G7 : Discussion sur la santé des océans ou réunion sur le forage pétrolier et gazier offshore?

le conseil des canadiens, 25 mai 2018

Justin Trudeau était à La Malbaie hier pour parler du prochain sommet du G7 et défendre le coût de 605 millions de dollars pour le rassemblement de deux jours. La Presse Canadienne rapporte que Trudeau a déclaré que l’événement peut être le forum parfait pour exercer le leadership mondial requis sur des questions telles que l’environnement et la santé des océans.

La Presse Canadienne a déjà rapporté: « La deuxième journée du sommet, le 9 juin, sera consacrée à une session spéciale sur les océans, un thème clé pour le premier ministre Justin Trudeau … Trudeau veut une discussion approfondie avec un groupe élargi de dirigeants mondiaux[y compris les dirigeants de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international] sur la situation critique des océans. Le programme de Trudeau sur les océans devrait se concentrer sur trois domaines : la lutte contre la surpêche, la réduction du déversement de plastiques nocifs et la recherche de moyens d’aider les États côtiers – y compris certaines parties des États-Unis – à faire face à l’élévation du niveau de la mer ».

Il ne semble pas y avoir de référence à ce dangereux forage pétrolier et gazier extracôtier soutenu par Trudeau, le président américain Donald Trump, la première ministre britannique Theresa May et le premier ministre italien Paolo Gentiloni.

En janvier de cette année, l’Associated Press a rapporté: « L’administration Trump a décidé d’étendre considérablement le forage en mer de l’Atlantique aux océans arctiques avec un plan qui ouvrirait les eaux fédérales au large de la côte californienne pour la première fois en plus de trois décennies. Le nouveau plan quinquennal de forage pourrait également ouvrir de nouvelles zones d’exploration pétrolière et gazière dans des zones au large de la côte Est, de la Géorgie au Maine, où le forage a été bloqué pendant des décennies … Cette proposition intervient moins d’une semaine après que l’administration Trump a proposé de réécrire ou de supprimer les règles sur le forage pétrolier et gazier en mer imposées après l’explosion mortelle de 2010 et le déversement de pétrole dans le golfe du Mexique ».

Cet article ajoute: «Les règles visaient les dispositifs de prévention des éruptions, des dispositifs massifs en forme de vannes conçus pour prévenir les déversements des puits au fond de l’océan. L’obturateur utilisé par BP est tombé en panne. Les règles exigeaient des inspections plus fréquentes de ces dispositifs et d’autres dispositifs et exigeaient que des experts surveillent le forage très complexe des puits à partir de la terre ferme en temps réel ».

Et en février de cette année, le gouvernement Trudeau a approuvé le forage BP au large de la Nouvelle-Écosse dans des eaux deux fois plus profondes que l’endroit où a eu lieu la catastrophe de BP, où environ 4,9 millions de barils de pétrole ont été déversés dans l’océan pendant 87 jours.

Selon le National Observer, «la nouvelle installation de forage de proximité flotte près de deux habitats cruciaux: la plus proche voisine du parc national de l’île de Sable, à 48 kilomètres du site de forage, et la zone de protection marine du Gully, à 71 kilomètres. Les baleines à bec communes, les coraux rares et les célèbres chevaux sauvages de l’île de Sable sont vulnérables à un déversement en raison de leur proximité avec le site.   »

Cet article ajoute: «Le Canada aurait-il pu faire davantage pour protéger l’océan et les côtes en appliquant à BP les mêmes normes de sécurité en matière de forage en mer que des pays comme l’Australie et le Royaume-Uni ? Cela aurait signifié qu’il aurait fallu que BP abrite une  » cheminée de recouvrement  » près du nouveau site de forage. Ces géants d’acier de 130 tonnes, recouverts de tuyaux tentaculaires, ont été mis au point pour sceller le type de déversement sous-marin qui a décimé le golfe du Mexique en 2010. En l’état actuel des choses, la plus proche est une traversée de l’Atlantique de deux semaines, dans la ville côtière de Stavanger, en Norvège. Les bureaucrates canadiens qui ont examiné le projet ont d’abord demandé qu’une cheminée de plafonnement soit conservée à proximité, mais BP a repoussé et le Canada a cédé.»

Alors que la plate-forme pétrolière de BP commençait à forer au large des côtes de la Nouvelle-Écosse le 22 avril (Jour de la Terre), la ministre fédérale de l’Environnement, Catherine McKenna, ramassait des déchets plastiques sur une plage près d’Halifax. Trudeau a mis la pollution plastique à l’ordre du jour du G7, mais pas l’exploration pétrolière et gazière en eaux profondes.

Pour ce qui est des autres pays du G7, Theresa May soutient la poursuite des forages pétroliers et gaziers en mer du Nord et en août 2016, a demandé à l’Argentine de mettre fin à certaines de ses restrictions sur l’exploration pétrolière et gazière offshore dans les îles Falklands. Le Premier ministre italien, Paolo Gentiloni, a récemment célébré une entreprise transnationale basée à Rome qui a remporté un contrat de 40 ans pour forer au large de la Méditerranée. Sous la houlette du Premier ministre Shinzō Abe, le Japon est récemment devenu le premier pays au monde à exploiter ses fonds marins pour le zinc, l’or, le cuivre et le plomb.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, entrer votre commentaire
SVP, entrer votre nom ici