’important n’est arrivé, malgré les tentatives de certains d’entre nous, et maintenant la révolte contre l’Europe néolibérale est menée par des forces réactionnaires. Vous savez, les opportunités historiques sont comme des trains: il faut les attraper au bon moment, sinon on les manque. Les forces européennes progressistes et alternatives ont raté le cours de l’histoire et maintenant nous souffrons tous dans des temps difficiles, avec l’obscurantisme croissant en Europe. il faut les attraper au bon moment, sinon on les manque. Les forces européennes progressistes et alternatives ont raté le cours de l’histoire et maintenant nous souffrons tous dans des temps difficiles, avec l’obscurantisme croissant en Europe. il faut les attraper au bon moment, sinon on les manque. Les forces européennes progressistes et alternatives ont raté le cours de l’histoire et maintenant nous souffrons tous dans des temps difficiles, avec l’obscurantisme croissant en Europe.

Nous sommes confrontés à un paradoxe. Le mouvement contre la mondialisation néolibérale était fort à une époque où la mondialisation était considérée comme un processus positif et où personne ne croit plus que la mondialisation peut nous apporter le développement et le bien-être – ce qui devrait être considéré comme une réalisation majeure de notre mouvement – la mondialisation alimente les forces racistes et réactionnaires. Qu’est-il arrivé ? Certes, nous avons beaucoup contribué à sensibiliser le public aux effets de la mondialisation néolibérale et à introduire une nouvelle culture politique dans le mouvement par le biais de la méthode du consensus, qui était pour moi le véritable élément « révolutionnaire » du processus du Forum social. Le processus lui-même était une véritable innovation avec la reconnaissance mutuelle de différentes cultures et approches, la volonté de comprendre l’autre, la tension permanente et la recherche de ce qui pourrait nous unir, le respect de ce qui est plus petit et des « périphéries » – au lieu de la concurrence, de la prévarication et de l’utilisation de la force politique pour vaincre l’autre. C’est cette méthode de consensus qui a initialement donné cette énergie au FSM et au FSE. Et cela pourrait renforcer tout mouvement futur possible.

Cependant, dans la plupart des cas par le passé, nous n’avons pas été en mesure de traduire cette innovation culturelle en force politique. En Italie du moins, je pense que nous, les militants des mouvements, avons commis une erreur: nous ne comprenions pas que les temps étaient en train de changer et que nous devions également traiter de la question de la représentation politique des victimes de la crise. Nous avons laissé cette question aux partis politiques et nous sommes limités au travail social. Mais le travail social sans représentation politique adéquate est comme le linceul de Penelope – une représentation politique inadéquate peut détruire tous les résultats bénéfiques d’un bon travail social. En Grèce, en Espagne et ailleurs, on a expérimenté un type de relation différent entre le social et le politique. De nombreux mouvements dans les Balkans et à l’Est sont confrontés au même problème et cherchent des moyens de le résoudre. Mais en Italie, où la gauche politique a complètement disparu, il semble que les acteurs sociaux aient encore peur de toucher au vrai problème. Et je suis vraiment terrifié par les prochaines élections européennes: si la compétition intra-gauche et les mauvaises lignes de division (partisans de Tsipras et anti-Tsipras, par exemple) l’emportaient, ce serait un désastre pour tout le monde, y compris les acteurs sociaux. Dans le même temps, il semble que les nouveaux mouvements ne soient pas en mesure d’utiliser la force de la culture antimondialisation pour envoyer un message susceptible de toucher les esprits, un message clair, simple et courageux pour une véritable alternative mondiale: mondialisation et repositionnement contre le souverainisme et le néolibéralisme, qui vont parfaitement ensemble comme on peut le voir dans le cas des politiques de Trump. Mais pour y parvenir, les nouveaux mouvements doivent trouver un moyen de surmonter le problème énorme de la fragmentation, qui semble être la règle dans la période actuelle. Il n’existe plus d’espace commun dans lequel tous les mouvements et les acteurs sociaux travaillant sur différentes questions peuvent s’asseoir au moins pour engager un dialogue et échanger des informations. Même sur les questions les plus cruciales – migration et racisme – il n’existe pas d’espace commun unifié en Europe. Il y a des liens, bien sûr, il y a des relations, on invite les autres à ses propres événements, mais il n’y a pas d’espace de convergence commun. Un des résultats de cette absence est que nous avons eu beaucoup de «Journées européennes d’action» promues par plusieurs réseaux – tous très faibles – mais jusqu’à présent nous n’avons pas eu une forte mobilisation commune. Bien sûr, chaque génération doit trouver sa propre voie et j’espère que la présente trouvera la sienne très bientôt. Au cours de la période récente, bien que la situation se détériore progressivement, il y a aussi de bons signes. Un nombre croissant de vrais militants dans divers pays – ceux qui se débattent dans la réalité quotidienne – qui s’occupent de la vie des autochtones et des immigrants, recherchent des liens entre eux et comprennent qu’ils poursuivent les mêmes objectifs. Cela était évident dans l’aide apportée aux immigrés lorsqu’ils tentaient de rejoindre l’Europe par la route des Balkans, et cela se reproduit actuellement pour les sauveteurs d’immigrés en Méditerranée ou dans les Alpes. J’espère que de tous ces gens courageux qui affrontent chaque jour la souffrance et la mort, une forte révolte européenne commune émergera.

Je ne pense pas que le FSM et le FSE puissent renaître – chaque phase historique a ses propres espaces et outils. Nous, ceux qui avons constitué les coalitions internationales les plus importantes et les plus solides des dernières décennies, pourrions également être utiles dans la nouvelle période. Tout d’abord, en mettant à la disposition de ceux qui le souhaitent des outils précieux, tels que les relations et les liens des listes de diffusion de la FSM. En les utilisant, on peut envoyer une pétition du pôle Nord aux acteurs sociaux en Polynésie. Bien sûr, ces listes ne sont pas mises à jour, mais néanmoins, elles peuvent toujours être utiles, et c’est une opportunité à ne pas rater. Nous pourrions également essayer de mieux expliquer à nos nouveaux camarades la méthode que nous utilisions dans nos meilleures années afin de réunir différents acteurs qui, avant de se connaître, se méfiaient mutuellement pour le moins. À notre époque, leur devoir est d’empêcher que l’Europe ne redevienne raciste et fasciste. Malgré les difficultés, malgré les faiblesses, le moment venu, il faut se battre. Si l’on est faible, il faut avant tout essayer d’augmenter sa force, et ce qu’il faut faire pour que cela se réalise, c’est l’unité radicale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici